Cultivée

Que ce soit pour libérer des prisonniers d’opinion ou faire avancer des causes sociales primordiales, vos mots ont du pouvoir. Comment ? En participant à la campagne des cartes de souhaits d’Amnistie internationale, qui a lieu chaque année.

 

En effet, la campagne de l’organisation Amnistie internationale propose une action fort simple : envoyer des messages de soutien à des défenseurs des droits de la personne partout sur la planète. Cette action vise à humaniser les prisonniers d’opinion auprès de leurs geôliers (entrainant une diminution ou une abolition de la torture du prisonnier, dans certains cas), à libérer des activistes injustement emprisonnés ou à attirer l’attention des gouvernements afin de faire avancer de nombreuses causes. La campagne des cartes de souhaits se déroulant partout sur la planète, vous pouvez imaginer le nombre de messages reçus par chacune des personnes soutenues par Amnistie !

 

Mais justement, qui sont-elles ? Chaque année, l’organisme à but non lucratif cible des personnes ayant un besoin d’aide criant, comme tous les autres moyens mis en place n’ont pu améliorer leur situation. Toutefois, les activistes ciblés lors de la campagne de 2019 possédaient une caractéristique bien particulière : elles étaient toutes des femmes. Ainsi, vous pouviez envoyer vos mots d’encouragement à dix femmes, originaires de l’Égypte au Brésil.

 

Par exemple, vous auriez pu contribuer à la libération d’Atena Daemi. Cette jeune femme qui a effectué des actions pacifiques visant l’abolition de la peine de mort en Iran s’est vu imposer un procès de 15 minutes. Cette procédure l’a condamnée à une peine de sept ans de prison, qu’elle purge actuellement. En raison des mauvais traitements qu’elle subit, son état de santé se détériore rapidement. Il est donc nécessaire que la communauté internationale mette en place des efforts virulents pour obtenir sa libération.

 

Mais est-ce que de petits bouts de papier parviennent réellement à des objectifs aussi ambitieux ? La réponse est oui ! Cette campagne entraine 75% de résultats positifs. Concrètement, c’est 124 personnes sur les 161 visées par la campagne des cartes de vœux qui ont été libérées entre 2000 et 2018.

 

Comment agir ? À chaque année, il est possible pour vous de participer à un marathon d’écriture organisé près de chez vous, ou encore, d’en mettre un sur pied vous-même dans votre milieu ! Vous pouvez également écrire des cartes de souhaits à l’échelle individuelle, dans le confort de votre maison, sans participer à un événement organisé.

 

Alors, qu’attendez-vous pour donner un pouvoir concret à vos mots ? Moi, j’empoigne mon crayon !

 

Il est également possible de vous impliquer d’autres manières : dons, formations, campagnes diverses tout au long de l’année, etc. Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site d’Amnistie internationale au https://www.amnistie.ca.

Crédit photo: Amnistie internationale

 

En terme de musique, j’ai des goûts assez variés, mais ces temps-ci je suis vraiment dans les throwbacks et j’adore ça. Le punk-rock/rock des années 2000, c’est tellement bon! Je te propose de revivre plusieurs titres qui ont sûrement marqué ta jeunesse, peut-être que tu en ajouteras quelques-uns à ta liste de lecture actuelle.

 

  1.  Boulevard Of Broken Dreams – Green Day

Définitivement ma chanson préférée de Green Day, Boulevard of Broken Dreams s’écoute vraiment en toute circonstance. Un incontournable.

 

  1. Gives You Hell – All-American Rejects

Écoute, cette chanson-là est en repeat sur mon cell depuis quelque temps. Le titre te dit peut-être rien, mais c’est certain que tu connais la mélodie. Attention par contre, c’est ce qu’on appelle communément un ver d’oreille.

 

  1. Iris – Goo Goo Dolls

Encore ici tu n’es peut-être pas familier avec le titre, mais tu connais assurément. Sinon, tu DOIS connaître, c’est magique comme chanson. Écris Iris sur YouTube ou Spotify et laisse la magie opérer.

 

  1. The Reason – Hoobastank

Mon dieu que j’ai écouté et crié cette chanson-là souvent. C’est puissant et tellement réconfortant. L’une de mes chansons préférées!

