Équilibrée

Nous connaissons tous une personne très pudique, ou à l’extrême, qui ne l’est pas du tout. Une qu’on surnomme «Sainte-Nitouche» et l’autre, la «Show Off». Comme il y a ni normes ni règles en ce qui concerne la pudeur, c’est toi seule qui décide ce que tu as envie de montrer ou non. C’est un choix libre!

 Le rapport que nous entretenons avec notre corps diffère d’une personne à l’autre. La pudeur peut s’expliquer par un manque de confiance en soi, ou tout simplement par nos valeurs, notre histoire et notre caractère. Et tu dois savoir que la pudeur ne se justifie pas. Personne n’a le droit de t’imposer quoi que ce soit.

La pudeur peut prendre bien des formes. Peut-être es tu bien à l’aise à te dévêtir en public, mais quand il est temps de parler de sentiments, tu te sauves en courant? C’est là où je veux en venir! Cette réserve peut se présenter sous bien des angles, pas seulement de façon anatomique. Effectivement, une fille peut vous crier : «Retournez-vous, j’enlève mon chandail!», alors que c’est la première à s’ouvrir le cœur quand on parle d’amour, par exemple. Enfin, une personne peut être pudique sur le plan physique, alors qu’elle est très ouverte sur le plan émotionnel, et vice-versa.

En bref, retient que la pudeur n’a rien de négatif. Il est bien normal que tu te gardes un petit «jardin secret». Nous le faisons toutes d’ailleurs, et y’a des trucs qui doivent rester discrets, non? Toutefois, n’aie pas peur de t’assumer. Il n’y a rien de plus beau qu’une fille confiante et bien dans sa peau!

En juillet dernier, je pesais 185 livres. J’ai déménagé à Jonquière en août. Mon appartement est situé à environ huit minutes de marche du cégep que je fréquente. Chaque matin, je marche pour me rendre à l’école. Chaque jour, je marche 30 minutes, si on compte les aller-retours que je fais lorsque je n’ai pas de cours, entre ma maison et l’école.

Je me suis pesée la semaine dernière, 140 livres. J’ai perdu un peu plus de 45 livres seulement en marchant tous les jours 30 minutes. Ça, c’était mon histoire, histoire qui peut rapidement devenir la tienne.

On sous-estime trop la marche comme exercice, elle comporte des dizaines et des dizaines de bien-faits inconnus de la population. En voici quelques-uns ; premier avantage à marcher, c’est un exercice qui ne coûte absolument rien ! Tu viens de sauver des centaines de dollars que tu aurais investi dans un gym pour obtenir les mêmes résultats. Deuxième avantage, tu prends l’air. Aller dehors et bouger avant de faire des devoirs, des travaux ou une tâche qui demande de la concentration, ça permet d’augmenter ton efficacité. Troisième avantage, tous tes membres sont sollicités. Tu travailles tes jambes bien sûr, mais aussi ton ventre, ton dos, tes fesses, si tu as une bonne posture. Bref, marche au lieu d’utiliser la voiture, c’est bon pour l’environnement et pour ton corps. C’est un genre de deux pour un !

Si tu veux plus d’informations sur la marche, il y a des dizaines de sites Internet qui en parlent, et il y a même une fédération québécoise de marche !

Sans titre2

Photos : loop_oh Flickr / Fédération québécoise de la marche

Camille Achim, 18 ans, fait partie de ces filles que vous avez déjà surnommées «boutch», ou encore «gouine». Vous avez peut-être même soupçonné qu’elle jouait au hockey, qu’elle trippait mécanique ou qu’elle s’habillait en gars. Malheureusement pour vous, il s’agit d’une jeune femme, lesbienne et endurcie, qui en entend des vertes et des pas mûres concernant l’homosexualité, mais qui surtout, s’assume à 100%.

On s’est assises, et son histoire a défilé. Je lui ai d’abord demandé si elle a su qu’elle était homosexuelle dès sa jeunesse. Elle m’a répondu que vers l’âge de 11-12 ans, tu ne te poses pas vraiment la question. Tu sors avec des garçons parce que toutes les filles le font, sans que cela n’implique rien de sérieux. Mais du haut de ses 13 ans, elle a commencé à se poser des questions. Certes, elle adorait passer du temps avec sa meilleure amie, mais était-ce seulement de l’amitié, ou peut-être de l’amour? «Pour la plupart des lesbiennes, on tombe amoureuse de notre meilleure amie», explique Camille. Après un baiser échangé avec cette dernière, c’est là qu’elles ont compris que les deux jeunes filles préféraient les femmes.

