Cinéma

La soirée s’annonce lugubre, le ciel gris surplombe nos têtes et le vent souffle entre nos oreilles. L’ambiance s’assombrit, on pourrait quasiment frémir en regardant le sinistre décor qui envahit l’extérieur. Une chose est bien certaine ; la fête d’Halloween est arrivée. Quoi de mieux que de s’offrir une petite frousse entre amis pour agrémenter ce climat de frayeur ?

Je vous offre donc mes quatre conseils en matière de films d’horreur afin de pouvoir donner une once d’effroi à votre soirée !

Les inconnus (2007)

Les sursauts seront au rendez-vous.

Plongez-vous dans l’histoire d’un jeune couple qui va passer quelque temps dans une maison éloignée dans un boisé. Ils seront rapidement dérangés par une étrange inconnue… La suite des événements deviendra de plus en plus effrayante pour les amoureux. Coupés de leurs moyens de communications et de fuites, ils seront laissés à eux-mêmes face à des inconnus sans merci…

 

Les griffes de la nuit (1984)

Le classique qui vous empêchera de trouver le sommeil.

Un petit retour en arrière avec le film originel du célèbre Freddy Krueger, aussi bien surnommé « les griffes de la nuit ». En effet, ce personnage, populaire dans le milieu de l’horreur, terrorise les adolescents d’Elm Street. C’est en entrant dans leurs rêves et en profitant de leurs peurs que Fred fait plusieurs victimes. Après ce film, bonne chance pour passer une bonne nuit de sommeil paisible !

 

Possédée (2012)

Une histoire d’exorcisme rocambolesque.

Les objets qui nous entourent peuvent souvent sembler anodins. Le film Possédée nous apprend qu’il ne faut pas sous-estimer les choses qui nous entourent. C’est ce que découvrira la jeune protagoniste, Emily, en achetant une banale boîte dans une vente de garage. La fillette développera un intérêt malsain envers le fameux coffre. Plus encore, l’entité qui se cachait depuis bien longtemps dans la boîte possèdera Emily. Un seul moyen pourra possiblement délivrer la jeune fille ; un exorcisme…

 

Ouija : l’origine du mal (2016)

Une intrigue remplie de péripéties.

S’il y a bien des personnages desquels il faut se méfier dans les films d’horreur, ce sont les enfants. Avec leur petit air innocent et leur pureté sans borne, il est difficile de croire que ces petits anges pourraient devenir diaboliques. Durant l’histoire, la jeune Doris sera sous l’emprise d’une force maléfique qui prendra de plus en plus possession d’elle. Ouija, possession et intrigues invraisemblables ne manqueront pas dans ce film !

 

Si vous cherchez des sensations fortes, à faire peur à vos amis, ou tout simplement quelque chose à faire de votre soirée, et bien vous avez l’embarras du choix avec cette palette de films ! Choisis avec minutie pour vous afin que vous passiez une fête de l’Halloween fantasmagorique ! 😉

Amateurs de films en tout genre, vous serez comblés ! Le festival Regard, projetant des œuvres cinématographiques de partout dans le monde, nourrira vos passions d’art visuel, de poésie, de musique et de texte à travers de courts films tous aussi mémorables les uns que les autres.

Du 15 au 19 mars 2017, vous n’aurez aucune autre envie que de vous abandonner à cet évènement, je vous le dis !

Ce festival qui se déroulera du mercredi au dimanche attire chaque année des artistes de partout au Québec et même ceux à travers le monde. Pourquoi ? Parce que cette fin de semaine présente des films de qualité, multiculturels et professionnels. C’est un festival de visionnements, de rencontres, d’échanges et de fête. Je ne sais pas si c’est « l’effet Saguenay », mais l’ambiance est extrêmement conviviale, sans gêne et prête à la discussion. Il y a un certain sentiment d’appartenance envers Regard qui nous habite, dès qu’on y participe.

Pendant cinq jours, il y a des programmations dans plusieurs salles du Saguenay, ce qui donne le choix aux visionneurs d’assister à des projections selon leurs goûts. Il y a bien sûr des programmes réguliers, mais aussi plusieurs programmations thématiques, comme : documentaires, films de genre, films jeunesse, arts et essais, films à petit budget (tourner à tout prix), cinéma engagé et plusieurs autres. De plus, un grand nombre d’ateliers (par exemple : leçons de cinéma) et projet est proposé tout au long du festival.

À la suite des projections, ne pensez pas que la soirée est terminée : le party se poursuit forcément quelque part, sous forme de cabaret festif, dans lequel plusieurs surprises vous attendent ! Et ne vous surprenez pas de voir vos vedettes préférées danser comme jamais, un verre à la main ! En fait, toutes vos journées seront comblées soit par des projections, des activités, des 5 à 7 et des soirées enflammées, auxquelles il vous sera difficile de rentrer chez vous.

