Équilibrée

Philippe Brach a offert un spectacle au Cégep de Jonquière le 18 avril dernier dans le cadre de sa tournée pour son dernier album, Le silence des troupeaux. L’artiste a su nous faire plonger dans son univers excentrique par une représentation dynamique qui n’a laissé personne indifférent.

 

Le chanteur a produit un spectacle diversifié, oscillant entre le folk et le rock, le tout parsemé de touches jazz, à l’image de ses chansons. Il a notamment interprété les œuvres rythmées Pakistan, La Peur est avalancheet Né pour être sauvage. Brach a également transporté les spectateurs au sein de ses textes crus et authentiques avec Alice et Tu voulais des enfants.

 

Phillippe Brach a ainsi majoritairement réalisé des pièces de son dernier album, Le Silence des troupeaux, sorti en 2017. Il a aussi offert des chansons de ses deux autres albums, Portraits de famine (d’ailleurs réalisé par Louis-Jean Cormier) et La foire et l’ordre.

 

Vice E Roi

 

La première partie de la représentation a été assurée par le groupe originaire de la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Vice E Roi. La formation ayant récemment lancé son deuxième album, Les heures maladives, a bercé le public de ses chansons indie folk aux textes des plus touchants. Après s’être produit aux Francouvertes en mars dernier à Montréal, le son du groupe résonne de plus en plus à l’extérieur de la région.

 

Brach vient également du Saguenay, où il a réalisé une technique de production télévisuelle au Cégep de Jonquière. Ce retour dans cet établissement a ravivé des souvenirs chez l’artiste. Il a aussi été des plus généreux avec son public, lui permettant de lui poser des questions et interagissant régulièrement avec lui.

 

Le chanteur au style hors du commun traite du thème de l’image avec Le silence des troupeaux, et ça lui réussit. C’est par son visage déformé sur la pochette de son album, ses vidéoclips originaux très léchés et son incroyable présence sur scène que Philippe Brach nous transporte dans un autre monde. Il est donc intéressant de prêter l’oreille à la dernière œuvre de l’artiste, qui ne suscite certainement pas le silence.

 

Crédits photo : Teresa Fortier

Le service à la clientèle : endroit « merveilleux » où les étudiants miséreux vont de pair avec les clients chialeux. Après avoir passé les quatre derniers étés en restauration, l’expression « ça prend toute sorte de monde pour faire un monde » fait tout son sens. Semble-t-il que « toutes ces sortes de monde » vont au restaurant. Méfiez-vous…

 

Le designer d’intérieur « Ça manque d’air ici! »« Colle ces deux tables-là ensemble, on va s’assoir là », ce client qui écoute un peu trop Canal Vie et qui se prend pour le Hugo Girard de la place. « Ce n’est pas assez lumineux là! » Ce dernier n’éprouve aucun problème à changer de place ou bloquer la circulation en ajoutant une chaise par-ci par-là. Attention : la chandelle éteinte sur la table est ina-ccep-table… Ce n’est pas très feng shui…

 

Le lapin pressé « On a un spectacle dans 15 minutes, est-ce qu’on a le temps? »
Après avoir couru un marathon pour satisfaire ce dernier, il ajoutera à la ligne d’arrivée, « On veut du dessert ». Mon petit lapin, sache que si tu dois te dépêcher, tu devrais apprendre à mieux gérer ton temps et vaudrait mieux considérer l’option gastronomique du Mcdonald’s. De plus, il est écrit dans les lois internationales du pressé cohérent que tu n’as pas le temps pour un dessert.

 

L’humoriste en rodage : « T’as catch tu? »
Bien que son entourage soit exaspéré, ce client voit en vous le public parfait pour tester son répertoire de blagues plates. « Pour commencer, je vais prendre une sortie… sortie, entrée! », « Pense au tip! », vous direz-vous. C’est votre chance de découvrir vos talents de comédiens ou votre capacité à pousser un rire bien forcé. Pratique pour le reste de votre vie.

