Style de vie

Jambes élancées, lèvres pulpeuses, cheveux longs et dorés. Courbes aguichantes, décolleté plongeant et robe ajustée. On l’appelle Barbie. Évidemment, Barbie a déjà trouvé son Ken. Or, dans le cadre de son emploi de barmaid, on lui exige de «vendre un rêve» aux autres hommes malgré cette union. Une drôle d’antithèse puisque le peu de tissu qui la couvre laisse peu de place à l’imagination.

Ce soir, si Barbie a lissé ses cheveux et s’est barbouillé les lèvres de rouge, c’est que le bruit de l’argent jeté sur le comptoir du bar est sa principale source de motivation.

Quoi qu’on en dise, les standards de beauté pour passer de devant le bar à derrière sont assez élevés. La beauté fait vendre, la beauté nous attire.

Un regard incendiaire, cinquante sous.

Un clin d’œil et un sourire engageant, une piasse.

Des pommes de fesses dénudées, soixante-quinze sous.

Des seins exposés par un décolleté plongeant, deux piasses.

Une brunette, une piasse et vingt-cinq.

Une blondinette, deux piasses et cinquante.

Il va sans dire que les atouts féminins de Barbie lui rapportent gros…

«Une blonde gagne plus de tip qu’une brune » affirme l’ex-barman, Samuel Murray. À ses yeux, cette réalité est directement liée au stéréotype de la blonde niaise. Dans un tel contexte, l’intelligence et la force de caractère que dégagent les brunes émoustillent peu le sexe opposé.

De son côté, la barmaid du bar universitaire La Chasse-Galerie, Marie-Pierre Pruneau, déclare avoir déjà amassé 400$ en une soirée de travail. «On me voyait au complet, j’en ai entendu parler pendant six mois!» Des micros-shorts, un t-shirt transparent trop échancré : voilà la clef de son succès.

Derrière le comptoir, ces employés de nuit «jouent une game». Les numéros de téléphone laissés par des clients assoiffés d’érotisme s’empilent et les confidences susurrées à l’oreille des barmans se multiplient. Or, «98% de ces oiseaux de nuit sont en couple», révèle Marie-Pierre Pruneau. Le jeu de séduction auquel ils se livrent est une tactique infaillible pour démunir plusieurs poches de leurs huards.

Toutefois, malgré le fait que les hommes soient parfois plus généreux que la gent féminine, la technique du «premier arrivé, premier servi» s’applique au moment de servir un client altéré. Barmaid dans un pub depuis bientôt huit ans, Julie Goyette prétend que les femmes appâtent la clientèle masculine. Il est donc fondamental de les servir dans les règles de l’art.

Dans le cas où un homme verse son shooter à un autre mâle, l’absence de masses graisseuses sur sa poitrine diminuera ses chances de récolter autant de pièces d’or que sa collègue. Le cégépien Benjamin Maniraguha admet ne pas laisser de pourboire aux barmans, alors que son ami avoue «donner 1$ pour être respectueux» -soit la moitié de ce qu’il octroi à une jolie demoiselle-.

Une question demeure : quel montant un consommateur doit-il allouer à une barmaid pour la remercier de son service ?Lorsque Barbie ouvre une bière, verse un shooter de vodka ou mélange du rhum et du coke dans un verre, elle s’attend à recevoir au moins un dollar par consommation. Les trois barmans interrogés sont d’ailleurs unanimes à ce sujet.

Bref, tout ça donne soif ! Je vais aller me verser un bon verre d’eau, me regarder dans le miroir et me dire que ce soir, ma face vaut probablement cinquante cennes de tip …

Photo : Facebook

25 décembre, 10:00

Pour les plus jeunes, le père Noël est passé. Pour les plus vieux, c’est le moment de stresser à savoir si on aimera les cadeaux que vous avez achetés cette année. Vous espérez éviter le moment gênant où la personne développe avec engouement le cadeau que vous lui offrez pour s’apercevoir qu’il s’agit d’un livre de table portant sur la coiffure canine: « C’est quoi ça héhé? », accompagné d’un sourire forcé, car oui, c’est malaisant pour celui qui offre et celui qui reçoit.

Comment cesser de vider son portefeuille dans l’achat de cadeaux dispendieux mais malheureusement inutiles? Je vous propose 22,5 idées cadeaux agréables à donner et à recevoir.

