humour

Le Festi Rire est un festival d’humour organisé en collaboration avec le Cégep de Jonquière et la Corporation Centre-ville de Jonquière. Il se déroule en deux temps : d’abord en donnant la scène aux humoristes de la relève dans les commerces du centre-ville puis en présentant un gala à la Salle François Brassard avec des humoristes connus.  C’était ma première expérience et je suis conquis! 

FestiRire : Sèxe illégal pour la défense de l’humour.

C’est lors de la soirée du lancement du Festi Rire que le duo Sèxe Illégal est venu enchanter nos oreilles avec sa musique touchante. Des chansons qui sont plutôt le remixage de sons connus avec des événements de l’Histoire sous le couvert du rire.

Ce duo légendaire est composé de Mathieu Séguin (Paul Sèxe) et de Philippe Cigna (Tony Légal).

Le projet Sèxe Illégal a vu le jour en 2007. Toutefois, ils sont devenus très populaires depuis leur passage en tant que finalistes à l’émission En route vers mon premier Gala en 2011. Ces derniers enchaînent les succès depuis. Ils excellent dans l’art de l’humour noir et absurde en créant une « fausse double vie » avec leur personnage.

Depuis certains scandales dans le milieu humoristique, le duo s’est confié que les choses ne sont plus comme elles étaient. Aujourd’hui, l’humour serait devenu « fake » en raison de la censure. Malheureusement, les humoristes se font censurer quand ils osent dire les choses telles qu’elles sont. Plusieurs d’entre eux se remettent en question. De plus, le monde de l’humour serait trop axé sur la célébrité. Plusieurs humoristes, de l’ancienne génération ou de la relève, n’auraient pas la même chance que certains. 

Sèxe illégal possède la solution pour ces artistes. Un de leur prochain projet est le Dr. Mobilo Aquafest, un festival d’humour qui débutera le 6 avril prochain au Théâtre Outremont Rialto & Fairmount. Le but est la totale liberté d’expression des humoristes et de leurs textes. Carte blanche pour tous et l’argent récoltée reviendra entièrement à l’artiste pour souligner son travail. Un projet très intéressant, mais aussi libérateur pour les humoristes qui veulent dire « les vraies affaires ». 

Lise Dion, la dame de l’humour

Pour terminer en beauté le Festi Rire, Lise Dion, une humoriste puissante qui maitrise l’art du rire dans l’autodérision, est venue nous raconter ses aventures dans lesquelles on peut s’identifier.

Étant une source d’inspiration pour les aspirants humoristes, Lise Dion lève son chapeau à la nouvelle génération. Elle s’adresse plus spécialement aux femmes qui ont le courage de pratiquer ce métier d’art difficile et qui ne se laisse pas marcher sur les pieds.

Cette dernière tente également de partager une leçon: ne pas être agressant. Elle fait passer le message que faire rire le public contre quelqu’un en particulier, et non un groupe en général, cela ne s’appelle plus de l’humour mais de l’acharnement, voire de l’intimidation. Le public est invité à la réflexion.

En tournée avec son quatrième spectacle intitulé Chus rendue là, Lise Dion sera présente au spectacle Le Grand Montréal Comédie Fest.

 L’humour n’a pas de sexe. Tout le monde peut en faire. Par contre, il faut travailler fort pour acquérir cet art. Soyez bien préparé et travailler fort pour faire rire le public.

J’adore les magazines féminins et les blogues. Les tops 5-10-15 -2089 aussi. Mais franchement des fois, ça fait dur. J’ai donc rapatrié pour vous les 10 pires tops 10 qui malheureusement font mauvaise presse aux articles de qualité (souvent écrit par les mêmes personnes) qu’on peut trouver sur ce genre de sites internet.