 

  1. Complicated- Avril Lavigne

Je ne pouvais pas passer à côté d’Avril Lavigne dans cette liste. Punk/rock des années 2000 RIME avec Avril Lavigne. On se souviendra de Sk8ter Boi aussi.

 

  1. Bring Me To Life – Evanescence

Une chanson d’un style bien particulier, mais aimée de tous. Les paroles sont très révélatrices en plus. Un match parfait!

 

  1.  In The End – Linkin Park

Linkin Park a marqué les esprits de plusieurs, surtout pour ses succès In The End et Numb. On ressent quelque chose quand on écoute attentivement les paroles des chansons du groupe…

 

  1. All The Small Things – Blink-182

Un autre ver d’oreille, cette chanson. Tu l’as certainement déjà entendue plus jeune, car c’était partout. C’est le temps de t’y remettre!

 

  1.  Welcome To My Life – Simple Plan

Je n’avais pas le choix d’insérer un titre du groupe québécois dans ce palmarès et je crois que c’est celle-là la plus connue!

 

  1. How To Save A Life – The Fray

Difficile de choisir la dernière chanson de cette liste, mais j’ai finalement opté pour une mélodie aimée de tous. Cette chanson et toutes celles du groupe s’écoutent vraiment bien!

 

Bien sûr, cette liste est à compléter et il y a certaines chansons qui dévient du style principal fixé, mais c’est pour te remémorer de bons souvenirs et te faire réaliser que la musique a beaucoup changé dans les dernières années. Tu connais maintenant ma playlist du moment!

Hair Love par l’ancien joueur de la NFL, Matthew A. Cherry est un court métrage animé de cinq minutes mettant en lumière les relations père-fille, la diversité capillaire et l’estime de soi.

 

L’action prend part à travers un père américano-africain (Stephen), sa fille (Zuri) et ses cheveux. Alors que sa femme n’est pas disponible à la veille d’un événement, Stephen doit coiffer la chevelure de la petite Zuri (ou plutôt la dompter) puisque la tignasse ne se laissera pas faire facilement.

 

L’idée est venue au réalisateur après avoir visionné plusieurs vidéos mettant en lumière des pères en interaction avec leur fille. Celui-ci avait remarqué par le passé une sous-représentation des gens de couleur dans l’industrie du dessin animé. Ses objectifs étaient de remédier à la situation en promouvant la diversité culturelle, les cheveux au naturel et la confiance en soi. Pour s’y faire, M. Cherry a lancé une campagne sur Internet afin d’amasser des fonds. Ses intentions ont été applaudies par le public, puisque près de 5000 personnes y ont contribué pour une somme totale de 284 058 $.

 

Aujourd’hui, plusieurs personnes de renom dans l’industrie se sont jointes à la production du court-métrage. Le film sera aussi adapté en livre pour l’année 2019.

 

Sur une note plus éditoriale…

Bien que je n’aie pas la peau noire, j’ai ce que j’appelle affectueusement « ma touffe » et celle-ci fait jaser depuis mon plus jeune âge. Ayant les cheveux épais et frisés, j’ai longtemps eu du mal à me reconnaitre dans les tendances et à les accepter. Je me rappelle avoir dû me faire coiffer par mon père, à notre grand désespoir, mais j’en garde aujourd’hui des souvenirs cocasses.

Maintenant, je reconnais que ma touffe fait partie de moi et me démarque des autres. J’aurais moi-même aimé avoir été en contact avec de telles images pour en venir à cette conclusion plus tôt. Je trouve formidable que des jeunes filles puissent se voir dans un tel personnage et ainsi s’accepter comme elles sont.

 

 Je lève mon chapeau à ce projet. 

 

Le congé de Noël a été pour moi l’occasion parfaite de rattraper le temps perdu avec mon cher ami Netflix. J’ai été comblée, car plusieurs films venaient tout juste d’être ajoutés sur la plateforme. Un parmi eux m’a particulièrement intrigué et j’ai nommé Bird Box. Production originale de Netflix et réalisé par Susanne Bier, le film met en vedette Sandra Bullock dans un monde post-apocalyptique. En fait, une créature non-identifiée s’éprend de ceux qui la regardent. Cette « chose » possède le pouvoir d’illustrer la peur à quiconque ayant la malchance de la voir. Cette vision devient tellement effrayante que la seule option possible est le suicide.

 

Pour la suite, attention, « SPOILER ALERT ».

