Style de vie

Le minimalisme est de plus en plus connu auprès de notre génération, mais il n’est pas encore assez à la mode! Une fois adopté, ce dernier contribue réellement à minimiser l’impact négatif que l’humain peut avoir sur son environnement.

 

Tout d’abord, le minimalisme c’est quoi?

C’est un mode vie qui a pour but de vivre avec le strict minimum, soit l’essentiel au quotidien. Le but est de vivre modestement. De ce fait, il faut apprendre à se détacher de notre désir d’accumuler des biens matériels souvent superflus. Ce mode de vie, vous l’aurez devinez, est grandement bénéfique pour la diminution de la surconsommation et pour l’augmentation de l’espérance de vie de notre belle planète.

 

Comment vivre avec peu?

Pour devenir et être minimaliste, vous devez vous débarrasser des objets qui vous sont inutiles et qui encombrent votre espace de vie. Pour vous aider à jeter vos biens matériels de façon éclairée, posez-vous les questions suivantes :

 

  • À quelle fréquence j’utilise l’objet en question?

 

  • Quand l’ai-je utilisé la dernière fois?

 

À ne pas faire

Il existe plusieurs erreurs que les gens doivent éviter de faire lorsqu’ils adhèrent au minimalisme:

 

    • Se fixer des objectifs à trop long terme ou simplement en se donnant un chiffre trop élevé d’objets dont on veut se débarrasser. Cette méthode vous permet de voir les résultats de vos efforts dans un avenir trop éloigné, conséquemment il est plus facile de se décourager et perdre de vue l’objectif de base ;  

 

    • Commencer le minimalisme en même temps que le végétarisme, le zéro déchet, l’achat de produits biologiques, bref vouloir tout changer en même temps et adhérer à plusieurs mouvements à la fois ;

 

    • Comparer avec les autres votre façon d’être minimaliste. Chacun a sa propre façon de vivre en étant minimaliste et chacun le pratique de façon plus ou moins intense. Il est donc primordial de vous concentrer sur vos objectifs personnels.

 

À plus grande échelle

Vous pouvez faire plusieurs autres actions pour réduire la quantité de vos biens, mais aussi vous préoccuper des choix que vous faites en matière d’environnement. Par exemple, un mouvement appelé zéro déchet peut très bien être associé au minimalisme. Pour prendre part à ce mouvement, vous pouvez, entre autres, diminuer votre utilisation de sacs de plastique, diminuer votre consommation d’eau ou même diminuer votre consommation d’essence.

Pour ce faire, vous pouvez vous aider en vous fixant des objectifs à court terme et des défis simples et stimulants comme ceux-ci :

 

  • Se débarrasser d’un objet par jour durant un mois ;

 

  • Fermer le robinet lorsque que vous vous brossez les dents;

 

  • Ne pas acheter de nouveaux morceaux de vêtements pendant 2 mois ;

 

  • Adopter 2 fois par semaine minimum l’option du co-voiturage pour se rendre au travail, à l’école, à l’épicerie, etc.

 

          Et plusieurs autres…

 

Finalement, optez pour des objets de bonne qualité qui ont une grande durée de vie et dont vous avez vraiment besoin. Investissez votre argent intelligemment et faites partie de la grande famille du minimalisme où chaque petit geste compte!

 

Crédit photo: Pexels

Il y a un an, c’était impossible pour moi d’imaginer me lever tôt pour me préparer. Maintenant, j’enjoy tellement l’idée d’avoir un look flawless toute la journée, je mets mon cadran seulement dans le but de pouvoir me mettre du highlight dans la face.

Depuis que j’habite à Québec et que j’ai découvert ce fameux magasin, qui est le paradis des cosmétiques, je ne vois plus ma vie sans rouges à lèvres liquides mats.

Il y a de cela bien longtemps, je croyais que les personnes qui utilisaient beaucoup de maquillage étaient en quête de reconnaissance. Je croyais que ces personnes avaient une faible estime de soi et cherchaient à combler quelque chose. Et bien, aujourd’hui, je sais que j’ai eu tort, parce que pour moi, le maquillage m’aide à faire ressortir une facette de ma personnalité. Quand je mets du highlight comme une licorne, je me sens fabuleuse et j’ai l’impression que ça, les gens peuvent le sentir. Et en me sentant ainsi, belle, ça me donne envie de faire des compliments à tout le monde concernant leurs vêtements, leurs cheveux ou leur make-up. Je n’ai pas besoin de cosmétiques, mais j’en veux, et j’adore l’effet que ça me fait.

