Ronde et Jolie

Ce que la directrice du défilé de mode Ronde et Jolie, Poleen Beaulieu, désire le plus pour l’avenir, c’est l’absence de préjugés par rapport à la diversité corporelle. Ses propos ont été appuyés par deux des dix modèles-participantes, Katherine Sandy Thibeault et Tremblée Sue. L’événement mode faisait parti de la programmation de cette 4e édition du Salon de la femme qui avait lieu le 1er et 2 avril dernier, au Delta de Saguenay.

Poleen Beaulieu se désole des tabous encore présent dans l’industrie de la mode en 2017. Selon elle, puisque les designers de grandes  marques n’ont pas le même patron, c’est moins compliqué pour eux de créer des vêtements à cause des tailles régulières. D’ailleurs, si on compare les patrons de vêtements du Victoria’s Secret  à ceux de Ronde et Jolie, l’instigatrice de l’événement mode ne mâche pas ses mots. «Ce n’est pas à jour, car ce ne sont pas des tailles plus. Je crois qu’ils ont une clientèle bien précise à viser. La femme d’aujourd’hui n’est pas capable de se représenter au travers la taille du vêtement». juge la jeune entrepreneuse. Les tabous seront vraiment disparus lorsqu’il n’y aura plus d’étiquettes qui existera pour catégoriser le corps d’une femme, soit taille plus ou taille régulière, déduit-elle, tout en laissant transparaître une lueur d’optimisme au travers ses paroles.

Katherine Sandy Thibeault, quant à elle, ne baisse pas les bras par rapport à l’acceptation des formes multiples. « Je voulais montrer aujourd’hui qu’avoir des formes, c’est important», confie-t-elle. Peu importe l’habillement, qui nous sommes et notre grandeur, on s’en fiche», soutient celle qui a participé pour la première fois cette année au défilé.

«Je suis vraiment à 100% dans le cheminement de l’acceptation de mon nouveau corps, c’est pour ça que participer au défilé m’interpellait plus cette année», déclare Tremblée Sue, une femme qui a déjà eu recours auparavant à une chirurgie bariatrique afin de lutter contre cette image négative d’elle-même reliée à son poids. «Toute ma vie, je me suis battue pour être dans un mouvement où la société nous demandait d’être mince», explique-t-elle, faisant référence aux régimes, à l’exercice et à la privation. «La mode devrait se conformer la réalité et non à ce qu’elle veut véhiculer en tant que valeurs», termine-t-elle.

Un défi relevé

Malgré la difficulté d’acceptation de leur corps à laquelle elles ont dû lutter afin d’afficher publiquement leurs formes, les modèles de cette 4ème édition du phénomène Ronde et Jolie ont défilé la tête haute dans des vêtements grande taille signés Addition Elle et Mode Choc. «Un défi relevé à 110%», s’enthousiasme une autre des participantes à la parade de mode, Valérie Lavoie. «Si je peux, je le refais, c’est sûr», conclut d’entrain la jeune fille de dix-neuf ans.

Pour la deuxième édition du Salon de la Femme du Saguenay-Lac-St-Jean qui se déroule cette fin de semaine à l’hôtel Delta Saguenay, les ravissantes mannequins du défilé de Ronde & Jolie ont charmé le public une fois de plus!

D’une diversité corporelle réjouissante, c’est avec fierté qu’une dizaine de modèles se sont prêtées au jeu du catwalk. Tantôt plus chics, tantôt plus sexys, chacun des vêtements choisis mettait en valeur l’unique beauté qui caractérisait ces femmes. Il est à noter que tous les habits provenaient des boutiques Marie-Josée ainsi qu’Addition Elle.

Poleen Beaulieu,  fière instigatrice de cet organisme visant à montrer que chaque femme est belle, et ce, sans exception, s’est dite réjouie du résultat de tant d’efforts fournis par son équipe de bénévoles.

Je tiens à souligner le travail, mais surtout le courage de ces femmes inspirantes qui ont su dévoiler ce qu’est la véritable beauté dans toute sa diversité et ses imperfections.

Si vous n’avez malheureusement pas pu être présents au défilé du samedi après-midi, ne soyez pas déçus trop rapidement, puisqu’il sera de nouveau présenté aujourd’hui même, dimanche 22 mars 2015, dès 14h au Salon de la Femme du SLJS présenté à l’hôtel Delta Saguenay. Bien entendu, autant de sourires et de couleurs n’attendent que votre énergie pour briller à nouveau!

Photo : Page Facebook de Ronde et Jolie

Galerie de photos : Lacerise.ca

Ronde et Jolie a lancé en grand son calendrier 2015 hier soir lors d’une soirée très glamour à laquelle La Cerise était présente. Encore une fois, douze femmes sont mises en valeur dans ce calendrier qui veut promouvoir la diversité corporelle.

Plusieurs personnes étaient présentes pour cette soirée haute en couleur. Le duo Sweet Cover a lancé la soirée en faisant des reprises de chansons populaires. L’artiste-peintre Nancy Morin était sur place pour exposer quelques-uns de ses tableaux qui exposent des hommes et des femmes de gabarits différents. L’artiste peignait, devant le public, deux modèles qui se sont dénudées pour l’occasion. La clinique Optik Maltais était aussi présente pour inviter les gens à essayer une variété de lunettes, puis à se faire photographier dans le cadre d’un concours.

