Découvertes

Chaque jour, je passe en moyenne près de deux heures en bus de ville. Si tu fais partie de ma vie, tu sais à quel point ce temps «perdu» est difficile à gérer et m’embête. Sinon, je te l’apprends maintenant: je déteste ça.

Entre un bus manqué, plusieurs minutes d’attente à se geler les pieds aux abri-bus pas déneigés et mon réveil-matin programmé à 5:30 pour arriver en cours à temps, je côtoie lors d’interminables trajets une multitude de gens dont certains méritent que quelqu’un écrive à leur sujet.

Je médite depuis un moment sur l’écriture de cet article. Je trouve embêtant d’écrire sur de parfaits inconnus, mais les personnages qui sont de passage dans ma vie entre le moment où ils mettent les pieds dans le bus et le moment où ils le quittent me laissent la tête pleines d’histoires que je partage avec toi aujourd’hui.

La clarinette

J’ai croisé ce vieil homme à quelques reprises en me rendant au collège. Il y a de ça quelques semaines, il a prit place devant moi, déposant son étui à clarinette sur le banc. Il a passé la totalité du trajet à lire des cartes de Noël manifestement décorées par des enfants lui souhaitant «Joyeu Noelle et Bone Anné Monsieu!». Si ce n’était que de son chapeau en velours brun et des multiples bagues à ses doigts, il aurait pu passer pour un homme bien louche, mais la douceur qu’il dégageait et la tendresse qu’il semblait avoir à l’égard de ses voeux de Noël maladroitement rédigés ne trompait pas sur l’honnêteté de cet homme. Ce monsieur est probablement professeur de musique, il prend toujours le bus à la même heure et porte toujours son chapeau brun.

La rock-star

Cet homme ne cesse de me surprendre à chaque semaine: c’est un «personnage» fascinant. Il a toujours sur ses oreilles de vieux écouteurs à coquilles qu’il fait tenir à l’aide d’un bandeau d’exercice. Ceux-ci sont branchés à son éternel Walkman (le même que le mien à l’époque) dont il ne semble jamais se séparer. Je le reconnais chaque fois par sa veste en cuir, son vernis à ongle bleu foncé et sa façon, d’une finesse extrême je doit l’admettre, de replacer ses cheveux. Il est toujours assis seul, l’air au-dessus de ses affaires, ayant toujours l’air de fortement apprécier la musique jouant dans ses coquilles.

Lève les yeux de ton téléphone une fois de temps en temps, les gens sont fascinants et c’est ce qui fait le beauté d’un monde, tu le constateras par toi-même.

(à suivre…)

Je CA-PO-TE sur le thé. D’ailleurs, c’est un maudit beau cadeau à me faire, d’un coup que t’aurais envie de me faire plaisir… Je niaise. Mais vu que je suis une amatrice de thé, je t’ai concocté mon petit top cinq de mes thés Davids Tea préférés à boire cet hiver !

Mon premier choix est évidemment le thé nommé «Jour de neige».  Fait de chocolat blanc, de chocolat noir et de menthe poivrée, c’est une tisane que je conseille de boire avec un bon dessert en fin de soirée. C’est mon gros must de l’hiver, mon énorme coup de cœur du temps des fêtes. C’est un thé qui vient d’Allemagne et qui est à faible teneur en caféine. Pour le préparer, c’est simple: 1 1\4 de cuillère à thé dans une tasse d’eau chaude et on fait infuser de 4 à 7 minutes. Fastoche !

Mon top cinq ne serait pas complet sans «Chocolat chaud». C’est un thé noir, composé de cacao et de chocolat en provenance de Chine. Je dois avouer que j’adore ce thé chaud, mais encore plus en thé glacé latté. C’est-à-dire, avec de la glace et du lait. Il goute véritablement le chocolat chaud, même s’il est moyennement élevé en caféine. Je l’ai racheté trois fois cet hiver, j’ai un problème avec celui-là !

