Conseils

En période d’examens, ou dans tout autre moment important dans l’année scolaire, on fait toujours bien attention de ne rien oublier. On étudie sans relâche jusqu’au jour J afin d’être bien prête pour les évaluations. Il y a toutefois un élément important qu’on a tendance à négliger : la préparation n’est pas seulement mentale, elle est aussi physique. Et cela passe par l’alimentation.

Pour mettre toutes les chances de son côté, certains aliments sont à privilégier en période d’examens. Parmi les indispensables, on retrouve : les protéines et le fer (viande, œuf, poisson); les acides gras essentiels, comme les oméga-3 (poisson, gras); et le calcium (produits laitiers). Il ne faut pas oublier les glucides (fruits, légumineuses, céréales complètes), qui sont le carburant du cerveau.

À l’Université de Montréal, par exemple, on propose sur le campus les repas pré-examens suivants :

  • omelette aux légumineuses + jus de tomate + petit pain de blé entier
  • sandwich au thon + lait + pomme
  • salade de légumineuses + baguette de blé entier + yogourt

Le truc est de manger différemment à chaque repas et surtout, surtout, surtout de ne pas sauter de repas. Il est bien important de prendre ses quatre repas par jour (déjeuner, diner, souper + collation). Les horaires peuvent parfois être assez chargés, mais il ne faudrait jamais attendre plus de 3 à 5 heures entre les pauses repas. Si on est pressée ou tout simplement trop stressée pour avaler quoi que ce soit, une boisson-repas fera l’affaire. Facile à réaliser à la maison, il suffit de mettre du lait, du yogourt et des fruits frais au mélangeur pendant deux minutes.

Bien sûr, simplement mieux se nourrir n’est pas tout pour réussir. Il est également important de dormir suffisamment (8 heures, c’est l’idéal!), d’éviter les excitants (thé – café – alcool – boissons énergisantes) et de bien s’hydrater (officiellement 1.5L d’eau par jour). Ah oui, il ne faut pas oublier d’étudier aussi, il paraît que ça aide…

Bonne chance dans vos exams les filles!

Crédit Photo: Maxime Vincent

 

 

Plusieurs affirment que les amours de jeunesse sont éphémères. Pourtant, à l’adolescence, certaines personnes s’accrochent au lieu de décrocher quand la relation est terminée.

Même au secondaire, certains élèves développent ou développeront un trouble de relations interpersonnelles. En d’autres mots, de la  dépendance affective. Lumière sur ce fléau méconnu et beaucoup  trop répandu.

D’abord, la dépendance affective s’applique à plusieurs cas autres que les relations amoureuses. Contrairement à la pensée populaire, le problème s’applique à toutes situations demandant d’interagir avec les autres. Selon le site des dépendants affectifs anonymes (D.A.A), le trouble « se développe chez les individus issus de familles dysfonctionnelles ». Il peut s’agir de n’importe quoi : alcoolisme, manque d’affection des parents,  manque de communication, etc. Bref, toutes situations créant de la honte et diminuant à l’extrême l’estime de soi.

Il y a aussi plusieurs comportements qui décèlent un trouble de dépendance affective. Pour les connaître, rends-toi sur le site des D.A.A au http://www.daa-quebec.org/.

C’est bien beau dire qu’il faut être bien dans sa peau, on ne le devient pas en claquant des doigts. Il faut  prendre conscience de ce que l’on peut faire et des moyens que nous avons à porter de la main. Voici donc cinq moyens simples et efficaces pour avoir un peu plus confiance en soi.

1.     Savoir se mettre en valeur

Nous avons toutes une morphologie différente et c’est parfait comme cela. Heureusement, il existe plusieurs guides bien pratiques pour savoir quoi porter selon les formes de notre corps. Pomme, rond, rectangle, poire, tout le monde y trouve son compte! Découvre les meilleurs trucs pour te mettre en valeur ici.