 

Son altesse royale : « Je veux ça! »
Sa royauté entretient une relation exclusive avec les places au bord de la fenêtre. Généralement dépassé par l’option réservation, il exécute la crise du siècle si sa place convoitée est déjà prise à son arrivé. Criant à l’injustice et espérant se faire supplier, il vous lâchera un « C’est correct, on va manger ailleurs debord » La vérité est qu’aucune formation n’a été donné pour servir la reine d’Angleterre, c’est donc un soulagement pour vos nerfs.

Encore aujourd’hui dans notre société « évoluée », plusieurs problèmes nous oppriment. Étant totalement pour l’égalité des sexes, je réalise que ce n’est pas tout le monde qui pense comme moi, que les hommes comme les femmes devraient pouvoir faire, penser et dire ce qui leur plait. Des activités, des couleurs, des genres de musiques et de films seront associés à un sexe en particulier.

 

Aussi cliché que cela puisse paraitre, à l’arrivée d’un nouveau-né, tout ce qui l’entoure sera rose si le bébé est une fille, mais si l’enfant est un petit garçon, le bleu sera la couleur à prioriser pour ses vêtements, sa chambre et ses jouets. Des simples couleurs peuvent alors avoir un impact sur la façon de penser de l’enfant qui, s’il est un petit garçon, ne voudra pas porter de vêtements roses pour ne pas s’habiller comme une fille. Je comprends mon coco, c’est sûr que ton enseignante de première année pourrait te confondre avec Juliette si tu portes du rose. C’est ce que la société te laisse penser.

 

Également, depuis que je suis toute petite, les préjugés fusent de partout quant à mon amour du hockey. J’ai toujours eu à me justifier, car le hockey, « c’est pour les gars ». Si j’aime le hockey, c’est parce que je veux que les gars s’intéressent à moi. Voyons, c’est connu que les filles n’ont aucune connaissance sportive. Encore la semaine dernière, j’ai vécu une situation qui m’a rendu inconfortable. Je suis allée à un match de hockey avec mon ami et le monsieur assis à côté de nous était très sympathique. Il s’intéressait aux connaissances de mon ami, il lui parlait de telle et de telle équipe, lui demandait ce qu’il pensait de la saison de hockey de l’équipe local, mais m’a-t-il une seule fois demandé ce que moi j’en pensais? Non. Sans donner des intentions à un homme que je ne connais pas, il a dû s’imaginer que je n’y connaissais rien et que j’accompagnais mon ami par gentillesse.

 

Cependant, il n’y a pas que les filles qui vivent l’influence des doubles standards. Mon cousin a neuf ans, il joue au hockey, au baseball, fait du skate, joue de la batterie et écoute des films d’amour. Si tu demandes à mon cousin quel est son film préféré, il va probablement te répondre que c’est un film de Nicolas Sparks sans aucune gêne, car il est jeune. Il ne réalise pas encore que selon la société, les films d’amour, « c’est pour les filles ». Mon cousin assume totalement son amour pour les films de filles parce qu’il a neuf ans, est innocent et qu’il fait ce qu’il lui plait. J’ai peur qu’en grandissant, il perde toute cette authenticité. J’ai peur qu’il n’assume plus ses goûts et qu’il se cache par peur du jugement des autres.

 

Alors pour les générations futures, arrêtons d’associer des choses à un sexe. Arrêtons de parler du hockey comme d’un sport de gars et arrêtons de dire que les films d’amour sont des films de filles.

 

Les doubles standards, c’est terminé.

 

Récemment, j’ai senti qu’une certaine vague d’engouement est présente pour des modes de vie soit déjà connus depuis longtemps ou plutôt nouveaux. Par exemple: le végétarisme ou végétalisme et le « sans déchet ». Ces philosophies montent en popularité de jour en jour et sont de plus en plus présentes sur les réseaux sociaux. C’est quelque chose de vraiment fantastique, c’est vrai! En plus, c’est bon pour l’environnement puisque ça réduit notre empreinte écologique. Mais, suis-je la seule personne qui ressent une espèce de pression sur mes épaules parce que je ne suis pas la plus grande adepte d’un de ces mouvements-là?

