«Non.» que tu te dis dans ta tête au moment où votre embrassage se transforme en frenchage pis que ses mains ont envie de se balader. «Je n’coucherai pas avec lui». Au fond, t’en as peut-être envie, juste un tout petit peu, parce que cette maudite frénésie du moment joue rarement mal son rôle. Pourtant, tu sais très bien que, même si présentement t’as la libido à puissance 1000, demain matin, tu vas le regretter.

Parce que tu n’fais pas ça, toi, coucher avec le beau gars que tu viens de rencontrer au bar.

Parce que tu portes des Vans et des chemises trop grandes. Enfin, d’habitude.

Parce que tu sais que tu vaux plus qu’une baise d’un soir, même si t’en as envie.

Parce que tu te respectes… à tes heures.

Dommage, fille, c’est trop tard. Je confirme qu’il est 8h06 du matin et que t’es étendue -nue- à côté dudit beau-gars-plus-si-beau-que-ça-une-fois-à-jeun.

T’as à peine le temps de te demander si vous êtes chez lui ou chez toi que t’as déjà le remord gros comme une roche pris dans le fond de la gorge. Je t’assure, un hangover, ça donne mal à la tête, pas mal à la respiration. Tu te sens sale, non-respectée et tout le tralala… Le pire dans l’histoire, c’est que tu l’appréhendais la veille, ce sentiment-là. Tu sais, juste avant le moment où tu t’es dis : «Ah pis yolo».

Ma belle, je t’assure, t’as le droit de dire «Non». À haute voix et pas juste dans ta tête à part de ça.  Le gars en questions aura beau te traiter d’agace autant qu’il le voudra, je peux te jurer que c’est mieux ça que «fille facile».

C’est parfois difficile de savoir s’affirmer, de se respecter. On se dit qu’au fond, on est jeune et que c’est maintenant qu’on doit les faire, ces expériences spontanées-là. Et c’est correct de les faire si au fond de toi, tu n’as pas l’impression de briser tes valeurs personnelles. Par contre, fais attention à la petite voix qui t’a dit «Non.» juste avant que le «yolo» suive. Cette petite voix, c’est souvent elle qui détient la vérité, mais, malheureusement, l’humain moyen a tendance à perdre les petites choses. Comme les souliers de Polly Pocket ou les casquettes des bonhommes Lego.

Morale de l’histoire : si tu les aimes, tes Vans qui  puent et ta chemise trop grande, ne perd pas ton temps à emprunter la belle jupe longue taille haute et le crop top noir de ta coloc afin d’être attirante pour un soir. T’es attirante anyway et je peux t’assurer que si tu commences par respecter ton style vestimentaire, ça va être beaucoup plus facile de te respecter une fois rendue au lit.  

Ps : Tu peux montrer cet article à ta coloc qui porte des belles jupes longues tailles hautes et des crop tops noirs au quotidien, la morale de l’histoire tient pour elle aussi : le respect de soi… Aussi simple que ça!

Photo: Weheartit


À PROPOS DE L'AUTEUR

Ève-Marie Fournier

<p>Jeune rêveuse en apprentissage, j’essaie un peu plus fort chaque jour de trouver la place qui m’appartient. Enfant, j’imitais les bruits d’une sirène de pompier en m’imaginant éteindre les flammes d’une maison prise au piège. Plus tard, je me voyais avec un stéthoscope au cou, marchant dans les corridors d’un hôpital pédiatrique. Aujourd’hui, c’est le milieu des communications qui a su m’offrir le siège le plus confortable. J’affronte chaque journée le plus intensément possible afin de me découvrir de fond en comble. J’embarque dans tous les défis auxquels j’adhère avec le sourire aux lèvres. Car au final, ce qui compte, c’est d’être heureux!</p>

Commentaires