Livres

Si t’es une fan finie de lecture comme moi, tu as probablement bien aimé le temps des fêtes, qui t’as permis de te plonger dans des livres, autres que les manuels de cours. Pour ma part, les vacances m’ont permis de terminer ma PAL (Pile À Lire) et de passer d’un monde à l’autre en moins de quelques minutes. Je te présente mes préférés, en te conseillant ben gros d’aller les lire aussi!

  1. Si c’était vrai… – Marc Lévy

Un homme (Arthur) emménage dans son nouvel appartement à San Francisco et, en ouvrant le placard de sa salle de bain, tombe face à face avec une jeune femme (Lauren) qui s’y cachait. Celle-ci s’étonne qu’Arthur puisse la voir et l’entendre. Il croit devenir fou, il la croit folle. Et ainsi c’est écrit leur histoire.

Au départ, j’avais quelques réticences face à ce livre. Ma tante me l’a prêté et ce n’est pas vraiment ce que je lis à l’habitude. Je trouvais que ça avait l’air trop… Adulte. Je préfère les livres mettant en scène des adolescents. Et pourtant… Je suis tombée la tête première dans l’histoire, dès les premières lignes. Les personnages ont chacun leur petit quelque chose de spécial qui les rend si attachants. Paul, le collègue d’Arthur m’a fait bien rire à chacune de ses apparitions. Je te le conseille, de même que le deuxième tome, Vous revoir.

  1. Prince Lestat – Anne Rice

Suite des Chroniques des vampires, on y suit les histoires de plusieurs vampires, de leur création à aujourd’hui. Les temps sont noirs pour les vampires, on craint une nouvelle vague d’Immolation. Une chaine d’informations continue est mise en ligne, Benji appelle à la tribu. Les vampires de partout recherchent le grand Lestat, en espérant qu’il puisse mettre fin à ces temps sombres.

Un peu lent à démarrer, j’ai toutefois bien aimé cette brique. Au départ, tout était pêle-mêle, comme je n’ai pas lu tous les volumes précédant celui-ci. Il y avait un peu trop de personnages. Pourtant, j’ai bien senti qu’ils avaient tous leur propre énergie et leur propre rôle à jouer. À la fin, je ne voulais plus lâcher le livre, tellement je voulais savoir ce qui pouvait bien arriver.

  1. Où es-tu Alaska – John Green

Nouveau au pensionnat de Culver Creek, Miles fait la rencontre d’Alaska, une jeune fille pleine de mystères. Première année loin de la maison familiale, c’est l’année des premières fois. Première cigarette, premier amour, première boisson, premier mauvais coup… Premier coup au cœur.

Que serait une PAL sans au moins un livre de John Green? J’adore cet auteur et j’ai adoré une fois de plus ce roman. Une histoire bien ficelée, des personnages que l’on a envie de serrer bien fort dans nos bras, de l’émotion pure. Voilà ce que cette histoire fait vivre. Rien de plus à dire, autre que : Vite, vas le lire!

  1. Perfect Escape – Jennifer Brown

Kendra se doit d’être la fille parfaite : excellentes notes, aucun ennui, tranquille. Son frère Grayson a un OTC qui l’empêche de vivre comme tout le monde. Après une journée particulièrement éprouvante, Kendra trouve son frère dans une carrière de roches, l’y arrache de force et se met à conduire. Elle conduit, son frère sur le siège passager, sans savoir de quoi sa route sera faite.

Wow. Un gros, un immense WOW. Un livre différent, qui met en scène un trouble que beaucoup ne connaissent ni ne comprennent. L’espace du roadtrip, on voit les personnages qui évoluent, qui essaient de changer et de s’enfuir de ce qui les tient prisonniers. On s’identifie à eux, on a envie que tout finisse bien. J’ai traversé tout un tas d’émotions en lisant ce livre, je suis passée du sourire aux larmes en l’espace de quelques pages. Je te le conseille vivement, dans sa version originale si tu arrives à lire l’anglais.