Ceux qu’on veut vraiment recevoir:

1. Une grosse doudou. Qui n’aime pas dormir emmitouflé?
2. Un étui pour téléphone portable de type «Lifeproof». De rien, tu peux maintenant écouter un film sous la douche.
3. Un abonnement Netflix – comme ça ils n’auront plus à emprunter le vôtre 😉 Et pas besoin de payer pour un an! Il y a des cartes cadeaux de 30 $ et 60 $.
4. Une plante (bambou, cactus). Un peu de verdure dans le froid de l’hiver, pourquoi pas?
5. Une journée spa/massage. Ai-je besoin de préciser pourquoi?
6. Chargeur portatif pour téléphone cellulaire, qui étire le temps de vie de votre batterie. Jamais ils ne seront prit dans une situation oà leur batterie leur a fait faux bond.
7. Attrape-araignées (spider catcher). On connait tous un ou une personne souffrant d’arachnophobie. (Oui, ça existe pour vrai)
8. Une paire de gants pour utiliser son téléphone portable même dehors au grand froid sans se geler les mains. Pratique et pas cher.
9. Un détecteur de clés (Keyfinder). Pour ceux qui perdent tout.
10. Le jeu «Cards Against Humanity ». Juste parce que c’est un jeu que tout le monde aime et qui est très facile à jouer.

Petit budget ? Fais les cadeaux toi même ! :

11. Une tasse personnalisée. Qu’on imprime une photo ou qu’on sorte ses talents artistique, une tasse c’est toujours utile de toute façon.
12. Des crochets à partir de vielles cuillères. Juste parce que c’est beau et qu’on a toujours besoin de crochets.
13. Suçon fait maison.
14. Un arbre à suçons pour un retour en enfance.
15. Une plaque murale personnalisée (les trucs par dessus les interrupteurs). Pimp ta maison.
16. N’importe quoi, seulement, mets-le dans un pot Mason.
17. Du chocolat chaud. (Fais quelque chose de cute comme ça)
17,5. Une serviette avec capuchon. C’était mon rêve quand j’étais jeune; les enfants n’ont sûrement pas trop changés. (Le ,5 c’est parce que c’est pour petite taille hihi)

(Vraiment) Homme :

18. Une carte-cadeau Canadian Tire / des outils. Ça a l’air cliché, mais plusieurs de mes amis du sexe opposé m’ont affirmé que c’était très in.
19. Une bouteille d’alcool de qualité.
20. Des boxers haute gamme ou douillets, pour le confort de monsieur.
21. Des articles de sports. Sac-à-dos, vêtements de sports ou article de camping, l’homme aime l’aventure.

Universelle :

22. DE L’AMOUR.

Le temps des fêtes, c’est le meilleur moment de l’année pour passer du temps avec ceux qu’on aime. Gros budget, petit budget, cadeaux ou pas de cadeaux, ce n’est pas ça l’important. Avec les années qui passent, qui se rappelle vraiment de tous les cadeaux qu’ils ont reçus? Ce qui reste dans nos mémoires, c’est le plaisir d’avoir partagé un moment heureux en famille ou entre amis.

Sur ce, LaCerise.ca et moi vous souhaitons un (très) (trop) joyeux temps des fêtes! Et un bon magasinage.

Photo: Flickr

Du 10 au 16 novembre 2014 a eu lieu le Salon des métiers d’arts du Saguenay–Lac-Saint-Jean à l’hôtel Le Montagnais de Chicoutimi – y étais-tu? J’ai bravé la neige pour toi afin de voir ce que les 61 exposants de la place avaient à nous offrir. Enfin, je ne suis pas revenue bredouille.

À priori, on va d’abord se dire les vraies choses: force est de constater que rares sont les jeunes qui visitent les expositions d’artisans. Si seulement tu savais combien c’est ta chance de te procurer des pièces originales pour te démarquer des autres. Puis, quelle fierté d’encourager nos artistes québécois!

Comme une petite fille qui s’infiltre dans l’usine du Père Noël et ses lutins, je parcourais chaque kiosque, tous aussi différents les uns des autres selon la créativité de chacun, avec toujours un peu plus d’admiration. Pendant près de deux heures, voici la phrase que j’ai dite le plus souvent: «Mais pourquoi j’ai pas ce talent?» Bref, j’en reste aux communications.

Je vous présente maintenant mes trois coups de cœur.

La Fabrik 

Lauréate du prix «Bourse de la relève» et «Présentation visuelle», Valérie Arsenault était sur place pour nous présenter sa collection «Klass» en argent. Elle remercie d’ailleurs «[son] amoureux Stéphane Bouchard d’avoir mis tant d’amour et de temps à faire le plus beau des kiosques». C’est de façon bien réfléchie que le décor nous rappelle la vidéo promotionnelle de la collection qui a été produite dans une grange. Ainsi, lorsqu’on entre dans ce simulacre de grange, on y voit des bijoux qui portent tous un nom approprié à leur apparence, que ce soit la bague «La cassure» ou encore «L’écorchée». Je vous invite à visiter la boutique qui se trouve au 1935 rue Davis à Jonquière (Arvida) et sur le web.

