Relations

À toutes les âmes esseulées en quête d’amour. Un amour vide de sens ou non, aucune importance, pourvu qu’elles aient quelqu’un à qui tendre la main. Pour elles, la solitude est comme une vilaine plaie qui leur ronge les entrailles. Une plaie qui, au lieu de se cicatriser à mesure que le temps passe, s’avive. Une plaie qui, finalement, fait mal quelques mois après avoir été la cible du projectile de l’abandon.

Le soir, elles adoptent une moue défaitiste en se glissant seule sous les draps : pour elles, la cuillère est un ustensile et non une position pour dormir. De toute façon, dans quels bras pourrait-elles s’affaler? L’unique cooccupant de leur chambre à coucher est leur reflet dans le miroir. Désarçonnées, elles cherchent à tout prix à s’accrocher, laissant de côté cet élan qui les menait autrefois vers la quête de leur idéal. À la place, elles se précipitent sur le premier individu prêt à leur accorder la moindre source de réconfort et d’affection. Comme si un simple «j’t’aime ben» était la solution à tous leurs problèmes. Ensemble, ils parlent déjà de mariage et de bébés, un futur commun qui restera probablement à jamais emprisonné dans la sphère de la fiction.

Il est vrai que la perfection est hors de portée, puisque les princesses et les princes sont directement tirés de l’imaginaire de Walt Disney. Mais quoi qu’il en soit, ne vous contentez jamais d’un 7 ou d’un 8 sur 10. Chacun d’entre nous mérite amplement un 9,9. Quelqu’un qui vous fera de nouveau croire en l’amour, quelqu’un qui vous accrochera un sourire insignifiant aux lèvres, quelqu’un qui aura sur les palpitations de votre cœur l’effet d’un défibrillateur. Lorsque vous serez victime des flèches de Cupidon et que l’amour vous frappera de plein de fouet, vous pourrez prendre place dans les montagnes russes de l’amour.

À toutes les âmes esseulées en quête d’amour, il n’est pas nécessaire d’être deux pour mettre les pieds au paradis des gens heureux. Une injection d’amour-propre et de respect de soi tous les matins suffira à vous donner les ailes pour y accéder. Immunisées contre toutes formes de déceptions ou de souffrances imposées par l’être aimé, en étant seules, la personne capable de vous causer du tort, c’est vous.

Il n’y a rien de plus beau qu’une personne se baladant le dos droit et la tête haute, pleine de fierté, avec son ombre comme seule complice. Les regards de pitié qui s’abattent sur cette personne sont absurdes, ils devraient faire place à la vénération. À toutes les âmes esseulées en quête d’amour, sachez que vous êtes l’unique maître de votre bonheur et que, oui, vous en valez la peine.

Parce qu’au final, on meurt tous seuls.

Photo: Pinterest

Combien de personnes savent réellement bien régler les conflits? Au début, j’étais aussi dans le clan des personnes qui pensent que les chicanes se règlent comme par magie, sans protocole. J’ai passé un été à être monitrice dans un camp d’estime de soi et les filles m’ont appris qu’il y a réellement une technique: les 7 étapes de la communication.

Oui, j’admets que ceci paraît vraiment enfantin de revenir sur les principes de base de la communication, mais trop souvent nous sommes dans un autre état lors des conflits et plusieurs bêtises ou bien méchancetés sortent de notre bouche sans que nous le voulions. Voici donc les sept principes pour mieux s’exprimer qui permettent de bien régler un conflit.

1- Choisir le bon moment et la bonne place

Tout moment n’est pas propice aux discussions sérieuses, il est préférable de prendre un moment calme dans un endroit neutre pour les deux personnes.

2- Avoir une bonne posture

Une bonne posture démontre notre confiance et notre bonne attitude à vouloir régler le problème.

3- Utiliser une voix calme et posée

Quelle mauvaise idée pour régler un conflit que de crier ou bien d’avoir une voix menaçante. Quoi de mieux qu’une voix calme ; ainsi la discussion sera plus saine.

4- Identifier clairement le problème

Ne passez pas par quatre chemins et énoncez clairement le problème pour que la personne sache à quoi s’en tenir.

5- Exprimer nos sentiments par rapport à la situation

Identifier clairement nos sentiments face au problème, comment la situation nous fait sentir, car il arrive que la personne opposée ne se rende pas compte du mal qu’elle fait, de ce qu’elle dit.

6- Dire ce que lon attend de lautre

Énoncer la solution de rêve qui fera que le conflit ne sera que passé!