 

Ça me rend heureuse de prendre le temps de me préparer et d’agencer mes couleurs favorites pour me donner un look adorable. Je ne croyais jamais développer une passion comme celle-ci, mais je suis heureuse de ce que ça m’a apporté. C’est beaucoup plus que physique, c’est psychologique et ça me réjouit vraiment !

« J’aime le maquillage parce que c’est une façon de m’exprimer et d’afficher mon style. C’est peut-être contradictoire pour certains, mais ça m’a aidé à m’accepter et à m’aimer, autant au naturel qu’avec une full face. Je considère le maquillage comme une forme d’art dans laquelle je me perfectionne à chaque jour. Je joue avec les formes, les couleurs, les ombres et lumières et les textures. J’aime la communauté positive, créative et qui encourage tous les genres à être soi-même. » – Edith, adepte du maquillage depuis plusieurs années.

Je suis tellement d’accord avec ce que dit mon amie Edith ! Vive le maquillage, vive la confiance en soi et vive la propagation de compliments et de joie!

Il ne faut pas avoir peur de se faire passer en premier. Pourquoi? La réponse à cela est que tu es la seule personne qui sait réellement comment tu te sens. Alors, comment est-ce que tu peux prendre soin de ta petite personne? Qu’est-ce qu’il faut faire exactement? 

Quelques fois, il est difficile de s’arrêter et d’évaluer comment on se sent, car on peut avoir plusieurs éléments à faire en même temps. Notre journée peut être remplie avec le boulot, le gym, le yoga, l’épicerie, etc. Il faut également prendre du temps pour voir ses amis et sa famille. Donc, il faut savoir s’arrêter et prendre soin de soi.

 

Être premier sur sa liste

Tu dois faire de toi une priorité. C’est plus facile à dire qu’à faire, mais ce n’est pas impossible. Tu peux te poser quelques questions : « Qu’est-ce que je veux faire? », « Qu’est-ce qui est important pour moi? », etc. Par exemple, tu peux décider de ne rien faire de ta journée ou d’aller prendre un café avec des amis. C’est correct de le faire. Il ne faut pas que tu te sentes coupable de rester chez toi pour relaxer. Il faut que tu trouves les éléments qui contribuent à ton bien-être.

 

Le moment présent

Prendre soin de soi, c’est de se dire qu’il faut vivre dans le moment présent. Il faut prendre le temps de regarder et de constater tous les petits cadeaux que la vie nous offre.

Enfin, prendre soin de sa personne, c’est de savourer la vie à 100 %. La vie est un cadeau qui est important parce qu’on en a qu’une. Donc, on doit toujours penser que chaque décision que l’on prend peut avoir des répercussions positives ou négatives.

 

Alors, tu dois te faire passer en premier puisque TU es important(e) !

 

Que fais-tu pour prendre soin de toi?

 

Il y a quelque temps, je me suis enfin décidé, je vais me faire tatouer! D’un coup de tête, j’ai pris un rendez-vous. Il y a longtemps que je le désire. Ça me fait un peu peur, mais j’envie ceux qui sont couverts d’œuvres d’art à leur image. Cependant, je devais m’y attendre, certains ont une opinion fermée sur cette pratique ancienne.

 

On m’a parlé de vieillesse, de douleur, du choix de l’image, mais je pourrais probablement me justifier sur ses raisons que tous évoquent. Je pourrais surement prouver que les tatouages ne deviennent pas aussi moches que certains le croient en vieillissant. De plus, je pourrais vous faire croire que la douleur ne me fait pas peur, mais à quoi bon ? Je crois que celui qui choisit d’incorporer l’art à sa peau est un artiste dans l’âme dans la plupart des cas et qu’il ne devrait pas devoir se justifier.

 

Certains se feront tatouer pour l’apparence, le côté artistique que celui-ci dégage. D’autres opteront pour un souvenir tel que la naissance de leur enfant ou le décès d’un être cher. Dans mon cas, j’ai opté pour de l’art et du rêve. Je suis une grande rêveuse, j’ai choisi la carte du monde pour mon désir de voyager. Il est effectivement possible que mes rêves évoluent ou qu’il change du tout au tout. Et si cette marque sur mon corps me prouvait un jour que j’ai changé, serais-je déçue de porter à tout jamais mes désirs d’adolescente insouciante? Non, ça ne me fait pas peur, je n’ai pas à justifier un rêve de jeune fille qui ne sait jamais réaliser, car si j’y ai rêvé un jour, c’est que ça faisait partie intégrante de moi à cette époque.