«Vin chaud aux épices» est également un incontournable et plaira à ceux qui aiment bien le vin. Principalement fait de zeste d’orange, de cannelle et de clou de girofle, c’est un thé oolong qui réchauffe les papilles gustatives. Pour le préparer, c’est aussi simple que les deux autres. 4 à 7 minutes dans l’eau et c’est prêt !

«Puch Alpin» c’est LE rooibos à avoir dans sa collection. Amandes, noix de coco et gingembre forment une combinaison plus que parfaite pour stimuler l’esprit. Certains y rajoute une touche d’alcool, comme du brandy, pour lui donner un peu plus de goût et de punch. En provenance d’Allemange, c’est également un must pour tous ceux qui sont fan de noix de coco !

Je ne suis pas une grande fan des thés verts, mais le dernier de ce top n’est nul autre que «Soirée ciné», un thé vert par excellence. Principalement fait de pommes et de maïs soufflé, il est le parfait accompagnateur pour une soirée films! De toute façon, on n’a jamais trop de pop-corn, alors pourquoi pas ?

Voici mon top cinq de mes thés préférés à boire en hiver! Que ce soit seulement pour vous réchauffez ou parce que vous voulez creuser vos goûts en matière de thé, essayez-les, ils en valent le coup !

Image: Flickr

Je voulais m’évader, m’en aller loin, ailleurs. Pour moi, le monde était vidé de son sens. Tout était surfait, surjoué. La société était à mes yeux rien d’autre qu’artificielle, mauvaise, sans aucun doute. Dans la catégorie cynique désagréable, oui.

«Quand on est réellement bien en dedans de soi, on est bien partout.» (Mon amie Anne, 2013, Québec, Canada).

Celle-là m’avait marquée.

C’était des phrases empreintes de simili-sagesse qu’on se lançait ici et là, pour s’aider un peu, pour se donner espoir que ça se peut d’être bien pour de vrai de vrai, même dans un chandail de laine qui pique pis qui nous agresse la peau, genre. Je ne suis pas adepte des phrases de Psycho-pop, ça me fait rire à la limite. Je trouve ça malaise. Des proverbes Châtelaine qui insinuent que la grandeur de tes problèmes est inversement proportionnelle à la quantité de mousse dans ton bain. Dans une salle de bain Feng-shui. Comme si la vie c’était si simple (peut-être que oui, peut-être que non).

Le hic, c’est qu’autant je me moquais de ces thérapies-là, autant j’aurais voulu y croire, finalement. Que ce soit simple. Que mon mal-être disparaisse en collant des roches dans un scrapbooking (en 2009). Que mon mal de cœur s’estompe au son des vagues d’un tout inclus à Cuba. Sauf que j’avais ben beau me dire namasté, je namastais pas.

«L’art de vivre» était bien plus abstrait que tout ce que suggéraient les magazines et les blogues.

Le pire, c’est que je n’étais pas moins clichée: je voulais partir voyager, parcourir le monde. Tsé, le genre de chose que tout le monde écrit dans son album de finissant. Des rêves d’ados blasés, qui sont tannés d’avoir l’impression de servir à rien, à grande échelle.

Et puis j’ai vieilli. Mon désir de voyager ne s’est pas pour le moins estompé, il a évolué. Ce n’est plus pour fuir que je caresse l’idée d’un voyage, mais pour enrichir le moi que j’ai déjà nourri ici. Pour mieux revenir. Pour mieux repartir. Pour mieux vivre en bref, que ce soit ici ou là-bas. Je me suis raisonnée au fait que certaines choses ne pouvaient changer drastiquement; Que certaines opinions ne valaient plus la peine qu’on les écoute si elles ne se donnaient pas la peine de se réformer aux variables importantes: le droit de tous et chacun, la justice, le progrès à la grandeur humaine. L’humanité.

Personne n’a à se mettre le fardeau du monde sur les épaules. Sinon tout le monde. C’est tout le monde ou ce n’est personne.