7- Faire un résumé

Pour conclure, il est toujours préférable de faire une petite mise au point pour être sûr que la personne a bien compris le conflit et la solution que vous avez trouvés ensemble.

Peut-être que ces principes ont été enseignés à des enfants pour qu’ils règlent leurs petits problèmes entre eux, mais pour l’avoir essayé quelques fois, je pense que si chacun y adhérait, nous pourrions facilement éviter les «bitcheries» et tout ce qui en découle.

Photo : We Heart It 

AVERTISSEMENT – CET ARTICLE NE CONSISTE PAS EN UNE LISTE D’ÉPICERIE DES ÉTAPES À SUIVRE POUR SORTIR DE LA FRIEND ZONE. C’EST UN DÉMANTÈLEMENT D’URGENCE DU MYTHE AVANT QU’IL N’ATTEIGNE L’AMPLEUR DE CELUI DU TRIANGLE DES BERMUDES.

L’expression « friend zone » a pris d’assaut Internet depuis quelque temps déjà. Désignant de prétendus limbes dont il est impossible de s’échapper, il suffit d’en faire mention pour en faire frissonner quelques-uns. À en croire Reddit ou Yahoo Answers, on s’y retrouve pour des raisons inexplicables. Le vernaculaire du Web est sans équivoque : ceux qui y errent sont absous de toute responsabilité.

Pour ceux d’entre vous qui vivent tels des ermites dans une grotte coupée du monde, ce terme qualifie la situation dans laquelle on se retrouve quand une personne avec qui l’on était jusque-là amis ne retourne pas nos sentiments amoureux. Voilà. C’était la définition politiquement correcte. Attaquons-nous maintenant au vif du sujet.

Le danger avec la légende du friend zoning réside dans le virage un tantinet sexiste qu’il lui arrive d’emprunter. C’est le cas lorsqu’on s’en sert pour imposer le rôle de vilain à une fille n’ayant pourtant aucun contrôle sur qui l’attire ou non. Le pauvre Don Juan sans succès, lui, subit une grande injustice et se voit décerner le statut de victime. L’amitié n’est évidemment pas assez valorisante, après tous ces efforts pour traiter convenablement sa bien-aimée! Quelle perte de temps! Toute cette énergie gaspillée! *Notez bien le sarcasme* Faut-il absolument tenir le compte de tout ce que l’on donne et s’attendre à ce que nos désirs soient comblés en retour? Ça consiste déjà en de terribles bases pour une amitié, imaginez donc pour une relation amoureuse!

Parfois, j’ai l’impression que certains gars prennent les filles pour des jeux vidéo. Ils amassent des points de gentillesse, convaincus qu’ils leur permettront d’accéder au niveau suivant. Quand le fameux « ACHIEVEMENT UNLOCKED » se fait trop attendre, il y a sûrement une défectuosité quelque part. Où est leur dédommagement? N’y avait-il pas une politique de garantie?

Ne vous méprenez pas, je considère tout à fait légitime d’être déçu suite à un rejet. S’en plaindre est une chose,  mais ne pas s’en contenter en est une tout autre. Étirer cet apitoiement sur son sort envoie un message clair : une simple amitié n’en vaut pas la chandelle. C’est curieux, non? Prétendre être véritablement intéressé envers quelqu’un pour ensuite cracher sur un amour platonique…

Parlons maintenant du cas du « bon gars » qui ne lâche pas le morceau. On connait tous son histoire mélodramatique. Il console sa chère dulcinée à chaque fois qu’un bad boy lui brise le cœur. Il lui prête son épaule dans l’espoir qu’un jour elle en ait marre de se faire blesser par des salauds et qu’elle réalise qu’il est en fait l’homme de ses rêves. Encore une fois, tout tourne autour du misérable prince charmant. Comme il fait pitié! Quelle incroyable patience! Ça, c’est l’amour véritable n’est-ce pas?
NON.
Pensons à la fille deux petites secondes. On lui colle le rôle de demoiselle en détresse. On met en doute son jugement en regardant sa vie amoureuse d’un si mauvais oeil. C’est avec une condescendance hallucinante qu’on attend tous patiemment qu’elle ouvre les yeux et voit que son pauvre ami est l’homme idéal. Comme si elle avait besoin qu’on la sauve d’elle-même.

Cette mentalité est quand même profondément ancrée. On n’a qu’à penser aux teenage movies des années 2000 : le meilleur ami demeure supposément invisible jusqu’à la toute fin où il sauve les meubles. La morale est donc que le garçon gentil qui ne t’a pourtant jamais tapé dans l’œil est décidément ton match parfait.

