Non classé

Tu as besoin d’inspiration pour une nouvelle façon de procrastiner ? Tu as déjà fait rafraichir ton actualité Facebook, Instagram et Tweeter trois fois dans les dix dernières minutes ? Ou encore, tu te sens seul, tu aimes aider et tu es curieux ? J’ai trouvé l’application pour toi !

Whisper est une application simple et anonyme où tu peux partager tes pensées, lire les secrets des autres utilisateurs et donner ton aide ou ton opinion de façon discrète et incognito. Il y a les  »Whisper » les plus populaires, les plus récents et ce qu’il y a de chouette, c’est qu’il y a plusieurs groupes auxquels tu peux t’abonner si tu souhaites partager avec une certaine communauté. Personnellement, j’aime beaucoup les groupes « ADHD », « Addicted to books » ainsi qu’« Adulting Sucks ». Je peux m’identifier là-dedans et que je me sens moins seule dans mon petit 4 ½. Il y a même l’option « à proximité » qui te montre ce que des utilisateurs proches de toi ont partagé. L’application regroupe des gens de partout dans le monde, alors l’anglais est la langue privilégiée. Si tu ne parles que français ou l’espagnol, tu sauras tout de même te trouver des confidents.

Alors, si tu es comme moi et que tu es une personne curieuse, que tu aimes donner des conseils et être à l’écoute, je pense que c’est l’application pour toi. Si au contraire, tout ce que tu aimes c’est créer des débats, t’obstiner avec une bande d’inconnus et que de savoir les secrets intimes des gens te fait sentir bien, tu as tout autant la chance de t’amuser !

Bref, c’est une bonne façon de décompresser après une grosse journée dans ton lit avant de te coucher, au lieu de regarder 9gag pendant 2 heures.

 

[1] http://www.digitaltrends.com/mobile/whisper-tracks-users-locations-when-told-not-to-shares-data-with-department-of-defense-and-fbi-privacy/

Comprenons-nous bien. Effectuer un virage à 180 degrés, ça veut autrement dire « faire volte-face, effectuer un changement brusque et soudain d’orientation, d’attitude ». Eh bien, c’est exactement ce que j’ai fait avec ma vie il y a de ça 2-3 ans. Parce que oui, il est possible pour chacun d’entre nous de changer sa vision du monde.

 

Pour ma part, c’est l’anorexie qui a pris toute la place pendant une bonne partie de mon adolescence. Pendant trois longues années, je me suis éteinte. Ma vie tournait autour de la nourriture, des chiffres et de l’apparence. Ma maladie a fait de l’hôpital mon second foyer. Mon corps frêle qui avait peine à fonctionner, ma fragilité et mon mal-être m’ont poussé jusqu’à l’hospitalisation. À deux reprises. Je me détruisais à petit feu, et ça ne me dérangeait même pas.

 

Un jour, je ne peux expliquer comment ni pourquoi, je me suis réveillée. Ça ne s’est pas fait du jour au lendemain. Je me suis mise à manger, pas pour éviter l’hôpital ou pour rassurer mes parents, non ; il fallait je le fasse pour moi. Je me suis mise à prendre soin de moi. J’ai arrêté de porter d’énormes vêtements pour me cacher. J’ai coupé mes cheveux qui m’arrivaient au derrière. Je me suis permis de faire des folies pour une fois, de mettre un frein à la perfectionniste que j’étais.

 

Une chose dont je me souviendrai toujours, c’est de la curiosité que je portais à ma propre condition, que je ne comprendrai jamais totalement d’ailleurs. Je lisais à la tonne sur le sujet, comme si j’étais à la recherche d’une réponse ou d’un remède miracle. Ce que je ne savais pas encore à ce moment-là ? La réponse, elle se trouvait à l’intérieur de moi.

 

Derrière chaque question se cache un univers infini de réponses possibles. La vie est bien faite, même s’il est facile de croire le contraire à la minute où l’on vit un échec. Ma maladie, je ne la regrette pas. Elle a bâti la personne que je suis aujourd’hui. Ma guérison m’a mené à me surpasser et à faire des choses que je n’aurais jamais pensé faire. Je suis devenue l’héroïne de ma propre histoire.

