nourriture

J’ai décidé que 2016 serait, pour moi, une année remplie de découvertes. J’ai toujours été le genre de fille qui veut essayer des tas de choses, parfois même un peu trop. Je me suis fixée comme objectif d’essayer quelque chose de nouveau tous les mois et de vous  faire un compte-rendu de mes impressions.

Je n’ai pas eu de difficulté à trouver ma première idée. Étant aussi une amoureuse de la nourriture, j’ai décidé que ma première découverte serait un aliment. J’en ai donc choisi un qui me tentait depuis un certain temps; l’avocat !

Bon, ne vous inquiètez pas, j’avais déjà mangé des avocats dans des trempettes, des guacamoles et des sushis, mais je n’en avais jamais cuisinés. Armée de mon meilleur atout Internet, je me suis mise à chercher des recettes. Il y avait des millions de possibilités, j’avais peine à y croire! Saviez-vous qu’on pouvait manger des avocats pour déjeuner, pour diner, pous souper, pour dessert et même en collation? Eh bien, je ne le savais pas!

J’ai décidé d’essayer une recette pour chaque repas, à commencer par le souper. Sur le site de recettes Québec, j’ai trouvé une délicieuse recette d’avocat à la Haïtienne. C’était très simple à réaliser et j’ai été surprise de constater qu’avec si peu d’ingrédients on pouvait faire quelque chose d’aussi bon.

Avez-vous déjà entendu parler de ces décadants brownies au chocolat noir et à l’avocat ? Si oui, vous les avez déjà essayés et si non, VOUS. DEVEZ. ESSAYER. Je sais que ça semble étrange comme combinaison, mais croyez-moi, vous ne serez pas déçus ! Et la recette se trouve très facilement sur internet.

Le lendemain, mon copain et moi avons essayé une recette de salade de thon à l’avocat pour des sandwichs, le diner le plus simple de la terre. J’étais vraiment perplexe devant ce drôle de mélange ( avocat, thon, moutarde de dijon et etc), mais j’ai été agréablement surprise du résultat! En général, je n’aime pas beaucoup le thon, mais c’était incroyablement bon! De plus, c’est une recette parfaite pour les étudiants étant donné qu’elle ne coûte pas grand chose.

Je parie que vous vous demandez comment on a pu manger des avocats pour déjeuner, pas vrai? Smoothie. Il y a environ 100 recettes différentes de smoothie contenant des avocats, à vous de trouvez celle qui vous ira !

Je suis tombée amoureuse des avocats. Maintenant, j’en ai toujours sur le comptoir et j’essaie de nouvelles recettes chaque semaine ! En plus d’être sain, l’avocat est un fruit très polyvalent et j’espère bien vous avoir convaincu de l’essayer.

Je CA-PO-TE sur le thé. D’ailleurs, c’est un maudit beau cadeau à me faire, d’un coup que t’aurais envie de me faire plaisir… Je niaise. Mais vu que je suis une amatrice de thé, je t’ai concocté mon petit top cinq de mes thés Davids Tea préférés à boire cet hiver !

Mon premier choix est évidemment le thé nommé «Jour de neige».  Fait de chocolat blanc, de chocolat noir et de menthe poivrée, c’est une tisane que je conseille de boire avec un bon dessert en fin de soirée. C’est mon gros must de l’hiver, mon énorme coup de cœur du temps des fêtes. C’est un thé qui vient d’Allemagne et qui est à faible teneur en caféine. Pour le préparer, c’est simple: 1 1\4 de cuillère à thé dans une tasse d’eau chaude et on fait infuser de 4 à 7 minutes. Fastoche !

Mon top cinq ne serait pas complet sans «Chocolat chaud». C’est un thé noir, composé de cacao et de chocolat en provenance de Chine. Je dois avouer que j’adore ce thé chaud, mais encore plus en thé glacé latté. C’est-à-dire, avec de la glace et du lait. Il goute véritablement le chocolat chaud, même s’il est moyennement élevé en caféine. Je l’ai racheté trois fois cet hiver, j’ai un problème avec celui-là !

«Vin chaud aux épices» est également un incontournable et plaira à ceux qui aiment bien le vin. Principalement fait de zeste d’orange, de cannelle et de clou de girofle, c’est un thé oolong qui réchauffe les papilles gustatives. Pour le préparer, c’est aussi simple que les deux autres. 4 à 7 minutes dans l’eau et c’est prêt !

«Puch Alpin» c’est LE rooibos à avoir dans sa collection. Amandes, noix de coco et gingembre forment une combinaison plus que parfaite pour stimuler l’esprit. Certains y rajoute une touche d’alcool, comme du brandy, pour lui donner un peu plus de goût et de punch. En provenance d’Allemange, c’est également un must pour tous ceux qui sont fan de noix de coco !