 

Autour de moi, je connais plusieurs personnes qui sont, par exemple, végétarienne. Je respecte ces personnes de tout mon âme, même que je les admire, parce que moi, je serais totalement incapable d’être végétarienne. Je n’aime pas tellement le tofu et il m’est plus facile de nommer les légumes que je n’aime pas que ceux que j’apprécie. Et là, je me sens un peu mal. Après tout, selon une vidéo explicative du journal Le Monde, pour produire un kilogramme de bœuf, il faut 15 500 litres d’eau, tandis qu’il en faut 184 pour la même quantité de tomate. Mais un bon steak sur le barbecue, c’est si bon! Je me sens déchirée.  

 

Après, le mode de vie sans déchet. Sa signification se trouve dans son nom, le but est de vivre sans produire de déchets. Le suremballage et les choses jetables causent beaucoup de pollution et sont très néfastes pour l’environnement. Nous n’avons qu’à penser aux océans de plastiques qui sont tout à fait dégoûtants. Donc vivre sans déchet signifie plus jamais de sacs plastique ou de pailles, plus de saran wrap ou de lingettes démaquillantes, plus d’essuie-touts en papier ou de gobelets de café en carton, bref, plus de déchets. Quand tu regardes ça, ça en fait de la poubelle! C’est même assez terrifiant à remarquer. J’aimerais être capable de vivre de cette manière-là, mais ça semble être tellement de travail! Je me sens d’autant plus déchirée.

 

Bon, du calme. La solution que j’ai trouvée à ces grands déchirements est assez simple : il faut y aller graduellement. Tu fais ton épicerie et tu remarques que les cerises sont en spécial. Achète-les au lieu de ton sac de Miss Vickies au vinaigre. C’est en incorporant des fruits et des légumes dans ton alimentation tranquillement, pas vite que tu réussiras à diminuer ta consommation de viande.

 

Tu magasines chez Wal-Mart et tu vois des pailles réutilisables en métal. Pourquoi pas? Après tout, dépenser dix dollars pour un paquet de six pailles qui vont durer toute ta vie, ce n’est pas si pire. Cela remplacerait toutes les pailles que tu jetterais et qui finiraient dans la mer à tuer des tortues. En y allant graduellement, cela nous habitue à changer nos habitudes de vie sans trop nous déstabiliser. Ce n’est pas parce que tu n’aimes pas le tofu que tu ne peux pas être végétarienne ou végétarien. Donc, n’hésite pas à jeter coup d’œil à ce que tu pourrais améliorer pour réduire ton empreinte écologique!

L’hiver est définitivement à nos portes et il est presque temps pour nous, étudiant(e)s, d’affronter la mi-session qui approche! Il peut être difficile de garder un bon moral pimpant d’énergie pendant cette période… L’important dans tout ça, c’est de penser à prendre du temps pour soi. Même si je sais que ce n’est pas toujours simple vu nos horaires de fou et nos vies surchargées, aujourd’hui j’ajoute 7 points à ta « check-list » pour t’aider à passer à travers cette période hivernale!

 

1 – JOURNÉE SANS ÉCRAN

Ouf celle-là a l’air difficile, je l’avoue, mais je te jure que ça va te faire que du bien! Lâche ton cell et ton ordi et fais-toi une journée « cocooning », lis un bon livre, avance tes devoirs ou fais le ménage de ta maison au complet! Bref, change-toi les idées de n’importe quelle manière que ce soit. En plus d’être bon pour tes yeux et ton cerveau (qui auront une pause bien méritée), tu pourras vraiment relaxer et penser à tout sauf ce qui se passe sur ton Insta!

 

2 – DÉJEUNER ENTRE AMIS

Ça, on devrait le faire à toutes les semaines, mais encore une fois, le temps manque souvent. Alors: un matin, tu décides de déjeuner avec tes amis, que ce soit au resto ou à la maison, et vous prenez le temps de parler de vos joies et de vos peines quotidiennes. Le stress et le temps n’existent plus et vous pouvez même prendre toute la journée pour en parler. Profitez-en, parce qu’on ne s’assoit pas assez souvent avec eux pour simplement prendre des nouvelles et profiter de la vie.

 

3 – SOIRÉE DE FILMS QUÉTAINES

(Je pense que ce point-là est mon pref)

Ici, je t’invite à passer une soirée complète avec ton chum, ta blonde, tes amis ou même tout seul dans tes couvertes pour regarder des FILMS QUÉTAINES! On va se le dire, ces films-là nous font du bien à l’âme et c’est toujours agréable de laisser aller ses sentiments un peu!

