été

La chaleur est enfin là, le soleil est sorti de sa cachette. On peut dire que l’été est enfin arrivé! C’est la saison parfaite pour chausser nos souliers de course et parcourir quelques kilomètres.

Oui, t’aimerais ben ça aller courir. Tu les trouves forts, ceux que tu vois passer près de chez toi. T’aimerais ça, faire comme eux, mais tu manques de motivation? Voici the app qui pourrait bien t’aider à la ramener.

Zombies, Run!

J’avais hâte à l’été juste pour pouvoir commencer à l’utiliser à sa pleine capacité. Oui, elle fonctionne aussi sur un tapis roulant, mais elle propose plus d’options en plein air. L’application ne te force pas à emprunter tel ou tel trajet, tu peux continuer à aller à ta propre vitesse. Elle te propose toutefois une ambiance dynamique et pour le moins différente.

Le monde est dévasté par les zombies et toi, tu es celui qui peut faire survivre le petit village d’Abel Township. Après avoir vécu quelques temps dans la nature en solo, tu découvres ce regroupement d’humains et ils te mettent à la tâche : tu deviens coureur, ton but est de ramener des objets à la base. Les missions se succèdent, plusieurs saisons sont déjà disponibles.

Tu pars ta course, l’histoire défile dans tes écouteurs. Entre les messages de l’application, ta musique te permet de garder le rythme. Mais le meilleur est à suivre. Au bout d’un moment, les zombies apparaissent. Tu les entends bien, ils s’approchent. Pour les faire s’éloigner, tu dois aller plus vite. C’est motivant, parfait pour des entraînements en intervalles.

Ta course est terminée, mais pas l’utilisation de l’application. Tu peux suivre le trajet que tu as effectué sur une carte, écouter la radio de la ville ou encore faire des améliorations au village. L’application propose des plans d’entraînements pour diverses distances et te permet de garder une trace de toutes les courses que tu as effectuées depuis que tu l’utilises. Une version payante est disponible pour ceux qui le désirent, elle offre un plus grand éventail d’options (mais, même avec la version gratuite, tu en auras pour un bon moment avant de t’ennuyer!).

En bref, un must pour les amateurs de Walking Dead.

Source : www.pexels.com

La neige fond à vue d’œil, les oiseaux recommencent à gazouiller et le soleil est de retour… Bonne nouvelle, c’est l’été qui arrive! Par contre, avant de penser aux party sur le bord de la piscine, il ne faut pas oublier que le changement de saison rime aussi avec FIN DE SESSION. La fin des classes est souvent une période de stress intense rempli de travaux importants, mais ne panique surtout pas, je viens à ta rescousse! Cet article te donneras quelques idées de trucs et astuces pour finir ton année scolaire en beauté!

1-Se prendre d’avance

Le meilleur truc pour éviter d’être complètement débordée c’est de faire un peu de devoirs à tous les soirs. Ce n’est pas toujours le fun, mais procéder de cette manière t’empêche de vivre un moment de panique intense. Cela signifie que débuter son étude le jour avant un examen ou commencer un travail de session la veille de la date de remise n’est JAMAIS un bon plan. Pour éviter d’être en mode dernière minute, je te conseille fortement d’utiliser un agenda pour noter tous tes travaux et tes dates d’examens. C’est la solution idéale pour être bien organiser.

2-Mettre ses priorités à la bonne place      

La fin de session nécessite beaucoup de travail et de concentration. Ce n’est donc certainement pas le bon moment de passer tout ton temps avec tes amis et de te déhancher sur la piste de danse de tous les bars de la ville. Tu auras deux mois entiers pour faire des folies et t’amuser, mais ce qui est primordial à cette période de l’année, c’est l’école. Alors, sois sage pour une fois : met de côté les fêtes et l’alcool et repose toi!

3-Bien dormir                                                                                                                                                                  

Un sommeil réparateur, il n’y a rien de meilleur pour performer académiquement. Il ne faut donc pas le négliger puisque cela risque d’affecter ta productivité scolaire. La fêtarde en toi doit se contrôler et éviter de se coucher aux petites heures du matin. Et puis, il est complètement inutile d’étudier jusqu’à minuit. Ton cerveau sera trop fatiguée pour capter l’information de toute manière.

