Quand vient le temps de vider ton panier à linge sale la fin de semaine, tu regardes probablement quelques fois les étiquettes de tes morceaux de vêtements pour connaître leurs caprices de lavage. Mais t’es-tu déjà attardée aux petits caractères à côté ? MADE IN CAMBODIA, MADE IN BANGLADESH, MADE IN INDIA… “Bah, quelle importance, c’est tellement loin d’ici!”

Géographiquement, tu marques un point, mais ces gens derrière leurs machines à coudre sont plus près de ton quotidien que tu ne le penses.

Ces pays sous-développés regorgent d’usines de vêtements. Celles-ci sont dirigées par des entrepreneurs qui cherchent à obtenir des contrats de production provenant des grandes chaînes de vêtements. Ils tentent d’attirer les H&M, Garage, American Eagle, Zara, Hollister de ce monde avec les plus petits prix qu’ils peuvent offrir. Par exemple, l’entrepreneur X offre la production d’un chandail au coût de 3$, mais l’entrepreneur Y offre le même produit pour 2, alors Monsieur X tente encore de baisser son prix et ainsi de suite… La compétition est féroce pour obtenir les contrats. Mais comment réussir à offrir les coûts les plus bas possible ? Excellente question…

Le meilleur moyen d’économiser pour ces patrons est très simple.

Étape 1 : Installer leur manufacture de vêtement dans un pays où il y a peu d’emplois et beauuuucoup de monde. Ainsi, les gens n’auront pas le choix de travailler pour lui, puisqu’ils ne trouvent pas d’autres emplois ailleurs.

Étape 2 : Faire travailler ces gens dans des conditions épouvantables, mais très économiques : matériel désuet, aucun droit, milieu de travail miteux et mal entretenu, peu ou pas de pauses et aucune augmentation de salaire, horaires étirés sur de longues heures et surtout, salaire largement insuffisant.

Étape 3 : Se remplir les poches sur le dos de gens innocents et en profiter au maximum! Pas fou, hein?

En 2013, le Rana Plaza, une usine de production de vêtements au Bangladesh, s’est effondré sur ses employés, tuant d’un seul coup 1 127 personnes. Quelques semaines plus tôt, les employés s’étaient plaints d’avoir remarqué de nombreuses fissures sur les murs et doutaient fortement de la sécurité du bâtiment. Les patrons avaient fait la sourde oreille et ont forcé les employés à continuer le travail (non, mais, la commande pour Walmart ne se fera pas toute seule hein !).

Chaque année, des centaines de personnes meurent dans ces conditions de travail atroces, des enfants doivent également travailler pour aider les parents qui n’arrivent pas avec le maigre salaire qu’ils reçoivent. Lorsque les employés se révoltent, ils sont réprimandés physiquement par les patrons, les frappant au visage, à la poitrine, au ventre… Ces travailleurs sont souvent des femmes.

Alors la prochaine fois que tu verras un beau morceau de vêtement au centre commercial, penses s’y. Quelles seront les conséquences de ton achat ? Ce nouveau chandail dans ta garde-robe vaut-il la souffrance et la misère que quelqu’un subira de l’autre côté de l’océan ?

Quelques adresses de friperies que j’aime bien :

Je t’invite aussi à regarder le documentaire « The True Cost », de Andrew Morgan (disponible sur Netflix)

Presque 28 jours plus tard, les journalistes de LaCerise.ca se confient à propos de leur expérience du défi 28 jours sans alcool.

Marie-Pier

Maintenant que le défi 28 jours sans alcool est presque terminé, mes amis se sont habitués, on ne me passe plus de commentaires ou on ne me dit plus : personne ne va le savoir si tu prends un p’tit verre ! Parce que, oui, on m’a souvent tentée avec cette phrase et, effectivement, personne ne le saurait si je prenais un verre. Mais, au fait, de qui est-ce que je me cache dans ce défi ? Pour qui ai-je décidé de faire le défi 28 jours sans alcool ?