 

4 – JOURNÉE DÉCOUVERTE

Durant cette journée, tu devras sortir de ta zone de confort et essayer de nouvelles choses! Sors dehors et va essayer un sport que tu n’as jamais pratiqué, cuisine une recette qui sort des sentiers battus ou va magasiner et essaye des vêtements qui ne ressemblent pas du tout à ton style vestimentaire habituel. Si t’es un peu moins « game », ouvre ton Spotify et tente de découvrir de nouvelles playlists et de nouveaux genres musicaux que tu n’as jamais écoutés auparavant.

 

5 – SOIRÉE « FEEL YOURSELF »

Ce point-là est un des plus importants et c’est également un point qu’on devrait appliquer dans notre quotidien. Un soir, je veux que tu te « chix » pour ton propre plaisir! Alors, mets ton outfit préféré, fais toi un « makeup » à la Queen B si tu le désires et fais tout ça dans le seul but de TE faire plaisir. Oui, oui, un « boost » de confiance en soi juste comme ça. Prends toutes les selfies que tu veux et « FEEL YOURSELF »!

 

6 – JOURNÉE SOUVENIRS

Cette journée-là, tu dois ressortir tes vieux albums photos ou encore les vidéos qui trainent dans ton vieux iPod touch. Oui, ça peut être gênant, mais tu y vas prendre goût bien rapidement, j’en suis certaine. Ris un bon coup et fais-toi plaisir à regarder ces petits bijoux! Et si tu es game, tu peux même te rendre au point où on ressort les DVD de pièces de théâtre du primaire ou encore les (si bons) spectacles de talents!

 

7 – JOURNÉE PASSION

Ici, tu dois prendre une journée complète et l’accorder entièrement à ce que tu aimes faire. Que ce soit la danse, la peinture, la cuisine ou la boxe, ce jour-là, le temps n’existe plus et tu en profites au maximum pour apprécier ces moments de passion.

 

J’espère sincèrement que tu prendras du temps pour toi et tu mettras en application quelques-uns de ces points. Allez ciao, je vais aller regarder Titanic! 😉

 

Il y a environ 7 milliards d’êtres humains sur cette Terre ayant tous une culture, des intérêts et une histoire différente. Néanmoins, ils aspirent tous à la même chose : l’amour. Ce sentiment est cependant beaucoup plus complexe que de simplement aimer et être aimé. On se rend vite compte que la définition de l’amour n’est pas simple et bien divergente pour chacun ou du moins pour les quelques personnes que j’ai interrogées. Voici donc la vision de l’amour selon plusieurs femmes et hommes de différentes tranches d’âges et d’orientation sexuelle.

 

Quel est votre définition de l’amour?

 

Francois-Xavier, 18 ans

« Le définition biologique de l’amour serait la sécrétion de substances chimiques qu’on a l’un envers l’autre. Autrement l’amour c’est quelque chose qui ne se décrit pas, c’est un sentiment qui est au delà de ce qui est explicable et descriptible par notre langage. »

 

Amélie, 18 ans

« C’est le plus grand don qu’on peut faire pour soi et pour les autres. L’amour selon moi, c’est le but de la vie. »

 

Julia, 10 ans

« L’amour c’est deux personnes qui s’aiment et qui sont capables de s’aider et de se supporter pour vivre ensemble. Si tu es en couple, c’est important d’aimer l’autre. »

 

Rose, 14 ans

« C’est de faire de ton intimité et de l’intimité de l’autre personne votre intimité. Vous vous complétez pour faire une personne ensemble. »

 

Laurence, 18 ans

« L’amour c’est universel, je ne pense pas qu’il n’existe qu’une seule définition. Chaque personne a sa propre définition de l’amour et voit l’amour différemment. Souvent lorsqu’on parle d’amour, on pense à un couple, mais l’amour ça peut aussi être amical ou fraternel. Pour moi l’amour, c’est tellement quelque chose de vaste. Juste une personne pourrait avoir plusieurs définitions de l’amour selon avec qui elle vit son amour. Je ne pense pas que parce que tu es en couple avec quelqu’un, ton amour est plus fort qu’avec ta meilleure amie par exemple, c’est juste qu’après ça se manifeste différemment. »

 

Comment sait-on quand on est amoureux?