4-Se récompenser 

C’est bien beau avoir de bons résultats scolaires, mais il faut également prendre du temps pour soi, question de se reposer les méninges un peu. Que ce soit faire de l’activité physique, prendre une bon bain chaud, aller faire les boutiques… Quelques soient tes préférences, assure-toi de consacrer du temps pour te faire plaisir. Avec une telle stratégie, tu seras beaucoup plus motivée à étudier et donc plus apte à mieux performer au niveau scolaire.

** Il y a aussi le traditionnel café qui peut être une option envisageable pour surmonter avec brio ta fin de session, mais fait attention de ne pas trop en abuser..

Bref, j’espère que ces petits conseils vous seront fort utiles. Ayez confiance, c’est la clé du succès! Bonne chance à toutes et à tous pour vos examens. Comme le dit le dicton : «Lâche pas! T’es belle, t’es bonne, t’es capable!»

Photo : WeHeartIt

Il y a déjà deux ans, j’ai participé au programme d’échange et d’emploi étudiant du YMCA. Quand j’ai quitté mon p’tit coin de pays pour aller en découvrir un autre, j’étais sur un nuage… et j’y suis toujours.

Pour mon plus grand bonheur, cette année, j’ai eu la chance de vivre cette expérience à nouveau, en quelque sorte, puisque ma mère et moi avons été une famille hôte durant les six semaines qu’ont duré l’échange. La jeune anglophone qu’on a hébergée était friendly et vraiment drôle, ce qui nous a permis à toutes les deux de vivre un été trippant!

Même si je ne faisais pas officiellement partie du groupe de jeunes qui est venu passer la saison estivale dans ma région, je n’ai pas pu faire autrement que m’y incruster lors des diverses activités. Ça m’a permis de visiter les attraits touristiques du Saguenay—Lac-Saint-Jean, tout en créant des liens d’amitié avec certains des p’tits anglos. (Leur accent était tellement cute!)

Les semaines se sont rapidement écoulées et c’est avec la larme à l’œil et le cœur rempli de bons souvenirs que j’ai vu rentrer au bercail les jeunes qui ont passé l’été dans ma super région!

Je sais, tout ça vous semble full awesome et vous cherchez un moyen de vivre, à votre tour, un été semblable au mien.

Eh bien, à moins que vous soyez âgés de 16 ou de 17 ans, vous n’êtes pas admissibles au programme d’échange et d’emploi étudiant offert par l’organisme. Mais pas de panique, j’ai une super alternative à vous proposer!

Effectivement, derrière cette expérience trippante se cache une solide équipe de coordonnateurs. Équipe dont vous pourriez faire partie, oui, oui!
C’est un emploi qui nécessite beaucoup d’organisation, de patience et de temps, mais c’est aussi une job super, apparemment.

Afin de vous en offrir un portrait plus complet et juste, j’ai jasé avec Annick Duchesne, la très gentille coordonnatrice du secteur de Jonquière, au Saguenay.
Elle explique que le contrat, qui dure de mars à août, débute par des formations, suivies d’une série de rencontres avec les jeunes participants et leur familles, ainsi qu’avec les futurs employeurs. Puis, après des semaines à remplir des documents et à être dans le rush, «c’est le début du programme, là où le fun commence», soutient Annick.

Elle poursuit en ajoutant qu’au cours de l’été, «c’est vraiment sweet, […] mais il ne faut pas perdre de vue que tu es un adulte significatif pour les jeunes et les parents, tu es le pilier de l’été.»

C’est donc un emploi demandant un bon sens des responsabilités et qui comporte bon nombre de tâches à accomplir. Mais ça vaut la peine, vu tout le plaisir que ça apporte et les compétences que tu développes!

Plusieurs villes du Québec sont à la recherche de coordonnateurs pour l’an prochain. Si le travail ne vous fait pas peur et que vous avez envie de tripper avec une gang d’ados pendant tout un été, je vous encourage fortement à postuler. Plus d’informations se trouvent juste ici. Vous pouvez également devenir famille d’accueil, que ce soit pour le YMCA (il n’y aucune rémunération, toutefois) ou encore pour Explore (c’est rémunéré!). Pour entreprendre les démarches, consultez https://applyswse.org/default.aspx ou http://www.jexplore.ca/fr/

Ayant moi-même passé deux étés avec des familles hôtes et l’avoir été à mon tour, je vous promets que c’est une expérience que vous ne regretterez pas!

 

image

Photo: Dominique Gobeil (groupe) et YMCA (logo)

Je me suis réveillé hier avec du Amy Winehouse dans les oreilles. Vous savez quand on se lève du lit en fredonnant «stop making a fool out of me»… on est prêt à affronter tout. Ça remplace bien le célèbre café du lundi matin, une crème, un lait pis deux sachets de courage.