Où acheter un laissez-passer ? Des passeports qui donnent accès à toutes les activités sont en ventes dès maintenant dans les bibliothèques du Saguenay ou en ligne, en prévente à 45$ étudiant et à 60$ régulier jusqu’au 10 mars. Un passeport est très vite rentable, pour tous ceux et celles qui veulent venir le plus souvent possible dans la semaine. Sinon, vous pouvez acheter des accès pour une séance simple ou double, à 10$ et 15$ respectivement ; toutes les informations sont présentées sur la page Facebook de Festival Regard, ainsi que sur leur site web.

Cette année, embarquez dans l’expérience Regard !

 Mercredi 7 décembre, 19 h —La onzième édition du gala En vert et contre tous du Cégep de Jonquière promet d’être haute en couleur ! Lors de cette soirée à la salle François-Brassard, au coût de deux dollars, aura lieu la diffusion de plusieurs courts métrages réalisés par les élèves de première année en Technique de Production et postproduction.

Ce gala mis en place par Denis Harvey et Jimmy Francoeur, deux professeurs enseignant le cours « Organisation du travail en équipe », ne cesse d’évoluer d’année en année. Dans le cadre de ce cours, les élèves ont appris les fondements essentiels au travail d’équipe en contexte professionnel afin d’avoir toutes les compétences requises pour, par la suite réaliser, le travail de session. Celui-ci étant la réalisation d’un court métrage en équipe, les élèves ont dû suivre des règles strictes avant d’user de leur imagination.

Le court métrage doit être exécuté sous une thématique qui est elle-même rattachée à un chapitre du volume prescrit pour le cours (volume intitulé : Communiquer et interagir). Les thématiques sont : Épouvante style Universal studio monsters 1920 à 1950, Parodie de films connus, Campagne publicitaire ou info pub, Soap américain, Super héros, Western, Émission d’informatio, Comédie romantique, Jeu télé, Émission type « Caméra café », Science-fiction et Documentaire animalier.

Monsieur Harvey m’a précisé que le soir de l’événement, les deux enseignants s’étant partagé également les 24 équipes (12/12), soumettent leurs courts métrages dans un contexte de gala ressemblant à une compétition. Chaque chapitre sera évalué par les jurys selon la qualité pédagogique du contenu et un vote aura lieu pour nommer la meilleure des deux productions.

Pour l’aspect technique et artistique, des responsables du concours intercollégial de l’âme à l’écran monteront sur scène à la fin de la soirée pour nommer les trois équipes s’étant le plus distinguées.

Vous comprendrez donc que cette soirée gigantesque ne pourrait avoir lieu sans le travail remarquable des enseignants, mais également des élèves qui ont inspiré ce projet et qui prennent à cœur leur réalisation. Sans oublier tous ceux qui œuvrent dans l’ombre, c’est-à-dire une trentaine d’étudiants en bureautique travaillant d’arrache-pied pour préparer l’événement et la médiatiser. Cette soirée permet de promouvoir le talent de nos jeunes et de leur donner une visibilité qui mérite amplement d’être soulignée. D’ici là, je vous invite à visionner les teasers de l’événement disponible sur leur page Facebook.

J’espère vous voir en grand nombre !

Mon père est un grand fan de Star Wars et malheureusement, il est pas mal tout seul de sa gang chez moi. Quand l’épisode sept est sorti, il a voulu qu’on aille le voir… après s’être tapé les six premiers épisodes bien entendu! Alors en quatre jours, j’ai découvert cette série épique.

Je ne vous propose pas une critique de l’épisode 7, parce que je ne suis vraiment pas qualifiée pour le faire, n’étant pas une admiratrice inconditionnelle. En fait, je vous propose mes commentaires sur la série.

Premièrement, je me suis trompée! J’ai toujours pensé que Star Wars, c’était plate, mais non. Quand tu t’intéresses à l’histoire, c’est tout sauf ennuyant. Je dois avouer que j’ai vraiment préféré les épisodes 4,5 et 6 parce qu’ils sont beaucoup moins axés sur la politique que les trois premiers. Je trouve que la politique et les sabres laser, c’est un drôle de mélange…

J’ai une confession à faire. J’ai dû passer au moins 1 million de commentaires pendant les six premiers épisodes. Comment Luc fait pour comprendre R2D2? Sérieusement, il ne fait que des bips? Est-ce que c’est moi ou Anakin est vraiment nono de croire que Padmé va encore vouloir de lui après qu’il soit devenu aussi méchant? Je veux bien croire qu’elle aime peut-être les bad boys, mais là!