 

Goûter à la vie, me choisir moi, telle a été ma réponse.

Voilà comment j’ai effectué un virage à 180 degrés avec ma vie.

Hiring professionals to make unique resumes and cover letters would be the easiest way for you to acquire your foot in the doorway of a business so that you can be asked to get a meeting and find the job that you desire. Therefore it’s an important portion

«Un matin, je n’en
pouvais plus. Je la voyais fondre sous mes yeux. Je devais faire quelque chose. Je l’ai
brusquée, plusieurs fois, j’imagine, mais ça a fonctionné. Elle l’a avouée.

Ça n’arrive pas à tout le monde, heureusement, mais plusieurs passent proche. Tu penses
que ça ne t’arrivera jamais. Penses-tu que c’est une bonne chose? Sur le moment, le long
moment, oui. Il est là le problème. Au début, ça ne parait pas puisque ça prend du temps.
Ça prend du temps avant que les gens le remarquent et qu’ils se posent des questions,
qu’ils te posent des questions. Au début, tout se passe dans ta tête et tu ressens comme
une satisfaction. N’est-ce pas?
Elle a eu de la difficulté à l’accepter. Ça l’a vraiment été difficile. Un matin, je n’en
pouvais plus. Je la voyais fondre sous mes yeux. Je devais faire quelque chose. Je l’ai
brusquée, plusieurs fois, j’imagine, mais ça a fonctionné. Elle l’a avouée. Elle m’a
avouée, en détresse qu’elle voulait s’en sortir. Elle savait qu’elle était rendue à un point
où elle avait besoin d’aide. Nous sommes allés voir l’infirmière, ensemble. Ensemble plus
que jamais.


Elle m’a tout dit. Le déjeuner, rien. Le dîner consistait à être une pomme. Le souper elle
mangeait une plus petite portion, mais elle mangeait puisqu’elle ne voulait pas mettre en
doute ses proches. Elle voulait continuer à être sur son petit nuage et ne manger que le
strict minimum, tu vois? Elle m’a dit que c’était la raison pourquoi elle se mettait autant
de pression à l’école et dans les sports. Effectivement, elle s’était inscrite dans environ 3
équipes sportives pour perdre du poids. Elle voulait être la plus parfaite possible et
 donner son maximum pour tenter d’atteindre l’idéal, son idéal. Elle m’expliquait
que c’était comme si quelqu’un d’autre était dans sa tête pour la dicter, comme un
démon. Les crises d’anxiétés, les sauts d’humeur, les obsessions de la balance, les
calories, les quantités, le fast-food, le stress, la pression, la peur…
Elle a fini par en parler à ses parents qui l’ont amené à l’hôpital. Elle a été suivie par un
psychologue, un médecin, un psychiatre et une nutritionniste. Elle a été prise en charge.
Le soulagement pour ses proches, mais la détresse pour elle. Il fallait y aller, une chose à
la fois. Une journée à la fois. Il fallait du temps. C’est difficile et long avant de reprendre
un mode de vie sain. Il fallait être patient et essayer de comprendre, même si ce n’est pas
toujours facile. Elle devait augmenter ses portions tranquillement pas vite. Elle avait des
rendez-vous, souvent. J’ai été là, tout au long du processus. Et vous savez quoi? Ça fait
maintenant deux ans, presque trois, et elle s’en est si bien sortie. Elle rayonne.C’est difficile avoir une bonne estime de soi. Il faut apprendre à s’apprécier, à se
valoriser et à être fière de sa personne. Et elle a réussi, en majeure partie. Tu réussiras.
Il suffit d’avoir la volonté et d’aller chercher l’aide qu’il faut. Ce n’est pas facile, je te
l’avoue. Par contre, je te promets que c’est le plus beau cadeau que tu t’offriras. La joie
t’ira à merveille.Crédit photo : weheartit

 – avec Yeliz Kayacan.

À la suite d’une entrevue avec Vicky Côté ayant été publiée le 24 octobre dernier, trois membres de notre équipe ont eu la chance de voir la pièce de théâtre Haïku de prison ! On vous laisse prendre connaissance de notre appréciation.

 

Un divertissement impressionnant et hors du commun, voilà comment je décrirais Haïku de prison.