Sans titre1fabrik

R. F.

À présent, pour les fanatiques de fourrure, vous n’avez encore rien vu. Rachel Fortin, designer de la marque, utilise la fourrure recyclée au cœur de ses collections hivernales, en l’agençant parfaitement au lainage et au cuir. On peut y découvrir des sacoches, des chapeaux, des écharpes, des cache-oreilles, des portefeuilles, et bien plus. La fourrure est réconfortante et idéale pour l’hiver. Pour vous laisser charmer, il suffit de se rendre sur le point de vente en ligne.

Sans titre1rf

Jee Design

Jee Design, c’est un art décoratif, créé et conçu sur mesure, et en série limitée. C’est une entreprise québécoise qui fait appel à des artistes de la région pour concevoir des objets décoratifs pratiques tels que des horloges, des lumières, des miroirs, et encore davantage. D’une modernité, d’une créativité hors de doute et d’une magnificence, ces créations sauront plaire.

Sans titre1jeedesign

Cela dit, c’est une parcelle de talent que je vous ai montrée pour finalement vous dire que de retour à la maison, j’ai ouvert Facebook et j’ai cliqué sur un «J’aime» mérité pour le Salon des métiers d’arts. L’année prochaine, c’est un rendez-vous!

Photos: Facebook, Marie-Pier Leboeuf

Y a-t-il une culpabilité pire que celle de regarder notre étiquette de chandail et d’y lire «Made in Bangladesh»? Parce qu’à cet instant, on est très conscient qu’on vient de contribuer aux profits d’une entreprise déjà over riche qui exploite les enfants orientaux. À l’inverse, que diriez-vous de pouvoir acheter des produits entièrement conçus par les mains d’artisans passionnés, mais surtout québécois, et où vous serez fier d’y lire l’étiquette «Fabriqué près de chez vous»? C’est ce que nous propose une entreprise top tendance-jeune-originale-tropsurlacoche : Twist Boutique Atelier!

Vêtements, bijoux, accessoires, objets décoratifs… C’est une gamme diversifiée de produits que nous offre cette boutique de la région du Saguenay située à Arvida (carré Davis) et à Chicoutimi (rue Racine Est). Scrollez donc un peu plus bas, je vais vous donner un avant-goût!

Vêtements

De classique à contemporain, ce n’est pas le style qui manque chez Twist Boutique Atelier. Allez donc jeter un coup d’œil à leurs toutes nouvelles collections Automne-Hiver!

Bijoux

Qui aurait cru qu’une paire de mains serait capable de créer de si belles pièces? Les bijoux de chez Twist Boutique Atelier ont d’ailleurs la particularité d’être entièrement conçus d’étain et d’argentium, de quoi être certain de ne pas avoir à dealer avec la rouille et le bleu-vert qui se forme autour de nos doigts à cause d’une bague de mauvaise qualité!

Accessoires/Objets décoratifs

En manque d’idées cadeaux? Ta vieille tasse de chez David’s Tea est décolorée? Le mur tout nu et blanc de ta salle de bain mérite d’être comblé par un cadre? J’ai une solution pour toi : Twist Boutique Atelier!

Comme si ce n’était pas encore assez top comme ça, Twist Boutique Atelier offre un service VIP! Une soirée parfaite pour faire du shopping entre copines et bénéficier des services d’une styliste en plus d’un 10% de rabais sur TOUT en magasin!

Je vous encourage FOR-TE-MENT à aller faire un tour sur la page Facebook de la boutique ou directement sur leur site Internet.

Sur ce, boycottez avec moi ces multinationales dépourvues d’humanisme et encouragez le «not made in China» ainsi que cette vingtaine de paires de mains d’artisans passionnés et talentueux! Bonne visite!

Photos: Facebook

Les grand-mères sont des personnes formidables et surtout, elles savent TOUT! Qui n’a jamais demandé à sa grand-mère son truc pour guérir la toux? Ou comment faire partir du jus de raisin sur ta nouvelle petite robe crème? La Cerise te présente des trucs de grand-mère dont on ne pourrait se passer!

La toux

Mélange 2 cuillère à thé de miel, 1 cuillère à thé de citron et quelques clous de girofle dans une tasse d’eau chaude et laisse infuser quelques minutes. Et voilà ta toux calmée soudainement! Merci grand-maman!

