Découvertes

Sarah dans la Lune est une entreprise qui a été fondée par Sarah Girouard. Une entrepreneure passionnée qui a voulu donner une deuxième vie aux cravates.

C’est dans un café du Plateau Mont-Royal que j’ai été à la rencontre de la conceptrice et fondatrice de la compagnie montréalaise Sarah dans la Lune, une entreprise qu’elle a lancée en début d’année.

 

La face cachée de Sarah dans la Lune

Sarah Girouard est une passionnée de l’imaginaire et de la création. Elle baigne dans le domaine de l’art depuis son tout jeune âge.  Ses parents ont travaillé dans le domaine artistique comme costumiers et marionnettistes. L’entrepreneure a décidé de se lancer dans la fabrication de produits, parce qu’elle « donnait beaucoup à tout le monde, mais pas à moi ».

Pourquoi les cravates? « Parce que je veux les sauver » m’a-t-elle dit avec un grand sourire. Sarah se retrouve souvent dans les friperies, les bazars, et elle a remarqué qu’il y avait beaucoup de cravates. Donc, elle a commencé à acheter ses préférées. Sarah m’a expliqué son processus de confection de produits utilitaires avec minutie et détail. En l’écoutant, je pouvais entendre la passion dans sa voix. Une artiste en contrôle de son art. Bienvenue dans le monde des cravates !

Les 3 mots qui représentent Sarah dans la Lune sont : économique, écologique et esthétique.  La particularité de Sarah dans la Lune est que tous les produits sont faits à partir de cravates. Il y a aussi le côté écoresponsable qui est important, car « réduire les déchets et faire des produits locaux de manières uniques est un côté écoresponsable qui est important pour moi », m’a-t-elle dit. Sarah défait les cravates pour les confectionner en produits utilitaires comme les fanny packs,  sacs à cosmétique, étuis à lunettes, étuis pour les écouteurs, etc. Une autre particularité derrière ses produits est les histoires que ses clients lui racontent lorsqu’elle reçoit des cravates. « Des histoires familiales et des trucs qui vont perdurer », elle m’a expliqué.

Dans son inventaire, on y retrouve plus de 3000. C’est rare que l’on y retrouve deux fois la même. Un des aspects qui m’a impressionné est qu’avec une cravate elle peut y faire jusqu’à 4 produits.

sl

Crédit photo : Fanny pack/Sarah dans la Lune

Ses futurs projets

Dans les 5 prochaines années, Sarah aimerait créer une galerie photo où ses clients pourront choisir leurs cravates. Ensuite, elle aimerait développer une offre corporative où elle pourrait s’associer avec des entreprises locales. Un dernier projet est d’aller en Italie pour trouver des cravates !

Si vous cherchez un cadeau de Noël, allez faire un petit tour sur le site et vous pourriez y trouver plusieurs idées cadeaux.

sl-2

Crédit photo : Étui à cosmétique/Sarah dans la Lune

 

 

 

 

Il y a trois semaines, je me suis procuré le livre de Pierre-Yves McSween « En as-tu vraiment besoin ? ». J’ai d’abord été intrigué par l’auteur qui est en fait un comptable professionnel agréé, chroniqueur affaires et économie au 98,5 FM, en plus d’être collaborateur à La Presse, blogueur à Voir.ca et professeur d’administration au cégep régional de Lanaudière à L’Assomption. Son expertise était palpable, mais qu’avait-il bien pu développer en 365 pages sur le sujet ?

En retournant le livre afin d’en apprendre davantage, j’ai compris que cet ouvrage me permettrait de revoir toutes les décisions qui ont un effet direct sur mon compte en banque. J’ai cru que ce livre contiendrait trop de chiffres et je m’y perdrais assez rapidement. FAUX, détrompez-vous, il sait très bien que les Québécois sont des analphabètes financiers et que la consommation à outrance influe négativement sur l’existence de chacun comme il le mentionne si bien au verso de son livre.

Ensuite, j’ai cru qu’on tenterait de me faire la morale sur la façon de gérer mes finances, mais en fait, l’auteur nous invite à nous poser des questions en développant sur plusieurs thèmes allant de l’épargne, au REEE, aux cartes de crédit jusqu’aux enfants, le mariage, l’amour, l’équilibre, l’écoute des autres et biens d’autres. Cette technique d’écriture me plait, car nous pouvons lire le livre dans le désordre selon les thèmes qui nous attirent le plus et garder pour plus tard ceux qui ne touchent pas notre vie actuelle.