Ugo Niquet-Girard

Une interprétation magistrale par Bruno Paradis et Vicky Côté qui en fait également la mise en scène. Il s’agit d’un genre théâtral pouvant être catégorisé d’expérimental, ce qui permet à madame Vicky Côté de se démarquer, car c’est un style qu’elle affectionne particulièrement et qu’elle maîtrise à merveille. Il faut savoir que la pièce repose en totalité sur la justesse des mouvements des deux acteurs, car il n’y a aucun dialogue pendant toute la durée de la représentation. C’est d’ailleurs, ce qui rend ce spectacle unique. Également, les jeux d’ombres et l’utilisation des accessoires étaient tout simplement éblouissants. Toutefois, il est nécessaire selon moi de rester à la fin du spectacle afin de poser des questions, car pour être franc, j’ai compris la pièce qu’en partie et rester à la fin pour écouter les explications de madame Côté m’a permis de mieux comprendre.

 

Une pièce de théâtre qui mérite tous les éloges, voilà comment je décrirais Haïku de prison.

Vanessa Primeau

Je ne suis pas une grande admiratrice des pièces de théâtre et je ne savais pas à quoi m’attendre pour celle-ci, mais je suis conquise par le talent de Bruno Paradis et Vicky Côté. L’imagination qu’il y a dans cette pièce est phénoménale ! Les jeux de lumière, les chaussettes représentant des marionnettes et des vêtements servant à représenter des acteurs fictifs de la pièce ne sont que quelques exemples de ce qui a permis de captiver mon attention. Les sons ont également une grande importance dans cette pièce. Ce que j’ai le plus adoré, c’est que chacun s’en fait une interprétation qui peut différer d’une personne à l’autre et il s’agit du but de la pièce ! On n’y comprend pas tous, mais ce n’est pas l’essentiel. Pour conclure, les thématiques principales telles que la misère en prison, la violence et l’évasion sont bien représentées puisqu’un narrateur cite des passages du texte de poésie de Lutz Bassmann.

 

Frappant et unique, voilà comment je décrirais Haïku de prison.

Monica Desbiens

Déjà, je suis une grande amatrice de théâtre ! Mais je n’avais jamais eu la chance d’en découvrir une comme celle-ci. Le fait qu’il n’y a pas de dialogue entre les différents personnages nous pousse inévitablement à rechercher nos réponses ailleurs : dans les costumes, dans les accessoires et dans les jeux d’ombres. Heureusement, ceux-ci sont légion dans la pièce qui nous est présentée. J’ai particulièrement aimé que les deux acteurs aient su donner vie à plusieurs personnages simplement avec des accessoires et beaucoup d’imagination ! Vicky Côté a vraiment su exploiter de manière ingénieuse un texte qui ne se prêtait pas nécessairement à la mise en scène, étant tiré à la base d’un recueil de poésie. Avec des épisodes plus dramatiques — le viol d’une détenue en particulier — on s’attache rapidement à ce petit monde, sans en comprendre toutes les nuances. On se crée notre petite histoire, comme on la voie, comme on la comprend, comme on la ressent ! C’est ce que j’ai préférée : une œuvre qui laisse place à l’interprétation et surtout à l’imaginaire, tout en abordant des sujets très sensibles.

Oui, je suis une personne extrêmement stressée à l’approche de toutes les situations particulières que la vie m’amène. Depuis plus de 12 ans maintenant que je pratique le patinage de vitesse et des courses, j’en ai faites. Pourtant, à chaque nouvelle compétition, une tension et une anxiété sans précédent s’installent la journée avant l’événement. Comment réagir face à ce stress intense ? Y a-t-il des façons de contrer ou de passer par-dessus celui-ci ? Ou même, ce stress est-il nuisible ou utile ? Voici ce que j’en pense.

Comment réagir ?