 

Emma, 18 ans

« C’est quand tu fais quelque chose avec la personne et lorsque l’activité est terminée tu aimerais déjà revoir l’autre, car tu t’ennuies déjà. Tu ne peux simplement plus t’en passer. »

 

Mark, 47 ans

« C’est quand on devient très positif, dans le sens qu’on a une légèreté. Tout semble facile, on à l’impression d’être chanceux. »

 

Ariane, 19 ans

« Tu le réalises quand les gens ont une opinion négative sur la personne que tu aimes et que l’opinion des autres te passes par dessus la tête, car cette personne-là est parfaite à tes yeux. »

 

Julia, 10 ans

« Si la personne te fait des sourires et des câlins et que toi tu es contente et gênée. »

 

Rose, 14 ans

« C’est lorsque tu as le goût de voir la personne, mais tu as le trac, tu es un peu gêné. C’est contradictoire un peu, car t’as des papillons et t’as hâte de voir l’autre, mais lorsque tu arrives devant la personne tu figes. »

 

Laurence, 18 ans

« Lorsque je pense à la personne je vais toujours sourire et devenir un peu « gaga », on dirait qu’on perd ses moyens. Ça me fait quelque chose dans le ventre, comme-ci j’étais stressée, mais c’est un bon stress. Tu te sens juste tellement bien lorsque tu es avec la personne, c’est un bien-être et un bonheur qui dépasse toutes tes autres relations. Tu n’as pas envie d’aller ailleurs et tu sais que tu pourrais être avec la personne 24/7 et tu ne te tannerais jamais. Rien n’est forcé, c’est juste super simple. »

 

Qu’est-ce qu’une relation de couple saine?

 

Mark, 47 ans

« C’est une relation où également on peut passer du temps avec la personne qu’on aime et faire des choses en commun autant que faire des choses complètement différentes et avoir des intérêts à part. »

 

Sandrine, 25 ans

« Lorsque la relation te permet de rester toi-même. Tu n’as jamais à douter de l’autre puisque la confiance règne. Tu es en paix avec la relation parce que cette relation complète ton « toi » . »

 

Éloi, 18 ans

« C’est lorsque les deux font le même nombre d’efforts et de sacrifices. Si tu penses à l’autre avant toi et que l’autre fait de même aussi. C’est alors en résumé de faire passer les besoins de l’autre avant les siens. »

 

Sarah, 26 ans

« Deux personnes qui sont capables de faire des compromis l’un pour l’autre et laisser l’autre être la personne qu’elle est. »

 

Pascale, 15 ans

« Je crois qu’une relation saine c’est pouvoir avoir son petit jardin secret chacun de son coté, mais se dire l’essentiel. C’est important de ne pas se mentir et de tout se dire, parce que je crois que c’est comme ça qu’on a une bonne communication. C’est sain lorsque tu te sens respecté et que tu sens que l’autre ne te juge pas. »

 

Éloïse, 21 ans

« C’est une relation dans laquelle tu peux être toi-même et tu n’as jamais honte d’être la personne que tu es. C’est lorsque tu te sens libre d’exprimer ce que tu ressens face à n’importe quoi. C’est lorsque les « règles » sont claires, il n’y a pas d’ambiguïté. La communication et la libre expression de soi sont deux composantes importantes des couples d’aujourd’hui.»

 

Mon article ne consiste pas à trouver LA bonne réponse à chacune des questions. Je trouve simplement intéressant de montrer la grande variété d’opinions de différentes personnes sur un sujet aussi vaste que l’amour. Plusieurs personnes que j’ai interrogées n’avaient jamais pris le temps de penser à leur définition de l’amour ou simplement de mettre des mots sur leurs sentiments amoureux. D’autres étaient incapables de me décrire  ce qu’est l’amour et je crois que c’est ça la beauté de ce sentiment si puissant et si grand, car parfois il n’y a aucun mot assez fort pour décrire ce que l’on ressent.

 

Vive la diversité! Vive l’amour!