Je ne suis pas une grande fan des thés verts, mais le dernier de ce top n’est nul autre que «Soirée ciné», un thé vert par excellence. Principalement fait de pommes et de maïs soufflé, il est le parfait accompagnateur pour une soirée films! De toute façon, on n’a jamais trop de pop-corn, alors pourquoi pas ?

Voici mon top cinq de mes thés préférés à boire en hiver! Que ce soit seulement pour vous réchauffez ou parce que vous voulez creuser vos goûts en matière de thé, essayez-les, ils en valent le coup !

Image: Flickr

Nous sommes toutes passées par la phase « Je veux perdre du poids » qui vient avec celle «je veux me muscler» et la «je veux faire un régime». Mais souvent, cette volonté est de courte durée et se transforme en une véritable obsession: la faim. Du matin au soir, et la nuit aussi. Le ventre qui crie famine et qui se tord dans tous les sens.

Et pourtant, nos petits défauts grassouillets ne nous empêchent pas de vider le frigo… On a beau être conscientes de l’erreur et du désastre, rien n’y fait. La faim prend incontestablement le dessus et nous sommes les premières sur les lieux du crime. «La semaine prochaine, je me mets à la diète ». Hum hum… FAUX.

On veut être belle, mais pas à n’importe quel prix. La nourriture, qu’on se le dise, on ne s’en lassera jamais. Avoir les mains tâchées de gras et les lèvres badigeonnées de ketchup, c’est ça la vie. Le problème dans tout ça, c’est que l’effet de satiété nous on ne connaît pas. Ne dites pas le contraire, vous aussi vous aimez vous goinfrez à longueur de journée, mais chut, ça les garçons n’ont pas besoin de le savoir. Jamais vous ne me verrez manger comme un ogre lors d’un rendez-vous galant, ou simplement devant un garçon. Parce que c’est la honte de manger plus que le sexe masculin. Pendant la totalité du date vous mourrez de faim. «T’es sûre que tu veux rien?»; répondre «non» est la pire des tortures. Pourtant le ventre qui gargouille, ce n’est pas sexy du tout.

Nous sommes bien évidemment tentées par tout ce qui est gras, sucré, salé… En bref tout ce qui n’est pas sain! Sans oublier le moment le plus magnifique de toute l’histoire de l’humanité: le kebab ou la poutine à 6h du matin après une soirée bien arrosée. A cet instant, il y a une chose à laquelle on ne pense pas: les calories. Bien sûr le lendemain tu te réveilles complètement écœurée et commence à haïr les mannequins toutes plus parfaites les unes que les autres qui défilent sur ton compte Instagram. On s’en moque. Ces filles-là font du sport 24h/24 et n’ont le droit qu’à des graines de tournesol en guise de dîner (jalousie, on rêverait toutes d’avoir leurs abdos et ce qui va avec).

J’assume ma gourmandise, toutes les calories ingurgitées au fil des semaines, parce que franchement, ce n’est pas un jus de fruit et une pauvre banane qui calmeront mes petits creux. La semaine dernière j’ai acheté 2 litres de crème glacée et 1kg de gâteaux au glaçage à la vanille (rayons biscuits, 2ème étage en partant de la droite à côté des Petits écoliers). Et les fêtes de Noël ne vont pas arranger ça. Je bave d’avance en imaginant la dinde dorée, la buche crémeuse et le bon vin (parce que j’adore boire, aussi). Vous l’aurez deviné, j’ai tout le temps faim. C’est pourquoi j’adore me rendre aux vernissages et openings; il y a toujours des petits fours à volonté et puis, c’est gratuit!

D’ailleurs, je ne comprendrai jamais ces filles qui ont déjà le ventre saturé après seulement quelques bouchées ou qui ne finissent pas leur pizza (je grignote les restes, ça m’arrange). Et même si je suis ruinée à la fin du mois, il y aura toujours de la place pour tester le nouveau resto installé en bas de chez moi.

Finalement, la nourriture c’est l’art de créer le bonheur. Elle nous remplit de joie, sèche nos larmes et ne nous lâchera pas. En fait, la nourriture c’est mon premier amour.

 

 

Définition du verbe «manger» selon Sarah Larouche : verbe auquel je pense quatre mille fois par jour.

La nourriture occupe une place de choix dans mon quotidien et j’aime bien passer du temps à naviguer sur des sites de recettes. J’ai récemment déniché moibonnietoiclyde.com et je suis sous le charme!

