Il y a trois ans, j’embarquais dans un avion direction Cuba, pour un stage humanitaire. Loin de ma famille, de mon amoureux et de mon petit confort, j’étais loin de me douter que l’expérience que je m’apprêtais à vivre allait changer ma vie.

Cela faisait plusieurs mois que je me préparais pour cette grande aventure de deux semaines. J’étais enthousiaste, mais surtout très craintive. Une foule d’inquiétudes et de questionnements me traversaient l’esprit. Mon petit côté douillet allait sans doute en prendre un coup.

Dès mon arrivée, mes inquiétudes que j’avais forgées durant des mois ont disparues d’un seul coup. J’ai tout de suite su que ce voyage allait me plaire. Malgré les repas peu variés, les douches froides et les toilettes qui laissaient parfois à désirer, je me suis découvert un goût de l’aventure.

Au fil des deux semaines, j’ai appris à laisser de côté mes inquiétudes et j’ai vécu chaque expérience à 100 milles à l’heure. À travers les expériences inoubliables, les rencontres chaleureuses et les moments magiques, j’ai appris beaucoup de choses sur moi-même ainsi que sur un peuple peu fortuné, mais riche culturellement et historiquement.

En allant à Cuba, je voulais apporter quelque chose dans la vie du peuple cubain. Je voulais faire quelque chose qui allait changer leur vie. Avec le recul j’ai l’impression que c’est plutôt eux qui m’ont apportée quelque chose. L’expérience que j’ai eue la chance de vivre, a complétement changé ma façon de voir les choses et j’en suis éternellement reconnaissante.

Certains organismes comme Québec sans frontières, Le centre de solidarité internationale du Saguenay Lac-St-Jean ainsi que Jeunesse Canada Monde offrent des opportunités de voyages humanitaires.

Si un jour l’occasion de partir pour ce genre de voyage se présente à vous, n’hésitez-pas une seconde. C’est une expérience enrichissante, unique et qui nous fait réaliser à quel point le monde est grand et beau malgré ses petites imperfections.


À PROPOS DE L'AUTEUR
Laurence Desbiens

Laurence Desbiens

Éternelle rêveuse, je me décris comme braillarde, amoureuse et (un peu) drôle. Je suis passionnée par le journalisme et mon rêve ultime serait d’avoir la job de Charles Tisseyre. J’agis un peu comme une maman avec mes amis à leur plus grand désespoir. Indécise, j’en suis à mon deuxième DEC. J’aime croire que ma vie est une comédie musicale et je chante beaucoup trop souvent. Ce qui confirme que je ne suis clairement pas la prochaine Céline Dion.

Commentaires