On est prêt à passer à travers un summer broken love. Amenez-en des clients qui veulent des cappuccinos vraiment pas beaucoup de mousse de lait (si tu es ce client, cesse de vivre dans le déni : tu veux pas un cappuccino, tu veux un latte).

Mais là, vu que j’étais off, j’ai passé la matinée à profiter de Netflix. Je vais affronter la populace de Trois-Rivières juste après que Myrtle Snow ait crié son dernier «balenciaga» sur le bûcher. Ma vie pour American Horror Story.

J’écoutais mon émission-réconfort quand, soudainement, j’ai eu honte. Mon regard a croisé ma vieille paire de Converses pu blanche pantoute remisée sur le bord de mon garde-robe. On est au cœur de juillet et je n’ai toujours pas porté ces souliers de tout l’été.

J’AI HONTE.

Pas le même genre de honte que j’ai pu ressentir quand j’ai dit à une cliente: «Est-ce que je peux vous dévêtir?» plutôt que «Est-ce que je peux vous desservir?». À ce moment-là, j’ai enlevé mon tablier et je me suis enfui discrètement (enfin presque). Non, c’est pas ce genre de honte là. C’est plus une honte «voir que j’avais oublié son existence».

Pour vrai, je vous jure que je pouvais entendre mes Converses me chanter «stop making a fool out of me, why don’t you come on over Carl».

Au final, je me suis levé, lavé, peigné, brossé les dents et j’ai enfilé mes godasses. Je suis parti à l’aventure. Deux heures plus tard, je me retrouve allongé dans un kayak. Ouin, j’ai fait du kayak. J’étais la dernière embarcation du peloton dû à mes bras sveltes. Mes bras sveltes qui vont pas «bencher» au gym. J’ai ri. J’ai dit des rigolades avec les copains et ça m’a fait du bien. J’ai arrêté de penser à mon summer broken love. C’est peut-être ça la magie des Converses.

Dans son sens linguistique francophone, le mot «converse» signifie échanger des propos avec une ou plusieurs personnes sur un ton familier ; causer ; bavarder. C’est comme si les Converses étaient un message subtil pour te faire profiter des beaux moments (même si je ne sens plus mes bras) de la vie. Te faire parler avec tes amis de tout et de rien. Lorsque je portais mes souliers, je me sentais en pleine renaissance. J’étais de nouveau prêt au chaos. J’avais tellement confiance en moi que j’aurais pu demander Marilou en mariage. Désolé, Alexandre Champagne.

Aujourd’hui, je me suis réveillé avec une folie capillaire sur la tête. Comme dirait mamie Rita, j’me suis peigné avec un pétard à mèche. En sortant du lit, j’ai mis mes boxers suisses qui sont à un trou de plus de dévoiler mon monsieur et mes Converses All Star. C’est donc un peu échevelé, habillé de vieux boxers et de converses que je peux dire : Oui, je suis prêt pour une autre belle journée.

Photo: Carl Milette

Soyons honnête, plus de la moitié de la période estivale est passée. Les jours de beau temps s’écoulent vite et je suis rendue dans le mode « je-dois-profiter-de-chaque-instant ». Le spectacle de Qualité Motel de samedi soir dernier était donc un plan parfait pour une belle soirée, beau temps mauvais temps.

Si vous ne savez pas encore qui est le groupe Qualité Motel (non, mais vous faites quoi depuis trois ans?), c’est tout simplement le fou projet DJ-électro-pop des cinq membres du groupe Misteur Valaire. Leur album, sorti en 2012, présente des compositions originales avec des invités les plus éclectiques les uns que les autres. Que ce soit de Socalled à Mitsou, en passant par Fanny Bloom et Stefie Shock, les Sherbrookois ont su produire un album qui te donne assurément envie de monter le volume au maximum et surtout de ne pas les manquer en spectacle quand ils passent dans ton coin.

Étant de passage au Saguenay dans le cadre du Festival des bières du monde, les organisateurs ont su viser juste pour avoir une ambiance festive pour leur samedi soir. Si l’album te donne envie de danser dans ton auto, tu deviens complètement incontrôlable quand tu les entends en vrai. Satisfaction garantie ou argent remis comme qu’ils disent.