  1. The rule of three – Eric Walters

En plein milieu de la journée, les lumières s’éteignent au lycée d’Adam. Les ordinateurs et les téléphones cellulaires n’ouvrent plus. Les voitures refusent de démarrer, seules les plus vieilles roulent encore. La peur s’empare de la ville. Adam et son quartier feront tout pour survivre.

Une qualité pour ce livre? Il pousse à la réflexion. Que ferions-nous, si cela arrivait? Si toutes les nouvelles technologies arrêtaient de fonctionner? L’évolution de la réaction de la population face à cette perturbation fait peur. Serions-nous vraiment capables d’en arriver là? Seule la fin m’a légèrement déçue. Elle donne l’impression d’un tome deux, mais celui-ci ne semble pas être un projet pour Walters.

Photo : pexels.com

Une fois le temps des Fêtes terminé, il est agréable de prendre du temps pour soi. Ça nous permet de nous ressourcer, de reprendre des forces avant d’attaquer avec force les nouveaux défis que l’année qui débute aura à nous offrir. Et quoi de mieux pour se reposer l’esprit que de lire?

La lecture nous offre la chance de s’évader pendant quelques heures, tout en s’éduquant, en se divertissant ou en s’informant. Je partage donc avec vous mes coups de cœur littéraires de janvier.

Tout ce qu’on ne te dira pas, Mongo, Dany Laferrière

LIVRESJANVIER1_SarahLarouche_Archambault.ca

« Tout nouveau-né est un immigré qui doit apprendre pour survivre les codes sociaux. Une société ne livre ses mystères qu’à ceux qui cherchent à la comprendre, et personne n’échappe à cette règle implacable, qu’on soit du pays ou non. » 

Dany Laferrière nous fait cadeau de ses beaux mots. Au fil des pages, il partage ses 40 années passées en sol québécois. Celui qui divise son temps entre la France et le Québec répond à nos plus hautes attentes : promis, vous ne serez pas déçu!

Un peuple à genoux 2015, collectif

LIVRESJANVIER2_SarahLarouche_Archambault.ca

Ce collectif d’essais à saveur politique plaira à ceux qui s’indignent rapidement quand on jase politique. Dans cette édition qui passe en revue l’année 2015, on traite de corruption, d’impunité, des médias, des grandes entreprises et de l’injustice et de la magouille consensuelle entre certains élus.

J’ai lu l’édition 2014, ainsi que la version « 115 raisons de s’indigner » et j’ai adoré! On nous fournit des faits précis, expliqués et qui alimentent notre indignation.

Ukraine à fragmentation, Frédéric Lavoie

LIVRESJANVIER3_SarahLarouche_Archambault.ca

Depuis la fin de novembre que le récit du journaliste indépendant attend sur le coin de ma bibliothèque. Les vacances m’ont permis de plonger dans l’univers particulier de Frédéric Lavoie : l’univers d’un journaliste à l’étranger.

Son talent pour l’écriture est flagrant : il écrit, explique, décrit avec douceur des événements malheureux, terribles. Ce récit est un excellent professeur pour mieux comprendre le conflit qui sévit en Ukraine.

En espérant que ces trois livres réchaufferont un peu les journées froides de janvier. Bonne lecture!

Photos : Archambault.ca/weheartit

T’as probablement lu les livres d’Alexandra Larochelle quand t’étais jeune. Dis-moi pas le contraire, ses six tomes d’«Au-delà de l’univers» te rappellent probablement quelque chose. Après une dizaine années d’absence, elle nous revient avec son nouveau livre : «Des papillons pis de la gravité».

Je sais, moi aussi j’ai trouvé le nom bizarre sur le coup. Mais inquiète-toi pas, tu vas aimer ce livre-là.

En fait, c’est l’histoire d’une fille, Frédégonde Hautcoeur, qui te raconte son histoire d’amour «à l’eau de cactus». Assise autour d’un bon verre de vino, elle te fera le récit de sa vie.

Tu feras donc le saut dans la vie amoureuse d’une adolescente normale qui se cherche et qui n’est pas sûre du chemin que prendra son destin.