D’abord, c’est surtout sur un coup de tête, en voulant accompagner l’équipe de LaCerise, mais je me suis aussi lancée dans le projet pour moi-même. J’avais envie de relever le défi, de voir ce que c’est d’avoir une restriction qui à prime abord semble anodine, mais qui se révèle un défi de taille. Je voulais savoir ce que ça fait de ne pas boire du tout dans une soirée, est-ce que c’est vrai qu’on a plus de « fun » après quelques shooters ? Est-ce que c’est vrai que la poutine de fin de soirée est meilleure quand on a bu ?

C’est donc pour toutes ces questions (existentielles ou non) que j’ai décidé de faire le défi, mais surtout pour moi-même. Je suis d’ailleurs très fière de pouvoir dire que j’ai réussi malgré les tentations. Je suis fière de pouvoir dire que ce n’est pas vrai qu’on a moins de plaisir quand on ne boit pas. Pour ma part, j’étais la même (tout aussi plate!) J .

Blague à part, je crois que de savoir lâcher son fou sans avoir à compter sur une bouteille d’alcool est une bonne chose, tout autant que de prendre quelques verres entre amis en faisant preuve de modération. Rappelons que la modération ne doit pas être synonyme de privation, mais seulement de tempérance et, qu’en fin de soirée, vous serez content de rentrer chez vous sans égratignures tout en ayant profité d’une belle soirée.

Sur ce, je vous conseille fortement de relever le défi l’an prochain !

Je félicite ceux et celles qui l’ont relevé, vous pouvez être fiers de vous!

Monica

J’ai trouvé mon expérience utile, parce que j’ai réalisé à quel point l’alcool était présent partout dans ma vie ! Que ce soit un petit verre de vin chez mes beaux-parents, une sortie au resto en gang, ou encore la St-Valentin, toutes les occasions sont bonnes pour prendre un petit verre. Je n’avais jamais porté autant d’attention à toutes ces petites occasions là ! Je réalise qu’il est plus difficile de s’empêcher de prendre juste un petit verre. Se saouler, tu le justifies facilement parce que tu te lèves tôt le lendemain, t’as pas d’argent, etc. Donc c’est plus facile de dire non à une seule consommation ! Mais les petites tentations sont toujours là. C’est ce que je retiens de mon défi.

Maude

Initialement, j’ai décidé de participer au défi 28 jours sans alcool puisque mon dernier party m’avait excessivement amochée. Je me disais qu’un mois de répit me ferait un grand bien. Une fois le mois entamé, j’ai réellement apprécié l’expérience, même si c’était parfois difficile de dire non. Cela m’a fait réfléchir à l’importance que l’alcool a dans ma vie.

Avant le défi, j’avais l’impression que toutes les occasions étaient excellentes pour boire et qu’une vrai célébration, peu importe les circonstances, nécessitait une grande quantité d’alcool. J’avais tort, puisqu’il y a mille et une façons d’avoir du plaisir et les jeunes ne devraient pas croire que l’alcool est la meilleure. Je suis très fière d’avoir relevé le défi et il y a de forte chance que je recommence l’an prochain.

Reste à l’affut pour plus de confidences de la part des journalistes de LaCerise.ca sur le défi 28 jours sans alcool.

Comme le grand Marc Labrèche l’a souvent mentionné, nous faisons partie d’un monde d’aveuglement volontaire, mais j’ajouterais d’ignorance des moyens et de victimisme individualiste. Un monde sympathique, et non emphatique.

Dans un monde où la quasi-totalité des habitants confortables est tôt ou tard confrontée à prendre connaissance de la dure réalité d’une énorme partie de la planète, à voir à quel point l’environnement en arrache et à savoir qu’une personne peut manger qu’une seule fois par semaine, monsieur et madame tout le monde exerce tout de même le concept d’aveuglement volontaire.

On se paie du luxe. On pleure sur nos vies ô si misérables. On surconsomme sans réfléchir. On dépasse les besoins. On fait une mauvaise hiérarchie des malheurs en se victimisant.

Je généralise à travers ces lignes une réalité dont on vit tous les répercussions. Évidemment, beaucoup de gens sont conscientisés et aident de leur mieux. Mais, selon moi, ces gens généreux mériteraient que tous y mettent du sien.