Enchainant leurs chansons les unes après les autres, les gars ont su mélanger les bons vieux classiques des années ‘90 pour réussir à faire danser/sauter/déhancher la foule au grand complet. Si vous connaissez une personne qui cherche à lâcher son fou l’instant d’une soirée, amenez-la dans un spectacle de Qualité Motel.

Folie visuelle et musicale

Il faut bien souligner que leur folie ne s’arrête pas à leur musique, mais transparait dans leurs vêtements de scène, aussi. La première fois que j’ai vu le groupe, en 2012, les salopettes, vêtements camo, et accessoires douteux étaient déjà présents. Maintenant, ils sont assurément au sommet de leur art avec leurs accoutrements dénichés après des heures de magasinages dans les friperies. Ça ajoute clairement quelque chose à l’ambiance du spectacle.

Le spectacle s’est terminé avec une trentaine de personnes de la foule qui se sont entassées sur scène, autour des tables tournantes des musiciens, donnant de la difficulté au plancher de la scène à rester en place. En annonçant «Ok, c’est notre dernière celle-là!» trois ou quatre fois, on a pu remarquer que ce n’était pas seulement les spectateurs qui avaient du plaisir. Énergiques et bourrés de talent, les cinq musiciens n’ont pas fini de nous faire danser et aimer ces chaudes soirées d’été!

Pour être certain de ne pas manquer leur prochain spectacle dans votre région, vous pouvez suivre le groupe sur leur site Internet ou leur page Facebook.

Photo: Facebook

Avec la chaleur qui s’en vient, les journées à se prélasser au soleil seront de plus en plus fréquentes. Quoi de mieux pour accompagner ces heures de paresse qu’un bon smoothie?

Je suis moi-même adepte de ce délicieux breuvage et à chaque fois, c’est différent. En effet, la particularité d’un smoothie, c’est qu’on peut choisir la saveur que l’on veut. La recette de base que je préfère est super simple et contient seulement trois ingrédients : yogourt grec, jus, et fruits congelés. Je change de jus et de fruits au gré de mes envies et de ce qu’il me reste dans mon frigo!

Les quantités changent aussi; je le fais souvent à l’œil. Par exemple, pour un smoothie plus onctueux, j’ajoute plus de yogourt. Par ailleurs, si tu ne veux pas acheter des fruits déjà congelés ou si le fruit que tu veux n’existe pas en format congélation à l’épicerie, tu peux préparer tes fruits frais à l’avance et les congeler toi-même. Sinon, utilise de la glace dans ton smoothie! Pour une touche plus sucrée, ajoute une cuillerée de miel ou de sirop d’érable.

Tu peux aussi remplacer les fruits par tes légumes préférés, concombre, tomates, et le tout accompagné de fines herbes fraîches. Pour un smoothie plus consistant, je t’invite à incorporer un peu de céréales ou des graines de chanvre, par exemple.

À part les ingrédients, tu auras aussi besoin d’un mixeur. L’idéal, ce sont les appareils qui mélangent le tout directement dans ton verre, comme le Magic Bullet. Ainsi, on n’a pas peur d’en manquer puisque chacun a sa portion dans son verre.

Que ce soit comme collation, déjeuner ou repas léger, le smoothie est vraiment polyvalent et super santé. De nombreuses recettes sont disponibles sur le net, sinon tu peux laisser ta créativité s’activer et concocter plein de smoothies pour toi et tes amies!

Photo : We Heart It

L’été approche et tu rêves de parader dans ton nouveau bikini? Tu voudrais pouvoir montrer ton corps sans gêne sur la plage cet été, mais ton petit bedon d’hiver est toujours là? Pour t’aider à atteindre ce but qui peut paraître inaccessible, je te présente quelques trucs et astuces.

Bien manger sans se priver 

La première solution à laquelle on pense et qui est sans aucun doute la plus facile, c’est le régime. Pourtant, c’est la pire idée que vous pourriez avoir! Un régime non-prescrit par un professionnel de la santé peut faire beaucoup plus de torts que de bien. En effet, au bout d’une semaine, vous aurez peut-être perdu 3 à 5 livres, mais votre gras sera toujours là. Ce sont en fait 3 à 5 livres d’eau que vous aurez perdues. En plus, si vous vous privez d’éléments essentiels pour votre corps, il y a de fortes chances que votre régime vous fasse engraisser plutôt que maigrir. Votre corps n’aime pas être privé et c’est pour cela qu’il tentera de faire des réserves dès que vous succomberez à un petit cupcake ou à une crème glacée.