10 — Les 10 raisons pour lesquelles tu devrais fréquenter un bélier (pas l’animal là, le signe astrologique)

9 – Les 10 avantages d’être en couple en automne (que j’aurais plutôt intitulé 10 façons de traiter ton chum comme un esclave juste parce que les feuilles tombent des arbres)

8 – Les 10 avantages d’être célibataire à l’automne (vraiment les blogueurs ont une obsession pour cette saison)

7 — Les 10 types d’ex que tu risques d’avoir dans ta vie (ma grande, si tu as 10 ex c’est peut être toi le problème)

6 — Top 10 des aliments qui ressemblent le plus à des parties du corps (merci, je suis une nouvelle personne désormais)

5 — Les 10 pires endroits où faire l’amour à Montréal (avec le sous-titre « pas game de les essayer »… euh non)

4 — Les 10 raisons pour lesquelles avoir un chat est mieux qu’avoir un bébé (j’espère que c’est de l’humour)

3 — Les 10 raisons pour lesquelles te faire tromper est une bonne chose (quoi???)

2 — Les 10 textos que ton fœtus aurait pu t’envoyer (merci, Buzzfeed)

1 — 10 noms de filles qui ont la chatte qui pue (tu ne me crois pas? BOOM : https://www.buzty.fr/top-10-des-prenoms-de-filles-avec-une-chatte-qui-pue.html)

Mention spéciale à cette merveilleuse parodie : 5 mannequins québécois à suivre sur instagram

http://www.unbloguedetrop.ca/blog/2016/1/24/5-mannequins-qubcois-suivre-sur-instagram

Photo : Léa Breton

Suite au succès de l’excellente websérie Fiston (dont je suis particulièrement fan), l’humoriste Jonathan Roberge nous revient en force avec une toute nouvelle webfiction : Papa.

Jeune humoriste de la relève, Jo (Jonathan Roberge) cohabite avec son frère immature et sa sœur, n’a pas la langue dans sa poche depuis que sa femme l’a quitté pour son prof de yoga de 42 ans. Alors qu’il se retrouve seul pour éduquer son fils de 6 ans, Jo n’a qu’un seul but : être un père investi, sauver sa famille et reconquérir sa femme.

J’ai découvert la série alors que je m’apprêtais à plonger tête première dans la fin de session. À l’approche de cette période, je savais que commencer une nouvelle série n’était pas une bonne idée. Or, les épisodes ne durent que 8 minutes. Parfait pour une petite pause étude.

Ceux qui ont suivi la websérie Fiston reconnaitront vite le style d’humour de Jonathan Roberge. Des épisodes du quotidien à saveur humoristique. Voilà à quoi ressemble la webfiction. Difficile de ne pas rire ou de ne pas laisser échapper un sourire durant le visionnement des épisodes.

Pour le rôle du garçon de Jo, Xavier, Jonathan Roberge a pu compter sur la collaboration de son fils. Cette collaboration créée une belle chimie et une drôle d’interaction entre les deux acteurs.

Pour ma part, je suis littéralement tombée sous le charme des personnages et de la série en général. Je ne suis pas très fan des séries humoristiques, mais Jonathan Roberge a une fois de plus viser dans le mille avec cette webfiction.

Un nouvel épisode est publié chaque jeudi sur la page Facebook de Papa, sur YouTube ou sur le site web de Papa au www.papatva.ca

Pour ceux qui aimeraient voir au revoir la série Fiston, elle est également disponible sur le site web officiel de la webfiction.

Crédit photo : Page Facebook de Papa

Parler c’est ce qu’elle préfère faire. Parler avec les gens était son but dans la vie dès son jeune âge. Faire rire son public, élaborer sur des sujets plutôt tabous, c’est ce que fait Mariana Mazza. Comédienne, animatrice, auteure et surtout humoriste, Mazza ne manque en aucun cas d’énergie. Surtout, elle ne se gêne pas avec les mots!

À l’âge de 23 ans, Mariana a déjà tout un parcours personnel. Depuis 2014, elle unit son talent avec celui de Virginie Fortin et ensemble, elles créent le spectacle Mazza/Fortin. Un spectacle de 45 minutes explosif!

Depuis quelque temps, on a pu la voir dans l’émission jeunesse #CodeF à Vrak.Tv. Inévitablement, elle ne manque jamais d’inspiration. De là, on peut clairement voir son amour pour les mots! Une femme incroyable et pour plusieurs une source d’inspiration.