 

Ce qui devient intéressant avec l’histoire, c’est que l’humanité se voit dépourvu d’un sens, la vision. Les personnages doivent donc s’adapter à ce nouveau fléau qui touche la planète. Ils s’équipent de bandeaux couvrant les yeux pour se protéger contre cette menace destructrice. Cela me fait penser à la sélection naturelle. Ceux qui ne peuvent s’adapter ne survivent pas. Cette histoire apocalyptique m’a rappelé le film A Quiet Place dans lequel des créatures attaquent les humains quand ils détectent du bruit. Dans ce scénario, c’est le silence qui doit régner pour s’en sortir vivant.

 

D’un côté un peu plus critique, je trouve l’idée de base du film excellente. Par contre, plusieurs aspects font que l’histoire devient plus ou moins réaliste. La péripétie principale met en vedette Malorie (Sandra Bullock) qui doit traverser une rivière pendant quelques jours avec ses deux jeunes enfants pour se rendre à un refuge. Tout cela, les yeux bandés. Personnellement, je pense que 48 heures dans une rivière et des rapides, les yeux complètements couverts, c’est assez surhumain. Surtout accompagné de deux jeunes enfants qui ne voient rien eux non plus.

 

Après ce long périple, Malorie et ses deux enfants arrivent avec quelques (voire peu) d’accrocs au refuge. Bien franchement, comment est-ce possible que, dans une vaste forêt, ils arrivent pile devant la porte du repaire sans regarder? Pour moi, cela ne semble pas vraisemblable.

 

Outre ces petites critiques pointilleuses, j’ai particulièrement apprécié la fin. Une fois au refuge, on réalise que ce dernier est dirigé par des aveugles. Ce que j’ai trouvé intéressant : les personnes aveugles sont souvent jugés comme étant munis d’un handicap, or dans le contexte du film, ils ont l’avantage sur tout le monde.

 

Un challenge assez déstabilisant

Ce que j’ai trouvé dommage à la suite de la sortie de Bird Box : le fameux « Bird Box Challenge ». Le but consiste à reprendre le concept de film. Les personnes se bandent les yeux et essayent de se promener et de s’adapter. À ne pas reproduire à la maison!

 

Netflix a d’ailleurs adressé la situation sur Twitter au début du mois de janvier.

 

Donc, je vous recommande grandement le film Bird Box (mais s’il vous plaît, n’utilisez pas ce concept pour vous blesser) !

 

Le temps des fêtes est passé, mais l’hiver est loin d’être terminé! Avec le froid qui est déjà bien ancré dans notre quotidien, quoi de mieux qu’un bon film dans son lit avec des millions de couvertures et un bon chocolat chaud ! Alors voici une petite liste de suggestions cinématographiques si vous manquez d’idées.

 

La série Harry Potter (2001-2011)

Une liste de films sans mentionner le merveilleux travail de J.K. Rowling? Jamais! La série saura vous transporter dans le monde des sorciers tout en restant dans le confort de votre maison. Pourquoi ne pas s’émerveiller devant les aventures d’Harry et ses amis une fois de plus? Et si vous ne l’avez jamais écouté, il faut une première fois à tout!

 

À l’ombre de Shawshank (1994)

Le film inspiré du roman de Stephen King sort du style d’horreur de l’auteur pour mettre le thème de l’injustice au premier plan. Les histoires de la prison de Shawshank sauront vous émouvoir tout en appréciant le magnifique jeu d’acteur de Tim Robbins et de Morgan Freeman. Un des meilleurs films que j’ai écoutés!

 

La grande séduction (2003)

La sympathique histoire écrite par Ken Scott et réalisée par Jean-François Pouliot est une œuvre québécoise qui vaut la peine d’être connue de tout le monde. Les habitants de Sainte-Marie-La-Mauderne, un petit village de 120 habitants situé en Basse-Côte-Nord, gagneront votre cœur grâce à leur singularité totalement attachante et à la simplicité avec laquelle ils vivent.

 

Le voyage de Chihiro (2001)

À tous les amateurs d’animation japonaise, ce film vous adresse. Le chef d’œuvre du réalisateur Hayao Miyazaki est le récipiendaire de l’Oscar du meilleur film d’animation en 2003. Les aventures de la petite Chihiro dans le monde des esprits émerveilleront même les personnes les plus difficiles! Un grand classique de l’animation!