Par curiosité, je lui demande si son coming out a été facile. On entend souvent que certains ont été repoussés par leur famille, jusqu’à être reniés, mais heureusement pour Camille, tout s’est fait naturellement! Ses parents se doutaient de son orientation sexuelle et c’est même sa mère qui lui a fait remarquer que la relation qu’elle entretenait avec sa meilleure amie était spéciale, hors du commun. Toutefois, Camille m’avoue que la partie la plus difficile a été de l’avouer à ses amis, car elle avait peur. Peur d’être rejetée, jugée et incomprise. Mais tout a joué en sa faveur et ses amis lui ont ouvert grands les bras. Elle ne s’est jamais sentie seule ou laissée à elle-même – elle a su s’entourer des meilleurs!

Les préjugés sur l’homosexualité sont nombreux. Oui, Camille a déjà été victime de jugements méchants et désobligeants. Cependant, elle tient à spécifier que lorsque tu réussis à assumer ton homosexualité, tu deviens pratiquement insensible. «Tu sors de ta bulle et te présentes aux autres pour changer l’opinion qu’ils ont de toi, à première vue», explique-t-elle. La plupart du temps, cela fonctionne et les gens la connaisse alors sous un tout autre angle.

Camille a beaucoup insisté sur le fait que les homosexuels ne sont pas ANORMAUX. Ils méritent le respect et ont le droit d’être appréciés à leur juste valeur et de vivre d’égal à égal avec les autres.

Il existe bien des ressources pour ne pas rester dans l’ombre de ce que vous êtes vraiment. Sachez qu’il y a bien des organismes qui se feront un plaisir de vous écouter et vous conseiller. Vous n’êtes jamais seuls, peu importe votre orientation!

Alors chères lectrices, retenez qu’on ne choisit pas qui l’on aime.

Photo: We Heart It

Après quelques recherches sur les Internets et un court vox-pop auprès de mes collègues de LaCerise,  tout laisse à croire qu’une amitié gars-fille se retrouve dans l’univers des impossibles. Laissez-moi rire.

On dit souvent qu’il est important d’avoir une meilleure amie, la mienne s’appelle Michaël, Bob pour les intimes. Nous sommes l’exemple vivant que l’amitié entre un garçon et une fille peut exister. Il y a cependant quelques règles à suivre pour que le tout fonctionne.

1.    Être franc

« Marie, penses-tu que j’aurais des chances avec cette fille-là ?

-Non c’est vraiment pas ton genre»

« Blonde ou brune ?

-Blonde ! »

Ce sont le genre de question qui mérite une honnêteté totale. Ça ne nous sert à rien de s’inventer des réponses pour faire plaisir à l’autre, la vérité va ressortir de toute façon. Les gants blancs seront pour d’autres, pas l’temps de niaiser.

2.    Se dire tout… ou presque

Transformer quelqu’un en journal intime, c’est quelque chose de rassurant, de réconfortant même. C’est une oreille attentive qui sait tout et qui peut te guider dans les moments difficiles et profitez des bons avec toi. Tu sais que tes histoires ne se retrouveront pas sur une page Spotted. Il faut bien sûr que cela aille dans un sens comme dans l’autre.

 Les hommes viennent de Mars et les femmes de Vénus, d’avoir un spécimen des deux planètes aident aussi à comprendre certains évènements de la vie. De « sont toutes folles» à « ce sont tous des caves» il y a des choses qui ne fonctionnent pas de la même façon chez les garçons et les filles. D’avoir un cerveau contraire et bénéfique dans ces moments-là.

 

3.    N’avoir aucune attirance physique

 

C’est le point le plus important. Le seul moyen de faire en sorte que cette amitié ne deviendra pas une histoire-d’amour-awkward-qui-brise-tout. Pour ce qui est de mon amitié avec Bob, c’est un beau garçon et il trouve que j’ai de bien beaux yeux, mais voilà… nous ne sommes pas DU TOUT le genre de l’un et de l’autre. Cela ne veut pas dire qu’il ne remarque pas ma nouvelle robe ou que je ne le complimente pas sur sa barbe-pas-faite-de-trois-jours qui lui fait si bien.

C’est même important dans les cas d’amitié gars-fille d’être capable de complimenter l’autre. Ça nous donne un regard sur ce qu’un autre garçon ou une autre fille pourrait penser de nous. Un petit coup de pouce qui fait du bien à l’estime.

Et la touche de Bob

4.    Ne pas se laisser influencer par les autres

Combien de fois Marie-Pierre et moi se sommes faites dire que nous allions finir par être ensemble ?

