KINO, c’est une diffusion de courts métrages sur grand écran dans l’ambiance la plus conviviale et respectueuse qui soit, c’est la valorisation de la production indépendante, c’est une opportunité pour tous ceux qui rêvent de présenter leurs vidéos homemade devant un grand public, bref, c’est une chance à saisir! C’est un bon moment garanti à passer pour les spectateurs curieux et un petit moment de gloire pour les jeunes réalisateurs.

Ce 17 septembre a eu lieu la première représentation de l’automne 2014 de KINO, à Jonquière.
Et j’avoue, je savais pas du tout c’était quoi.
Et ouais, c’était ma soirée d’initiation à KINO.
Et OK, après avoir regardé sur Internet j’ai su c’était quoi. Plus précisément.
Et là, désolée si je parais inculte, mais étant une première année, je n’avais jamais entendu parler de ce projet, alors PEUT-ÊTRE que certains sont dans ma situation, c’est pourquoi je me lance dans des explications (ne vous en déplaise…).
Ça a l’air qu’un certain Jéricho Jeudy a dit que c’était «Faire bien avec rien, faire mieux avec peu, mais le faire maintenant.»
EH BEN VOILÀ. (OK c’est fait, c’était tout.)

Hier soir, on a vu des courts métrages réalisés sans un sou, certains simplement avec un iPhone, d’autres avec une GoPro, et, bien sûr, quelques-uns avec des caméras de toutes sortes, filmés dans un bref délai. Et de TOUS GENRES, me dois-je de spécifier. Pour débuter la saison en force, le thème de cette première représentation était «Voyage». Tout simplement. Ce qui laisse place à bien des possibilités et je vous assure qu’on en a vu en masse, des aspects du voyage…
Nous sommes passés par l’Islande, les États-Unis, on a même fait une virée à Longueuil, à Québec, au Saguenay-Lac-Saint-Jean, sans oublier, bien sûr, le périple à Jonquière qui nous a tous marqué!

Cet article atteindrait des dimensions bien trop imposantes pour être publié si je vous expliquais chacun des courts-métrages que j’ai pu voir hier soir, mais je peux vous affirmer que j’ai passé une excellente heure, à rire surtout, à être impressionnée sans arrêt. Il y avait du talent dans la salle, oh oui. J’ai été charmée, touchée. Ça débordait de diversité dans les idées, dans la façon d’apporter le thème, dans l’humour. Pour ce qui est des vidéos n’abordant pas le voyage, il y en avait des plutôt déconcertantes, comme celle durant laquelle nous avons pu observer durant un bon cinq minutes un homme raser sa barbe de 143 jours (…à peu près). Ou bien ce vidéoclip magnifiquement réalisé comportant des marionnettes géantes et d’excellents danseurs.

Ce principe de présenter des courts-métrages indépendants qui échappent aux standards monétaires de productions a été une belle grosse réussite. Et comme c’est ouvert à tous, je vous invite à tenter votre chance! Cette saison promet, je vous le dis. Et si vous non plus n’êtes pas encore initié à KINO, allez à la prochaine représentation, je vous l’oblige. Vous n’allez pas le regretter!

Photo: Facebook


À PROPOS DE L'AUTEUR

Gésaël Drouin-Vigneault

Rougir facilement, créer des malaises, manger, dormir, écrire, écouter de la musique et des films, jouer du piano, lire des briques en une journée, boire du café, courir dans les champs, dessiner, peinturer, être timide, porter des vêtements d'automne à longueur d'année, faire du vélo, marcher, boire du café, cuisiner des desserts, lire les sections arts & cinéma des journaux, aller à des spectacles de musique, avoir un excellent (oui) sens de l'orientation, boire du café, manger (spécifiquement) du chocolat, se promener avec un discman au lieu d'un iPod, trouver son linge dans des friperies, disposer d'une collection de souliers étranges, sont les choses que j'accomplis le mieux.

Commentaires