Il n’y a pas de solutions miracles lorsque nous sommes confrontés à une situation stressante et personne ne réagit de la même façon. Je suis plutôt désagréable à l’approche d’une compétition (parlez-en à mes parents), je ne tiens plus en place et me coller un sourire dans le visage est toute une étape. Le but est de garder son calme et de ne pas trop anticiper ce qui pourrait arriver. Selon mon expérience, mes meilleures courses ont été lorsque je n’avais aucune attente, lorsque je croyais impossible de surpasser la qualité des autres patineuses ou que je doutais de ma condition physique. Le plus difficile dans une compétition ou un tournoi est d’avoir le temps de penser aux autres concurrents. Ils nous semblent toujours meilleurs que nous et un manque de confiance en soi nuisible s’installe de ce fait. Il faut donc garder l’accent sur ce que NOUS sommes en mesure d’accomplir et non sur les autres.

Des trucs ?

On m’a souvent conseillé la visualisation avant d’entrer sur la glace. Cela n’a jamais vraiment fonctionné pour moi, car il est impossible de prévoir ce qui peut arriver pendant la course. Si j’ai un plan déjà déterminé et que quelqu’un détruit le plan, je me retrouve sans ressource et le temps de réfléchir à une solution, il est déjà trop tard. Personnellement, je dois avoir la tête vide et patiner selon le moment présent. Pour ce faire, avant chaque course, je jase et ris avec les autres et, souvent, j’écoute de la musique entrainante. De grandes respirations peuvent également aider les athlètes à vaincre un stress trop intense.

Bon ou mauvais, le stress ?

Il faut savoir qu’il existe deux types de stress, soit le stress positif et le stress négatif. Le sportif peut voir le stress lui procurer de l’énergie comme un moteur ou au contraire, celui-ci peut lui nuire complètement. Cela dépend de la gestion que la personne fait du stress. Il est important de comprendre et de voir ce mauvais stress arriver. Le rythme cardiaque qui s’accélère, le manque de confiance, l’arrivée de pensées négatives ou les jambes molles sont des exemples de manifestations de stress nuisible pour la plupart. Lorsque l’on sent ces « symptômes », il vaut mieux s’arrêter et respirer pour retrouver nos esprits. Bref, foncez et tentez de rester calme, ce n’est qu’une compétition après tout, votre vie n’est pas en jeu !

Mode Panache

BY 25 septembre 2017 Non classé

Événement mode Panache : couverture d’événement avec LaCerise.Ca

 

En quelques lignes : Qu’est-ce que l’événement mode Panache?

 

-Un défilé créé par Marilyn Bédard et Robert Hakim, un projet qui trottait dans leur tête depuis 2012 et mis sur pied en 2014. Le but est de miser sur les talents d’ici, autant chez les mannequins que chez les créateurs et designers.

 

-Il s’agit d’une équipe de 18 mannequins bénévoles hommes et femmes passionnés par la mode, qui défilent sur la scène du Hangar de la zone portuaire de Chicoutimi.

 

-Une équipe de stylistes et coiffeurs reconnus du milieu qui viennent tout droit de Montréal.

 

L’équipe de LaCerise.Ca assistait au second défilé qui avait lieu ce samedi et a rencontré toute l’équipe qui se trouve derrière celui-ci.

Nos journalistes Éliane Pilote et Ann-Sophie Gagné ont pu rencontrer et s’entretenir avec les mannequins dans les loges à différents moments de l’événement. Ils ont d’ailleurs été très généreux dans leurs réponses et c’est ce que nous allons dévoiler très bientôt dans une capsule sur l’événement !

 

Étant le premier évènement de ce genre et le seul dans la région, Panache offre une visibilité aux créateurs d’ici en plus de contribuer au commerce du vêtement régional. L’évènement mode Panache est maintenant reconnu au Saguenay-Lac-Saint-Jean, c’est une fierté! Les billets étaient d’ailleurs déjà tous envolés dès mardi dernier, nous a confié l’organisatrice.

 

La beauté du défilé se retrouve à travers les gens passionnés qui s’impliquent dans le projet et qui laissent paraitre leur amour pour la mode avec l’énergie qu’ils y mettent. La directrice artistique, Marilyn Bédard, regardait d’ailleurs ses mannequins avec fierté tout en dansant au rythme de leurs pas pendant le défilé.
« C’est une fierté de défiler pour notre région, ce que j’aime c’est l’opportunité que l’on a de porter des vêtements vraiment ‘’High Fashion’’», nous lance une des mannequins de l’évènement Marie-Sophie Pagé, qui en est à sa troisième expérience.