À la surprise de plusieurs, Mariana a annoncé, mardi passé, avec grand bonheur qu’elle lance officiellement son premier ONE-WOMAN show. « Femme ta gueule ». Un spectacle dans lequel elle ne se gêne pas du tout de parler de sujet controversant. Elle ne se soucie surtout pas de ce que les gens pensent, confirme-t-elle durant l’entrevue.

« Le but c’est de surprendre. Le but c’est qu’on se dise oh, mon Dieu, elle l’a dit! »

« Je pense que les gens vont apprécier parce que je me livre. […] je vous parle de choses dont normalement, les femmes n’avaient pas le droit de parler sur scène. » Effectivement, que ce soit sur la masturbation, les menstruations, le racisme, la drogue, la mort, Mariana rend ces sujets accessibles au grand public. Elle en parle très librement. Elle dit se libérer avec son métier.

FEMME TA GUEULE

Un spectacle de 16 ans et + un spectacle vulgaire. Les gens sont avertis.

Car, pour elle, la censure sur scène n’a rien d’intéressant. « Pourquoi j’irais sur scène pour dire des choses que les gens ont déjà entendues ou veulent entendre? C’est plate ça! »

« En spectacle, pendant une heure et demie, je ne fermerai pas ma gueule! », Mariana Mazza.

Les billets sont maintenant en vente sur son site internet ou sa page Facebook.

C’est devant une salle comblée que se sont produit Les 5 prochains, des humoristes de la relève très prometteurs.

Katherine Levac, Fred Dubé, Pierre-Bruno Rivard, Virginie Fortin et Phil Roy ont livré, à tour de rôle, des performances remarquables. Chacun d’eux se démarquait par leur style bien particulier. On en a vu de toutes les sortes: humour engagé, performance musicale et même une histoire d’hémorroïdes! J’ai passé une bonne partie de la soirée pliée en deux sur mon siège, les larmes aux yeux et les abdos en feu. Drôles, vous dites?

Pierre-Bruno Rivard, qui a obtenu son diplôme de l’École Nationale de l’humour en 2010, a donné le coup d’envoi à la soirée. Il a abordé des sujets qui semblent être déjà-vu, mais l’humoriste les traite sous un angle nouveau, sortant ainsi des sentiers battus. Vraiment, on peut dire que le spectacle a commencé en force!

Puis Virginie Fortin, celle qui fait présentement une tournée parallèle avec Mariana Mazza, a enchaîné avec ses blagues crues, mais telleeeeeement comiques! Avec un humour un peu cynique, elle parle de choses qu’elle n’aime pas et on se reconnait parfois/souvent à travers ses propos.

A ensuite poursuivi l’humoriste engagé Fred Dubé. Son genre d’humour est celui que je préfère parce qu’il est différent de ce qu’on entend généralement. Il tient des propos sérieux, qui nous forcent à réfléchir. État Islamique, TVA Nouvelles et Radio-Canada, place des femmes autochtones dans la société : les plus grands sujets de l’actualité étaient au cœur du numéro de Fred.

Demeurant aux limites de l’humour engagé, Katherine Levac, qu’on connaît aussi pour son personnage de Paidge Beaulieu, a axé son numéro sur l’éducation. Ses mimiques auraient été suffisantes pour me faire pleurer de rire. Elle partage son amour pour l’école, sa première visite dans un Cégep et d’autres anecdotes du même genre.

C’est finalement Phil Roy qui a mis un terme à la soirée. Accompagné de sa guitare, il est l’humoriste qui a le plus interagi avec le public. Il a montré ses talents musicaux en interprétant, à sa manière, des succès tel que Wonderwall d’Oasis. On a même eu l’honneur d’entendre sa propre composition, «Tourtière d’amour», le pire ver d’oreille de l’univers! Quelle conclusion!

Avec des humoristes aussi talentueux, la soirée ne pouvait faire autrement que d’être un succès. J’ai déjà hâte de voir leur spectacle solo!