Des centaines de documentaires accessibles, des publicités, des affiches promeuvent le fait qu’il faut faire attention à l’environnement, sans quoi nous finiront par atteindre le fond. Pourtant, les gens ne changent pas leurs habitudes, ils ne se sentent pas interpellés. Au contraire, cette réalité touche tout le monde.

Des films, des voyages, des livres, des vidéos nous exposent à des familles outremer qui vivent dans plus que la misère. Sans éducation ni chance de se sortir de ce cauchemar. Et encore, pourtant, trop peu de personnes se mobilisent pour aider ces humains en détresse.

J’ai de la difficulté avec tout ça. Encore pas assez de gens ne semble faire de step back pour se rendre compte que la vie ne tourne pas qu’autour de ce qu’ils connaissent. Qu’il faut être solidaire et que personne ne veut vivre de famine et d’eau impure. Certains réalisent que d’autres font pitié mais, ce qui m’échappe, c’est l’absence de gestes pour apaiser les souffrances. Collectivement, nous ignorons clairement l’impact que toutes les personnes confortables réunies pourraient avoir pour les plus démunis. Que l’argent servant à nos dépenses futiles pourrait en aider plus d’un. Je ne dis pas de ne pas profiter de la vie. Mais personne n’a BESOIN d’une grosse maison, d’une voiture de luxe.

Entendre quelqu’un dire : « Ils font dont bien pitié, dans ce pays-là ! », et voir cette même personne jeter son argent par les fenêtres comme s’il n’y avait pas de lendemain, ça me fend le coeur. Et sortez-moi pas l’argument : «Oui, mais cette personne a travaillé fort pour avoir un bon salaire. Elle le mérite.» Ouain, nais dont dans une famille pauvre en Inde pis essaie d’avoir une éducation convenable pour atteindre des études supérieures, s’il te plaît.

Mon point, c’est que tout le monde mérite d’avoir un milieu de vie convenable et que mon plus grand souhait est que toutes les personnes à l’aise financièrement sacrifient un peu de leur fortune pour effacer la misère dans le monde. J’aspire à un beau jour où notre génération plus conscientisée fera quelque chose contre cela.

Je pense, en fait, qu’on n’aura plus le choix à un moment donné, on aura dépassé les limites possibles. Que nous n’aurons juste pas d’autre alternative que de laisser de côté notre propre vie, parce qu’un quelconque événement bouleversera toute la planète. Parce que la Terre sera sur le point de s’effondrer.

Et c’est à ce moment qu’on réalisera que nos malheurs individuels ne sont que de passage, mais que ceux planétaire sont permanents et irréversibles.

Source : www.pixabay.com

Véritable fan d’Harry Potter, il te fait rire comme jamais pis en plus y’é beau comme un cœur. Bref, c’est le genre de gars qui plairait à ta mère, ça c’est certain. Il était de passage à Saguenay à l’occasion du concours Cégeps en Spectacle et j’en ai profité pour lui poser quelques questions.

Voici donc un petit résumé de notre entretien, qui te fera connaitre davantage ce petit comique attachant.

Diplômé de l’école nationale de l’humour en 2013, Jay est un amateur de  »stand-up », des spectacles propices à l’improvisation qui se déroulent dans une ambiance chaleureuse et où la proximité avec le public est favorable. En plus de sa carrière d’humoriste, il est à la barre de l’animation des lundis de l’humour au bar le jockey, écrit des textes pour Urbania, est chroniqueur à l’émission Code G. diffusée à Vrak TV et est également dans quelques sketchs de l’émission Like-moi. Depuis le début de 2017, Jay parcourt les quatre coins du Québec pour son mini-tour, où il promet de te faire rire aux larmes pendant une bonne heure et demie. Malheureusement, sa tournée est déjà sold-out mais ne vous en faites pas mesdames, Jay m’a confié qu’il va être de retour au Saguenay à l’automne prochain… Surveillez ses réseaux sociaux pour ne pas manquer ça !