Mais surtout : Joyeuse Saint-Valentin 2019 !

 

On connait tous une personne souffrant de maladie mentale. Une seule, ou devrais-je dire plusieurs? Sachant que près d’une personne sur cinq souffrira de maladie mentale au cours de sa vie, nous ne pouvons nier l’omniprésence de ce phénomène dans notre société. C’est pourquoi je vous invite à prendre part à la journée Bell Cause pour la cause le 30 janvier prochain.

 

Bell souhaite par l’entremise de cette journée amorcer une conversation provinciale concernant les troubles mentaux afin de briser la stigmatisation entourant ce sujet. L’entreprise investit également des fonds dans la recherche, dans les soins aux individus souffrant de maladie mentale ainsi que dans de nombreux organismes.

 

Comment pouvez-vous agir? Rien n’est plus simple! En textant, en twittant, en regardant la vidéo de Bell Cause pour la cause sur Facebook ou bien sur Instagram, vous faites une différence. Pour chacune de ces actions, Bell s’engage à remettre 5 sous à des initiatives concernant la santé mentale.

 

Les troubles mentaux sont multiples et larges : allant de la dépression, à la phobie sociale ou l’anorexie, une foule de personnes devront les combattre au cours de leur vie. Nous nous devons d’être à leur écoute et leur offrir notre support, sans jugement. En effet, ce sont les préjugés entourant la maladie mentale qui amènent près des 2/3 des personnes atteintes à ne pas chercher de l’aide.

 

Même si la maladie mentale est un sujet de plus en plus présent dans l’espace public, il n’en demeure pas moins qu’un certain malaise persiste lorsque nous énonçons ce thème.

 

Je crois cependant que les personnes devant surmonter ces maux ne doivent pas les combattre dans l’ombre. Je souhaite plutôt qu’elles les affrontent au grand jour, avec le support et l’acceptation de chacun. Est-ce utopique? Ce ne l’est pas : il ne suffit que d’amorcer la conversation.

 

Crédit photo: Bell

L’année 2019 commence en force avec l’arrivée d’un nouveau Cuide alimentaire canadien qui sortira dans quelques semaines. En attendant, certaines versions préliminaires de la prochaine version sont sorties. On peut constater que plusieurs modifications on été apportées, dont une qui a chamboulé la plupart des Canadiens : l’abolition du groupe alimentaire « lait et produits laitiers ».

 

Ce groupe alimentaire, ainsi que celui des « légumes et des fruits », « produits céréaliers » et celui des « viandes et substitut », constituaient l’ancien Guide alimentaire depuis 2007. Or, le lait est maintenant dans une nouvelle catégorie, celle des « aliments protéinés », au grand désarroi des producteurs laitiers. Ceux-ci perçoivent ce changement comme étant l’exclusion du lait de l’alimentation des Canadiens. Tout un changement, puisqu’on nous vend depuis très longtemps l’idée que le lait rend nos os plus forts et qu’il doit être priorisé dans l’alimentation dès le tout jeune âge et ce, à tous les jours!

 

Alors, que sont devenus les groupes alimentaires? Quelles sont les modifications apportées au nouveau guide nutritionnel mais surtout, doit-on bannir le lait de notre alimentation?

 

Une nouvelle vision des groupes alimentaires

Les groupes alimentaires n’existeraient donc plus, alors fini l’arc-en-ciel de couleurs pour diviser les aliments. Dorénavant, ceux-ci seraient seulement séparés en 3 grandes catégories. Tout d’abord les légumes et fruits, ensuite les aliments à grains entiers et pour finir, les aliments protéinés contenant la viande, les produits laitiers et les substituts. Ce n’est donc pas seulement le lait qui a perdu la classe qui lui est propre, mais aussi la viande.

 

Y a-t-il d’autres modifications apportées?

Associée aux anciens groupes alimentaires, il y avait une indication du nombre de portions de chaque catégorie que nous devions manger, mais ces portions sont maintenant du passé. De plus, dans la nouvelle version, on mise sur comment on mange les aliments, soit en les cuisinant nous-mêmes ou en les mangeant en étant bien entouré. On met l’emphase aussi sur la prise de conscience de ce que l’on mange en regardant les étiquettes alimentaires et en ne laissant pas les tactiques de marketing influencer le contenu de nos assiettes.