 

Encore cette année, l’événement qui débutait vendredi soir a frappé fort! Le défilé débutait avec Cokluch mini avec des enfants qui défilaient suivi de RW&CO, Coquette en soie, JAX N JOE / ANNLO et La Fabrik / Humanity. Ce samedi c’était les collections Homies, Marc Aurel Fashion / Marie Saint Pierre / Michael Kors / BOUTIQUE MICHEL SIGNATURE, Nadya TOTO, Ève Gravel ainsi que MARKANTOINE qui défilaient.

 

L’équipe de LaCerise.Ca peut vous confirmer qu’elle a été charmée par l’évènement et par toutes les personnes impliquées.

BY 13 septembre 2017 Non classé

13sept

Le temps est enfin venu de dévoiler nos nouveaux journalistes, collaborateurs et nos nouveaux projets pour la saison 2017-2018!

Tout d’abord l’équipe de LaCerise.ca tient à remercier tout le monde qui ont posé leur candidature et qui nous ont envoyés un article.

Voilà une semaine qui s’est écoulée depuis les entrevues et l’équipe à délibérée. Nous vous annonçons donc sans plus tarder la liste de nos nouveaux membres:

Nos nouveaux journalistes:

Ann-Sophie Gagné:

Une fille authentique qui n’a pas peur de foncer! Articles et vidéos, c’est ce qui vous attend avec Ann-Sophie!

Claudia Fortin:

Passionnée de sport, vous découvrirez sa belle personnalité à travers ses textes!

Jessica Lepage :

Relever de nouveaux défis ne fait pas peur à Jessica!

Véronique Rompré :

Pour une première en écriture, Véronique saura vous charmer!

Émilie Véronneau :

Une jeune fille ambitieuse, déjà expérimenté en écriture!

Edward Sanger:

Un garçon bien original aux multiples talents!

Nos nouveaux collaborateurs:

JM côté et Carolanne Plouffe:

Un duo formidable à la fois drôle et attachant!

Marianne Guay:

Une mordue de sport, elle vous tiendra au courant des nouveautés du monde sportif

Nicholas Lamothe :

Une dose de masculinité, amoureux de sports et d’information on vous garantit des articles intéressants!

Gabrielle Morissette:

Curieuse et interessée vous aimerez lire ce qu’elle écrit!

Éliane Pilote :

Écriture et vidéos, ne manquez pas les conseils de notre charmante Éliane!

Élodie Leblanc: 

Rafraichissante dans son authenticité!

Des nouvelles cette année:

‘’Netflix and Chin’’

Le temps d’une capsule devenez les complices de Carolanne Plouffe et JM Côté. Sachez quoi regarder sur Netflix grâce à leurs vidéos « Netflix and Chin ! « . Ils vous donnent leurs suggestions, commentaires, appréciations et surtout, de bons fous rires ! Sortez vos bulles, ouvrez votre télé et trinquez avec eux ! Chin chin !

Les capsules mode et beauté

Nouveau concept cette année, Ann-Sophie Gagné et Éliane Pillote nous entretiennent tous les mois avec leurs capsules mode et beauté. Venez découvrir les nouvelles tendances avec nos deux collaboratrices! Attention, vous risquez d’un peu trop les aimer!

Nous tenons également à souligner l’implication de nos journalistes et collaborateurs qui poursuivent l’aventure avec nous!

Gabrielle Bartkowiak (collaboratrice)

Molly Béland (collaboratrice)

Monica Desbiens (collaboratrice)

Marc-William Gagné (collaborateur)

Alison Giguère (Coordinatrice au contenu)

Roxanne Jérome (Collaboratrice et membre du CA)

Valérie Lavoie (Directrice des médias)

Marie-Pier Lebrun (Directrice)

Juliette Lefebvre (collaboratrice et membre du CA)

Ugo Niquet-Girard (collaborateur)

Vanessa Primeau (Directrice de l’équipe rédactionnelle)

Chloe Poulin (collaboratrice)

Audrey Painchaud (Coordinatrice au contenu)

Ariane Tremblay (collaboratrice)

Anabelle St-Pierre (collaboratrice)