Télévision

Un peu en retard, vous me direz, mais en fait il n’est jamais trop tard pour découvrir une série télé ma foi hilarante! La semaine dernière, ne sachant quoi faire pour occuper notre soirée, ma cousine et moi avons écouté la première saison de l’émission Ces gars-là, diffusée depuis février à V télé. Finalement, la soirée s’est terminée par des rires aux éclats et des larmes aux bords des yeux. 

C’est officiel, je remercie Sugar Sammy et Simon-Olivier Fecteau d’avoir créé une comédie à la fois originale et touchante. Ces gars-là, c’est un mélange de jokes ethniques, de techniques de séduction assez poches merci et de quêtes amoureuses compliquées. Inspirée de la vie des deux auteurs et acteurs, la série se poursuit sur les ondes de V dès l’hiver 2015, heureusement!

Mais qui sont vraiment Sugar Sammy et Simon- Olivier Fecteau? Sont-ils véritablement amis? Hé bien oui. Les deux gars se sont rencontrés grâce à la websérie En audition avec Simon. Tout de suite, ils se sont rendu compte que la chimie passait et que leurs idées se complétaient bien. «C’était la seule personne avec qui je voulais travailler», confie Sugar Sammy dans une capsule web.

Simon

C’est avec le groupe Les Chick’n Swell que Simon-Olivier Fecteau a débuté officiellement sa carrière, en 2001. Il était à la fois acteur, réalisateur et auteur de la série qui a été diffusée pendant trois ans sur les ondes de Radio-Canada. Afin de se consacrer à d’autres projets, Simon a décidé de quitter le groupe. Il a réalisé le Bye Bye de RBO en 2006 et 2007 avant de lancer sa websérie En audition avec Simon, qui connait un immense succès.

Sam

Né à Montréal, Sugar Sammy a connu du succès ailleurs dans le monde bien avant de voir sa popularité augmenter au Québec. Que se soit en Inde, aux États-Unis ou en Australie, Sam sait se démarquer. Les Québécois ont pu le voir au festival Juste pour rire de nombreuses fois ainsi qu’aux Gala des Oliviers de 2013 et 2014, où il a remporté un prix dans les catégories «Spectacle de l’année» et «Humoriste de l’année».

Vous n’avez rien de prévu ce soir? Pas besoin de faire des projets, vous pouvez écouter la série Ces gars-là sur le site Internet de V ou Illico télé numérique dès maintenant! Préparez-vous à être surpris et enchantés par les histoires de Sam et Simon.

Photos:  Page Facebook de Ces gars-là

Le documentaire Lise Payette: un peu plus haut, un peu plus loin, maintenant disponible sur le service de vidéo sur demande Illico, dresse un portrait fidèle de cette grande militante féministe.

«Connaissez-vous Lise Payette?» demande Sophie Thibault à quelques élèves de sociologie. Un «ça me dit quelque chose», sort de la bouche d’un cégépien. Sans plus. «Le but, au départ, était de la faire connaître, de la faire découvrir ou redécouvrir aux gens qui ne la connaissent pas», raconte sa petite-fille Flavie Payette-Renouf, coréalisatrice du documentaire.

Dans le documentaire Lise Payette: un peu plus haut, un peu plus loin, on raconte le parcours de cette grande femme. Voici ce qui vous attend.

Elle anime une quotidienne à la radio pendant 7 ans et elle triomphe avec son émission Appelez-moi Lise. Dans le documentaire, Stéphane Laporte la décrit comme la Oprah Winfrey du Québec. Elle conçoit le concours du plus bel homme du Canada.

En 1975, elle préside à la fête du 75e du Québec. Elle devient ministre dans le gouvernement de René Lévesque. Elle lutte pour la condition féminine et la souveraineté.

On doit à Lise Payette le «Je me souviens» sur nos plaques d’immatriculation et la loi sur l’assurance automobile. C’est grâce à cette dame que j’ai un nom de famille double : Huot-Grondin.

Après avoir dit une phrase maladroite par rapport à la femme de Claude Ryan, Lise Payette quitte la politique. On parle de l’événement nommé l’affaire des Yvette. Elle se lance dans plusieurs projets, dont l’écriture de téléromans pendant 20 ans.

Claude Charron, Gilles Vigneault, Pauline Marois et Céline Dion sont quelques-unes des personnalités qui respectent Lise Payette. «Lise Payette est respectée, aimée, mais aussi intelligente», raconte Céline Dion.

Il ne vous reste plus qu’à regarder cette biographie filmée pour connaître sa vie en long et en large.

Photo: Page Facebook du documentaire

Une série qui porte le nom de ce qui a été l’expression dont j’ai dû abuser le plus cette dernière année? Oh que oui, je le sens ; ce sera épique. Bruits de trompettes et de tambours s’il vous plait; j’ai l’honneur et le grand bonheur de vous présenter la série Les Beaux Malaises!

Déjà que le nom m’avait totalement conquise, la distribution n’a fait qu’ajouter à mon impatience de visionner le premier épisode sur les ondes de TVA le 22 janvier prochain à 21h. Martin Matte est la vedette de cette émission, dont il est aussi l’auteur. Oui, son personnage se nomme Martin Matte, mais ce n’est pas le «vrai Martin Matte». Je t’explique plus loin! À ses côtés, Julie Le Breton occupe le rôle de sa femme, Émilie Bierre et Charles-William Ross celui de ses enfants, tandis que Patrice Robitaille et Martin Perizzolo tiennent celui de ses meilleurs amis.

On connaît la distribution; wow, trop fou, je sais que vous ne vous pouvez plus. Mais Les Beaux Malaises, à quoi ça va ressembler exactement?

La formule: un épisode de 30 minutes chaque mercredi à 21h au réseau TVA. Le contenu: une tonne de malaises. Martin Matte présentera des situations de la vie quotidienne, qui sont soit tirés de moments qu’il a déjà vécus ou eu la chance d’observer de près. Il est à parier que vous pourrez vous reconnaître en plusieurs des situations présentées, des situations auxquelles nous aurons tous à faire face un jour ou l’autre, rapporte Martin Matte.

Je disais plus haut que même s’il campe son propre rôle, il reste que ce n’est pas une téléréalité de sa vie. Il y en a à prendre et à laisser. Par exemple, il tisse une histoire de famille fictive autour de faits cocasses et de sujets auxquels soit lui où son entourage ont déjà fait face à la maison. Ce n’est pas mots à mots et aux gestes près ce qui s’est passé dans sa vie personnelle.

Une série humoristique à laquelle je prévois un énorme succès; ne manquez SURTOUT pas ça! Si ça ne vous dit rien d’attendre jusqu’au 22 janvier pour voir le premier épisode, sachez que les trois premiers épisodes sont disponibles pour les abonnés Vidéotron, mais seulement dans le Club à Volonté. Ce n’est pas mon cas : je pleure. Quelqu’un veut m’accueillir? Je ne prends pas de place sur un divan, j’apporte ma doudou et je fournis le popcorn en plus. Aussi, je peux mourir de rire en silence pour ne pas déranger. Alors, comme Julie Snyder dirait: cette offre est-elle acceptée ou refusée? Okay, j’ai compris… Je vais écouter la bande-annonce en répétitions jusqu’au 22 janvier prochain!

Photo : Page Facebook Les Beaux Malaises