Parents d’une famille recomposée avec à leur charge quatre enfants, Bonnie et Clyde sont amoureux de la bonne bouffe. Une semaine sur deux, ils se retrouvent seuls à la maison et en profitent pour élaborer de nouveaux plats pour le plus grand bonheur des adeptes de leur site web.

Soucieux de leur santé, le couple priorise les aliments qui ont une charge glycémique basse. Dans la section «ABC de l’index glycémique», Bonnie et Clyde partagent avec nous leurs conseils pour adopter une alimentation saine. Manger sans culpabilité est tout à fait possible, c’est le message qu’ils souhaitent faire passer.

Des idées pour le petit déjeuner, les salades ou encore les plats principaux : tout le monde y trouve son compte, peu importe ses goûts. Intolérants au gluten? Ce n’est pas un problème, puisque plusieurs recettes n’en contiennent même pas! Awesome level 100, n’est-ce pas? En plus, certaines recettes sont assez simples à réaliser (avis aux débutants/débutantes comme moi).

Parmi les dizaines de recettes, j’ai un gros penchant pour les desserts. La «bibitte à sucre» que je suis est comblée par les recettes qui semblent toutes aussi succulentes les unes que les autres. Mon dessert préféré? La poutine dessert : oui, oui, ça existe! (Je dis ça comme ça, mais le lien de la recette a été inséré pour rendre la vie plus facile…) C’est la révolution culinaire, j’en suis certaine!

Allez, faites plaisir à vos papilles et essayez quelque chose de nouveau! Bonne bouffe!

Photo : Capture d’écran du site internet moibonnietoiclyde.com

 

S’il y a bien une chose que j’ai apprise sur moi-même pendant mon ascension vers l’autonomie (lire ici : vivre seule en appartement), c’est que manger c’est important. Au début, j’accueillais bras ouverts la bonne bouffe préparée par ma mère dans des petits plats Tupperware. Mais à un moment donné, le gros bon sens est venu cogner  à la porte de mon frigo.

Alors c’est là, plantée devant le royaume de la nourriture que j’ai réalisé que si je voulais vraiment être autonome, je devais me forcer un peu. Cuisiner, c’est pas juste bon pour les mamans ou les grands chefs. Je suis capable moi aussi, pis pas juste des grilled-cheese à part de ça!

Même si ma recette de grilled-cheese est vraiment excellente (merci fromage Perron), ma résolution 2015 est de cuisiner plus. Par contre, ça ne se fait pas en claquant des doigts.

L’équipement

Dans mon sac à dos de guerrière de la cuisine, j’apporte :

  • Le livre de cuisine 3 fois par jour (parce que c’est beau et c’est bon)
  • 3-4 revues Ricardo (parce que le King de la cuisine peut m’aider)
  • Le livre de cuisine La Croûte Cassée (parce que les recettes sont faciles et VRAIMENT pas chères)
  • Le livre de cuisine Cuisine futée, Parents pressés (non, vous n’avez pas quatre enfants à nourrir, mais les recettes là-dedans sont quick and easy)
  • L’essentiel d’outils utiles à la popote (popote deviendra ton mot favori). Et par essentiel j’entends : casseroles, passoire, cuillères de bois, mélangeurs, tasses à mesurer, name it!
  • Un compte Pinterest (sérieux, inscrivez-vous,  y’a une toooonne de belles idées)
  • De la patience («La sauce béchamel a collé au fond? OK, c’est pas grave on va recommencer», ces paroles feront partie du quotidien et ce n’est pas grave.)
  • Un téléphone pas trop loin (pour appeler les parents, chers gourous de la cuisine)

La méthode

NE PAS ÊTRE À LA DERNIÈRE MINUTE! Une fois, j’ai voulu cuisiner un poulet au brocoli super fancy… mais je n’ai pas eu assez de temps avant de partir à mon cours alors j’ai dû manger des toasts… Pas l’fun! Prévoyez un petit moment devant vos chaudrons et cuisiner des grosses portions : souvent ça se congèle ou on mange les restes le lendemain.

Restez positifs. Ce n’est pas grave de rater une, deux… trois fois sa recette. C’est certain que ça ne goûtera pas comme la bouffe de votre grand-mère, mais vous avez encore beaucoup d’années de pratique devant vous. Ne désespérez pas.

Les bienfaits

Vous serez heureux de vous, vous aurez le ventre plein, vous pourrez mettre des photos de votre bouffe sur Instagram. Wow!

Ne vous reste plus qu’à vous lancer!

