Équilibrée

L’être humain peut survivre environ 30 jours sans manger. On ne saurait cependant se passer aussi longtemps de la technologie. Pour ceux qui restent plus connectés que d’autres, on parle même de cyberdépendance.

La cyberdépendance est un usage problématique d’Internet et des nouvelles technologies. C’est une dépendance qui peut prendre plusieurs formes. En général, les réseaux sociaux et les jeux en ligne sont les sources principales de cyberdépendance chez les jeunes – la majorité des cyberdépendants ont d’ailleurs entre 15 et 30 ans. Certaines études estiment également qu’un adolescent sur vingt (!) aurait cette dépendance.

Plusieurs facteurs peuvent amener une personne à développer ce type d’addiction. Parfois, il s’agit seulement de mauvaises habitudes. Pour d’autres personnes, Internet est utilisé pour fuir les problèmes. Par exemple, une personne souffrant de dépression, d’anxiété sociale ou de difficultés relationnelles peut ainsi quitter le monde réel pour se réfugier dans le monde virtuel. Internet devient alors une échappatoire et finit par provoquer une dépendance.

Un passe-temps envahissant

Comment savoir si quelqu’un est bel et bien dépendant à l’Internet? Des recherches ont permis d’observer certains comportements récurrents dans les cas de personnes dépendantes aux technologies. Il s’agit en quelque sorte des «symptômes» de la cyberdépendance. Le premier et le plus important : Internet vient à occuper une place prédominante dans la vie d’un individu. Le cyberdépendant se met donc à négliger des activités dans les autres secteurs de sa vie pour passer plus de temps sur l’ordinateur.

Cette utilisation problématique d’Internet peut entrainer de graves conséquences. Tout d’abord, l’individu n’accomplit pas ses obligations, car il consacre tout son temps à sa dépendance. À la longue, ce problème peut devenir une source de conflits dans le milieu de travail ou dans la vie familiale. C’est un cercle vicieux : plus une personne passe de temps sur Internet, plus elle s’isole. Et plus elle s’isole, plus elle passe de temps sur Internet!

Il est donc très important de faire attention à ne pas tomber dans ce piège avant qu’il ne soit trop tard. Il faut s’entourer de personnes avec qui on se sent bien, des gens avec qui on peut discuter et connecter en vrai.

Au final, un monde virtuel ne peut remplacer le monde réel.

Photo: Flickr

Il serait si facile d’avoir une application pour télécharger le bonheur! Heureusement, voici 5 trucs simples pour être heureuse.

  1. Souriez. Dès que vous le pouvez, souriez aux gens qui vous entourent et même à ceux que vous ne connaissez pas. Lorsque vous souriez, vous dégagez des ondes positives contagieuses qui donneront envie aux autres d’aller vers vous.
  2. Fixez-vous des petits objectifs que vous accomplirez au cours de votre journée et félicitez-vous quand vous les aurez atteints.  (Répondre à la question d’un professeur, aider à la préparation du souper, terminer un travail d’avance…) Un sentiment d’accomplissement simple et efficace pour une dose de bonne humeur.
  3. Bougez-vous un peu! L’activité physique, tout le monde le sait, est bonne pour la santé. On se sent fière de soi quand on vient de terminer une demi-heure de course! De plus, il n’y a rien de mieux pour se défouler et extérioriser les mauvaises pensées qui nous habitent.
  4. Complimentez. Vous aimez qu’on vous dise de belles choses, qu’on souligne votre coiffure ou le choix de vos vêtements? Complimentez aussi les autres. Une petite remarque positive et sincère peut réellement faire une différence dans la journée de quelqu’un! Attention : il ne faut pas nécessairement s’attendre à quelque chose en retour.
  5. Aimez-vous. Personne n’est parfait, et les images hollywoodiennes sont juste parfaites sur les écrans et non dans la réalité. Misez plutôt sur vos forces et vos qualités.

Le bonheur ne doit pas être remis à plus tard. C’est hier, maintenant et demain qu’il est à votre portée.  Nous avons toute notre définition du bonheur, à nous d’y participer pleinement!

Photo: We Heart It

L’école de cuisine «Le fruit de ma passion», vise à nous faire découvrir une activité qui mélange la cuisine et le plaisir

L’atelier

La grande table centrale sert de lieu d’apprentissages, mais aussi d’échanges et de plaisir, que vous soyez seul ou entre amis. Au début de l’activité, le chef invité remet les recettes qui seront exécutées au cours de la soirée et fait une courte présentation.

Par la suite, c’est la préparation des ingrédients, l’apprentissage des techniques de bases et la prise de note afin d’être capable de reproduire ces plats à la maison. Quand tout est terminé et que les repas sont prêts, on savoure notre propre réalisation avec un verre à la main, et on oublie la vaisselle! La soirée se déroule alors dans une ambiance de convivialité, mais surtout sans stress.

La variété des plats

C’est ici que le côté culturel est à son comble, puisque «Le fruit de ma passion» offre une très grande variété de cours, et ce, en utilisant majoritairement des produits du terroir. On a la possibilité de découvrir d’autres pays, avec la cuisine asiatique ou irlandaise, par exemple, ou encore de profiter de recettes thématiques lorsqu’une fête comme Noël ou Pâques approche. Sinon, l’école offre des choix un peu inusités : sushis, décoration de gâteau, gastronomie, confection de pâtes fraîches, etc. Il y a aussi des cours comme «techniques de base» ou «l’art de recevoir».

www.lefruitdemapassion.com .