plaisir

Depuis quelques mois, je travaille comme serveuse dans un petit restaurant. Des clients, j’en ai eus de toutes les sortes pis de toutes les couleurs. Des frustrés, des pressés, des malcommodes. Mais c’est pas d’eux que je veux vous parler.

 

Je veux vous parler de mes petites perles, de ces clients qui me réchauffent le cœur pis qui me donnent mal aux joues à force de leur sourire. Ces clients qui me lancent un regard pis qui aident mes épaules à se reposer.

 

  1. Le café de 16h00. J’arrive pis il est déjà là. Assis à sa table, à moitié tourné vers le comptoir des serveurs. Il me dit un beau « Bonjour Roxane, ça va bien aujourd’hui ? » pis il sourit. S’t’un bon monsieur, qui jase gros. Mais qui en fera pas tout un plat si tu dois aller répondre au téléphone. Je l’avoue, c’est mon client préféré. Il s’intéresse à nous autres, il nous demande des nouvelles de nos vies. C’est pas intrusif, y’a le don de faire ben passer ça. Pis quand il part, il nous dit toujours un petit au revoir. Même si on est à l’autre bout du restaurant, on va le voir nous faire un p’tit signe. Pis ça va ben partir mon shift.

 

  1. Ma table 8. Toujours à la même table, toujours à la même heure. En fin de soirée, avec son petit journal, son verre d’eau pis son café. Elle dit pas grand chose, cette madame-là. Elle s’assoit, pis elle prend du bon temps. Elle a un beau sourire, un sourire le fun à voir. Elle est compréhensive. Elle va jamais se plaindre si on prend un peu trop de temps à lui apporter son café. Même, elle a déjà rangé nos ustensiles tellement on courait partout. Un vrai petit bijou. On a essayé de la faire retourner à sa place, elle voulait pas. Elle voulait nous aider, point.

 

  1. M. Liste. J’avais envie de lui pleurer dans les bras. Je courais partout depuis deux heures, je gérais pu ma vie. Il m’arrive et me dit : « Je vais te prendre six hot-dogs ». C’était la crise. Six hot-dogs, avec les garnitures, les vapeurs ou rotis… C’est long, pis c’est compliqué, pis y’a vingt milles façons de me tromper. Il a déposé une feuille sur le comptoir. Ses hot-dogs. Combien il en voulait de chaque. J’ai pas pu résister, je lui ai dit qu’il était mon meilleur client ce soir-là. Il a ri. Pis après, il a même rejoint la catégorie suivante.

 

  1. Ceux qui hurlent pas. Eux, quand je suis en plein rush, je les aime d’amour. Ben tranquilles, ils me le font clairement savoir que c’est correct que j’ai dû recommencer leur commande parce que je me suis trompée de bouton. Ils me regardent dans les yeux, ils sont pas énervés. Ils prennent un journal pis ils vont s’assoir. Ils me disent un gros merci avec des étoiles dans les yeux, même si leur hamburger est arrivé après dix minutes.

 

  1. Ce premier couple. C’était la première table que j’ai servie de A à Z. J’étais un peu sur les nerfs quand ma collègue m’a donné son cahier de commande. J’avais peur de me tromper. D’échapper quelque chose – parce que c’était clair que ça allait arriver à ma première fois, right ? Mais non. Tout a bien été. Ils sont revenus le lendemain, avec leurs petits-enfants. Quand ils m’ont vu passé près de leur table, ils ont dit : « Vous voyez la madame, là-bas ? C’était elle notre serveuse hier ». J’sais pas pourquoi, peut-être à cause du ton ou parce que je suis émotive, mais ça m’a réchauffer le cœur un peu.

 

  1. Ma livraison de début de shift. Il appelle tout le temps juste un peu avant 17h00. Il a une belle voix souriante pis il prend le temps de me demander si ça va bien. Pour lui, j’arrête tout ce que je fais et je lui jase un peu. Il est sympathique pis il reconnaît ma voix. Il finit toujours par me demander si « elle va bien, la belle Roxane ? » avant de commander. Je le sais, ce qu’il va prendre. Un menu du jour – deux soupes, un dessert – pour lui et sa femme. Ils sont cutes. Et j’aime ben ça quand il m’appelle. Un jour, je vais lui laisser un petit message sur son sac brun. Je vais lui dire qu’il met du soleil dans ma journée.

 

Je pourrais continuer. Longtemps. Des petits trésors, y’en a tout plein. Les clients d’un restaurant, c’est pas seulement des frustrés, des pressés pis des malcommodes.

Ce sont des gens que j’aime d’amour.

Quoi de mieux que quelques idées farfelues pour pimenter sa vie sexuelle qui peut parfois être un peu monotone? Suffit, les tabous! Voici cinq expériences sexuelles à essayer en couple (ou pas… tant que c’est fait dans le respect mutuel).

  1. Mettez-y du risque

Cela peut être très excitant de faire l’amour dans un endroit où vous pouvez vous faire attraper. On entend souvent parler des clichés tels que la cabine d’essayage ou les toilettes d’un bar. Essayez donc encore mieux! Le parc, la ruelle ou la piscine, pourquoi pas?

  1. Le S&M en douceur

Une bonne fessée n’a jamais tué personne. Bien entendu, il faut voir où se situent nos limites avant de se laisser aller. Cependant, certains actes peuvent procurer bien du plaisir. Les yeux bandés et les mains attachées peuvent créer un sentiment de soumission plutôt agréable.