Photo: Page Facebook Les 5 prochains

 

La période estivale tire à sa fin et lorsque je pense aux meilleurs moments de l’été, c’est assurément les journées passées dans divers festivals qui me viennent en tête. Quand je parle de festivals, je pense évidemment à la journée d’hier passée à l’International de montgolfières de Saint-Jean-sur-Richelieu.

Le site du festival ouvrant vers midi, non seulement il nous est possible de faire un tour de montgolfière (si la température est clémente), mais une tonne de manèges est installée sur place pour nous plonger dans une réelle ambiance de fête foraine.

La soirée de spectacles a débuté vers 18h, non en musique, mais bien en humour! Les humoristes Dave Morgan et Jérémie Larouche nous ont offert un stand up d’une heure, nous arrachant des fous rires à chacune de leurs anecdotes.

DCF, musicien originaire de Toronto, a commencé le volet musical avec quelques chansons pour bien réchauffer le public. Tyler Shaw est ensuite monté sur scène sans se faire attendre, au plaisir des spectatrices, pour une prestation de 45 minutes, qui s’est terminée trop rapidement à notre goût. Si Shaw a le talent pour percer en musique, il est certain qu’il a le look aussi. Le musicien de 22 ans a fini sa performance avec sa plus célèbre chanson «Kiss Goodnight», accompagné par la foule qui chantait.

L’artiste torontois DCF a été le premier musicien à monter sur scène pour présenter ses compositions.

C'est ensuite au tour de l'auteur-compositeur-interprète Tyler Shaw d'en mettre plein la vue au public.

C’est ensuite au tour de l’auteur-compositeur-interprète Tyler Shaw d’en mettre plein la vue au public.

Finalement, Shawn Mendes est entré seul sur scène, guitare à la main, aux cris stridents de milliers d’admiratrices apparemment impatientes de le voir! Une vidéo d’introduction nous a rappelé comment le jeune musicien a commencé sa carrière grâce à ses vidéos mis en ligne sur les réseaux sociaux, lui apportant rapidement un maximum de fans. Mendes a donné une prestation en toute simplicité en interprétant les chansons tirées de son album Handwritten, telles que «Something Big », «Stitches» et «Life of the Party».

Ayant été l’artiste d’ouverture de la tournée 1989 World Tour de Taylor Swift, on a pu remarquer l’aisance et le plaisir que le musicien a d’être sur scène. Nous offrant une performance solo complètement acoustique, ce jeune homme est très certainement à surveiller dans les prochaines années pour de la bonne musique pop.

Âgé d'à peine 17 ans, le chanteur Shawn Mendes a comblé la foule majoritairement féminine rassemblée à Saint-Jean-sur-Richelieu.

Âgé d’à peine 17 ans, le chanteur Shawn Mendes a comblé la foule majoritairement féminine rassemblée à Saint-Jean-sur-Richelieu.

Il vous reste encore quelques jours pour prendre part à l’International de montgolfières de Saint-Jean-sur-Richelieu! Visitez le site officiel pour ne rien manquer!

Photos: Marylou Girard-Bouchard

Si l’humour avait ses séries éliminatoires, Louis-José Houde aurait probablement déjà sa Coupe Stanley, implacable comme il est. Je ne sais pas si c’est parce qu’il aime le hockey que j’en fais la comparaison, mais quand ton spectacle est #1 en termes de ventes au Québec, toutes disciplines artistiques confondues, que tu as remporté le Félix du meilleur spectacle de l’année et que «le dit» spectacle est trois fois platine, t’as même pas le temps de t’en soucier, de la Coupe Stanley. «Les heures verticales», mesdames et messieurs, c’est le spectacle dont je vous parle.

Alors que Louis-José Houde présentait son tout dernier one man show au Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts le 6 mars, la salle complète peut d’emblée témoigner de fous rires inestimables, sans même un entracte pour reprendre son souffle. Or, au moment où l’on s’apprête à changer l’heure, le titre «Les heures verticales» veut plutôt faire un parallèle avec le fait de savoir se tenir debout et droit dans les moments difficiles de notre vie, quoique plutôt amusants quand l’humoriste nous les partage.