Attention de ne pas ignorer les thèmes importants : les épargnes, un bon dossier de crédit, prévoir ta mort, etc. Tu devras un jour te résigner à lire cette partie touchant directement tes finances et étant un peu plus sérieuse ! De plus, le livre contient plusieurs exemples, mises en situation, des faits cocasses et surtout des opinions fermes, même si dans plusieurs des cas l’auteur nous laisse déterminer par nous même si on en a vraiment besoin.

Je dois l’avouer, je suis encore sur le choc de certains passages ! L’auteur n’a pas la langue dans sa poche et vous ne serez pas toujours en accord avec lui. C’est le but, provoquer permet de se remettre en question et d’en réveiller certains. En somme, les passages qui m’ont fait grimacer sont ceux qui m’ont le plus touché et qui sont liés à ma situation et ma façon d’agir face à la situation présentée. Dans certains cas, je me suis remis en question et dans d’autres cas, j’ai fait comme si je ne voulais rien entendre… peut-être qu’un jour je changerai !

Ce livre est une vraie mine d’or et il devrait être une lecture obligatoire à l’école. Le thème que j’ai préféré est l’équilibre. Ce chapitre d’environ 5 pages est vraiment complet et profond. On y parle de l’être humain qui est toujours poussé vers l’excès comme une compensation à la déprime. Également, de celui ou celle qui travaillent trop et qui nuisent sans s’en rendre compte à sa vie de couple. On en vient donc à se poser les questions que l’auteur nous met à la bouche : comment savoir si on a franchi la limite de l’équilibre ? Jusqu’où peut-on étirer l’élastique avant qu’il nous éclate en plein visage ? Ne croyez pas qu’il pourra répondre à ses questions à votre place, vous devrez le faire !

Crois-moi, tu as vraiment besoin de ce livre afin de sortir de la lignée des analphabètes fonctionnels en matière de finances personnelles, comme le dit si bien son collègue Paul Arcand dans la préface de ce livre.

Je vous ai remarqué il y a quelques jours. Vous vous promeniez en talons hauts avec une grâce dont je n’aurais pu que rêver! Vous portiez un legging noir et une robe. Ça vous allait bien. Vous vous promeniez, sourire aux lèvres dans ces allées pleines de gens et de produits à essayer, mais vous étiez là.

J’avoue avoir été surprise lorsque j’ai aperçu votre visage légèrement maquillé, affichant un sourire radieux. De dos, je voyais une femme, mais de face, c’était un visage d’homme qui me souriait. Un visage bienveillant et amical.

J’ai aussi vu tous ces regards, toutes ces personnes qui ne savaient pas comment réagir et tous ces gens qui évitaient de croiser vos yeux. J’ai même entendu des choses terribles à votre sujet. Je n’arrivais pas à croire que c’était encore possible en 2016 et j’étais triste pour vous.

Puis, vous m’avez dit bonjour, un bonjour solide et assumé qui m’a époustouflée. J’étais renversée de voir à quel point vous étiez sûr de vous. Malgré tout ce qu’on disait sur vous, vous étiez là, confiante, jolie et prête à affronter les regards!

Que vous aimiez vous habiller en femme, que vous soyez réellement une femme à l’intérieur de vous, ça n’a pas d’importance pour moi. Je vous ai trouvé belle parce que vous étiez confiante, parce que vous faisiez face au monde et parce que vous ne vous cachiez pas.

J’y repense et vous me rendez fière. C’est une leçon que vous propagez en vous montrant ainsi vêtu. Vous refusez de cacher ce que vous êtes réellement; une femme qui s’assume et qui n’a plus peur. Je voudrais que plus de personnes aient la force et le courage de s’afficher, rien que pour affaiblir le lourd poids du secret qui repose sur leurs épaules.

Je voulais simplement vous le dire et mentionner au passage que vous avez votre place, peu importe ce qu’on en dit.

Vous êtes une des couleurs de l’arc-en-ciel de la diversité et vous êtes très belle.

Photos: WeheartIt

 

Chaque jour, je passe en moyenne près de deux heures en bus de ville. Si tu fais partie de ma vie, tu sais à quel point ce temps «perdu» est difficile à gérer et m’embête. Sinon, je te l’apprends maintenant: je déteste ça.