Personne n’a à être malheureux pour le seul fait d’avoir une conscience morale plus réveillée et alerte que la majorité.

Ce serait la plus ironique des malédictions.

C’en est presque une, en effet.

Photo: tumblr

Même si pour Noël cette année, la seule chose qu’il y avait de blanc était la pleine lune, on ne passera toutefois pas par dessus ces fameuses soirées : bien emmitouflée dans des douillettes avec un chocolat chaud à la main et du pop-corn en accompagnement. Bref, la combinaison parfaite, quoi!

En plus, depuis que Netflix est membre de la partie, nos soirées passées «en mou» ne seront plus jamais les mêmes! Avec les vacances qui paraissent déjà trop courte, le mois de janvier est toutefois prometteur à l’antenne, car c’est un retour pour plusieurs de nos séries favorites!

12477174_1113477128664929_954005376_o

À surveiller :

The 100

Ça y est, la troisième saison du drame de science-fiction est plus proche que jamais! Avec un nouveau générique pour afficher son retour, on apprend l’arrivée d’un nouveau personnage qui pourrait créer bien des bouleversements. Le réalisateur promet également une scène entre Murphy et Clark que les fans devraient adorer et nous oriente vers des hypothèses de ce qui pourrait nous attendre et qui ne cessent de se multiplier. Puisqu’il ne reste que quelques jours avant de le découvrir, soyez à l’affût de ce qui pourrait encore être dévoilé! C’est à venir le 21 janvier 2016!

La Voix

Et oui, la télé-réalité de compétition haut niveau la plus populaire du Québec (genre plus de 2,7 millions de téléspectateurs, c’est quand même pas rien) est de retour pour une quatrième année. Cette véritable vitrine d’artistes à découvrir nous permet de faire le survol de talents québecois qui ont du caractère et qui sont tous uniques. Nous verrons siéger les trois mentors masculins (Marc Dupré, Pierre et Éric Lapointe) que nous avons eu l’occasion de voir dans la saison précédente. Ariane Moffatt, victorieuse lors de la toute première saison, fait un grand retour et chauffe la compétition à l’égard de Marc, le coach champion 2015. L’important, c’est que tous les rythmes envahiront la scène dès le 17 Janvier 2016!

Orphan Black

Déjà une quatrième saison qui s’enclenche en avril pour l’émission de science-fiction unique qui, on peut le dire, sort du décor dans le paysage télévisuel auquel nous avons l’habitude. Orphan Black nous a largement convaincu en trois saisons par les rebondissements intrigants et la qualité des scénarios. Un teaser énigmatique et des images récemment dévoilées sont à votre portée si vous voulez assouvir votre envie d’en connaître plus! Des répercussions auront lieux suite aux dernières activités illégales du couple de Donnie et Allison. La talentueuse Tatiana Maslany ajoute une personnage à sa liste avec l’arrivée d’une nouvelle qui sort de l’ombre pour ce joindre au groupe: MK qui en connaît beaucoup plus que le  »clubclone » semble-t-il…

Game of Thrones

Cette série fantastique qui n’a même pas besoin de présentation, celle qui a fait sensation pour un large public qui ne cesse de croître depuis 2011, se laisse désirer jusqu’en avril 2016. Je sais bien que vous ne pouvez pas vous empêchez d’en savoir plus! D’ailleurs, elle se révèle à petit feu et, récemment, les réseaux sociaux se sont partager la nouvelle: je crois bien que nous n’avons pas fini d’en entendre parler! Inévitablement, on a mis le doigt sur tout ce qui a été divulgué : le tout se fondant dans un décor espagnol, on peut s’attendre à enfin revoir Bran, le plus jeune Stark qui s’était éclipsé depuis la saison 4. De plus, Margaery fraternisera avec un personnage encore inconnu à l’émission. Ce sera sans conteste une série qu’il faudra garder à l’œil!