Quand je lui demander de qualifier son spectacle en trois mots, il m’a répondu fleuri, authentique et Nicole… Nicole a définitivement piqué ma curiosité ! Si tu veux en savoir plus, tu sais quoi faire. 😉

Petits faits cocasses à savoir sur Jay

Malgré son grand succès et son ascension vers la popularité, Jay avoue rester humble et fidèle a lui-même. La preuve, c’est sa «playlist» personnelle que tu écoutes quand tu vas le voir en spectacle. Et ne sois pas surprise d’entendre des succès de notre Céline nationale… Jay avoue en être fan !

On va se le dire, ce gars-là a une tignasse de feu. Tellement qu’il me fait compétition niveau capillaire. Quand je lui ai demandé ses secrets pour avoir une aussi belle chevelure et bien je dois dire que j’ai été déçue d’apprendre qu’il ne se fait pas des masques maison toutes les semaines. Son seul et unique truc magique c’est du revitalisant ! Moi qui pensais pouvoir lui voler quelques idées je vais devoir continuer mes recherches…

*Saviez-vous que monsieur Du Temple, a déjà eu les cheveux rasés ? Eh oui… Il a fait ce gros changement alors qu’il était au Cégep. Avoue que tu aurais bien aimé avoir une photo à l’appui !

 

Deux semaines après le début du défi 28 jours sans alcool, nos cerisettes te confient leurs impressions.

Lydia

+ : J’aime bien l’expérience! Plusieurs occasions de boire, comme mon party de Noël en février… mais j’ai la chance d’avoir un copain et des collègues qui m’encouragent. J’ai aussi eu une gastro / sinusite, donc pas trop difficile ces journées-là de m’abstenir, j’avais plus envie de dormir que de fêter.

Alison

+ : Le défi m’a fait réaliser à quel point les soirées alcoolisées avec mes amis pouvaient être tout autant drôles lorsqu’on ne boit pas. Ça me permet aussi de bien me rappeler toutes les niaiseries que certains peuvent faire lorsqu’ils ont bu!

– : Les soirées arrosées ne manquent pas dans mon programme et les vendredis soirs s’avèrent toujours débuter avec des chialages sur le défi du 28 jours sans alcool depuis que j’ai commencé. Je reste obstinée, je vais réussir ce défi jusqu’à la fin !

Maude

+ : Participer au défi 28 jours sans alcool me rend fière, puisque je constate au fil du mois que les jeunes de mon âge consomment très fréquemment et ce n’est pas nécessaire pour avoir du plaisir. Le défi m’a fait repenser mes activités avec mes amis et, même sans boisson, nous ne nous ennuyons pas.

– : Certains de mes repas seraient certainement meilleurs accompagnés d’une bonne coupe de vin. Mais étant donné les circonstances, un verre d’eau fait amplement l’affaire.

Ariane

+ : Le premier point positif, c’est qu’entre nous, l’alcool c’est assez cher merci. J’ai tellement économisé à ne plus boire d’alcool, même si je n’étais pas une si grande buveuse que ça! Ensuite, comme j’ai dit plus haut, j’aime avoir des petits moments selfish avec moi-même, ça m’en prends pour décompresser de tout et des gens. Comme je n’ai pas voulu les abandonner, j’ai décidé de remplacer l’alcool par d’autres breuvages! Omg, il y a tellement de bonnes choses sur le marché! Eau infusée, vins sans alcool, moût de pommes, thé glacé de toutes sortes… de bien belles découvertes! Finalement, je sais pas pour vous, mais l’alcool, ce n’est jamais bien bon pour ma digestion (je sais, c’est un peu dégueu ,mais c’est ça pareille). J’ai vraiment mieux «feelé» côté santé pendant ces jours de jeun!

– : Chaque semaine, j’ai l’habitude de me détendre dans un bon bain chaud avec une coupe de vin, c’est mon petit moment me, myself and I. Ce fut assez difficile au départ de changer cette routine, qui m’aidait toujours à décompresser après une grosse semaine d’école. Un autre point négatif, c’est que c’était la St-Valentin, et comme je suis célibataire, j’aurais eu tendance à vouloir me gâter par un bon mousseux. Mais là aussi, j’ai du revoir mes plans!

