Récemment, j’ai senti qu’une certaine vague d’engouement est présente pour des modes de vie soit déjà connus depuis longtemps ou plutôt nouveaux. Par exemple: le végétarisme ou végétalisme et le « sans déchet ». Ces philosophies montent en popularité de jour en jour et sont de plus en plus présentes sur les réseaux sociaux. C’est quelque chose de vraiment fantastique, c’est vrai! En plus, c’est bon pour l’environnement puisque ça réduit notre empreinte écologique. Mais, suis-je la seule personne qui ressent une espèce de pression sur mes épaules parce que je ne suis pas la plus grande adepte d’un de ces mouvements-là?

 

Autour de moi, je connais plusieurs personnes qui sont, par exemple, végétarienne. Je respecte ces personnes de tout mon âme, même que je les admire, parce que moi, je serais totalement incapable d’être végétarienne. Je n’aime pas tellement le tofu et il m’est plus facile de nommer les légumes que je n’aime pas que ceux que j’apprécie. Et là, je me sens un peu mal. Après tout, selon une vidéo explicative du journal Le Monde, pour produire un kilogramme de bœuf, il faut 15 500 litres d’eau, tandis qu’il en faut 184 pour la même quantité de tomate. Mais un bon steak sur le barbecue, c’est si bon! Je me sens déchirée.  

 

Après, le mode de vie sans déchet. Sa signification se trouve dans son nom, le but est de vivre sans produire de déchets. Le suremballage et les choses jetables causent beaucoup de pollution et sont très néfastes pour l’environnement. Nous n’avons qu’à penser aux océans de plastiques qui sont tout à fait dégoûtants. Donc vivre sans déchet signifie plus jamais de sacs plastique ou de pailles, plus de saran wrap ou de lingettes démaquillantes, plus d’essuie-touts en papier ou de gobelets de café en carton, bref, plus de déchets. Quand tu regardes ça, ça en fait de la poubelle! C’est même assez terrifiant à remarquer. J’aimerais être capable de vivre de cette manière-là, mais ça semble être tellement de travail! Je me sens d’autant plus déchirée.

 

Bon, du calme. La solution que j’ai trouvée à ces grands déchirements est assez simple : il faut y aller graduellement. Tu fais ton épicerie et tu remarques que les cerises sont en spécial. Achète-les au lieu de ton sac de Miss Vickies au vinaigre. C’est en incorporant des fruits et des légumes dans ton alimentation tranquillement, pas vite que tu réussiras à diminuer ta consommation de viande.

 

Tu magasines chez Wal-Mart et tu vois des pailles réutilisables en métal. Pourquoi pas? Après tout, dépenser dix dollars pour un paquet de six pailles qui vont durer toute ta vie, ce n’est pas si pire. Cela remplacerait toutes les pailles que tu jetterais et qui finiraient dans la mer à tuer des tortues. En y allant graduellement, cela nous habitue à changer nos habitudes de vie sans trop nous déstabiliser. Ce n’est pas parce que tu n’aimes pas le tofu que tu ne peux pas être végétarienne ou végétarien. Donc, n’hésite pas à jeter coup d’œil à ce que tu pourrais améliorer pour réduire ton empreinte écologique!


À PROPOS DE L'AUTEUR
Marie-Michèle Bourassa

Marie-Michèle Bourassa

En tant que fan du Japon à temps plein et amatrice d’art à temps partiel, mon grand amour pour la culture et mes idées qui peuvent surprendre sortiront du lot dans mes écrits! La cinématographie s’ajoute aussi dans ma sélection de passe-temps et les sujets qui sortent de l’ordinaire sont mon terrain de jeu préféré. La fille passionnée que je suis n’hésitera pas vous donner son opinion sur ce qu’elle croit important!

Commentaires