Bien sur, une saine alimentation est très importante pour garder la ligne, mais il faut savoir trouver la limite entre un régime drastique et quelques gâteries pendant la semaine. Vous avez le DROIT de manger! Il faut seulement couper graduellement les éléments nuisibles de votre alimentation comme le fast-food ou les boissons gazeuses.

À bas la perte de poids

Selon moi, le pire objectif que vous pourriez vous fixer est la perte de poids. Qu’est-ce que ça change de peser 120 livres ou d’en peser 150? La seule personne qui connaît ce chiffre est vous-même et il n’est pas nécessairement représentatif de votre pourcentage de gras. Peut-être que vous avez «de gros os», comme on dit, et qu’il est impossible pour vous de l’atteindre, le 130 livres que vous visez. L’objectif est de faire fondre votre petit bourrelet et la solution pour y arriver n’est pas dans les chiffres, mais dans votre corps.

Défi : 5 minutes productives

LA solution : l’activité physique. Je sais, on se trouve toujours des excuses pour ne pas le faire : «Je n’ai pas le temps», «Je n’aime pas courir», «Je n’ai pas d’argent», « Je suis trop lâche»… On les a toutes et tous déjà dites ou entendues, mais qui a dit qu’il fallait beaucoup de temps ou d’argent pour arriver à perdre toutes nos calories en trop? Vous pourriez courir 30 minutes et ne pas dépenser autant de calories qu’un simple exercice de 5 minutes. C’est pour cela que je vous propose un petit défi qui ne vous prendra pas plus de 5 minutes par jour.

Tout d’abord, il faut identifier votre besoin. Qu’est-ce qui vous dérange le plus dans votre corps? Est-ce que vous voulez des fesses ou des cuisses d’enfer, un ventre plat ou des bras tonifiés? Quand vous aurez choisi, trouvez un exercice qui vous permettra de travailler cette partie du corps en particulier. Vous pourriez faire des squats, des walking lunges, des burpees, des push-ups, des redressements assis, la planche, peu importe! Prenez l’exercice que vous voulez et, dans les 30 prochains jours, faites 30 répétitions de celui-ci chaque jour. Vous n’avez pas le droit de passer une journée, car sinon vous devrez le faire en double le lendemain!

Je dois dire que cette technique n’est pas miraculeuse, mais elle permet tout de même une belle amélioration. Par contre, il FAUT prendre 5 minutes pour faire le ou les exercices! Ils ne vous feront pas nécessairement perdre du poids, mais vous serez beaucoup mieux dans votre corps et dans votre bikini, car dites-vous qu’au bout d’un mois, 900 squats feront une différence pour vos fesses! Même si vous n’êtes pas élues «Miss América», vous pourrez vous sentir bien dans votre peau. L’important, c’est d’être fière de soi!

Photo : WeHeartIt

Texte écrit par notre collaboratrice Mathilde Lafortune.

On a tous une opinion différente du Rockfest. «Un festival de punks et de métalleux sales» selon les uns, «une fin de semaine remplie de bons spectacles» selon les autres. Au final, si tu penses que ce festival n’est pas pour toi, je vais te faire changer d’idée!

 Sincèrement, le Rockfest, c’est plus qu’un simple festival. Je pourrais en parler pendant des heures, mais je m’en tiendrai à l’essentiel. D’abord, c’est l’occasion idéale de prendre une pause. Habituellement, surtout à la mi-juin, on est exténué de notre année scolaire ou de notre travail d’été ennuyant. Ensuite, c’est pour tous les goûts. Vraiment. La musique diversifiée plait à tous, surtout cette année, où la programmation d’enfer attirera des plus sages au moins sages. «System Of A Down» pour les amateurs de métal, «Rancid» pour les punks, «The Offspring» pour les old school… Même la musique québécoise a sa place, avec «Caravane» et «Les Cowboys Fringants». De quoi plaire à tout le monde!

Tu arrives là le cerveau vidé de toute énergie négative, comme tout le monde d’ailleurs. Tu entres sur le site, accompagné(e) de milliers de personnes de bonne humeur qui chantent, qui crient, qui festoient. Surprise, tu te fais payer une bière par le beau garçon aux cheveux longs et au chandail de «Led Zeppelin» à côté de toi. Tu te rends à la scène où «Caravane» joue. Le coeur léger, les hanches qui bougent au rythme de la chanson, tu chantes à tue-tête. C’est là que tu te rends compte que c’est exactement de ça dont tu avais besoin. Oublier ta vie le temps d’une fin de semaine, vivre une aventure, avoir du plaisir avec tes amis, mais aussi avec de parfaits inconnus qui deviennent ta famille pendant le festival. Tu sais maintenant ce que tu dois faire: réserver tes billets et préparer tes amis à la meilleure fin de semaine de l’année!