Une mère décédée, un père qui retrouve l’amour après de longues années, peine d’amour et amitié sont les quelques mots qui décrivent sa vie.

Écrit en français québécois, tu peux facilement imaginer la voix de ton amie Frédégonde : «Je te jure, y m’a déclenché une ovulation» est une des nombreuses phrases que tu liras dans ce livre qui est, ma foi, rempli d’expressions que tu n’auras jamais entendues.

Un petit roman de 180 pages facile à lire, 180 pages de pur plaisir. Alexandra Larochelle a clairement touché dans le mille pour son comeback littéraire.

Photo : Archambault.ca

Ce n’est pas parce qu’il fait trop froid dehors que tu dois rester à l’intérieur et écouter des séries. Le temps des fêtes est trop beau pour ne pas en profiter pleinement! En tant qu’étudiante, l’argent manque parfois… surtout à ce moment-ci de l’année. J’ai donc pensé à toi en te proposant 8 activités à réaliser à un prix très bas! Mais surtout, je te propose des activités amusantes te permettant de vivre de beaux moments avec les tiens.

Aller au cinéma

Profites-en pour aller voir les films que tu n’as pas eu le temps de voir durant ta session surchargée : Hunger Games, James Bond, ou La guerre de tuques 3D. En plus, prends le temps d’y aller un mardi et de profiter d’un prix d’entrée considérablement diminué.

Aller jouer aux quilles

Une activité plutôt inusitée, mais ce n’est pas cher et c’est ben l’fun! Pourquoi pas? Organise un tournoi avec tes amis ou ta famille et vois qui est le plus fort.

Prendre un café avec des amis

Prendre le temps de discuter, c’est toujours apprécié. Reprendre contact avec les amis que tu n’as pas vus depuis le début de la session pour mettre vos histoires à jour, tout ça autour d’un bon café, c’est ti pas ça aussi, le temps des fêtes? Voici quelques adresses au Saguenay où les sorties café sont de mises :

  • Café Cambio, Ic!
  • Café Klimt
  • Passion café
  • L’Érudit Café

Si vous êtes ailleurs au Québec, n’hésitez pas à fouiller les petites rues de votre ville : il y a souvent des merveilles caféïnées qui s’y cachent autre que les classiques Tim Horton et Starbucks (on a rien contre, mais c’est plaisant de faire changement!).

Faire une soirée jeux de société

À mon souvenir, la dernière fois que j’ai joué à un jeu de société remonte à très longtemps. Le temps des fêtes est l’occasion idéale d’organiser une soirée de jeux et de vivre un bon moment. Voici quelques suggestions :

  • Les jeux d’ambiance comme Loup-garou ou Trivial Poursuit
  • Les jeux de stratégie comme Risk ou Clue
  • Les jeux de cartes comme le 31 ou Jungle Speed (je le conseille fortement)
  • Les jeux de mots comme le Scrabble

Expédition dans les bois

Après les nombreuses heures à regarder des films de Noël sur ton divan, il est grand temps de sortir dehors et de profiter de l’hiver. Le Saguenay nous offre des paysages d’hiver à couper le souffle. En voici quelques suggestions :

  • Le sentier du Manoir au Saguenay
  • Les Monts-Valin
  • Le sentier du Mont-Jacob

Encore une fois, n’hésitez pas à vous renseignez sur les endroits les plus fantaisistes près de chez vous! Le Québec regorge de paysages à couper le souffle sous estimés.

Aller au musée

Meilleur moyen pour gagner en connaissance générale au niveau de l’art, de l’histoire, de la photographie, de la science et bien plus! Plusieurs musées offrent de nombreuses expositions originales pour tous dont La Pulperie à Chicoutimi, le Centre culturel du Mont-Jacob ou bien le musée du Fjord.

