Ces temps-ci, la société, tu m’fâches. Tu m’fâches parce que j’ai l’impression que j’peux pu chanter mes chansons préférées de Loud à tue-tête sans que tu me traites de «Basic White Bitch». Tu m’fâches aussi parce que si je décide de prendre du temps pour me faire un beau maquillage comme j’aime tant le faire, tu vas m’dire que j’suis «Fake».

 

Ces temps-ci, on dirait que c’est la mode d’être marginal, oui, mais surtout que c’est mal de partager ses intérêts avec plusieurs personnes. Madame la Société, tu nous pousses à entrer dans le moule, mais une fois qu’on est d’dans, tu nous rappelles que c’est important qu’on soit tous différents. Faudrait que tu te branches un peu.

 

Ces temps-ci, je dois remettre en question mes goûts musicaux et vestimentaires parce que j’me demande si c’est bien d’aimer ça ou non. J’en viens à me poser la question si j’aime ça parce que tout l’monde le fait ou si j’aime RÉELLEMENT ça. Pis bien souvent, j’aime ça pour vrai.

 

Alors là, d’autres questions se bousculent dans ma tête. «Si j’aime réellement ça, pourquoi j’ai l’impression que c’est pas bien d’apprécier ce style musical-là?» Je cherche des réponses sans cesse, mais je t’avoue ne pas en trouver énormément. Dis-moi, c’est quoi le problème à aimer une chanson comme «Toutes les femmes savent danser»? Ah! Tu me diras que maintenant que les filles de 14 ans l’aiment, toi tu peux pu l’aimer, c’est ça? Pourtant c’est drôle, il y a 8 mois de cela, tu la hurlais avec moi.

 

J’vais te demander une chose. Peux-tu me laisser tranquille et me laisser apprécier les choses que je veux? Ah oui pis ton jugement constant, tu peux le laisser de côté lui aussi.

 


À PROPOS DE L'AUTEUR
Coralie Desrosiers-Laferrière

Coralie Desrosiers-Laferrière

Surnommée Coco the Queen depuis quelques années déjà, le petit bout de femme que je suis saura vous surprendre par son constant positivisme et ses énormes yeux bleus. Occupant un emploi du temps chargé (de danse et d’études principalement), je vis paisiblement ma vie de jeune adulte entre une poutine et un jeu de mots douteux. La phrase « y’en a pas d’problèmes » sort probablement trop souvent de ma bouche, mais c’est sans doute ce qui fait de moi une personne assez simple. Allez, bonne lecture!

Commentaires