Pretty Little Liars

La sixième saison du drame pour adolescentes se poursuit dès le 12 Janvier 2016, de quoi bien commencer l’année! La suite se déroulera 5 ans après les événements qui ont bouclé les derniers épisodes. D’après le dévoilement des premières images, les rumeurs ont été validées comme quoi Hanna aura la bague au doigt (malheureusement les filles, ce n’est pas Caleb), un diamant qu’Aria ne se gênera d’ailleurs pas de commenter. Il y aura également des révélations étonnantes sur le couple de Spencer et Toby et même Aria et Alison présenteront chacune un petit nouveau au groupe… Mais pourquoi revenir à Rosewood après avoir (paraît-il) complètement tourné la page? Alison se présente encore comme la réponse à nos questions!

large-3

Nouveautés à découvrir

Ne sous-estimez pas ces nouveautés : si vous avez besoin de vous faire convaincre, j’accepte le défi, car j’ai regroupé les meilleures séries du nouvel écran spécialement pour vous!

  • Jessica Jones (Drame de science-fiction)
  • Boomrang (Comédie québécoise)
  • Scream Queens (Comédie d’horreur)
  • Limitless (Dramatique)
  • Blindspot (Drame policier)
  • Sense 8 (Science-fiction)
  • How to get away your murder (Série judiciaire) – Saison 2

Top 5 des incontournables  

Voici sans tarder un top 5 des séries incontournables qui vous plairont assurément!

  • American Horror Story (Horreur) – Saison 5
  • Suits (Série judiciaire) – Saison 5
  • Sons of anarchy (Drame) – Saison 7
  • Prison Break (Série judiciaire) – Saison 5
  • White collar (Série policière) – Saison 6

Joyeuse procrastination!

Photos : WeHeartIt

Tableau : Jean Titolo et Claudia Fallon

La fin de session a été folle, mais j’ai passé plus de temps sur Tumblr qu’à étudier. Pour certains, ça pourrait sembler être une perte de temps considérable. Pour d’autres, comme moi, les heures consacrées à scroll down sur cet incroyable réseau social sont plutôt un investissement. La preuve : j’apprends des tas de choses qui ne sont pas nécessairement enseignées à l’école.

Cette semaine, j’ai appris les raisons pour lesquelles il est bien de prendre une douche froide/tiède ou encore une douche chaude (tellement agréable, surtout en hiver!). Prenez des notes!

La douche tiède

Certainement moins attirant lors des journées froides d’hiver, se laver avec de l’eau tiède amène cependant son lot de bienfaits.

  1. Stimule le système immunitaire.

Dieu sait que pour résister aux différents virus qui se propagent pendant la saison froide, on a besoin d’un système immunitaire en santé.

  1. Stimule les hormones antidépressives

L’hiver rend parfois les gens de mauvaise humeur, mine le moral. C’est pourquoi on ne se plaindra pas d’une bonne dose d’hormones qui nous empêche d’avoir la mine basse.

  1. Réduit la perte de cheveux

En toute honnêteté, qui aime perdre des cheveux? Personne!

  1. Libère l’esprit

Ça rafraîchit les idées! (Quel jeu de mots!)

  1. Prévient les petits virus

La toux, le nez qui coule et les maux de tête: on s’en passerait volontier! Autant mettre toutes les chances de notre côté.

La douche chaude

Passer de longues minutes sous l’eau chaude, c’est généralement le moment fort de ma journée. Je suis le genre de personne qui prend des douches ultra chaudes, même en été! Comble du bonheur: les bienfaits insoupçonnés!

  1. Diminue l’anxiété

L’école, le travail, l’argent: tout peut être source d’anxiété et ça fait du bien, de temps à autre, de laisser le stress de côté.

  1. Enlève les toxines de la peau

À bas les toxines!!!!!!

  1. Détend les muscles

Une fois les muscles détendus, il est plus facile de se concentrer et/ou de s’endormir paisiblement.