Aller glisser

Durant mon enfance, l’activité traditionnelle du temps des fêtes était la glissade! Pourquoi pas encore aujourd’hui ? Matériel requis : un traineau et des amis. En plus, il y a probablement très près de chez vous une pente pour glisser qui pourrait te faire vivre des sensations fortes (bon okay, ce n’est pas La Ronde, mais tout de même!) et te rappeler de bons moments de ton enfance. Fous rires garantis! 

Lire un livre

Rien de mieux que de se plonger la tête dans un bon roman pour s’évader de notre stress quotidien. En plus, on a bel article juste ici et un autre ici qui te conseil sur les meilleurs livres à lire. Tu n’as plus d’excuses!

Aller voir ses grands-parents

À quand remonte la dernière fois que tu es allé(e) voir tes grands-parents? Ils sont des coffres au trésor! Questionne-les sur leur passé et tu pourrais découvrir bien des choses intéressantes, parfois inusitées… Parler avec sa famille, ça fait du bien et ça apporte un grand réconfort qu’on néglige trop souvent.

Photo : WeHeartIt

Je suis une personne qui adore lire. Ma bibliothèque regorge de livres et j’adore donner des suggestions pour celles qui sont un peu moins inspirées dans ce domaine. Voilà pourquoi je te laisse avec cinq suggestions de livres que j’ai adorés, et que tu devrais probablement aimer toi aussi !

  1.  Le monde de Charlie, de Stephen Chbosky POBAWLe monde de Charlie m’a fait voir le monde autrement. Dans ce livre, ont suit les pensées de Charlie, qui entre en première au secondaire. Sans amis, il fait la rencontre de Sam et Patrick, personnages colorés qui changeront sa perception de voir les choses. Charlie est un personnage très attachant, à qui ont ne peut pas se permettre de ne pas pardonner. Il raconte son histoire en écrivant des lettres à un destinataire qu’il connait bien. C’est à se demander si Stephen Chbosky, l’auteur, n’est pas lui aussi un adolescent tellement ont peu s’y reconnaître. Chacun d’entre nous réussit à trouver sa place dans ce roman.

    «Mais même si on ne peut pas choisir d’où on vient, à partir de là, ont peut quand même choisir où on veut aller. On peut faire des choses. Et essayer de se sentir bien quand on les fait.»


  2. Qui es-tu Alaska ? de John Green lfaJe mentirais si je disais que je n’avais pas pleuré en lisant ce livre. Un des nombreux trésors cachés de John Green, que l’on connait bien pour le livre «Nos étoiles contraires». Dans ce roman, c’est Miles Halter qui raconte l’histoire. Miles, qui à décidé de quitter la maison, se retrouve dans un pensionnat à des kilomètres de chez lui pour remettre un peu sa vie en place. C’est à cet endroit qu’il fera la rencontre d’Alaska Young, qui changera sa vie. Ce n’est pas tout à fait un roman à l’eau de roses. Pas de grandes histoires d’amour, mais plutôt de grandes histoires d’amitiés avec un grand A.

    «Alors je sais qu’elle me pardonne, comme je lui pardonne. Les dernières paroles d’Edison sont : ‘’C’est très beau ici.’’ J’ignore où ca se trouve, mais surement quelque part et j’espère que c’est beau.»

  3. Je t’aime, Rosie de Cecelia Ahern Capture
    Oui, le titre en anglais n’a aucun rapport avec le titre en français, mais ca n’enlève pas que ce roman est un des meilleurs que j’ai lus. Un peu particulier, cependant, puisque l’histoire est racontée à partir de lettres, de textos et de messages instantanés échangés entre Rosie et son entourage. Le roman tourne principalement au tour de la relation de Rosie et Alex, deux meilleurs amis du monde depuis le plus jeune âge. Ce que j’ai apprécié de ce roman, c’est qu’on peut voir Rosie grandir à partir de ses mots. À lire absolument! 

    «Je t’aime parce que tout l’univers à conspirés à me faire arriver jusqu’à toi.»