« Pouvez-vous bien arrêter de faire semblant et nous dire que vous vous aimez ? »

« Moi j’y crois pas, c’est certain que vous nous cachez quelque chose »

« Vous avez une drôle de relation. C’est bizarre voir un gars et une fille si proche et qu’ils ne s’aiment pas comme des amoureux »

Et le célèbre

« Non Maman, Bob ce n’est pas mon chum et ce ne le sera pas, c’est mon meilleur ami »

Il vaut mieux en rire que de prendre notre entourage au sérieux. Autant l’un que l’autre, nous savons que nous sommes des âmes sœurs. Oui âme sœur amicale, car je considère Marie-Pierre comme ma petite sœur. De plus, je sais que c’est une personne digne de confiance, autant je peux  lui passer mon auto autant je peux lui confier mes peurs ou mes peines

Hommage à l’une des plus belle amitié jamais vu.

(Harry et Hermione ? Oui, eux aussi sont de bons amis et ça n’ira jamais plus loin ! )

Source Photo : Facebook

Qui a déjà dit que de regarder la télévision ne pouvait pas contribuer à remettre en forme une personne ? On perçoit souvent cet outil comme un ennemi à notre santé, alors qu’il est tout un allié !

Toutes celles qui consomment moindrement un peu de télé chaque semaine auront remarqué qu’il y a de plus en plus d’émissions consacrées à la perte de poids et à la remise en forme.  Les Américains sont les champions en liste avec leurs dizaines de séries de perte de poids extrême où le ou la candidat (e) a un an pour retrouver un poids santé ou que les candidats doivent tout donner afin de perdre le plus de poids possible et ainsi éviter de faire perdre leur équipe. Il est impossible, maintenant, de ne pas tomber sur une série de la sorte, on zappe et au moins une émission sur deux concerne le sujet de la santé.

Il y a du bon et du mauvais dans ces émissions. Tu peux décider de suivre les conseils offerts par un entraîneur et cela peut très bien fonctionner, mais il ne faut pas oublier que ce sont des entraînements adaptés pour les candidats de la série et non pas pour le grand public. Le plus grand avantage avec ces séries télé est la motivation qu’elles apportent aux auditeurs. Souvent, voir des gens avec un grand surplus de poids peut nous motiver à nous sortir du canapé et aller bouger un peu pour éviter de se retrouver dans la même situation qu’eux !

Voici mon « Top 3 des meilleurs émissions de perte de poids et de mise en forme » :

  1. S.O.S Beauté (diffusée à Canal Vie) ;
  2. Mlle Court (diffusée sur les ondes de la chaîne spécialisée Moi & Cie) ;
  3. Maigrir ou mourir (diffusée, également, sur Canal Vie).

Les séries d’entraînement et de mise en forme constituent de très bons outils qui en plus de te divertir, te motivent à essayer ce qu’il démontre dans l’émission. Après tout, tu ne perds rien à essayer !

Source Photo: Mileyeditionss.deviantart.com

Quand on s’entraine, il est toujours bien plaisant d’avoir une source de distraction autre que notre respiration qui en arrache. Je vous présente ici mon top 10 des meilleurs chansons pour s’entrainer.

 

10 – Eye of the tiger – Survivor
Un classique en attendant d’avoir la même «shape» que Rocky.

 

9- Thrift Shop – Macklemore avec Ryan Lewis

Comme quoi ça ne coûte pas trop cher  s’entrainer, quelque chose comme « 20 $ in my pocket »

 

 

 

8- The show goes on – Lupe Fiasco

Seulement pour le début de la chanson, mais ça nous fait un bon départ.

 

7- Heres come the boom – Nelly

N’importe quelle joueuse de basket-ball s’est déjà sentie très « hot » de lancer des ballons au panier sur cette chanson.

 

 

 

6- I knew you were trouble – Taylor Swift

Après une rupture, quoi de mieux que de se défouler en suant sur un tapis roulant, en pensant bien entendu que la personne qui nous a brisée le coeur n’était que du trouble dans notre vie.

 

5- Heart Attack –Demi Lovato

Demi, Demi, Demi, l’artiste qui a été critiquée pour son poids et qui est aujourd’hui une jeune femme en santé.

 

4- Lose yourself – Eminem

Un classique, point.

 

 

 

3- Can’t be touched – Roy Jones

Dans la même catégorie des avant-matchs dans le monde du sport.

 

 

 

2- Are we all we are – P!nk

P!nk, la fille qui chante et qui grimpe dans des filets en même temps. Oui, oui, EN MÊME TEMPS et elle chante POUR VRAI.

 

 

 

1- First of the year- Skrillex

Au niveau du défoulement, on ne peut trouver mieux. Le dubstep a été une totale découverte pour moi quand ma demi-heure de vélo stationnaire me semble trop longue pour être vraie.

 

Quel supplice de se lever un matin, de se regarder dans le miroir et de se trouver laide… impossiblement laide. Tellement laide qu’on retourne dans notre lit. On remonte les couvertures par-dessus notre visage. On veut s’assurer de mettre notre chat à l’abri de notre laideur.