  1. Agis comme un décongestionnant nasal

À retenir si vous êtes de ceux qui passent la moitié de l’hiver à parler du nez/dépenser des mouchoir/avoir les sinus bloqués.

  1. Ouvre les pores de la peau

Ça permet de nettoyer plus en profondeur et d’éliminer les saletés qui se sont logées sur notre corps au cours de la journée. Selon mon prof de sciences de secondaire 1, il est préférable de se rincer avec de l’eau tiède à la toute fin, pour que «les pores se referment».

Finalement, ce n’est pas si inutile que ca les réseaux sociaux en cette période de fin de session!!

Photo: Tumblr

Dernièrement, j’ai eu la chance d’entendre parler une femme forte et fière d’elle. Il n’y a pas si longtemps, Josée Boudreault est venue parler à ma classe. J’ai énormément réfléchi sur ses propos, qui méritent d’être entendus.

Cette animatrice nous a parlé de la radio et de son métier, bien sûr.  Mais c’est loin d’être ce qui a retenu mon attention. J’ai eu envie de partager ses mots avec toi.  Toi la fille insécure, à l’école ou au travail, toi la fille stressée par toutes les petites embûches, oui, toi, la fille qui a peur. Et avec toi aussi, beau garçon qui ne croit pas encore qu’il peut tout réaliser.

Il faut arrêter d’avoir peur.  En fait, Josée Boudreault a dit que nous sommes trop jeunes pour avoir peur.  C’est le temps de faire des erreurs, c’est le temps de se planter complètement, pour réaliser les projets les plus fous de notre vie.

C’est le temps de plonger les yeux fermés, juste par pulsion.  Juste parce que t’en as envie. La vie c’est un paquet de poignées de porte qu’elle nous a expliqué. On ne devrait jamais hésiter avant d’en ouvrir une, peu importe ce qui se cache derrière. Au pire, t’ouvriras la prochaine.

Je m’adresse à toi, lecteur/lectrice, ami/amie, beauté fatale/tombeur des îles, n’aie plus peur.  Saute à pieds joints dans tout ce qui s’amène à toi. Ne dis jamais non. Tente, tombe, recommence.

Je te souhaite les plus belles aventures et qu’elles soient remplies de bons coups comme de mauvais. Mais surtout qu’elles te rendent toujours heureuse/reux.

Assise paisiblement dans votre équipage de flottaison de rivière, vous respirez à plein nez l’air pur et vous vous imprégnez de cette mélodie naturelle qui vous entoure : l’eau douce qui s’écoule calmement, le chant des oiseaux qui chatouillent vos tympans, le vent qui effleure les feuilles des arbres…

C’t’une blague.

Sérieusement, c’en est assez du petit canot tranquille et de la mise en scène typique d’une musique de relaxation quétaine. Une femme, une vraie, ça recherche aussi de l’action, de l’adrénaline histoire de se sentir vivante une fois de temps en temps. C’est justement ce qu’offre Pink Water, une communauté sans but lucratif composée uniquement de femmes pratiquant des sports d’eau vive. Rafting et kayak sont leurs spécialités, mais elles offrent aussi du matériel de luge d’eau et plus encore.

Leur mission?

«Valoriser les femmes en les amenant à se dépasser sur la rivière», affirme une des membres de cette communauté à qui Lacerise.ca a eu la chance de parler, Arielle Tremblay.

Selon elle, ce sont des sports qui méritent d’être popularisés, surtout auprès des femmes chez qui le taux de participation est assez bas. «Pourtant, ce sont des sports pratiqués dans la nature donc il sont très accessibles, mais ils restent peu pratiqués par les femmes».

Un peu d’histoire…

Unique au Québec, Pink Water a vu le jour en 2013 lorsque ses deux fondatrices se sont levées un beau matin en se disant : «Hey! Les sports d’eau vive, c’est ben le fun, mais me semble qu’en gang ce serait encore mieux». Leur désire s’est réalisé l’été suivant lors du premier évènement Pink Water : 80 femmes étaient présentes pour vivre l’expérience.