 

Il n’y a qu’une chose sur laquelle je souhaite me justifier

Dans la société avec laquelle nous vivons, l’emplacement du tatouage est important. Il est prouvé que la couleur des cheveux, les piercings et les tatouages peuvent nous nuire. Ce n’est qu’une question de société fermée à la diversité, mais avec laquelle nous n’avons d’autre choix que de subir. C’est pour cela que j’ai fait un choix censé lorsque j’ai choisi son emplacement.

J’ai opté pour une partie de mon corps que je n’expose pas au travail, mais qui a également une signification importante pour moi. J’ai choisi l’omoplate, un endroit que je ne verrai que si je me retourne trop souvent. Je crois qu’il est important que j’avance dans la vie sans me rendre malade avec ce dont j’ai toujours rêvé. Sans oublier que les jours où j’aurai envie de regarder derrière moi, celui-ci me rappellera que j’avais des rêves précis. J’avais la force d’y croire et que tout est possible quand on le veut.

 

image : Pixabay

Pâques sera bientôt à nos portes et à chaque année, on fond tous d’amour pour les lapins qui sont mis de l’avant dans les animaleries. L’année dernière, j’ai craqué! Comme je suis une amoureuse du bien-être des animaux, j’ai décidé d’adopter un « CHAPIN »…

Trois caractéristiques principales le différencient du lapin ordinaire :
1- Il est aussi libre que le chat;
2- Il va dans sa litière;
3- Il mange un bol de salade par jour.

Ha… Puis, je ne t’en veux pas si tu as un lapin en cage et que tu le sors seulement une heure par jour, mais le mien n’est pas né dans ce mode de vie.

Je t’entends déjà dire « Ben voyons donc! » Je te le dis! En tant que personne compulsive, j’ai beaucoup réfléchi avant d’avoir un lapin. J’ai déjà eu des petits animaux en cage et je sais qu’avec le temps, il arrive qu’on les délaisse…

Un jour, je suis tombée sur un groupe Facebook et j’ai découvert des « cinglés de lapins »! Tu sais, ces gens qui « capotent » sur leur animal. Bien, je me suis abonné. J’ai découvert qu’il était possible de dresser un lapin, mais je me suis dit que c’était sûrement trop compliqué. Finalement, (oups) j’ai fait un choix compulsif. Un jeune homme de ma région devait se départir de sa petite bête. Son animal poilu était parfait selon l’annonce. Comme je t’ai dit au début : libre, propre et alimentation spécial.

Je saute les détails et me voilà rendue avec un « CHAPIN ». Un lapin avec le tempérament d’un chat! Mon chum capote un peu… Une grosse cage s’ajoute au décor de notre salon. Un bac à litière, du foin et de l’eau sont à l’intérieur, mais un lapin court déjà en liberté dans mon appartement.

Bien sûr, il y a eu un temps d’adaptation, mais maintenant je suis heureuse d’avoir opter pour un animal aussi libre que mon chat. Oui oui, le chat et le lapin cohabitent ensemble, mais ça c’est une question de tempérament du chat !

La session est terminée. C’est un soulagement n’est-ce pas ? Nous avons enfin des moments où nous pouvons nous organiser des plans et même nous chercher quelque chose à faire. Le fait de ne pas savoir comment m’occuper parfois me procure un grand bonheur. Je peux alors relaxer et faire ce que j’aime. Je vous conseille d’en faire autant.

 

C’est un excellent temps pour se retrouver avec soi-même. Prendre le temps d’apprendre à se connaître. Prendre le temps de s’apprécier. Souvent, on oublie de prendre du temps pour soi, mais surtout, de faire des choses qu’on apprécie.

Un moment de bonheur

Ce matin, je suis allée prendre une longue marche. Il y avait la neige qui tombait du ciel, mon souffle chaud à travers le froid de l’hiver et la croûte glacée qui brillait au soleil. J’écoutais mes chansons préférées en me promenant dans la ville où j’habite et que j’adore. J’écoutais en particulier la chanson Harvest Moon de Neil Young, un de mes artistes favoris. Juste ce moment-là m’a apporté tellement de bonheur.