Entre un bus manqué, plusieurs minutes d’attente à se geler les pieds aux abri-bus pas déneigés et mon réveil-matin programmé à 5:30 pour arriver en cours à temps, je côtoie lors d’interminables trajets une multitude de gens dont certains méritent que quelqu’un écrive à leur sujet.

Je médite depuis un moment sur l’écriture de cet article. Je trouve embêtant d’écrire sur de parfaits inconnus, mais les personnages qui sont de passage dans ma vie entre le moment où ils mettent les pieds dans le bus et le moment où ils le quittent me laissent la tête pleines d’histoires que je partage avec toi aujourd’hui.

La clarinette

J’ai croisé ce vieil homme à quelques reprises en me rendant au collège. Il y a de ça quelques semaines, il a prit place devant moi, déposant son étui à clarinette sur le banc. Il a passé la totalité du trajet à lire des cartes de Noël manifestement décorées par des enfants lui souhaitant «Joyeu Noelle et Bone Anné Monsieu!». Si ce n’était que de son chapeau en velours brun et des multiples bagues à ses doigts, il aurait pu passer pour un homme bien louche, mais la douceur qu’il dégageait et la tendresse qu’il semblait avoir à l’égard de ses voeux de Noël maladroitement rédigés ne trompait pas sur l’honnêteté de cet homme. Ce monsieur est probablement professeur de musique, il prend toujours le bus à la même heure et porte toujours son chapeau brun.

La rock-star

Cet homme ne cesse de me surprendre à chaque semaine: c’est un «personnage» fascinant. Il a toujours sur ses oreilles de vieux écouteurs à coquilles qu’il fait tenir à l’aide d’un bandeau d’exercice. Ceux-ci sont branchés à son éternel Walkman (le même que le mien à l’époque) dont il ne semble jamais se séparer. Je le reconnais chaque fois par sa veste en cuir, son vernis à ongle bleu foncé et sa façon, d’une finesse extrême je doit l’admettre, de replacer ses cheveux. Il est toujours assis seul, l’air au-dessus de ses affaires, ayant toujours l’air de fortement apprécier la musique jouant dans ses coquilles.

Lève les yeux de ton téléphone une fois de temps en temps, les gens sont fascinants et c’est ce qui fait le beauté d’un monde, tu le constateras par toi-même.

(à suivre…)

Je CA-PO-TE sur le thé. D’ailleurs, c’est un maudit beau cadeau à me faire, d’un coup que t’aurais envie de me faire plaisir… Je niaise. Mais vu que je suis une amatrice de thé, je t’ai concocté mon petit top cinq de mes thés Davids Tea préférés à boire cet hiver !

Mon premier choix est évidemment le thé nommé «Jour de neige».  Fait de chocolat blanc, de chocolat noir et de menthe poivrée, c’est une tisane que je conseille de boire avec un bon dessert en fin de soirée. C’est mon gros must de l’hiver, mon énorme coup de cœur du temps des fêtes. C’est un thé qui vient d’Allemagne et qui est à faible teneur en caféine. Pour le préparer, c’est simple: 1 1\4 de cuillère à thé dans une tasse d’eau chaude et on fait infuser de 4 à 7 minutes. Fastoche !

Mon top cinq ne serait pas complet sans «Chocolat chaud». C’est un thé noir, composé de cacao et de chocolat en provenance de Chine. Je dois avouer que j’adore ce thé chaud, mais encore plus en thé glacé latté. C’est-à-dire, avec de la glace et du lait. Il goute véritablement le chocolat chaud, même s’il est moyennement élevé en caféine. Je l’ai racheté trois fois cet hiver, j’ai un problème avec celui-là !

«Vin chaud aux épices» est également un incontournable et plaira à ceux qui aiment bien le vin. Principalement fait de zeste d’orange, de cannelle et de clou de girofle, c’est un thé oolong qui réchauffe les papilles gustatives. Pour le préparer, c’est aussi simple que les deux autres. 4 à 7 minutes dans l’eau et c’est prêt !

«Puch Alpin» c’est LE rooibos à avoir dans sa collection. Amandes, noix de coco et gingembre forment une combinaison plus que parfaite pour stimuler l’esprit. Certains y rajoute une touche d’alcool, comme du brandy, pour lui donner un peu plus de goût et de punch. En provenance d’Allemange, c’est également un must pour tous ceux qui sont fan de noix de coco !