En partant des faits du quotidien les plus anodins, tantôt puisés de son bagage personnel, tantôt des riens de tous les jours, il s’en tient à ce fil conducteur pour les 90 minutes de rires. Sans jamais perdre son public, c’est sans manquer un punch qu’il nous parle du vieillissement de sa mère, de ses moments avec «mère-grand», de l’euthanasie, de l’énergie plus que positive des baby-boomers, de la discourtoisie des écureuils, des petites habitudes cocasses des hommes amoureux, sans toutefois passer à côté de l’inconfort de dormir à deux qui vient bouleverser son sommeil. T’as rien vu, on a même eu droit à un rappel.

 «Je suis content qu’on soit au mois de mars parce que le mois de février m’a épuisé… Je m’en suis rendu compte quand j’étais jaloux de mon cellulaire qui se faisait charger. Moi aussi, j’aimerais ça qu’on me mette de quoi dans le derrière puis que ça fasse comme : 100 % rechargé! », raconte Louis-José Houde à la blague lors de son rappel.

Certes, si pour notre part, nous sommes tous aussi épuisés de l’hiver persistant, c’est une soirée des plus divertissantes qui nous a permis de recharger nos batteries. À l’écouter enchaîner ses «heures verticales», on a le goût d’être son ami, même qu’à un certain moment on a l’impression de l’être, vu la connexion forte avec ses spectateurs.

P.S. : Si jamais tu prévois aller faire un tour en ski bientôt et que, par hasard, ton habit de neige est blanc, puis par malchance il neige vraiment beaucoup… Louis-José Houde fait dire qu’il a commencé le snow et ça se peut qu’il te fonce dedans!

 Photo : www.placedesarts.com

Blond Cerise, retenez le nom de ce band almatois. Quatre bêtes de scène qui chantent la pomme en franglais, ça ne demeurera pas émergent pour bien longtemps…

 

Entretien avec des gars qui font rimer absurde et charisme

D’où vous est venu le nom « Blond Cerise »?

Dominik : Je suis arrivé un peu plus tard dans le band, mais j’ai entendu dire que
ça vient de quand Alexandre et Joey étaient partis faire le tour du Lac. À Mashteuiatsh, ils ont vu plein de petits garçons qui jouaient au ballon botté. Ils ont trouvé ça drôle qu’ils jouaient avec un ballon qui avait un peu une forme de cerise, alors que tous les petits garçons étaient blonds.
Ils se sont dits : « Câline, on est-tu sous le régime nazi ou quoi???»
Et c’est pourquoi ils ont appelé le groupe «Blond Cerise : le retour des nazis», mais là, ils ont ôté «le retour des nazis» et je trouve ça mieux de même!

 

Comment le groupe s’est-il formé?

Joey : J’étais ami avec Alexandre et il m’a dit : «J’ai un projet de fou à te proposer, il faut que je te rencontre pour te le dire dans le blanc des yeux.»

Alexandre : Parce qu’on était amis, mais on parlait juste sur Skype!

Joey : Il m’a dit qu’on pourrait faire un band. J’avais toujours voulu faire partie d’un band, mais personne ne me l’avait proposé avant.

Alexandre : Moi je suis son bouche-trou!

Joey : Ben oui! On a ben faite, Dominik est venu faire les percussions et on s’est invités chez Nicolas pour répéter.

Alexandre : Ouais, on ne voulait pas vraiment de Dominik et de Nicolas, mais ils se sont imposés tsé.

 

Parlez-nous de votre nouvelle association avec la Plug Production.

Alexandre : Alexandre Bédard s’occupe de ça, je le connaissais bien. On a le même nom, c’était une évidente connexion. On a discuté un peu et on s’était dit qu’il serait intéressant d’aller en enregistrement. Avant, on allait juste faire les bars pour le fun, mais avec Alexandre ça s’est développé et c’est ce qui fait qu’on est rendus où on est rendus. Il croyait en notre projet, il a misé sur nous et c’est maintenant notre gérant.