Marie-Pier

+ : Un 28 jour sans alcool, à peine deux semaines passées et on se sent bien. Les soirées ont lieu quand même, sauf que le lendemain matin on a pas mal à la tête, ou on n’a pas envie de rester coucher! En plus, avec les petites soirées vient la fameuse question : comment revenons-nous? Chauffeur désigné? Pas de problème! Donnez-moi vos clés, je vais nous mener à bon port! Ce n’est pas si mal finalement, ce défi!

– : La seule petite chose, c’est la tentation. Les occasions sont abondantes dans ce mois de février! La St-Valentin, la fête de mon copain, un souper entre collègues, le Superbowl et j’en passe. Toutefois, ça reste une expérience intéressante et je ne regrette pas du tout de m’être embarquée avec l’équipe!

Monica

+ : Je trouve que je profite plus des soirées avec mes amies. Au resto, par exemple, j’ai conscience à 110% de tout ce qui se passe!

– : Je trouve cela difficile d’être justement une des seules qui ne boit rien, même pas un verre! Tu as presque l’impression de « manquer » quelque chose. Je ne me saoulerais pas de toute manière, mais juste un ou deux petits verres pour te mettre relaxe pis avoir du fun avec les autres, ça me manque un peu quand je sors en gang.

Frédérique

+ : Pour ma part, il n’y a aucun changement puisque je suis habituée à ne pas consommer beaucoup (2-3 fois par mois). Par contre, c’est agréable de pouvoir donner une raison aux personnes qui nous demandent pourquoi on n’en veux pas et aussi d’avoir une vague de soutien.

L’équipe «La Cerise ne boit pas » t’invite à t’implique toi aussi au Défi 28 jours sans alcool. Inscris-toi sur le site du défi et joins-toi à notre groupe. Parce que c’est en équipe que LaCerise.ca tient le coup!

Source : fondationjeanlapointe.org

Ce n’est pas facile de trouver un emploi que l’on aime. Nous pouvons envoyer plusieurs CV et n’avoir aucune réponse. Quelques fois, ça peut même être déprimant de faire un emploi que l’on n’aime pas. Nous pouvons être aux études, puis travailler parce que nous devons payer nos factures et avoir des sous pour sortir. Alors, comment faire pour aimer son emploi ?

J’ai posé la question à Salvador Mark, qui est un camelot. Il vit au Canada depuis 30 ans et a eu plusieurs emplois. Salvador distribue des journaux à plusieurs personnes tous les matins.  Il a un sourire contagieux qui fait que tu veux prendre le journal même si tu peux lire les nouvelles sur ton cellulaire.

Voici ses conseils :

  • Avoir de la confiance en soi 

Salvador travaille pour la compagnie de journaux depuis 3 mois. C’est un nouvel emploi et il doit se faire confiance pour bien accomplir les tâches.  Il ne comprenait pas beaucoup le français au début de son emploi et, maintenant, il se fait plus confiance pour le parler.

  • Avoir une bonne attitude

Monsieur Mark m’a mentionné que ce conseil est un des plus importants ! Il faut avoir une bonne attitude avec les gens que l’on côtoie, car ça peut rendre notre travail plus facile. Une bonne attitude, c’est toujours winner ! ☺

  • S’habituer à l’horaire de l’emploi et aux changements

Salvador aime son horaire parce qu’il travaille le matin, ce qui lui donne le temps d’aller à ses rendez-vous l’après-midi. Quelques fois, l’horaire peut être modifié ou changé.  Alors sois ouvert aux changements ou, si tu n’es pas en accord, tu peux aller en parler avec ton employeur.

  • Exécuter les tâches

Ce n’est pas facile d’exécuter les tâches lorsque nous sommes nouveaux dans un emploi. Il faut faire du mieux qu’on peut. Il faut faire une tâche à la fois. Par exemple, Salvador Mark passe entre 1200 et 1500 journaux par jour.

  • Donner son 100%

Dernier conseil de Salvador Mark : si vous passez une mauvaise journée dites-vous que la prochaine journée sera meilleure !