Photo: Flickr

Trésor régional, conséquence du grand feu de 1870, surnom des habitants du Lac-Saint-Jean, et maintenant ingrédient incontournable de l’alimentation santé, le bleuet sauvage n’a pas fini de nous surprendre. Résultats de récentes recherches sur ce petit fruit presque magique!

Les spécialistes s’entendent: le bleuet sauvage a beaucoup plus à nous offrir qu’un bon goût. Ses bénéfices pour la santé sont tels qu’il fait de la sérieuse compétition au populaire chou-frisé (kale). En effet, le bleuet sauvage est au premier rang des fruits contenant le plus d’antioxydants suivi par la mûre, l’aïl et le kale. Un consommation quotidienne de ce petit fruit contribue au maintient d’une bonne santé sur plusieurs plans:

  • Réduit le stress (élimination des toxines)
  • Réduit l’inflammation
  • Possède des propriétés anti-âge
  • Améliore les fonctions immunitaires
  • Améliore les fonctions cardiovasculaires
  • Atténue les douleurs liées à l’ostéoporose
  • Améliore les capacités cognitives (mémoire et cie)

Fantastique, n’est-ce pas? Mais ce n’est pas tout! Un élément de la recherche effectuée par l’association Wild Blueberries a particulièrement retenu mon attention: des tests effectués sur une souris à laquelle on a implanté des méthastases s’apparentant à celles d’un cancer du sein se sont révélés plus que surprenants; à la suite d’une diète à base de poudre de bleuet sauvage, les méthastases ont arrêté de grossir après seulement 2 semaines! Cette recherche est encore à l’état embryonnaire, mais on ne peut nier son potentiel.

Que ce soit dans une tarte, en confitures, entiers, en jus ou séchés, les bleuets sauvages sont en voie de devenir un must de l’alimentation santé!

Pour plus de détails sur la recherche en question 

Photo: Facebook

Le matin avait pourtant commencé de la même manière que tous les autres auparavant: tu t’étais levée après une quinzaine de minutes à laisser ton cadran crier sans lui porter une quelconque attention; tu t’étais brossé les dents face au miroir en te demandant comment tu allais faire pour passer un peigne dans cette tignasse; tu t’étais pesée… avec anxiété, peur et honte, tu t’étais pesée.

Puis la routine est embarquée.

Les calculs ont commencé.

Pour le déjeuner, on oublie le yogourt grec ou la tranche de pain, le nombre inscrit juste à côté du mot «calories» est bien trop énorme à ton goût. Tu regardes autour de toi, tu vois que ta mère a acheté des chocolatines. Ton déjeuner préféré. Ou plutôt, ton ancien déjeuner préféré, car bien sûr tu n’en manges plus. Ton regard dévie sur le plat de fruits posé sur la table et, sans réfléchir, tu prends une pomme avant d’enfiler ton manteau et ton sac pour aller à l’école.

Durant toute la matinée, ton attention est diminuée, tu n’écoutes pas, mais ce n’est pas parce que tu ne veux pas, oh non. Dès que tu essaies de te concentrer un tant soit peu, des chiffres te reviennent en tête et tu penses à ce que tu vas bien pouvoir manger pour dîner et tu penses à ce grilled cheese qui serait si bon, mais aussitôt la balance et de très très gros chiffres s’imposent dans ta tête et tu rejettes l’idée.

Pourtant tu vois toutes ces filles, ces très jolies filles, qui mangent sans se questionner, qui parlent avec leurs amies entre deux bouchées de muffin, qui sourient, qui ne semblent pas se soucier du chiffre en dessous de ce muffin. Et tu les envies.

Et la journée continue ainsi, comme à l’habitude, jusqu’à la fin de l’école.

Et je crois que c’est là que cette journée, qui avait pourtant commencé de la même manière que les autres auparavant, est devenue une autre sorte de journée. Une journée différente, qui ne rentrait pas dans la catégorie de toutes celles qui s’étaient écoulées au cours des derniers mois… Parce que cette journée-là, tu as choisi d’agir différemment.

Tu sais, ces choses qui nous donnent envie de vomir de stress juste à y penser, sont des choses qui nuisent à notre vie… Ce n’est sans doute pas un bon emploi pour toi si tu te ronges les ongles jusqu’au sang avant d’y aller et que tu espères à chaque minute de te faire couper pour terminer plus tôt… Ce n’est sans doute pas une bonne personne pour toi si l’idée de la voir secoue en entier ton estomac et enlève ton sourire…

Ce n’est sans doute pas une bonne chose si chaque journée de ta vie, tu penses à cette balance et au chiffre qui apparaîtra lorsque tu poseras tes pieds dessus, avec cette peur si grandiose qu’elle t’empêche de manger.