 

À quoi vont ressembler les prochains mois pour Blond Cerise?

Nicolas : On peut juste promettre qu’ils ne seront ni blonds ni cerise.

Alex : On a un projet secret et les gens nous le demandent souvent. On est en enregistrement, mais on en dit pas plus. On n’a pas de premier album, on est encore vierges, nous autres!

 

Quelle est votre source d’inspiration?

Joey : Les femmes, surtout. On se fait décrire comme du «Jean Leloup content.»

Alexandre : Les Français, Gainsbourg; les anglophones, Lana del Rey.

 

 Vous vous faites comparer aux Beatles et aux Trois Accords, qu’en pensez-vous?

Nicolas : Les Beatles, la plupart de leurs chansons ont trois accords!

Alexandre : C’est vrai qu’on ressemble aux Beatles, mais avec un côté plus négligé.

 

Comment vous décririez-vous?

En chœur : On est des COOL KIDS.
Photo : Alexandre Larouche, Nicolas Riverin, Dominik Pilote et Joey Michael via leur page Facebook

C’est difficile d’écrire un si court article sur un artiste comme Emmanuel Bilodeau. Une chose est certaine c’est que peu importe ce qu’il fait, il le fait avec cœur. Que ce soit comme comédien, porte-parole et maintenant humoriste, Emmanuel Bilodeau ne cesse de nous faire sourire! J’ai eu le plaisir de le constater vendredi soir, à la charmante salle Pierrette-Gaudreault, au Mont-Jacob de Jonquière.

Pour ceux qui ne le connaissent pas, vous l’avez sûrement vu dans l’émission LOL 🙂 à TVA… (Si vous vous êtes dit «Ahhh oui, c’est là que je l’ai vu!», c’est que vous êtes tombés dans le panneau comme la moitié de la salle d’hier soir (moi y compris) qui est partie à rire, après que le principal intéressé nous confirme que NON, il n’a jamais été dans cette émission). Emmanuel Bilodeau, d’après moi, plus on apprend à le connaître, plus on veut en savoir encore plus.

«Le plus vieil humoriste débutant du Québec!», qu’il ose se décrire dès les premières minutes de son spectacle. Pourtant, s’il débute en humour, il est loin d’un amateur lorsqu’il s’agit du côté théâtral que doit avoir un spectacle. Parce que oui, un show d’humour c’est des blagues, mais c’est aussi une mise en scène, des éclairages, des effets sonores et savoir y mettre du cœur. Hier soir, il y a même eu de la pyrotechnie (pour vrai!). (Juste un peu, là.)

Le One Manu Show, c’est aussi un synonyme de famille, de stress, de peur, de la comédie musicale La mélodie du bonheur 2.0, de désir, et de Costco. On s’y retrouve tous un peu, d’une manière ou d’une autre. Nombreux sont les spectacles auxquels on réussit bien à s’identifier ; nommez-en des humoristes qui réussissent bien l’art de nous faire rire à en pleurer, à en avoir mal aux joues et à en applaudir, je n’en doute pas. J’insisterais quand même à dire que le One Manu Show d’Emmanuel Bilodeau a quelque chose d’humain, dans tout ça. Que ce soit quand l’artiste décrit les premiers instants où ses parents ont «coup-de-foudré» ou son sketch du temps où il sera lui-même vieux et qu’il fera partie de l’AVC (l’Association des Vieux Cr… vous comprenez), on ne peux s’empêcher de l’écouter et de saisir chacune de ses paroles, à la fois sages et sans bon sens.

Si 2014 a été l’année de la sortie du One Manu Show, j’espère pour vous que 2015 sera l’année où vous le verrez de vos propres yeux! Après tout, déjà 25 000 pairs l’ont déjà vu en spectacle et il reste de nombreuses dates. Visitez son site Internet pour voir la date la plus proche de chez vous!

Photo: Facebook