OK, mettons les choses au clair avant qu’on me lance des tomates: il y a une infinité de cas de friend zone. Ça s’applique aux gars autant qu’aux filles. Mais dites donc, connaissez-vous une fille friend zonée pleine de rancune et de rage? Personnellement, ce qui me vient à l’esprit est plutôt un amalgame d’insécurité et de cuillère à même le pot de crème glacée.

En fin de compte, on peut l’analyser sous tous ses angles, la friend zone aboutit à une seule chose : le rejet. Quoi de plus universel? Ça blesse tout le monde, nonobstant le sexe ou la sexualité!

Néanmoins, le cas dont on entend le plus parler s’applique à une relation hétérosexuelle où la femme se voit incapable de retourner l’affection que l’homme lui porte. Par contre, on omet le fait que, la plupart du temps, ce dernier n’avait pas mis ses intentions au clair dès le début. On a beau vanter les mérites de l’instinct féminin, nous ne sommes pas toutes clairvoyantes. Si vous vous comportez en ami, on vous considère en ami. Épargnez-nous vos commentaires d’« agace » — merci, bonsoir.

(Cela dit, je ne nie pas l’existence d’allumeuses.)

Outre sa connotation négative qui fait passer l’amitié pour un prix de consolation médiocre, j’ai un problème avec la friend zone. Elle perpétue le mythe que les filles n’aiment que les mauvais garçons. Un look rebelle ne fait pas toujours tort aux yeux de quelques-unes, mais je vous confirme qu’il n’y a rien de séduisant dans des vacheries. Pensez-vous vraiment que la décence nous repousse? N’ayez crainte, l’intégrité ne vous rendra pas moins désirable.

Pour conclure, je lève mon chapeau aux gentlemen de ce monde qui acceptent dignement la réponse à l’aveu de leurs sentiments, et ce, quelle qu’elle soit.

Photo : DeviantART 

Que vous le vouliez ou non, ils font parti de vos vies. Qu’ils soient petits, grands, mince, bedonnants, sportifs ou hippies, les garçons sont tout autour de nous. En les observant un peu (beaucoup) j’ai pu relever quelques cas intéressants…

Le trop fin

Il y a de ces garçons qui semblent plus gentils que nature. Oui mesdemoiselles, ils existent. Nous avons la fâcheuse habitude de les lancer dans la zone des amis très (trop) rapidement. Ils sont polis, rient de nos blagues, nous encouragent et nous ils nous aident quand tout déraille. Ces garçons-là, tiens-les près de toi. Oh, et ouvre-leur ton cœur, tu pourrais être bien surprise.

Le grand méchant loup

Attention ! Parfois le «trop fin» devient du jour au lendemain le grand méchant loup. Les mensonges et les belles paroles sont son quotidien. Grand charmeur à ses heures, il va tout faire pour que tu tombes dans ses filets. Particulièrement difficile à éviter, tu auras à en croiser quelques-uns sur ton chemin malheureusement.

PS : Après une rupture, ce sont tous des grands méchants loups…

Le baveux

L’humour noir est au rendez-vous. Vous avez une relation amour-haine assez présente. Les blagues méchantes (mais pas trop) sont souvent les bases de votre relation. Sois discrète sur ta vie privée, elle va te retomber sur le nez assez brutalement. Malgré tout, c’est bien plaisant de partager les derniers potins avec lui et d’en rire.

Le rêveur

Souvent artiste, le rêveur est rempli de projets. C’est l’ami avec qui tu peux planifier d’aller faire le tour du monde. Il faut cependant le ramener à l’ordre et s’assurer qu’il n’est pas parti vagabonder dans un recoin de sa tête alors que tu lui racontes quelque chose de très important.

Le papa

C’est ton conseiller, celui que tu appelles quand tu ne comprends pas comment les autres garçons agissent ou que tu as besoin d’un lift. Il est la sagesse incarnée et  il te raisonne quand tu fais la tête folle. Il n’est peut-être pas l’ami dont tu es le plus proche, mais il reste tout de même très important.

Le gay

Tu le considères souvent comme ta pote. Vous pouvez parler du fait que Cory Monteith était probablement l’un des plus bels hommes du monde… et c’est correct! L’avantage, c’est qu’il pense comme un garçon alors il est utile pour en décortiquer d’autres.

Photo: Flickr