Bref cette journée-là, en rentrant chez toi, tu as englouti la chocolatine qui t’attendait sans peur, sans penser aux conséquences, sans t’imaginer la balance. Tu l’as mangée en pensant à ces autres filles qui mangeaient sans crainte et qui avaient l’air si heureuse alors que toi tu ne l’étais pas. Tu l’as mangée pour toi, parce que c’était auparavant ton déjeuner préféré.

Cette soirée-là, tu n’es pas montée sur la balance, oh non!

Tu l’as foutue aux poubelles cette maudite balance.

Photo: Flickr

Cet été, j’ai décidé d’essayer quelque chose de nouveau. Après avoir fait le tour des services d’abonnements mensuels en ligne, mon choix s’est arrêté sur la NatureBox. Il s’agit d’un programme d’abonnement mensuel avec lequel on reçoit une boite contenant cinq sacs de collations par mois.

Un mode de vie sain passe par l’alimentation, mais il n’est pas toujours facile de bien manger. Bon au goût et bon pour nous : c’est la philosophie que s’efforce de suivre l’entreprise californienne NatureBox. Approuvées par des nutritionnistes, les quelques 100 collations offertes par la compagnie présentent de nombreux éléments bons pour la santé comme une faible teneur en fructose, aucun colorant, saveur ou agent sucrant artificiel et aucun gras trans ni huiles partiellement hydrogénées. Une multitude de produits sont aussi offerts avec des options s’adaptant à nos goûts et nos besoins : végétarien, sans soya, sans produits laitiers, sans gluten, sans OGM et sans noix. On nous assure que toutes les collations de la NatureBox sont faites avec des ingrédients 100% naturels, sans prétention. De quoi convenir à tout le monde!

L’entreprise permet à ses clients de choisir les collations qui se retrouveront dans leur boite mois après mois ou encore d’y aller de façon aléatoire. Le prix d’une boite est fixé à 19,99 $ US par mois, plus des frais de livraison et manutention de 4,95 $ US. Bon, ça peut paraitre un peu dispendieux, mais le grand format des sacs fournis et l’excitation que crée le fait d’attendre notre boite à chaque mois sont, selon moi, amplement satisfaisants. L’abonnement se renouvelle automatiquement et on peut l’arrêter lorsqu’on le désire.

Malheureusement, la formule qui permet de choisir le contenu de sa NatureBox sur mesure n’est pas encore disponible au Canada, mais on nous promet qu’elle le sera d’ici la fin de l’année. En attendant, on peut se faire surprendre avec cinq collations différentes à chaque mois, ce qui est encore mieux à mon humble avis.

Plus d’informations ici.

Photo: Page Facebook de NatureBox

Trop compliqué. Pas le temps. Ça coûte trop cher. Nous avons tous une excuse pour ne pas bien manger. Pourtant, c’est tellement important! Une bonne alimentation assure une meilleure santé à long terme et donne plus d’énergie – pourquoi s’en passer? La vérité, c’est qu’il n’y a aucune raison valable pour ne pas adopter une alimentation saine et équilibrée.

Certaines personnes diront qu’une bonne alimentation, c’est trop compliqué. Ce qui est faux. On n’a pas besoin d’être Ricardo pour manger santé. Il suffit de choisir des recettes simples qui correspondent à notre talent culinaire. Le secret est de 1) planifier ses repas à l’avance; 2) s’assurer de toujours avoir un garde-manger bien rempli; et bien sûr 3) choisir des recettes pas trop compliquées. De cette façon, des bons plats sont à la portée de tous!

Autre «argument» : le manque de temps. Encore une fois, c’est une question de planification. Par exemple, on peut préparer des portions additionnelles de nourriture, puis les mettre au réfrigérateur pour des repas futurs. Le moment venu, il ne reste plus qu’à les réchauffer au four à micro-ondes et en deux minutes, c’est réglé! «Je n’ai pas le temps» n’est donc pas une excuse, désolée!

Finalement, «Manger santé coûte cher» est une autre phrase que l’on entend fréquemment lorsque quelqu’un tente de justifier sa mauvaise alimentation. Mais ce n’est qu’un mythe! De nombreux aliments santé de base sont offerts à faible coût alors que d’autres sont régulièrement en solde. Le truc : Consulter les circulaires! Acheter les aliments à prix réduit permet de faire des réserves et de cuisiner tout en économisant.

Il n’y a donc aucune bonne raison pour ne pas préparer ses propres repas et adopter une alimentation saine. Cuisiner peut même devenir une activité à faire en famille ou entre amis et rendre le tout plus facile, moins long, moins dispendieux, et surtout, plus amusant!

Photo: Kayla Seah via Flickr