N’oublie pas que tu as été choisi dans un emploi parce que tu es capable d’accomplir tout ce qu’on te demande. Tout emploi est un apprentissage pour acquérir de l’expérience, puis pour atteindre ta dream job ! Et toi, as-tu des conseils pour aimer ton emploi ? Qu’est-ce qui fait que tu aimes ton emploi ?

Source : pixabay.com

Jeudi soir dernier comme la plupart d’entre vous je me suis rendue à la salle François-Brassard avec des amis pour assister à la 38e édition de Cégep en Spectacle. Au cours de la journée il m’a été donné de rencontrer quelques-uns des participants. Tous étaient bien sur très fébriles à l’idée de monter sur scène.

En m’entretenant avec eux ça m’a fait réaliser à quel point ça prend du courage et de l’investissement.

Jeudi soir dernier il y avait 3 gagnants officiels, mais ils sont honnêtement, à mon avis tous gagnants.

Pour souligner la participation de chacun des participants, j’ai décidé de résumer chacun d’eux en quelques mots.

Ève-Marie Tremblay : Authenticité

Un talent de composition, des paroles très bien choisies.

Célia Lucas : Courage

Une scène, un micro, une voix, et un numéro sensationnel.

Gabrielle Savard-Dion : Intense

Par les paroles de sa composition et ses mouvements.

Thamara Chiasson et Marianne Pilote : Complicité

Autant entre elles qu’avec un violon!

Rosalie Dumais-Beaulieu : Touchant

Elle nous a fait passer par une gamme d’émotions en quelques minutes.

Érika Yergeau : Impressionnante  

Une si grande voix provenant d’un si petit corps.

Danick Martineau : Prometteur

Un nom à retenir.

Jean-Xavier Bois : Génie

Un mystère qui nous sort de notre zone de confort.

Will Verreault : Rassembleur

Toute en légèreté, il nous a tous fait chanter avec lui.  

Lydia Lévesque : Attachante

Tellement d’aisance sur scène, un vent de fraîcheur !  

Tous à la leur manière ils sont montés sur scène pour démontrer un numéro qu’ils avaient préparé depuis quelques mois. N’oublions pas qu’ils ont également dû passer par un processus d’audition et de pratiques. Ils se disent cependant tous contents d’avoir embarqué dans le projet et ne regrette rien. C’est effectivement un très bel accomplissement.

On ne peut passer sous silence l’excellente équipe d’animation qui nous ont fait beaucoup rire ! Il y a derrière ces blagues et mimiques assurément beaucoup de travail ! L’animation de la 38e édition a certainement été réussie ce défi de nous faire passer une belle soirée avec brio !

Je lève mon choipeau à ceux qui nous ont fait entrer dans l’univers d’Harry Potter et de Code F le temps d’une soirée !

Bref, félicitations à tous les candidats, l’équipe d’animation, le comité organisateur et l’artiste invité Jay Du Temple qui ont contribué au succès de cette soirée !  

Félicitations également aux gagnants :

1ère position : Gabrielle Savard-Dion

2ème position : Rosalie Dumais-Beaulieu

3ème position : Danick Martineau 

Quand vient le moment d’user de vos connaissances générales, certains nous donnent l’impression d’être des livres ouverts et d’autres, comme moi, réalisent qu’ils n’en connaissent pas autant !

Pour ma part, j’ai décidé que je devais m’instruire davantage afin d’être plus consciente de ce qui se passe autour de moi.

Ce qui m’attire le plus est les faits étonnants venant des pays qui ont des cultures différentes de la nôtre et des modes de vie variés. Cependant, je me suis vite rendu compte qu’il n’est pas facile de trouver un site avec des informations fiables.

Je vous présente donc un site qui vous permettra de vous instruire de la bonne manière, ainsi que deux dont il faut se méfier. Je le fais pour le bien de tous puisque ce serait plutôt gênant que vous annonciez durant un souper de famille que même si vous êtes nulle à l’école, Einstein était lui aussi un mauvais élève….

Car cette information est fausse !

Le premier site que je ne recommande pas : http://saviezvousque.net. Ce site est complètement ridicule et ne fera que vous rendre plus con.