Rockfest 2015, c’est du 18 au 21 juin que ça se passe!

Pour acheter tes billets, rend toi directement sur le site officiel du Rockfest!

Photo : Valérie Ménard, photographe

Ma face sans maquillage c’est un peu comme Astérix sans Obélix, Bob l’éponge sans Patrick L’étoile, ou Sammy sans Scooby-Doo. Vous avez compris, c’est pas super : je me sens toute nue. Pourtant, avec les vacances et du soleil, j’ai décidé de «slaquer» le make-up. Au risque de me faire dire «T’as donc ben l’air fatiguée, ça va ?», je tente le coup. C’est la peau de mon visage qui va être contente! Voici donc une liste des dix principaux avantages de prioriser le naturel :

1. Prendre trois fois moins de temps pour se préparer le matin, dormir trente minutes de plus, ça te tente? Une routine matinale allégée rendra ce rêve possible. Il suffit de ne pas passer tout ce temps à se faire une beauté.

2. «Summertime and the living is easy», a chanté Ella Fitzgerald. Prenons-la littéralement au mot. Y a-t-il quelque chose de plus facile que de camoufler ses cernes sous nos «barniques» à la Paris Hilton? Dommage que nos verres fumés ne se portent pas à longueur d’année – c’est toujours étrange de croiser quelqu’un avec ceux-ci à -40 lors d’une tempête de neige…

3. Telle une plume, je me sens tellement légère sans maquillage. Je flotte dans les airs. Je suis tel un cumulus. Je suis à l’abri de tout dégoulinage ou croûtes causés par un amas de fond de teint sur ma peau. Je ne vis plus dangereusement.

4. Sentiment de légèreté en ce qui a trait au visage, sentiment de pesanteur au niveau du porte-feuilles, on ne se plaint pas! Une accro au brillant à lèvres, crayons khôl et tout le tralala peut facilement dépenser une centaine de dollars par année pour se procurer sa drogue. On ajoute le double si on se rue sur les grosses marques telles que Lise Watier et Pupa…

5. Dépourvue de tous les produits chimiques contenus dans le maquillage, notre peau retrouve sa douceur de bébé et son éclat. Le soleil nous donne un bronzage naturel et notre peau paraît encore plus saine.

6. En plus d’écourter la routine du matin, boycotter le maquillage permet aussi de gagner son lit sans avoir à se débarbouiller le visage au préalable. Je déteste avoir les yeux mi-clos et devoir me relever pour me passer une ouate mouillée dans le visage. J’étais quand même à deux doigts de me retrouver au pays des rêves…

7. Le meilleur feeling du monde : se frotter les yeux sans craindre que son eyeliner ne se répande partout. Sans craindre de briser la courbure ô combien parfaite de ses cils. Sans craindre d’avoir l’air d’un raton laveur. Se frotter les yeux agressivement et conserver la même mine. WOW!

8. Le maquillage est supposément l’ami des femmes qui désirent garder leur teint de pêche tout en évitant les pattes d’oie comme la peste. Or, le maquillage occasionne un vieillissement prématuré de la peau… N’est-ce pas un paradoxe aberrant?!

9. Quoi de plus décourageant que de retrouver quelques-uns de nos précieux cils fixés sur notre tampon démaquillant ? Le démaquillage excessif conduit nécessairement à une perte de cils. Ainsi, s’abstenir d’appliquer du mascara est synonyme de beaux cils bien fournis. C’est vendeur n’est-ce pas?

10. Ahhh et la dernière et meilleure raison de tourner le dos à mes pinceaux est celle-ci : Ça ne me tente pas! Cet été, je préfère de loin mettre mon énergie ailleurs et je considère perdu le temps passé devant la glace. J’aurai amplement le temps de le faire durant les 300 autres jours de l’année où il fait froid et où le temps est morose.

Voilà, je prends tout simplement un break de barbouillage quotidien. Bien que mes pinceaux se sentent tout à coup délaissés, ce rejet n’est que temporaire. Ils reprendront probablement du service de temps à autre au cours de la saison et en automne. D’ici là, ma crème de jour est suffisante. Courage! Cette pause n’aura que des bienfaits.

Photo: We Heart It