  4. À tous les garçons que j’ai aimés, de Jenny Han aaaCe roman est un des livres qui méritent un cinq étoiles sur cinq. À travers les pages, on découvre le personnage de Lara Jean, 16 ans, qui garde des lettres d’amour destinées à tous les garçons qu’elle a aimés au courant de sa vie dans une boite à chapeaux. Mais un jour, sa petite sœur les trouve et les envoie aux concernés. Avec une touche d’humour, Lara Jean arrive à nous décrire les évènements qui s’en suivent. Jenny Han est une écrivaine que j’apprécie particulièrement grâce à son style d’écriture simple. Elle ne se casse pas la tête avec de grands mots compliqués et c’est ce qui fait sa popularité. 

    «Il ne s’agit pas de lettres d’amour au sens strict du terme. Je les écris pour arrêter d’être amoureuse. Ce sont des lettres d’adieu. Dès que je mets le point final, ma passion dévorante s’estompe. Je peux manger mes céréales tranquille, sans me demander s’il met lui aussi des bouts de banane dans ses Cheerios.»

     

  5. L’été où je suis devenue jolie, de Jenny HandernierOui, un autre de Jenny Han. L’été où je suis devenue jolie est une trilogie, c’est à dire une suite de trois livres. On suit Belly, qui à chaque année va passer l’été dans la maison de la plage de la meilleure amie de sa mère avec les fils de celle-ci; Jeremiah et Conrad. Depuis qu’elle est enfant, Belly à un œil sur Conrad, qu’elle affectionne beaucoup. Mais Conrad, qui est plus vieux qu’elle de quelques années ne la voit que comme sa petite sœur. Ce livre contient tout ce qu’une fille à envie de vivre dans un été, sans farces. Si vous voulez vous replonger dans l’été pendant les temps froids de Noël, c’est pour ce roman là que vous devez opter.

    «Parfois, les gens vous paraissent un million de fois plus beaux qu’ils ne le sont en réalité. Comme si on les voyait à travers des verres spéciaux.»

Voilà ma sélection des cinq livres que je crois fortement que tu devrais demander si tu n’as aucune idée de ce que tu veux. Tu passeras un bon moment en leur compagnie, je te le garantis. Si tu en lis un, viens me dire ce que tu en as pensé!

Photos: flickr

Récemment, en feuilletant Le Devoir, j’ai lu un article portant sur la guerre civile en Afghanistan et je me suis dit que ce conflit était tombé dans l’oubli, relégué au second plan par l’apparition de nouveaux problèmes à l’échelle internationale. Quelques jours après cette lecture, c’est par hasard que j’ai découvert un roman traitant de la guerre civile afghane à la bibliothèque: Mille Soleils Splendides, de l’auteur Khaled Hosseini. Un réel coup de cœur littéraire.

Dans ce récit, on fait la connaissance de Mariam et Laila, toutes deux mariées à un homme extrêmement violent. Au cœur d’un Kaboul déchiré par les combats entre factions ennemies, les deux femmes font tout pour adoucir leur quotidien et celui de leurs enfants. Dépourvues de droits et confinées dans leur demeure par ce mari possessif, elles sont les témoins de la destruction de la capitale, qui se vide peu à peu de ses habitants. Mariam et Laila tenteront elles aussi de fuir leur terre natale, mais deux femmes seules avec leur progéniture ne peuvent aller bien loin dans cette société misogyne.

Un roman sans fioritures, qui expose la réalité des habitants, des femmes plus particulièrement, dans un pays dévasté par une guerre civile qui n’en finit plus. Les conditions de vie atroces, l’omniprésence du joug masculin et le système de répression sont présents dans l’histoire, mais ce qui ressort tout particulièrement de ce roman, c’est l’espoir des Afghans. L’espoir que les bombes épargnent leurs logis. L’espoir que leurs fils soldats évitent la mort. L’espoir qu’un avenir meilleur attende leurs enfants. L’espoir qu’un jour, l’Afghanistan retrouve la paix.