 

Le bon côté des choses (2012)

Ce drame romantique des temps modernes est tout simplement un must pour les fans de film d’amour. Mais attention, il ne tombe pas dans le quétaine comme plusieurs autres films de la même catégorie. Jennifer Lawrence et Bradley Cooper nous livre une performance hors de commun et tout à fait touchante. Je le conseille à tout le monde!

 

Voilà qui termine la liste! Donc sortez vos grandes couvertures et votre chocolat chaud, l’hiver ne fait que commencer! Si vous avez d’autres suggestions, n’hésitez pas à m’en parler!

 

Le mercredi 12 décembre a eu lieu la 13e édition du Festival En Vert et Contre Tous à la salle François-Brassard du Cégep de Jonquière. 24 équipes de cinq à six étudiants en première année production/post-production (TPPT) du programme d’Art et Technologie des Médias ont présenté leurs courts-métrages, autrement dit leurs travaux de session.

Ces derniers étaient d’une durée d’environ cinq minutes, séparés en 12 catégories : drame psychologique, télé-réalité, fantastique, émission policière, sitcom, documentaire underground, pimp quèque chose, documenteur, youtubeur, grands classiques, enjeux de société et vox pop.

 

Chaque équipe devait faire un appel d’offre à un enseignant pour pouvoir faire le court-métrage dans la catégorie désirée, nous explique l’étudiante Éléna Nguyen Ngo. De plus, le court-métrage devait démontrer un enjeu de société. Dans ceux-ci ont été abordés le suicide, l’immigration, le décrochage scolaire, l’homosexualité, la pollution, et plus encore.

 

Tous les courts-métrages étaient de grande qualité. Toutefois, des juges ont eu la lourde tâche d’attribuer des prix aux plus méritants. Voici les grands gagnants de la soirée :

  • Meilleure post-production : House Arrest – Butterfly Studios
  • Meilleure qualité technique : Les Étrangers – Reel Estate
  • Premier prix pour le contenu : La guerre blanche – Alium Productions
  • Deuxième prix pour le contenu : Sans abris – Slowride
  • Meilleurs scénarios (décerné par De l’âme à l’écran) : House Arrest – Butterfly Studios et Fantaisies d’un cliché – Peacock Feather Production
  • Coup de cœur du Cinéclub : Fantaisies d’un cliché – Peacock Feather Production
  • Coups de cœur de l’AGEECJ : Skip – Chili Squad, Ça tourne mal – TA2CO Production et Destination inconnue – JAMET 203

 

Félicitation à tous les participants pour leurs magnifiques réalisations et pour ces belles prises de conscience! Un merci spécial aux étudiant(e)s en technique de bureautique qui ont contribué à faire de l’évènement une réussite.

 

Crédit photo: Facebook Festival En Vert et Contre Tous

 

L’été dernier, je me suis intéressée à une série Netflix qui sort du commun: Dark tourist. La série-documentaire réalisée par le journaliste David Farrier nous fait découvrir le dark tourism, ou tourisme noir, une forme de tourisme se basant sur la mort, la destruction et la violence. Vous voyez le genre? Le journaliste visite plusieurs endroits prisés par les fans de dark tourism comme la forêt du suicide au Japon, un site d’essai nucléaire russe au Kazakhstan et la capitale mondiale du vaudou au Bénin. C’est à se demander pourquoi certaines personnes s’intéressent à ce genre d’endroit pour passer leur vacances.

 

 

Selon David Farrier, c’est principalement la curiosité humaine pour certains phénomènes non-communs à notre quotidien, comme la mort et la violence, qui mènent à pratiquer le dark tourism. La plupart des personnes qui s’adonnent à ce genre d’activités proviennent d’endroit où celles-ci ne sont pas présentes. Ce sont souvent des occidentaux américains ou européens. Cela leur procure une adrénaline qu’ils ne retrouvent pas dans leur pays.

 

D’ailleurs, le journaliste croit que cette adrénaline peut aussi être une explication à cette pratique. Il a même rencontrer quelqu’un cherchant des émotions fortes de cette façon au kazakhstan. Cet homme se nomme Andy, il a une femme et deux enfants et passe ses vacances dans des pays en guerre. Étonnant comme portrait!

