À toi, nostalgique des années passées, voici ta chance de faire un bref voyage dans le temps en te remémorant le meilleur des années 1990-début 2000. Enfile tes pantalons «pattes d’éléphants» et laisse-toi subjuguer par une gamme de «te souviens-tu?» tous plus exaltants les uns que les autres.

D’abord, rappelle-toi l’époque où Pokémon avait la cote et où Pikachu représentait une idole à tes yeux. L’époque durant laquelle le Canal famille et le studio d’animation américain Cartoon Network Studios étaient au top et que rien ni personne ne pouvait les déloger (à mon humble avis, du moins). Le laboratoire de Dexter, Les supers nanasCourage, le chien froussard, Le bus magique et Les bananes en pyjama ne sont que quelques titres parmi ceux diffusés sur leurs ondes. Dans la même veine, Sabrina, l’apprentie sorcière, les films ou séries télévisées mettant en vedette les jumelles Olsen, Les Razmoket et Hé Arnold ne passaient pas non plus sous silence.

Côté musique, Britney Spears était au sommet de sa forme et Christina Aguilera jouait les aguicheuses. Dans son vidéoclip «Dirty», notamment, on pouvait l’apercevoir très peu vêtue dans son ring de boxe, avec les yeux aussi noirs qu’un raton-laveur. Notre cher Justin Timberlake enflammait les planchers de danse avec son groupe N’SYNC et «Wannabe» des Spice Girls tournait sur toutes les stations de radio.

Puis, si on se tourne vers la technologie durant cette période, on se cognera le nez au fameux Tamagotchi, jouet consistant à laver et nourrir un animal virtuel. Combien de temps avons-nous perdu à faire «vivre» notre foutue bête jamais satisfaite? Aussi, Mario Bros s’amusait à gober des champignons et la cassette VHS était un must.

Ce bref résumé des années ayant tendrement bercées notre enfance ne suffit pas pour récapituler une décennie entière de souvenirs. Quoi qu’il en soit, ces années représentaient à mes yeux «la belle époque».

Photo: WeHeartIt


À PROPOS DE L'AUTEUR
Coralie Boisvert-Doyon

Coralie Boisvert-Doyon

Sherbrooke, voilà d’où je viens : la ville plus petite que Montréal mais plus grosse que Jonquière. Je suis le genre de fille qui n’aime pas emprunter le chemin facile dans la vie, recherchant toujours à vivre un maximum de sensations fortes. Or, devenir la prochaine Sophie Thibault n’a pas toujours été dans ma liste de priorités. Au contraire, lorsque j’étais haute comme trois pommes, je rêvais plutôt d’être vétérinaire, clown et danseuse de ballet… Comme quoi on évolue un peu avec le temps !

Commentaires