Cette lueur d’espoir dans la noirceur, elle m’a vraiment touchée, j’en ai eu les yeux pleins d’eau à plusieurs reprises. Pour tout dire, j’ai échappé quelques larmes en repensant à cet article dans le journal, le premier portant sur l’Afghanistan depuis trop longtemps. Si la violence s’est atténuée dans ce pays du Moyen-Orient, il n’en reste pas moins que la reconstruction du territoire dévasté sera laborieuse, sans compter les discriminations faites aux femmes, qui persistent encore aujourd’hui.

En m’endormant ce soir-là, après avoir fermé Mille Soleils Splendides, j’ai eu une pensée pour ces populations afghanes qui s’endorment sans avoir la certitude qu’elles se réveilleront à l’aube. Et, aussi égoïste que cela puisse paraître, j’ai réalisé la chance que j’ai. Honteusement, je me suis remémoré toutes ces fois où je me suis plainte pour des broutilles. Comme quoi, dans la vie, tout est une question de perspective.

Mille Soleils Splendides, un roman si touchant dont je me souviendrai certainement.

La série des aventures de Paul créée par le bédéiste québécois Michel Rabagliati remporte beaucoup de succès au Québec et dans le monde depuis la publication du premier album en 1999. Après 250 000 exemplaires vendus des sept premiers tomes, Michel Rabagliati, dont Paul est la projection autobiographique, nous revient cet automne avec une toute nouvelle aventure de son célèbre personnage.

Paul dans le Nord, tel est le titre du huitième opus du bédéiste. Le nord? Pas vraiment. Le nord de Montréal plutôt! Plus précisément les Laurentides, où Paul va vivre ses 16 ans à coups de premières fois : premier voyage sur le pouce, première blonde, première peine d’amour, premier joint, première mobylette… Et premières vraies chicanes avec ses parents, qu’il supporte difficilement. Bref, la vie ordinaire d’un adolescent de 16 ans! En plus, l’histoire se déroule en 1976, l’année des Jeux olympiques de Montréal. Bonus : vous y gagnez de la connaissance générale sur votre Québec d’antan.

Teintée d’humour, cette nouvelle bande dessinée de Michel Rabagliati à la hauteur des précédents tomes vous plongera à nouveau dans votre adolescence. À travers les joies, les peines, les réussites et les succès de Paul, vous vous reconnaîtrez à plusieurs moments.

J’ai lu tous les Paul et je peux vous dire que jamais au grand jamais je n’ai été déçue. Chaque lecture m’en apprend davantage sur la vie, que ce soit le deuil, l’amour, la famille ou bien l’amitié, et me fait vivre une époque bien précise de la société québécoise. Les rires et les pleurs sont au rendez-vous; ces bandes dessinées nous font passer par toute une gamme d’émotions. Je vous le dis, j’ai même parfois versé des larmes. Par ailleurs, les illustrations, remarquables en tous points, constituent des chefs-d’œuvre en soi. Les petits détails créés par l’auteur ajoutent de l’intérêt à l’histoire. Vous risquez fort bien de vous attacher à ces personnages et il est probable qu’ils deviennent très vite des « amis ».

Alors vite, allez vous procure la bédé Paul dans le Nord. Vous ne regretterez pas, je vous le promets.

Crédit : La pastèque

Je sais. Je te vois déjà arriver en me disant : ben voyons, c’est normal que t’en parles, ton nom est dessus! M’ouais, mais ce n’est pas juste pour ça que je l’ai acheté. En lisant la quatrième de couverture, des frissons m’ont parcouru le corps, l’envie de le lire m’a pris.

Amelia est une adolescente de 15 ans qui vit à New York avec sa mère, Kate, qui est une avocate rarement à la maison. Elles sont très proches et n’ont pas de secrets l’une pour l’autre. C’est ce que Kate croit, jusqu’à un matin d’octobre où elle reçoit un appel de l’école. Lorsqu’elle arrive, elle fait face à une montagne d’ambulances et de voitures de police. Amelia a sauté du toit de l’établissement. Elle ne comprend pas pourquoi sa fille a décidé de mettre fin à ses jours. Tandis qu’elle essaie de passer à autre chose, elle reçoit un SMS anonyme qui remettra tout en question : « Amelia n’a pas sauté. » Kate commence alors à fouiller dans la vie privée de sa fille et découvre qu’elle ne connaissait pas si bien Amelia qu’elle le pensait. À travers ses messages textes, ses courriels et les réseaux sociaux, elle va essayer de comprendre ce qui l’a poussée à monter sur le toit. Ce qu’elle découvrira est bien pire que ce qu’elle avait imaginé.