 

Selon moi, le contexte historique de certains lieux considérés comme étant dans la catégorie du dark tourism est d’autant plus une explication. Prenons exemple avec Auschwitz en Pologne, l’ancien camp de concentration où le plus grand nombre de personnes ont été tués durant la Deuxième Guerre mondiale. La majorité des gens qui se rendent à cette endroit y vont pour rendre hommage aux centaines de milliers de victimes du régime nazi, mais aussi pour voir leur livre d’histoire prendre vie. C’est la même chose pour les plages de Normandie ou d’innombrables autres lieux où des massacres ont été commis.

 

Le dark tourism peut prendre de multiples formes. Que ce soit les vestiges d’une ancienne guerre ou les croyances de certaines personnes, le principe reste le même : le malheur de plusieurs personnes devient touristique pour d’autres. La psychologie humaine peut être très étonnante parfois!

Les étudiants de deuxième année de technique en travail social du Cégep de Jonquière ont organisé un événement bénéfice pour l’organisme LEUCAN, une association québécoise à but non lucratif pour les enfants atteints de cancer, dans le cadre de leur cours d’intervention collective le 28 novembre dernier.

 

C’est sous la forme d’un 5 à 7 accompagné de bouchées et de prestations par des talents locaux que les étudiants ont décidé de présenter le fruit de leur effort. Ils ont travaillé très fort durant leur session pour arriver à réaliser cette soirée. « C’était un super gros projet qui a été difficile par moment, mais on est tellement fier du résultat! », confiait une étudiante de deuxième année en travail social, Cassandra Malaison.

 

 

Leur objectif pour cette soirée était d’amasser plus de 4000$. C’est avec l’aide de collectes, de commandites, de la vente des billets et finalement avec les dons des défis têtes rasées que les étudiants ont amassé un montant final de 5116,65$!

 

Plusieurs participants au fameux défi tête rasée semblaient très fébriles et émotifs durant la soirée. Un groupe de trois amis, Fanny Bouchard, Félix Côté-Beauchemin et Olivier Salois (voir photo) ont décidé de relever le défi ensemble. « 2018 a vraiment été ma plus belle année et je voulais terminer avec quelque chose d’unique et le défi tête rasée était le meilleur challenge que je pouvais me lancer », déclare Félix Côté-Beauchemin. De son côté, Fanny Bouchard participait à son troisième défi tête rasée et elle semblait très heureuse de pouvoir donner encore à la cause. Ayant réalisé la collecte ensemble, ils ont réussi à amasser un montant de 1150$.

 

La soirée a aussi été marquée par la présence de plusieurs artistes locaux qui sont venus performer bénévolement pour la cause. Parmi eux se trouvaient Danick Martineau, Shawn St-Pierre, Laurence Brooks, Alex Hamel et plusieurs autres.

 

 

Les nostalgiques d’Harry Potter sauront trouver leur compte en assistant au deuxième film de la saga : « Les animaux fantastiques ».

 

Mettant en vedette Eddie Redmayne, Katherine Watertson et Dan Folger, le film « Les animaux fantastiques : Les crimes de Grindelwald » a pris l’affiche le 16 novembre dernier et la suite est déjà attendue avec impatience.

 

La production américano-anglo fait rêver son auditoire avec une série d’événements et des références au monde intriguant de la magie. De la musique passant par les effets spéciaux aux costumes, tout y est pour raviver la flamme chez l’univers de JK Rowling.

 

Les « Potterheads » pourront en apprendre plus sur la lignée de leurs personnages préférés tels que la famille Lestrange et Dumbledore. Les retrouvailles sont au rendez-vous avec plusieurs éléments de la saga Harry Potter notamment la baguette de sureau, le serpent Nagini et l’école Poudlard.

 

 

L’action se déroule cette fois-ci en sol européen dans les années 20. Alors que le puissant sorcier Gellert Grindelwald (Johnny Depp) s’est évadé de prison, il prépare une révolution en faveur des sorciers de sang pur à Paris. Dans l’urgence d’arrêter Grindelwald, Dumbledore (Jude Laws) fait appel à son ancien élève, Norbert Dragoneau (Newt de la version originale). Bien qu’il lui ait interdit de sortir du pays depuis l’incident de New York, Norbert se retrouve à Paris avec ses compagnons et ses créatures où ils devront se serrer les coudes plus que jamais.

 

Il faudra cependant attendre 2020 pour connaître le sort de nos sorciers préférés…

À suivre!