  1. La presque abstinence

Tout est permis, sauf la pénétration. Ce qui est frustrant devient aussi extrêmement excitant. Faites-le plusieurs jours de suite. Lorsque vous n’êtes plus capable de vous retenir plus longtemps, vous verrez que ce sera encore mieux que toutes les fois précédentes. L’attente en vaut parfois la peine.

  1. Le marathon

Bon, avec l’école et le travail, il n’y a pas beaucoup de temps libre, mais trouvez-vous un samedi. Écrivez les chiffres 4 à 8 sur un papier (ou plus si vous vous sentez capables). Pigez un chiffre. Vous devrez faire l’amour le nombre de fois qu’il est écrit sur le papier au cours de la journée.

  1. Nouvelles positions

Essayez une nouvelle position sexuelle par semaine. L’habitude est beaucoup trop simple et peut devenir ennuyante. Qui sait? Peut-être qu’une de ces nouvelles positions deviendra votre préférée!

Maintenant, tout le monde au lit (ou au parc…)!

Photo: WeHeartIt

Hier, des centaines de personnes, moi y compris, sont retombées en enfance le temps d’une journée. Nous avons goûté au plaisir de se laisser guider par la frénésie qui occupait la rue Racine de Chicoutimi, là où était installée une glissade de 305 mètres.

«Slide the City», un projet d’origine américaine, a traversé les frontières québécoises pour prendre le nom de «Glisse en ville». Après Montréal, c’est au Saguenay que l’évènement s’est arrêté, et on peut dire que ça a été un énorme succès. Même un ÉN-OR-ME succès.

Les participants étaient nombreux à dévaler la pente de la rue Racine sur des chambres à air, des matelas de piscine, des poissons gonflables… et certains ont même poussé l’audace jusqu’à se déguiser. Plutôt inhabituel en plein centre-ville! Pourtant,  il n’a fallu que le soleil flamboyant de cette belle journée du mois d’août, une musique entraînante et une surdose de bonne humeur pour que tout le monde se prête au jeu.

Si vous n’avez pas eu la chance de vivre cette expérience urbaine particulière, mais surtout ô combien amusante DÉBILE, c’est toujours le temps de venir faire travailler votre adrénaline puisque l’évènement se poursuit demain.

Dès 11 h le matin, vous aurez la chance de vous rafraîchir de la manière la plus intense et originale qui soit, et ce, jusqu’à 18 h.

Parfois, ça vaut la peine d’échapper à son quotidien pour vivre le moment présent, lâcher notre fou et ainsi retrouver l’enfant qui sommeil dans notre petit corps.

On se croise dans la glissade!

Photo: FV Design Multimédia

Psssst! Pour voir chaque cliché de plaisir capturé, visitez sa page Facebook ou utilisez le #‎glisseenville!

C’est Noël, tu es en famille. Tu es tannée de jouer aux traditionnels jeux de société de ta grand-mère? Tu cherches désespérément comment mettre de l’ambiance dans ton party du temps des fêtes? Voici quelques suggestions de jeux qui créeront des fous rires à coup sûr!

Le jeu de la carotte

Le principe de ce jeu est simple : tout le monde se place en rond, puis un des joueurs met une carotte entre ses jambes et doit la passer à la personne à sa droite. Là où ça se complique, c’est qu’il est interdit de toucher à la carotte avec ses mains. Si la carotte tombe, la personne qui l’a échappée est éliminée et l’on coupe un morceau de la carotte. Et ainsi de suite. Simple et amusant!

Le 99

Un jeu de carte à la fois divertissant et «stressant». Le brasseur distribue 3 cartes à chaque joueur. Le jeu consiste à additionner la valeur de chaque carte jusqu’à la somme de 99. Le joueur ne doit pas dépasser cette somme sinon il sera éliminé. Il est possible d’utiliser les privilèges des cartes, tel que l’explique le tableau plus bas. Une partie thrillante, accessible à tous! Voici les valeurs des cartes :

 A, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Valeur nominale
 9  Valeur de zéro
 10  Moins 10
 Valet  L’ordre des joueurs s’inverse
 Dame  10
 Roi  99

Le jeu du fil

Ce jeu plaira à tous! Les membres de la famille sont séparés en deux équipes. Les joueurs sont placés en ligne. Le joueur débutant doit faire entrer le fil dans ses vêtements, le long de son corps et le distribuer au joueur suivant. Ainsi de suite jusqu’au bout de la file. La première équipe qui termine gagne le jeu.

Le jeu de la cuillère

Le jeu de la cuillère consiste à mettre une cuillère de moins que le nombre de participants. Ex : 9 cuillères pour 10 joueurs. Chaque joueur pige 4 cartes et en dépose une lorsque vient son tour. Lorsqu’un joueur dépose une carte et que celle-ci est identique à l’une de ses cartes, il doit prendre le plus rapidement possible une cuillère au centre. Celui qui n’a pas de cuillères est éliminé. Cela fera rire autant les grands que les petits!

«Devine c’est qui»

Faire la distribution des cadeaux tout en jouant au célèbre «Devine c’est qui», pourquoi pas? Pour celles qui ne le connaissent pas, ce jeu inspiré du jeu de société Headband consiste à coller un papier comportant le nom d’une célébrité, d’un objet, etc. sur le front de la personne de gauche. Le but : deviner son propre mot. Lorsque l’on réussit, on peut choisir de recevoir ou de donner son cadeau. Une façon originale de faire la distribution de Noël, non?

Photo : WeHeartIt