Alors? Ça ne donne pas envie de l’acheter sur le champ? Enroule-toi dans les couvertures de ton lit, et commence ta lecture.

Je trouve qu’Amelia est un succès. C’est un livre qui tient en haleine jusqu’à la fin, un livre qui démontre l’univers cruel que traversent parfois quelques élèves pendant leur parcours scolaire. C’est un livre captivant, dans lequel tu essaies de découvrir ce qui est passé, chaque fois que tu tournes les pages, un livre qui te surprend, un livre qui mérite d’être lu.

Amelia est un livre de Kimberly McCreight, traduit en français de l’original Reconstructing Amelia paru en août aux États-Unis.

Crédit photo : Amélia C.

Tyler Oakley, célèbre youtuber américain qui compte près de huit millions d’abonnés sur sa chaîne, vient tout juste de lancer son premier livre intitulé Binge. 

J’ai éprouvée bien de la joie ce matin, en recevant une notification me signalant que le livre se trouvait dans ma bibliothèque Audible, prêt à être écouté. Sans perdre une seconde, j’ai appuyé sur Play. Puis, la voix enthousiaste de Tyler, celle que j’entends semaine après semaine depuis des années, a vibrée dans mes oreilles.

Tyler l’avait déjà mentionné : il révèle plusieurs secrets au fil des pages de Binge. Des aspects de sa vie que même ses plus grands fans, ceux qui le suivent depuis ses débuts, ne connaissent pas. Eh bien la «Reine de l’internet» n’a pas menti : dès le troisième chapitre on apprend une chose assez surprenante! C’est un bouquin de suspense (ou presque)!

C’est avec un humour qui lui est propre que le youtuber partage des moments importants (ou pas) de sa vie. Je me suis d’ailleurs un peu retrouvé dans l’embarras lorsque j’ai ri à voix haute en marchant vers l’école. La personne devant moi s’est retournée, troublée de me voir rire seule. Oups.

Je ne peux pas dire depuis combien de temps je suis une fan finie de Tyler, mais ça fait longtemps. À mes yeux, ce livre est donc un must have, «mon précieux» (à lire avec la voix de Gouloum) pour le reste de ma vie. Je doute toutefois que quelqu’un qui n’a jamais entendu parler de Tyler ou qui ne présente aucun intérêt pour ses vidéos appréciera pleinement le livre. T’sais, lire sur la vie d’une personne dont on connait à peine le nom, c’est pas mal ordinaire.

Puis, ceux qui, comme moi, suivent de près les activités d’une trâlée de youtubers, vous vous demandez sûrement pourquoi le livre de Tyler est un incontournable. Je sais, dans les derniers mois, de nombreux youtubers ont lancé des livres : du roman de fiction à la biographie, en passant par le livre de recettes. Sauf que celui écrit de la plume de Tyler, il est drôle, touchant, intéressant, super bien écrit et plus encore. Il n’est pas forcément meilleur que les autres, mais il se démarque certainement du lot.

À lire, ne serait-ce que pour les passages cocasses qui vous feront sans doute rire/pleurer de rire, tout dépend de votre niveau de «groupiesme» (ben oui, ça se dit…).

Je vais de ce pas continuer l’écoute du livre (ça sonne bizarre), question de l’avoir terminée avant de recevoir ma version papier qui se trouve quelque part entre le Royaume-Uni et ma boîte aux lettres. Oui, je suis groupie à ce point.

Bonne lecture/écoute/whatever you want!

Pssssttt! Pour les curieuses, on vous a mis le lien de la chaîne youtube de Tyler juste ici!

Photo : We Heart It