 

Faut-il bannir les produits laitiers?

Le nouveau guide alimentaire ne suggère pas du tout d’enlever les produits laitiers de notre alimentation, mais suggère cependant de ne pas croire que ceux-ci sont la seule source de protéine à favoriser puisqu’ils rendent nos os plus forts. La nouvelle version démontre seulement que cette image «  d’os plus forts » est fausse. 

 

En vrai, plusieurs autres aliments peuvent très bien remplacer ou compléter, avec les produits laitiers, notre apport en protéines et en calcium. Les végétaux seraient excellents au niveau de l’environnement et de la santé pour nous apporter nos sources en protéines, c’est pourquoi ils sont valorisés dans le nouveau guide alimentaire. Par végétaux, j’entends entre autres des noix, des légumineuses et des graines.

 

En résumé, le guide nutritionnel 2019 promeut l’apport en protéines peu importe de quel aliment cet apport provient. Les seuls éléments à éviter mentionnés dans le nouveau Guide alimentaire sont tous les aliments riche en gars saturés, sucre et sodium mais il faut mentionner que le lait et les produits laitiers ne font pas partie des « indésirables ».

 

La date de péremption n’est donc pas encore arrivée pour les produits laitiers et il n’est pas question de ne plus en consommer en 2019. Il n’est seulement plus obligatoire d’en consommer à chaque jour en grande quantité et il faut être conscient que plusieurs autres options existent pour atteindre notre source de protéines et de calcium recommandées. J’espère que vous êtes maintenant mieux informés à ce sujet et impatients d’avoir (d’ici peu) la version officielle !

 

Préparez vos biscuits et votre verre de lait, vos habits chics et votre sapin, le temps des fêtes s’en vient aussi rapidement que les bancs de neige grossissent. Tous l’attendent avec impatience pendant des mois.

 

Économiser. C’est une étape bien importante avant les festivités. « Je dois mettre des sous de côté, Noël s’en vient », qui ne l’a pas déjà dit? En 2018, il faut avoir un budget pour les achats des fêtes. Et ensuite, on se plaint qu’on ne sait pas quoi acheter comme cadeaux. Sans oublier que l’on est toujours beaucoup trop stressé à quelques jours de Noël: c’est le sprint pour finaliser les achats de cadeaux.

 

Vient ensuite le moment d’emballer nos précieux achats. Quelques heures sont nécessaires pour remplir cette mission et aussi pour trouver dans quoi seront emballés les cadeaux. Boîte à souliers? Boîte de céréale? On achète de nouvelles boites? Il faut tout de même acheter du beau papier d’emballage, des choux et du ruban.

 

Passons maintenant quelques heures à l’épicerie. Faisons des provisions pour nourrir la visite! Une fois la nourriture à la maison, vient le temps de « popoter ». Dinde, buche de Noël, tourtière… En plus, il faut que ce soit bon, que ça impressionne la galerie! Au final, la maison a unE odeur de nourriture, mais au moins, ça sent bon!

 

Les décorations sont également primordiales lors du temps des fêtes. La compétition au plus beau sapin est ouverte. Mais pour que notre beau sapin demeure le « roi » des forêts , ne faudrait-il pas le protéger et le laisser régner dans son environnement? Ce n’est pas tout, il manque les décorations extérieures l’installation de celles-ci est l’occasion parfaite d’attraper un gros rhume.

 

Petit ou grand, on est toujours excité le 24 décembre parce qu’on attend avec impatience que minuit arrive pour déballer nos cadeaux. Mais est-ce que cette fête traditionnelle ne se résume qu’à décorer, acheter et déballer?

 

Pour moi,  Noël c’est la famille. C’est le seul moment dans l’année où tout le monde se rassemble. On a tous notre petite vie et nos occupations, mais pour une fois dans l’année, il faut prendre le temps. Prendre le temps d’être ensemble et de se réunir mais surtout de se dire que l’on s’aime. C’est le moment idéal de retomber en enfance, de manger à profusion et de jouer aux cartes!

 

Profitons du moment. Célébrons notre famille.

Joyeux temps des fêtes!