2.     Accepter les compliments

Nous avons parfois tendance à ne pas accepter les compliments. Bien souvent, un «Wow, c’est bien beau ce que tu portes!» sera répondu par un «Nah, c’est bien ordinaire si tu veux mon avis.» NON! Acceptons les compliments! On prend tout, on se les met en tête et quand il y a une baisse d’estime en vue, on se remonte l’égo en pensant aux bonnes choses et à la belle personnalité que nous avons.

3.     5/30

On ne parle pas ici d’une note dans un test de mathématiques, mais bien de manger cinq fruits et légumes et de faire 30 minutes d’activité physique, et ce, tous les jours. Cela peut sembler être une grosse charge, mais le sentiment de fierté après en vaut la peine. Ce n’est pas seulement pour l’esthétique corporelle, mais c’est aussi  une question de santé. La pression artérielle, le diabète et l’obésité sont des maladies auxquelles personne n’est à l’abri, même les jeunes.

4.     Prendre conscience de la réalité

Oui, nous sommes toutes capable de réaliser de grandes choses, de changer notre vie, mais il faut prendre conscience de la réalité. Nous avons toutes un bagage génétique différent. Celui-ci peut nous bloquer dans nos objectifs à atteindre que ce soit de perdre de la masse au niveau des cuisses ou d’être plus grande. Il faut donc se dire que l’on fait notre possible et accepter les petits détails de la vie. En parlant d’objectifs, ceux-ci doivent être réalistes : perdre 50 livres en un mois, ça ne se fait qu’à Qui perd gagne!

5.     Bien s’entourer

Nos amis, nos parents, les frères et sœurs… ce sont toutes des personnes de notre entourage qui sont très importantes. Ce sont des gens qui nous aiment et qui nous aident. Il est important de les garder près de soi. Cela va aussi dans le sens inverse : si des gens nous causent du tort, il faut s’en éloigner le plus possible. Une remarque du genre «Hey, la grosse!», même si elle est lancée en blague peut être très blessante.

Donc, on se lève le matin en se disant qu’on est «bonne, belle, gentille, capable et qu’on en vaut la peine» et tout va bien aller!

Photo: Surprise Us

Il serait si facile d’avoir une application pour télécharger le bonheur! Heureusement, voici 5 trucs simples pour être heureuse.

  1. Souriez. Dès que vous le pouvez, souriez aux gens qui vous entourent et même à ceux que vous ne connaissez pas. Lorsque vous souriez, vous dégagez des ondes positives contagieuses qui donneront envie aux autres d’aller vers vous.
  2. Fixez-vous des petits objectifs que vous accomplirez au cours de votre journée et félicitez-vous quand vous les aurez atteints.  (Répondre à la question d’un professeur, aider à la préparation du souper, terminer un travail d’avance…) Un sentiment d’accomplissement simple et efficace pour une dose de bonne humeur.
  3. Bougez-vous un peu! L’activité physique, tout le monde le sait, est bonne pour la santé. On se sent fière de soi quand on vient de terminer une demi-heure de course! De plus, il n’y a rien de mieux pour se défouler et extérioriser les mauvaises pensées qui nous habitent.
  4. Complimentez. Vous aimez qu’on vous dise de belles choses, qu’on souligne votre coiffure ou le choix de vos vêtements? Complimentez aussi les autres. Une petite remarque positive et sincère peut réellement faire une différence dans la journée de quelqu’un! Attention : il ne faut pas nécessairement s’attendre à quelque chose en retour.
  5. Aimez-vous. Personne n’est parfait, et les images hollywoodiennes sont juste parfaites sur les écrans et non dans la réalité. Misez plutôt sur vos forces et vos qualités.

Le bonheur ne doit pas être remis à plus tard. C’est hier, maintenant et demain qu’il est à votre portée.  Nous avons toute notre définition du bonheur, à nous d’y participer pleinement!

Photo: We Heart It