Le second est : http://www.lesaviezvous.net. Celui-ci contient des informations vraiment intéressantes regroupées par catégorie, mais il n’y a aucun onglet qui présente le site internet et il n’y a aucune source indiquée. Il est donc important de vérifier ce que vous lisez.

Le site avec lequel j’ai le plus appris est : http://www.le-saviez-vous.fr. En plus d’offrir des sources vérifiées, celui-ci contient des informations pertinentes et utiles, avec des détails pointus !

Je me fais donc un grand plaisir de vous présenter trois faits étonnants découverts sur celui-ci :

  1. Insolite : Le célèbre livre des records Guiness possède lui-même un record : celui du livre le plus volé dans les bibliothèques ! Vous me direz probablement qu’on s’en fiche, mais c’est tout de même une nouvelle insolite qui mérite d’être racontée lors d’une soirée bien arrosée. Cet article vous permet de comprendre que l’endroit (la bibliothèque) est important dans ce contexte, car si l’on recherche le livre le plus volé en général, il s’agit dans ce cas de la Bible.
  1. Croyance : Contrairement à l’idée répandue selon laquelle la boisson énergisante RedBull contiendrait des extraits de testicules de taureau, ce n’est pas le cas. En fait, cette boisson contient de la taurine, un ingrédient retrouvé dans la bile de bœuf. C’est un neurotransmetteur produit par de nombreux animaux, mais également par l’homme, à l’état naturel. On en trouve également dans les autres boissons énergisantes ou en tant qu’ajout alimentaire dans le lait synthétique (le lait naturel en contient déjà). Sa composition entière a été longtemps mise en doute.
  1. Incroyable : Le plus grand barrage de castor a été découvert grâce à Google Earth. Il a été découvert en octobre 2007 par Jean Thie. Ce barrage est si gigantesque qu’il serait visible de l’espace ! Il mesure 850 mètres et a été patiemment assemblé pour créer une retenue d’eau propice à l’activité des castors depuis plus de40 ans.

Vous avez maintenant une raison de partager vos connaissances pendant votre prochain party de famille !

C’est le retour du 28 jours sans alcool de la fondation Jean Lapointe. Ce défi a comme objectif de sensibiliser la population à la place qu’occupe l’alcool dans notre quotidien. Prendre une pause de boisson pendant le mois de février permet aux participants de refaire le plein d’énergie, mais également d’amasser des fonds pour une bonne cause.

Étant présentement au Cégep, les occasions de faire la fête se présentent assez souvent. J’ai donc décidé de changer mes habitudes et de me passer d’alcool pour les 28 prochains jours. J’ai constaté qu’il y a plusieurs avantages à participer au défi de la fondation Jean Lapointe. Je pense entre autre à l’économie d’argent, parce qu’on le sait, la boisson, ça coûte pas mal cher. De plus, le mois de sobriété aide le corps à évacuer toutes les traces de consommation d’alcool. Cela permet automatiquement d’avoir une vie plus saine. Le projet 28 jours sans alcool est également l’occasion de faire prendre conscience à nos proches de la place qu’a la toxicomanie dans nos vies. C’est le cas surtout chez les adolescents et les jeunes adultes.

Plusieurs membres de l’équipe de LaCerise.ca se joignent à moi pour relever le défi. C’est huit autres jeunes femmes qui diront non merci à l’alcool pendant tout le mois de février. Il s’agit de :

Lydia Dallaire

Alison Giguère

Anabelle St-Pierre

Ariane Tremblay

Camille Boutin

Frédérique Marcoux

Marie-Pier Lebrun

Monica Desbiens

Les journalistes de LaCerise.ca se réunissent, parce qu’ensemble, c’est plus facile de s’encourager et de tenir le coup. Ainsi, nous formons l’équipe «LaCerise ne boit pas» au sein du défi. Nous vous invitons à vous joindre au mouvement et à intégrer notre équipe. Il suivit de s’inscrire au defi28jours.com et de participer au défi d’équipe avec nous.

Restez à l’affût. Durant tout le mois de février, nos participantes documenteront leur périple et te proposeront plusieurs articles sur le sujet.

Source : weheartit.com