Cette semaine, j’ai réalisé quelque chose : dans deux ans, j’aurais déjà terminé mes études collégiales. Là tu me diras «  Veux-tu vraiment des félicitations parce que tu sais faire le calcul 3-1?  », mais ce n’est pas vraiment ça que je veux dire. Ce que je veux dire c’est que le temps passe vite et on ne s’en rend même pas compte, trop occupés à vouloir tout faire et tout voir.

À trop vouloir tout accomplir, notre génération oublie de vivre. On veut tout avoir, tout voir pour pouvoir dire que ça on le fait et que lui on le connait. L’affaire c’est qu’on en oublie les simplicités de la vie. À rechercher la perfection, on perd l’essence même de notre existence. On ne le réalise seulement pas encore.

On veut tellement tout vivre qu’on croit que voyager quatorze fois par année, aller à six festivals de musique pendant l’été, manger santé et se saouler c’est vivre notre jeunesse. Loin de moi est l’idée de dire que ces expériences n’apportent rien. Comme tout le monde j’aime me faire aller les cheveux dans la brise estivale au son de la musique, découvrir des nouvelles cultures ou me faire bronzer, manger de la salade et boire un petit Sex on the beach. L’affaire, c’est que je ne veux pas qu’on se mettent à se valoriser pour ce qu’on fait. Je vais qu’on s’aime pour ce qu’on est.

Je n’ai jamais pris l’avion, mais je suis travaillante. Je ne suis jamais allée à Osheaga, mais je suis honnête. Je n’ai jamais eu de blackout, mais je suis indépendante. Je n’ai jamais fait un marathon des films d’Harry Potter, mais mon chum dit que j’ai un sourire contagieux. Je n’ai jamais gagné une game de Je n’ai jamais, mais ma famille et mes amis m’aiment comme je suis. Et surtout, je m’aime comme je suis.

Pour moi, « vivre sa jeunesse » ce n’est pas ne plus savoir où mettre de la tête tellement il y a des choses que je veux faire. Pour moi, c’est apprendre à me connaitre, découvrir qui je suis vraiment. Parce que dans le fond, ta « vie de jeunesse » est différente de celle de tout le monde. C’est toi qui décides ce que tu fais aujourd’hui et ce que tu feras demain, mais c’est aussi toi qui choisis qui tu es aujourd’hui et qui tu seras demain.

Je ne veux pas que tu arrêtes de vivre tes expériences, je veux simplement que tu réalises le temps qui passe si rapidement. Je ne veux juste pas que tu prennes conscience qu’en essayant d’avoir l’air de vivre ta best life, t’as oublié de la savourer. L’important c’est que tu passes réellement les plus belles années de ta vie et ce non seulement en vivant plein de trucs trippants, mais aussi en découvrant qui tu es vraiment.

 


À PROPOS DE L'AUTEUR
Anick Berger

Anick Berger

Québécoise de souche qui sacre l'hiver parce qu'il fait « frette », qui aime le hockey et le sirop d'érable et qui chantait du Marie-Chantale Toupin à quatre ans. J'espère vous divertir dans votre routine quotidienne!

Commentaires