Quand j’étais petite, je m’imaginais à 19 ans riche, populaire, mariée, avec plein de bébés, mais, surtout, heureuse et complète. Bon OK, j’ambitionnais peut-être, et je dois dire que je ne suis pas malheureuse, mais je n’imaginais pas ma vie ainsi. Je suis sensée vivre ma vie à fond, pas la face dans le fond de mes cahiers.

J’avais envie de voir autre chose, des nouveaux paysages, de nouvelles personnes. J’avais envie de me voir moi, bon. Là tu vas m’dire: «Ben voyons Ève, tu peux t’voir tous les matins dans l’miroir, si tu veux.» Bonne blague, ma petite cerisette, mais je voulais plutôt dire que j’avais envie de me voir moi dans un endroit inconnu, dépaysée, livrée à moi-même.

Ça fait que en mai dernier, en fermant mes cahiers pour l’été, j’ai décidé de quitter le Québec pendant cinq semaines pour la merveilleuse ville de Vancouver, en Colombie-Britannique. Je ne suis peut-être pas allée à Riyad en Arabie Saoudite (merci Google), mais j’étais tout de même dépaysée, à cinq heures d’avion de chez Maman et Papa.

Ça m’a pris quelques jours à peine pour me faire des nouveaux amis et m’intégrer. Du ben bon monde, super gentils, ultra crinqués. Du ben ben bon monde, pour vrai. Et c’était cool, vraiment! Mais après une semaine, j’étais déjà redevenue tristounette. Ça faisait une semaine que j’étais là et rien ne changeait, toujours ce même feeling désagréable à l’intérieur.

C’est après une bonne réflexion et quelques claques dans la face que j’ai réalisé que c’est ben l’fun se faire des nouveaux amis, s’ouvrir aux autres et même leur offrir mon amour et mon amitié, mais ça donnait absolument rien si je n’arrivais pas à apprécier la petite blonde en face de moi dans le miroir.

J’ai décidé de vivre mes expériences pour moi. Prendre le métro seule, magasiner seule, marcher seule et manger au restaurant seule. Ça semble ridicule, mais c’était tout un exploit. Je n’aurais jamais fait ça auparavant. Parce que j’avais toujours besoin de quelqu’un pour être avec moi. Être seule me rendait malheureuse. En fait, l’idée de me retrouver seule avec moi-même me faisait littéralement trembler.

Plus je m’obligeais à être seule et à m’endurer, plus j’en apprenais sur moi et plus j’apprenais à m’aimer. Aimer mes traits de personnalité, les imperfections sur mon corps et même mes défauts. Et drôlement, plus je m’appréciais, plus j’appréciais les autres. C’est tu pas beautiful ça?

Où je veux en venir avec ma tranche de vie, ma petite cerisette, c’est que la base de tout, c’est l’amour de soi. Je ne parle pas de narcissisme ici. Je parle d’accepter tes défauts comme tes qualités, de t’accepter comme tu es et d’être capable d’être seule avec ta petite personne sans tomber dans la déprime. S’il faut aller à l’autre bout du monde, le plus loin possible de ton patelin pour te faire comprendre que tu es quelqu’un qui mérite d’avoir confiance en soi, alors fais-le. Une famille merveilleuse, un chum aussi romantique et beau que Ryan Gosling et des milliers de meilleures amies pour la vie, c’est vraiment incroyable. Mais rappelle-toi ma petite cerisette que la seule personne qui mérite tout ton amour, qui est importante et qui sera toujours là quoi qu’il arrive, c’est toi-même.

Je suis peut-être pas riche, populaire, mariée et avec plein de bébés, mais je suis heureuse et complète parce que j’ai appris à m’aimer. À m’aimer moi.

Photo: We Heart it


À PROPOS DE L'AUTEUR

Ève Beauregard

Enjouée, curieuse, déterminée : que dire d’autre sur moi? Je viens de Sainte-Hélène-de-Bagot, un trou perdu dont je suis particulièrement fière! J’adore le sport, la mode et le cinéma. Les potins et les stars d’Hollywood n’ont aucun secret pour moi! Je suis étudiante en radio en Art et technologies des médias au Cégep de Jonquière et mon rêve de petite fille serait d’avoir une aussi belle carrière que Véronique Cloutier (si je pouvais avoir son apparence aussi, je ne dirais pas non, non plus…)

Commentaires