 

Je vous le partage pour vous amener à faire la même chose avec vous-même. J’espère vraiment que vous allez profiter du congé des fêtes en faisant des choses qui vous rendent heureux. Peu de gens de mon âge prennent le temps de faire des activités seules avec eux-mêmes. Que ce soit de peinturer, de dessiner, de chanter, de jouer de votre instrument favori, de cuisiner, de courir, de lire ou de faire du yoga, faites-le. Vous verrez que le moral sera bon. Vous pensez peut-être que mes mots sont « cheesy », mais c’est seulement la réalité.

 

Je vous souhaite un joyeux temps des fêtes à tous.

 


Source de l’image : Weheartit.com

En cette fin de session d’automne, j’étais surchargé de travaux et d’examens. Mais, j’ai quand même réussi à combiner Noël à mon « rush » de fin de session. 

 

Comme chaque année, ma mère m’achète un calendrier de l’avent au chocolat. Exception : j’en ai deux cette année, faute d’en avoir acheté un de trop. Rendu à la mi-décembre, entre deux travaux de session, je mange deux chocolats, parfois le double, en raison de l’heure tardive à laquelle je les mange (entre minuit et une heure du matin). Je savoure ce moment de pure gastronomie — Ah ! Que c’est bon les chocolats de Noël —, alors que je compte le nombre de fondants restant avant la plus belle fête de l’année : rien de mieux que de savourer sa venue, chez moi, et en même temps, combler ma fringale de nuit.

 

Le cégep : une vie animée par Noël

 

La session avance et j’entends de plus en plus Noël. Alors que j’étudie pour mon examen théorique final de philosophie, dans un coin de la bibliothèque, j’entends soudain Ariana Grande chanter le refrain final de « Santa Tell Me », qui tonitruait à travers les écouteurs d’une étudiante, trop occupée à visionner le vidéoclip de la chanteuse populaire qu’à travailler sur ses travaux. À ce moment, moi et une autre fille assise derrière moi, on a délaissé pendant quelques secondes nos travaux ; on s’est lancé un rire en coin. Rire parce que pour Noël la musique était trop forte, certes. Mais rire parce qu’on ressentait la magie des Fêtes à travers cette chanson un peu trop rythmée à notre tempo d’étude.

 

Et puis quand je n’étudie pas pour un examen, je marche d’un pas léger, longeant les kiosques du marché de Noël du cégep et j’étudie chaque sourire sur le visage des artisans, jeunes et moins jeunes, lorsque je viens jeter un coup d’œil à leur art. Un sourire qui laisse, malheureusement, transparaître que Noël est davantage une fête commerciale que d’amour et de partage. Ce n’est pas gratuit, Noël, mais j’arbore quand même un sourire rempli de bonté à ces artisans. En remerciement à Noël qui crée la diversité de mon cégep, en cette fête savoureuse, musicale et d’amour.

 

Source de l’image : Weheartit.com

Crédit: Ann-Sophie Gagné

Comme vous le saviez peut-être, les influenceurs et youtubeurs beauté prennent de plus en plus de place sur les médias sociaux. Pour ma part, mon feed Instagram en est rempli. Bref, le temps où on regardait uniquement les publicités Covergirl de Katy Perry avec ses beaux cils dans le confort de notre salon est révolu. Aujourd’hui, on se branche sur YouTube et on a tout à notre disposition, que l’on soit apprenti(e) ou tout simplement intrigué(e) par ce curieux univers qu’est le maquillage.

Pour ma part, j’ai commencé à l’âge de 14 ans à vraiment porter de l’intérêt à ce monde-là. Un peu de mascara par si, une poudre par là ; rien de bien artistique. On ne se mentira pas, je n’avais pas une très belle peau à l’époque. Ça me donnait confiance en moi. Pourquoi pas ? Puis, à partir de l’an passé, j’ai développé une vraie passion pour le maquillage. Ce n’est pas un masque derrière lequel je me cache. Non seulement je le fais pour moi, mais aussi parce que j’aime ça.

Pourtant, il y a encore des gens aujourd’hui qui portent un jugement sur cette pratique. J’en entends de toute sorte, et je n’ai pas été épargnée.