Les points noirs

Dans un bol, laisse infuser quelques feuilles de sauge dans de l’eau bouillante. Ensuite, place une serviette sur ton visage et place-toi au dessus du bol et laisse pénétrer la vapeur d’eau. Les points noirs sont ensuite très faciles à enlever!

 Les taches

 À l’aide d’un linge imbibé de jus de citron et de sel, frotte la tache! Aussi simple que ça!

Le stress

Il paraîtrait que manger des bananes serait un bon moyen pour réduire le stress!

Les cernes

Imbibe des ouates de coton avec du lait et place-les sur tes cernes. Laisse reposer 10 minutes. Cela aiderait à la circulation sanguine pour ainsi diminuer les cernes!

PS: Tous ces trucs ont été personnellement approuvés par ma grand-mère!

 Source

 Photo: We Heart It

Qui ne les a pas vues, ces campagnes publicitaires émouvantes qui crient haut et fort que toutes les femmes sont belles? Les compagnies ciblant une clientèle féminine ont trouvé l’astuce de marketing du siècle : elles ont appris à jouer de la harpe avec nos cordes sensibles de filles complexées. Elles s’en tirent si facilement en se donnant le beau rôle d’entreprises socialement engagées, tout en réalisant des profits astronomiques.

Il est impossible de nier qu’on en est à une période de glorification de la silhouette plantureuse. C’est avec une nostalgie adulatrice qu’on se remémore les hanches généreuses de Marilyn Monroe. On met Jennifer Lawrence sur un piédestal parce qu’elle parle ouvertement de son amour pour la bouffe. À l’opposé, on n’hésite pas à dénigrer les actrices avec un penchant maigrichon comme si elles étaient derrière tous les troubles alimentaires de la planète. On se demande ce qui a bien pu se passer depuis le temps des peintres de la Renaissance dont les muses étaient grassouillettes. Ah, la belle époque où les bourrelets étaient synonymes de fertilité, santé et richesse! La silhouette féminine est soumise aux allées et venues de la mode comme n’importe quel accessoire. Malheureusement, il est plus difficile de se procurer une poitrine proéminente que la nouvelle paire de chaussures tendance. Les annonceurs surfent très bien sur cette vague en lançant des messages de bien-être comme s’il leur tenait vraiment à cœur que nous soyons toutes bien dans notre peau.

Prenons l’exemple de Dove et sa mission tartufe de redéfinir de la «vraie beauté». Ce que beaucoup de gens ignorent est que Dove est une propriété d’Unilever, également détenteur d’Axe. Oui, oui! La même compagnie qui réalise des pubs misogynes convainquant les adolescents que des meutes de mannequins ne pourront pas résister à leur nouvelle odeur. Certes, les publics cibles sont diamétralement opposés, mais il demeure hypocrite de dicter aux femmes de se départir de leurs insécurités tout en mettant de l’avant des standards de beauté irréalistes en parallèle. Ce n’est pas la seule contradiction dans le discours d’Unilever : la compagnie vend également des traitements de blanchiment de peau, des milkshakes pour régimes et des crèmes antirides. Merci pour les leçons d’estime de soi!

Outre sa duplicité, cette forme de promotion cloche à un degré encore plus fondamental. Au lieu d’apprendre aux clientes à se valoriser autrement, on veut qu’elles se rentrent dans la tête qu’elles sont d’une beauté à couper le souffle. Pourquoi les faire culpabiliser de ne pas aimer leur corps alors qu’on pourrait tout simplement leur enseigner que le physique n’est pas le seul facteur de désirabilité? La réponse est simple : c’est bien moins pratique pour instrumentaliser l’image corporelle féminine à des fins commerciales. Comme ça adonne mieux de dire aux femmes qu’elles sont leurs propres pires ennemies et que la responsabilité de leur malaise par rapport à leur physique repose entièrement sur leurs épaules! Toute cette pseudo psychanalyse condescendante permet aux publicitaires de faire de l’argent tout en se dissociant des causes premières qui ont poussé les consommatrices à se scruter sous tous les angles dans le miroir.

Il n’y a rien de mal à remettre en question nos perceptions négatives de nous-mêmes – je dirais même qu’il est crucial de se soumettre à cet exercice – mais, de grâce, aspirons à autre chose qu’à la beauté. Il faut se rentrer dans la cervelle que notre désirabilité ne dépend pas uniquement du facteur physique. Valorisons-nous autrement. Même quand on parle de personnalité, il s’agit de «beauté intérieure». La beauté, la beauté! Toujours la beauté!

Photo : Flickr