La photographe Camille Blais était également sur place pour prendre des clichés dans un photobooth, le glamour était à l’honneur. Les mannequins ont défilé sur le tapis rouge pour présenter chacun des mois. Il a été possible de constater la très grande équipe qui est derrière Ronde et Jolie. La soirée a été conclue par un flash mob dans lequel les organisatrices, les mannequins et certains membres du public se sont déhanchés sur la chanson Bang Bang de Jessie J. Le party était «pogné», la foule tapait de mains et ne voulait rien manquer du spectacle!

Améliorer l’estime de soi

Les mannequins étaient tout en beauté pour l’occasion. Le sourire sur le visage des douze femmes valait le déplacement. «Le but de Ronde et Jolie est venu du besoin d’améliorer la perception de soi et de l’estime de soi chez les femmes», explique l’instigatrice du projet, Poleen Beaulieu. Elle peut dire mission accomplie! Les mannequins doivent d’ailleurs suivre des ateliers sur l’estime de soir dans le processus de création du calendrier. «Aujourd’hui je me sens belle», lance la mannequin du mois de décembre, Vicky Friolet.

«Il manque des leaders dans la société pour aller sensibiliser les gens à la diversité corporelle», souligne la responsable des communications chez Ronde et Jolie et mannequin du calendrier 2014, Joëlle Vaillancourt. Elle a d’ailleurs livré un touchant témoignage en début de soirée sur son parcours vers une acceptation de soi. Elle estime aussi que l’expérience a changé sa vie, un sentiment qui semble partagé parmi tous les modèles.

La soirée était à la hauteur du calendrier très coloré, qualifié de «calendrier Life Saver», par la styliste Marylin Bédard.

Les fonds amassés permettront de réaliser le calendrier 2016. Les démarches pour recruter les modèles commenceront dès février.

Le calendrier Ronde et Jolie est disponible ici.

Photo: Jade Pinard

Dans l’optique de tirer un trait sur les malveillants régimes dans lesquels avait malencontreusement sombré son entourage, Poleen Beaulieu s’est résolue à prendre le taureau par les cornes en mettant sur pied un calendrier valorisant les rondeurs.

Ce n’est pas un secret, les diètes miracles qu’on nous annonce à la télévision sont destinées à l’échec et mènent parfois à des compulsions alimentaires. Le moule instauré par la société est inatteignable et entraîne une mauvaise estime de soi. Mme Beaulieu en témoigne : «C’est la société qui crée ça [standards de beauté] avec les “ Qui perd gagne ” ; perdez cent livres, vous allez vous aimer. Ce n’est pas parce qu’on est mince qu’on s’aime plus et qu’on se trouve rayonnante !»

Déterminée à mener une chaude lutte contre cette image de perfection hors de portée exhibée dans les médias, Poleen Beaulieu ne compte pas baisser les bras. Son but : inciter les femmes à s’aimer comme elles sont. C’est ainsi que le calendrier Ronde et Jolie a vu le jour. C’est avec beaucoup de courage que la créatrice a plongé tête première dans le projet.

Né au Saguenay-Lac-Saint-Jean, le calendrier met en scène treize femmes pulpeuses, la plupart venant directement de l’entourage de la créatrice. En seulement un mois, 400 exemplaires du produit avaient déjà été vendus, au grand plaisir de la conceptrice.

La sélection de ses mannequins s’étale maintenant hors des frontières de la région, allant désormais jusqu’à Montréal et ses villes environnantes. Pour entrer dans la famille de Ronde et Jolie, avoir la peau sur les os et mesurer 1 mètre 80 n’est pas un atout, au contraire : les courbes s’avèrent être une arme incontournable. Toutes les femmes peuvent jouer les mannequins, il suffit toutefois d’être âgée de 18 ans, question d’«obligations légales».

Pour le futur, ne s’imposant aucune limite, Poleen Beaulieu est ouverte à une foule de projets. En plus d’entamer la sélection des femmes qui orneront les pages de la prochaine édition de son calendrier, elle ne s’est guère gênée pour sauter sur l’occasion que les organisatrices du Salon de la femme lui offraient : celle d’orchestrer un défilé mettant en vedette des vêtements taille plus. La créatrice confesse que ce n’est que le début d’une longue aventure pour elle et son équipe. «On est en train de travailler à ouvrir notre boutique taille plus, plus tard, pour offrir des vêtements plus jeunes, plus adaptés, différents.»

Notons que 30 % des Canadiennes portent des vêtements tailles fortes et que seulement 5% de l’espace de vente leur est consacré. Un triste phénomène selon Poleen Beaulieu qui estime que «les tailles rétrécissent de plus en plus. Les tailles larges sont maintenant celles qui portaient des tailles moyennes avant». Une déficience à contrer dans les plus brefs délais.

10150615_474705209298280_5350857861219224068_n

Pauleen Beaulieu lors du défilé Ronde et Jolie, présenté au Salon de la femme du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Photos : Page Facebook Ronde et Jolie