Je ne suis pas une grande fan des thés verts, mais le dernier de ce top n’est nul autre que «Soirée ciné», un thé vert par excellence. Principalement fait de pommes et de maïs soufflé, il est le parfait accompagnateur pour une soirée films! De toute façon, on n’a jamais trop de pop-corn, alors pourquoi pas ?

Voici mon top cinq de mes thés préférés à boire en hiver! Que ce soit seulement pour vous réchauffez ou parce que vous voulez creuser vos goûts en matière de thé, essayez-les, ils en valent le coup !

Image: Flickr

Je voulais m’évader, m’en aller loin, ailleurs. Pour moi, le monde était vidé de son sens. Tout était surfait, surjoué. La société était à mes yeux rien d’autre qu’artificielle, mauvaise, sans aucun doute. Dans la catégorie cynique désagréable, oui.

«Quand on est réellement bien en dedans de soi, on est bien partout.» (Mon amie Anne, 2013, Québec, Canada).

Celle-là m’avait marquée.

C’était des phrases empreintes de simili-sagesse qu’on se lançait ici et là, pour s’aider un peu, pour se donner espoir que ça se peut d’être bien pour de vrai de vrai, même dans un chandail de laine qui pique pis qui nous agresse la peau, genre. Je ne suis pas adepte des phrases de Psycho-pop, ça me fait rire à la limite. Je trouve ça malaise. Des proverbes Châtelaine qui insinuent que la grandeur de tes problèmes est inversement proportionnelle à la quantité de mousse dans ton bain. Dans une salle de bain Feng-shui. Comme si la vie c’était si simple (peut-être que oui, peut-être que non).

Le hic, c’est qu’autant je me moquais de ces thérapies-là, autant j’aurais voulu y croire, finalement. Que ce soit simple. Que mon mal-être disparaisse en collant des roches dans un scrapbooking (en 2009). Que mon mal de cœur s’estompe au son des vagues d’un tout inclus à Cuba. Sauf que j’avais ben beau me dire namasté, je namastais pas.

«L’art de vivre» était bien plus abstrait que tout ce que suggéraient les magazines et les blogues.

Le pire, c’est que je n’étais pas moins clichée: je voulais partir voyager, parcourir le monde. Tsé, le genre de chose que tout le monde écrit dans son album de finissant. Des rêves d’ados blasés, qui sont tannés d’avoir l’impression de servir à rien, à grande échelle.

Et puis j’ai vieilli. Mon désir de voyager ne s’est pas pour le moins estompé, il a évolué. Ce n’est plus pour fuir que je caresse l’idée d’un voyage, mais pour enrichir le moi que j’ai déjà nourri ici. Pour mieux revenir. Pour mieux repartir. Pour mieux vivre en bref, que ce soit ici ou là-bas. Je me suis raisonnée au fait que certaines choses ne pouvaient changer drastiquement; Que certaines opinions ne valaient plus la peine qu’on les écoute si elles ne se donnaient pas la peine de se réformer aux variables importantes: le droit de tous et chacun, la justice, le progrès à la grandeur humaine. L’humanité.

Personne n’a à se mettre le fardeau du monde sur les épaules. Sinon tout le monde. C’est tout le monde ou ce n’est personne.

Personne n’a à être malheureux pour le seul fait d’avoir une conscience morale plus réveillée et alerte que la majorité.

Ce serait la plus ironique des malédictions.

C’en est presque une, en effet.

Photo: tumblr

Même si pour Noël cette année, la seule chose qu’il y avait de blanc était la pleine lune, on ne passera toutefois pas par dessus ces fameuses soirées : bien emmitouflée dans des douillettes avec un chocolat chaud à la main et du pop-corn en accompagnement. Bref, la combinaison parfaite, quoi!

En plus, depuis que Netflix est membre de la partie, nos soirées passées «en mou» ne seront plus jamais les mêmes! Avec les vacances qui paraissent déjà trop courte, le mois de janvier est toutefois prometteur à l’antenne, car c’est un retour pour plusieurs de nos séries favorites!

12477174_1113477128664929_954005376_o

À surveiller :

The 100

Ça y est, la troisième saison du drame de science-fiction est plus proche que jamais! Avec un nouveau générique pour afficher son retour, on apprend l’arrivée d’un nouveau personnage qui pourrait créer bien des bouleversements. Le réalisateur promet également une scène entre Murphy et Clark que les fans devraient adorer et nous oriente vers des hypothèses de ce qui pourrait nous attendre et qui ne cessent de se multiplier. Puisqu’il ne reste que quelques jours avant de le découvrir, soyez à l’affût de ce qui pourrait encore être dévoilé! C’est à venir le 21 janvier 2016!