Évidemment, il est plus facile de voir toutes nos petites imperfections. Dans les faits, on donne tellement d’importance à nos cicatrices, nos boutons ou nos cheveux indomptables qu’ils peuvent finir par nous intimider. Afin d’échapper à cette torture, il faut prendre confiance en soi. Cela se fait par de petits exercices simples, mais efficaces.

Premièrement, tu dois t’abonner au positivisme. À chaque défaut que tu te trouves, il est impératif de se trouver une qualité. Deuxièmement, apprends à te faire plaisir à toi avant de vouloir plaire aux autres. La mode, oui, mais tu achètes les vêtements qui te font sentir bien. Troisièmement, il faut respecter ta personnalité. Certaines d’entre-nous aimons prendre beaucoup de temps à se préparer. Elles se maquillent, s’aplatissent les cheveux, se changent un million de fois. D’autres, au contraire, se lèvent et portent la première chose qui leur tombe sous la main. L’important est d’être bien. Pour rétablir l’équilibre, constate que ta beauté provient de ce que TU dégages. Une fille qui sourit est beaucoup plus belle à voir qu’une fille qui fait la « baboune ». Oublie le côté superficiel de la beauté et concentre-toi sur ta bonne humeur contagieuse !

Appliquons ces quelques méthodes. Ainsi, un jour, je débuterai ma chronique par : Quel bonheur de se lever un matin, de se regarder dans le miroir et de chantonner…

Source Photo : fr.flash-screen.com

Si je vous dis Zumba, vous pensez à quoi? Si on se fie au nom, on pourrait croire qu’il s’agit d’un plat exotique typique des pays du Sud… mais c’est tout autre chose!

Le Zumba est LA nouvelle façon de se mettre en forme. Cette activité combine le fitness,  la danse latine, le plaisir et la perte de poids. Oui oui, on peut maintenant s’entraîner en ayant du plaisir, et du vrai plaisir! Imaginez un groupe de filles dans une salle qui tentent d’imiter les mouvements exécutés par l’entraîneur sur une musique internationale à tendance latine… Comment ne pas apprécier ce moment?

Ce sport pratique la coordination et le cardiovasculaire. Le Zumba est aussi populaire parce que les résultats sont rapides : on brûle des calories et on se remet en santé. On n’a pas besoin d’être un danseur professionnel, tout le monde peut en faire. Il suffit d’avoir des vêtements de sport et le goût d’avoir du plaisir. Il y a même des cours de Zumba qui se donnent dans l’eau et du Zumba beaucoup plus intense pour celles qui veulent se surpasser.

Pour participer à un «fitness-party», vous n’avez qu’à vous rendre dans le centre communautaire ou centre de conditionnement physique le plus près de chez vous et vous y inscrire. Essayez pour voir!

Photo: We Heart It

En période d’examens, ou dans tout autre moment important dans l’année scolaire, on fait toujours bien attention de ne rien oublier. On étudie sans relâche jusqu’au jour J afin d’être bien prête pour les évaluations. Il y a toutefois un élément important qu’on a tendance à négliger : la préparation n’est pas seulement mentale, elle est aussi physique. Et cela passe par l’alimentation.

Pour mettre toutes les chances de son côté, certains aliments sont à privilégier en période d’examens. Parmi les indispensables, on retrouve : les protéines et le fer (viande, œuf, poisson); les acides gras essentiels, comme les oméga-3 (poisson, gras); et le calcium (produits laitiers). Il ne faut pas oublier les glucides (fruits, légumineuses, céréales complètes), qui sont le carburant du cerveau.

À l’Université de Montréal, par exemple, on propose sur le campus les repas pré-examens suivants :

  • omelette aux légumineuses + jus de tomate + petit pain de blé entier
  • sandwich au thon + lait + pomme
  • salade de légumineuses + baguette de blé entier + yogourt

Le truc est de manger différemment à chaque repas et surtout, surtout, surtout de ne pas sauter de repas. Il est bien important de prendre ses quatre repas par jour (déjeuner, diner, souper + collation). Les horaires peuvent parfois être assez chargés, mais il ne faudrait jamais attendre plus de 3 à 5 heures entre les pauses repas. Si on est pressée ou tout simplement trop stressée pour avaler quoi que ce soit, une boisson-repas fera l’affaire. Facile à réaliser à la maison, il suffit de mettre du lait, du yogourt et des fruits frais au mélangeur pendant deux minutes.

Bien sûr, simplement mieux se nourrir n’est pas tout pour réussir. Il est également important de dormir suffisamment (8 heures, c’est l’idéal!), d’éviter les excitants (thé – café – alcool – boissons énergisantes) et de bien s’hydrater (officiellement 1.5L d’eau par jour). Ah oui, il ne faut pas oublier d’étudier aussi, il paraît que ça aide…

Bonne chance dans vos exams les filles!

Crédit Photo: Maxime Vincent