Challenge Pink Water 2015 : une fin de semaine de fille!

Cet été, c’est le Challenge Pink Water 2015 qui sortira de leur zone de confort les 200 femmes attendues. (Pssst : les inscriptions sont en cours! Si l’excitation s’empare déjà de toi, voici le lien de leur page Facebook pour avoir ta place!)

Lors de la fin de semaine du 20-21 juin, des femmes sans expérience ou d’autres souhaitant perfectionner leurs techniques cohabiteront dans un chalet/camping près de la rivière Mistassibi au Lac Saint-Jean. Cinq forfaits différents sont offerts, incluant le matériel de sport, tous les repas, de la massothérapie, des séances de yoga et bien plus. De quoi vivre des sensations fortes et se dépasser tout en relaxant!

Maintenant, je me doute bien que vous attendez de connaître le prix… Et bien, vous allez saliver, puisque chaque forfait est offert pour une somme d’environ 200$, le tout d’une valeur approximative de 450$!

Arielle explique que ce prix a été fixé non pas dans le but de faire de l’argent, mais bien d’attirer le plus de femmes possibles, femmes chez qui le budget est parfois restreint étant donné leur clientèle (étudiantes, jeunes mères de famille, etc.).

Je le répète, mais les inscriptions sont déjà débutées et elles se poursuivront jusqu’à la fin mai. Fais vite, puisque les places sont limitées!

Pour plus d’informations, rendez-vous directement sur la page Facebook de Pink Water.

Photo : Page Facebook

Selon le dictionnaire Larousse, une diva est une cantatrice célèbre par son talent et sa réputation, une vedette féminine du cinéma ou une personne éminente dans son domaine, une célébrité.

La diva a beau être célèbre, belle et riche, elle vit tout de même l’horreur d’être une femme, et ce, environ 5 à 7 jours par mois. Rien ne pourra jamais contrer ces maudites menstruations (avant d’être au stade de la ménopause), la diva le sait très bien, mais elle a un truc que je te partage aujourd’hui. Il n’y a pas si longtemps elle me l’a partagé et j’en suis ravie.

La coupe menstruelle, aussi appelée Diva cup, est la solution. Comme son nom l’indique, c’est une coupe, donc un petit contenant en forme d’entonnoir que tu positionnes dans ton vagin. La diva cup va alors récupérer le sang qui coule et tu n’auras plus à te soucier de changer ta serviette/ton tampon.

46840404_9220b6065e_z

Les avantages ? Ils sont très nombreux! D’abord, tu peux garder la coupe durant douze heures, donc tu l’installes le matin et tu la vides avant de te coucher, puis tu la replaces. TADAM, c’est tout simple. Il te suffit de t’assurer qu’elle est bien nettoyée (eau bouillante et savon sans parfum) à la fin de ta semaine.

Évidemment, la coupe est fabriquée de silicone de top qualité, car une diva ne mérite que la crème de la crème, soit le confort et la durabilité. Elle est réutilisable, donc dès que tu te l’es procurée, plus question d’aller à la pharmacie 50 fois par année. Tu peux la garder un ou deux ans, c’est à toi de vérifier les signes indicateurs. La Diva cup vient même avec une jolie pochette de transport, comme ça tu la laisses dans ton sac à main en toute discrétion, ou bien dans ta salle de bain, en attente. Cette merveille coute 40 $, ce qui représente une économie d’environ 100 à 150 $ par année — une diva ne devrait jamais payer bien cher.

Ce qui est vraiment génial avec cette invention, c’est qu’elle te permet de : te baigner, courir, danser, chanter, faire une chandelle et même dormir nue, hé oui! Elle ne coulera pas, t’inquiètes (c’est la meilleure je te jure) : la Diva cup peut contenir 30 ml et une fille perd en moyenne 30 à 60 ml de sang au total durant sa semaine. En plus, c’en est fini des odeurs de menstruations, puisque le sang n’entre pas en contact avec l’air.