La Voix

Et oui, la télé-réalité de compétition haut niveau la plus populaire du Québec (genre plus de 2,7 millions de téléspectateurs, c’est quand même pas rien) est de retour pour une quatrième année. Cette véritable vitrine d’artistes à découvrir nous permet de faire le survol de talents québecois qui ont du caractère et qui sont tous uniques. Nous verrons siéger les trois mentors masculins (Marc Dupré, Pierre et Éric Lapointe) que nous avons eu l’occasion de voir dans la saison précédente. Ariane Moffatt, victorieuse lors de la toute première saison, fait un grand retour et chauffe la compétition à l’égard de Marc, le coach champion 2015. L’important, c’est que tous les rythmes envahiront la scène dès le 17 Janvier 2016!

Orphan Black

Déjà une quatrième saison qui s’enclenche en avril pour l’émission de science-fiction unique qui, on peut le dire, sort du décor dans le paysage télévisuel auquel nous avons l’habitude. Orphan Black nous a largement convaincu en trois saisons par les rebondissements intrigants et la qualité des scénarios. Un teaser énigmatique et des images récemment dévoilées sont à votre portée si vous voulez assouvir votre envie d’en connaître plus! Des répercussions auront lieux suite aux dernières activités illégales du couple de Donnie et Allison. La talentueuse Tatiana Maslany ajoute une personnage à sa liste avec l’arrivée d’une nouvelle qui sort de l’ombre pour ce joindre au groupe: MK qui en connaît beaucoup plus que le  »clubclone » semble-t-il…

Game of Thrones

Cette série fantastique qui n’a même pas besoin de présentation, celle qui a fait sensation pour un large public qui ne cesse de croître depuis 2011, se laisse désirer jusqu’en avril 2016. Je sais bien que vous ne pouvez pas vous empêchez d’en savoir plus! D’ailleurs, elle se révèle à petit feu et, récemment, les réseaux sociaux se sont partager la nouvelle: je crois bien que nous n’avons pas fini d’en entendre parler! Inévitablement, on a mis le doigt sur tout ce qui a été divulgué : le tout se fondant dans un décor espagnol, on peut s’attendre à enfin revoir Bran, le plus jeune Stark qui s’était éclipsé depuis la saison 4. De plus, Margaery fraternisera avec un personnage encore inconnu à l’émission. Ce sera sans conteste une série qu’il faudra garder à l’œil!

Pretty Little Liars

La sixième saison du drame pour adolescentes se poursuit dès le 12 Janvier 2016, de quoi bien commencer l’année! La suite se déroulera 5 ans après les événements qui ont bouclé les derniers épisodes. D’après le dévoilement des premières images, les rumeurs ont été validées comme quoi Hanna aura la bague au doigt (malheureusement les filles, ce n’est pas Caleb), un diamant qu’Aria ne se gênera d’ailleurs pas de commenter. Il y aura également des révélations étonnantes sur le couple de Spencer et Toby et même Aria et Alison présenteront chacune un petit nouveau au groupe… Mais pourquoi revenir à Rosewood après avoir (paraît-il) complètement tourné la page? Alison se présente encore comme la réponse à nos questions!

large-3

Nouveautés à découvrir

Ne sous-estimez pas ces nouveautés : si vous avez besoin de vous faire convaincre, j’accepte le défi, car j’ai regroupé les meilleures séries du nouvel écran spécialement pour vous!

  • Jessica Jones (Drame de science-fiction)
  • Boomrang (Comédie québécoise)
  • Scream Queens (Comédie d’horreur)
  • Limitless (Dramatique)
  • Blindspot (Drame policier)
  • Sense 8 (Science-fiction)
  • How to get away your murder (Série judiciaire) – Saison 2

Top 5 des incontournables  

Voici sans tarder un top 5 des séries incontournables qui vous plairont assurément!

  • American Horror Story (Horreur) – Saison 5
  • Suits (Série judiciaire) – Saison 5
  • Sons of anarchy (Drame) – Saison 7
  • Prison Break (Série judiciaire) – Saison 5
  • White collar (Série policière) – Saison 6

Joyeuse procrastination!