Story time

Prenons par exemple la journée sans maquillage qui a eu lieu l’année dernière : je me suis maquillée. « Scandale ». Je n’ai rien contre cette journée-là, je trouve même le concept intéressant et il pousse certaines personnes à sortir de leur zone de confort. Par contre, ce que j’aime moins de cette journée, c’est qu’elle alimente encore plus le stéréotype de la personne qui se maquille par manque de confiance en soi et pour qui il est impossible de sortir de la maison sans 2 pouces de maquillage au visage.

OUI. Je sacrifie une quinzaine de minutes de sommeil le matin parce que je retrouve un certain plaisir à me pomponner. Il est possibleque je laisse une tâche sur ton chandail un jour ou un autre. Don’t worry, ça part au lavage. Est-ce que c’est un crime ? Je ne pense pas, non.

Vivre et laisser vivre, tout simplement. Il est temps que l’on cesse de vouloir étiqueter ou encore de mettre tout le monde dans le même bateau pour leur apparence. Au final, nous sommes tous et toutes des êtres humains avec des passions différentes. Au lieu de critiquer ce qu’on ne connaît pas, pourquoi ne pas chercher à s’enrichir de nos différences ?

« Oser déplaire, c’est le meilleur moyen de plaire. » Ines de la Fressange

 

Quand vient le temps de vider ton panier à linge sale la fin de semaine, tu regardes probablement quelques fois les étiquettes de tes morceaux de vêtements pour connaître leurs caprices de lavage. Mais t’es-tu déjà attardée aux petits caractères à côté ? MADE IN CAMBODIA, MADE IN BANGLADESH, MADE IN INDIA… “Bah, quelle importance, c’est tellement loin d’ici!”

Géographiquement, tu marques un point, mais ces gens derrière leurs machines à coudre sont plus près de ton quotidien que tu ne le penses.

Ces pays sous-développés regorgent d’usines de vêtements. Celles-ci sont dirigées par des entrepreneurs qui cherchent à obtenir des contrats de production provenant des grandes chaînes de vêtements. Ils tentent d’attirer les H&M, Garage, American Eagle, Zara, Hollister de ce monde avec les plus petits prix qu’ils peuvent offrir. Par exemple, l’entrepreneur X offre la production d’un chandail au coût de 3$, mais l’entrepreneur Y offre le même produit pour 2, alors Monsieur X tente encore de baisser son prix et ainsi de suite… La compétition est féroce pour obtenir les contrats. Mais comment réussir à offrir les coûts les plus bas possible ? Excellente question…

Le meilleur moyen d’économiser pour ces patrons est très simple.

Étape 1 : Installer leur manufacture de vêtement dans un pays où il y a peu d’emplois et beauuuucoup de monde. Ainsi, les gens n’auront pas le choix de travailler pour lui, puisqu’ils ne trouvent pas d’autres emplois ailleurs.

Étape 2 : Faire travailler ces gens dans des conditions épouvantables, mais très économiques : matériel désuet, aucun droit, milieu de travail miteux et mal entretenu, peu ou pas de pauses et aucune augmentation de salaire, horaires étirés sur de longues heures et surtout, salaire largement insuffisant.

Étape 3 : Se remplir les poches sur le dos de gens innocents et en profiter au maximum! Pas fou, hein?

En 2013, le Rana Plaza, une usine de production de vêtements au Bangladesh, s’est effondré sur ses employés, tuant d’un seul coup 1 127 personnes. Quelques semaines plus tôt, les employés s’étaient plaints d’avoir remarqué de nombreuses fissures sur les murs et doutaient fortement de la sécurité du bâtiment. Les patrons avaient fait la sourde oreille et ont forcé les employés à continuer le travail (non, mais, la commande pour Walmart ne se fera pas toute seule hein !).

Chaque année, des centaines de personnes meurent dans ces conditions de travail atroces, des enfants doivent également travailler pour aider les parents qui n’arrivent pas avec le maigre salaire qu’ils reçoivent. Lorsque les employés se révoltent, ils sont réprimandés physiquement par les patrons, les frappant au visage, à la poitrine, au ventre… Ces travailleurs sont souvent des femmes.

Alors la prochaine fois que tu verras un beau morceau de vêtement au centre commercial, penses s’y. Quelles seront les conséquences de ton achat ? Ce nouveau chandail dans ta garde-robe vaut-il la souffrance et la misère que quelqu’un subira de l’autre côté de l’océan ?

Quelques adresses de friperies que j’aime bien :

Je t’invite aussi à regarder le documentaire « The True Cost », de Andrew Morgan (disponible sur Netflix)