Si tu n’es pas trop dédaigneuse, c’est la solution idéale pour toi. La coupe menstruelle te redonne le pouvoir d’être la diva qui dormait en toi. Tu as le pouvoir de briller de tous tes feux, et ce, tous les jours du mois! Soyons femmes, soyons divas.

Photos: We Heart It et Flickr

Première Nord-Américaine à avoir traversé l’Atlantique à la rame en solitaire, Mylène Paquette veut maintenant encourager les autres à réaliser leurs rêves à leur tour. LaCerise.ca s’est entretenue avec la rameuse montréalaise lors de son passage au Cercle de presse du Saguenay le 25 février dernier.

À 30 ans, Mylène Paquette n’avait jamais ramé de sa vie. Cela ne l’a pas empêchée, la même année, de se lancer à la poursuite de son rêve : traverser toute seule l’océan Atlantique à la rame, du jamais vu en Amérique du Nord. Cinq ans de préparation physique et mentale plus tard, elle a ramé du Canada à la France pendant 129 jours pour enfin pouvoir dire : «Mission accomplie».

Un défi de taille

La réalisation de cet exploit n’a pas été une mince affaire. «Il y avait tout à faire dans ce projet-là et je ramais à contre-courant pendant toute la préparation, révèle Mylène Paquette. Avant ma traversée, on me traitait souvent de folle!» La rameuse océanique ne s’est pas laissé intimider : «Je me suis forgé une sorte de carapace. J’ai dû apprendre à ne pas écouter ceux qui ne croyaient pas en moi. J’ai aussi dû développer un sens de la répartie pour répondre à ces gens-là.»

Avant de traverser l’Atlantique, Mylène Paquette a d’abord traversé plusieurs moments de découragement. «Ce n’est pas vrai que je ne me suis jamais laissé abattre, au contraire, confie-t-elle. Mais c’est quand tu atteins le fond du baril que tu peux te donner une poussée pour remonter.» Son truc? Trouver du positif dans toutes les situations.

«C’est important d’avoir du plaisir dans ce qu’on fait. Si on n’en a pas, il faut se créer des moments joyeux à tous les jours, explique-t-elle. Il faut se fixer des petits objectifs, parce que si j’avais juste pensé à mon arrivée en France pendant mes cinq ans de préparation, je n’aurais jamais célébré plein de bons coups à travers tout ça.»

Une source d’inspiration

Mylène Paquette espère que son exploit pourra inspirer d’autres personnes à aller au bout de leurs rêves. «Cette aventure continue à faire rêver les gens, remarque-t-elle. J’aime que les gens puissent s’associer à moi, et que ça leur donne espoir.» La rameuse océanique prend son rôle de modèle à cœur : «Je veux leur montrer que tout est possible. J’ai commencé à ramer à trente ans et je viens de traverser l’Atlantique!» rappelle-t-elle.

Cette confiance en soi, Mylène Paquette aurait aimé l’avoir plus jeune. «À 16-20 ans, j’avais peur de sortir, d’essayer de nouvelles choses», confesse-t-elle. Si elle avait un conseil à donner à la Mylène de l’époque, ce serait d’oser davantage. «Il ne faut pas s’empêcher de faire des choses en se disant que ça ne va pas marcher et qu’on va perdre notre temps parce que c’est ça, la vraie perte de temps.»

Aujourd’hui, la jeune femme de 35 ans a des projets plein la tête et de la motivation plein le coeur. Mylène Paquette n’a pas voulu dévoilé son prochain objectif, mais une chose est sûre : ce n’est que le début…

Pssst! L’intégrale du Cercle de presse avec Mylène Paquette est diponible sur la chaîne YouTube de l’organisme.

Photo: Page Facebook de Mylène Paquette