Photos : WeHeartIt

Tableau : Jean Titolo et Claudia Fallon

La fin de session a été folle, mais j’ai passé plus de temps sur Tumblr qu’à étudier. Pour certains, ça pourrait sembler être une perte de temps considérable. Pour d’autres, comme moi, les heures consacrées à scroll down sur cet incroyable réseau social sont plutôt un investissement. La preuve : j’apprends des tas de choses qui ne sont pas nécessairement enseignées à l’école.

Cette semaine, j’ai appris les raisons pour lesquelles il est bien de prendre une douche froide/tiède ou encore une douche chaude (tellement agréable, surtout en hiver!). Prenez des notes!

La douche tiède

Certainement moins attirant lors des journées froides d’hiver, se laver avec de l’eau tiède amène cependant son lot de bienfaits.

  1. Stimule le système immunitaire.

Dieu sait que pour résister aux différents virus qui se propagent pendant la saison froide, on a besoin d’un système immunitaire en santé.

  1. Stimule les hormones antidépressives

L’hiver rend parfois les gens de mauvaise humeur, mine le moral. C’est pourquoi on ne se plaindra pas d’une bonne dose d’hormones qui nous empêche d’avoir la mine basse.

  1. Réduit la perte de cheveux

En toute honnêteté, qui aime perdre des cheveux? Personne!

  1. Libère l’esprit

Ça rafraîchit les idées! (Quel jeu de mots!)

  1. Prévient les petits virus

La toux, le nez qui coule et les maux de tête: on s’en passerait volontier! Autant mettre toutes les chances de notre côté.

La douche chaude

Passer de longues minutes sous l’eau chaude, c’est généralement le moment fort de ma journée. Je suis le genre de personne qui prend des douches ultra chaudes, même en été! Comble du bonheur: les bienfaits insoupçonnés!

  1. Diminue l’anxiété

L’école, le travail, l’argent: tout peut être source d’anxiété et ça fait du bien, de temps à autre, de laisser le stress de côté.

  1. Enlève les toxines de la peau

À bas les toxines!!!!!!

  1. Détend les muscles

Une fois les muscles détendus, il est plus facile de se concentrer et/ou de s’endormir paisiblement.

  1. Agis comme un décongestionnant nasal

À retenir si vous êtes de ceux qui passent la moitié de l’hiver à parler du nez/dépenser des mouchoir/avoir les sinus bloqués.

  1. Ouvre les pores de la peau

Ça permet de nettoyer plus en profondeur et d’éliminer les saletés qui se sont logées sur notre corps au cours de la journée. Selon mon prof de sciences de secondaire 1, il est préférable de se rincer avec de l’eau tiède à la toute fin, pour que «les pores se referment».

Finalement, ce n’est pas si inutile que ca les réseaux sociaux en cette période de fin de session!!

Photo: Tumblr

Dernièrement, j’ai eu la chance d’entendre parler une femme forte et fière d’elle. Il n’y a pas si longtemps, Josée Boudreault est venue parler à ma classe. J’ai énormément réfléchi sur ses propos, qui méritent d’être entendus.

Cette animatrice nous a parlé de la radio et de son métier, bien sûr.  Mais c’est loin d’être ce qui a retenu mon attention. J’ai eu envie de partager ses mots avec toi.  Toi la fille insécure, à l’école ou au travail, toi la fille stressée par toutes les petites embûches, oui, toi, la fille qui a peur. Et avec toi aussi, beau garçon qui ne croit pas encore qu’il peut tout réaliser.

Il faut arrêter d’avoir peur.  En fait, Josée Boudreault a dit que nous sommes trop jeunes pour avoir peur.  C’est le temps de faire des erreurs, c’est le temps de se planter complètement, pour réaliser les projets les plus fous de notre vie.

C’est le temps de plonger les yeux fermés, juste par pulsion.  Juste parce que t’en as envie. La vie c’est un paquet de poignées de porte qu’elle nous a expliqué. On ne devrait jamais hésiter avant d’en ouvrir une, peu importe ce qui se cache derrière. Au pire, t’ouvriras la prochaine.

Je m’adresse à toi, lecteur/lectrice, ami/amie, beauté fatale/tombeur des îles, n’aie plus peur.  Saute à pieds joints dans tout ce qui s’amène à toi. Ne dis jamais non. Tente, tombe, recommence.

Je te souhaite les plus belles aventures et qu’elles soient remplies de bons coups comme de mauvais. Mais surtout qu’elles te rendent toujours heureuse/reux.