Pour ce qui est de l’ordre, je sais que c’est compliqué, mais mon père m’a tout expliqué! Et je suis là pour venir à votre rescousse. Il y a 7 épisodes. Le premier à avoir été produit est l’épisode 4, suivi du 5 et du 6. Plus tard, ils ont produit les épisodes 1,2, 3 et maintenant l’épisode 7. Pourquoi les avoir faits dans le désordre? C’est simple, c’est une question de moyen et de technologie. Le premier film de la série, l’épisode 4, est sorti en 1977. Vous pouvez deviner qu’ils n’avaient pas tous les moyens technologiques qu’on possède aujourd’hui que ce soit pour le tournage ou pour les effets spéciaux, qui sont présents en quantité industrielle dans chaque épisode.

Même si les derniers épisodes à avoir été tournés sont beaucoup plus réalistes, j’ai préféré les premiers à cause de leur histoire, mais surtout grâce aux personnages. J’ai été impressionnée par les costumes. Ils sont exceptionnellement bien faits! On a qu’à penser aux Ewoks (de petites créatures étranges qui ressemblent à des oursons en peluche vraiment adorable) ou à cette affreuse limace géante qui se nomme Jabba le Hutt.

En conclusion, j’ai une seule chose à vous dire. J’ai bien fait de passer par dessus mon jugement et de me lancer dans la série. Ça a fait plaisir à mon papa et on a passé de beaux moments en famille. Pourquoi ne pas faire comme nous et finalement accepter les multiples demandes de votre frère, de votre meilleur ami ou de votre copain et enfin regarder la série? Qui sait, peut-être allez vous apprécier?

Cette année, le festival Regard sur le court métrage célèbre son 20e anniversaire. Les nombreuses projections, activités et festivités proposées se dérouleront du 16 au 20 mars prochain, au Saguenay.

Au-delà de participer au festival en tant que public depuis mon enfance, je m’implique en tant que bénévole depuis quelques années. Être au cœur de ce festival consacré uniquement au court métrage et étant considéré comme le plus important en Amérique de Nord est une expérience en or.

S’impliquer en tant que bénévole est une chance incroyable de faire de belles rencontres, de côtoyer des gens du milieu, d’assister à toutes les projections et autres activités GRATUITEMENT, de faire la fête et bien plus!

L’équipe est chaleureuse et c’est toujours un plaisir de donner de mon temps chaque année en tant qu’hôtesse ou encore serveuse puisque les besoins sont grands et les postes à combler, nombreux.

Je t’invite donc à te rendre sur le lien ci-dessous pour accéder directement au formulaire d’inscription afin de vivre des moments mémorables.

 http://form.zonefestival.com/?k=regard_v1

Pour plus d’information, tu peux également te rendre sur le site officiel du festival. Tu y trouveras également les informations pour l’achat de « passeport » ou pour faire part du jury public.

 www.regardsurlecourt.com

Photo: Regard sur le court métrage

Si comme moi, vous êtes de grands  admirateurs des films de Walt Disney, 2016 sera pour vous une véritable mine d’or! Voici les cinq films de Disney qui risquent d’attirer les foules dans les prochains mois.

Le livre de la jungle (Date de sortie : 15 avril 2016)

Les personnages du célèbre film le livre de la jungle prennent vie dans cette toute nouvelle version. L’histoire est toujours la même. Mowgli, un jeune garçon vivant dans la jungle, doit se sauver car un grand danger le guette. Il part donc à l’aventure dans la jungle. Tout au long de sa fuite, il fera la rencontre de plusieurs animaux qui le guideront à travers ses péripéties. Un «remake» du film de Disney du même titre sorti en 1994, et ca promet!

CaptainAmerica : Civil war (Date de sortie : 6 mai 2016)

Cette fois-ci, nous retrouvons Iron Man et Captain America livrant  une guerre féroce contre le gouvernement. Alors qu’Iron Man se range du côté du gouvernement, Captain America décide de se rebeller. Cette rébellion forcera les deux super-héros autrefois alliés à se battre l’un contre l’autre. Amateur des Avengers, une sortie au cinéma est prévue pour vous dans les prochains mois.

Alice de l’autre côté du miroir (Date de sortit : 27 mai 2016)

Dans la suite du film Alice au pays des merveilles, Alice est de retour au pays des merveilles. Par contre, elle s’est absentée un peu trop longtemps. Le chapelier court un grand danger. Alice devra le sauver en allant à la rencontre d’un tout nouveau personnage: le temps.

Le monde de Doris (Date de sortie : 17 juin 2016)

Sorti en 2003, personne ne se doutait que Finding Nemo, aurait une suite.  Le monde de Doris se passe un an après les retrouvailles entre le petit Nemo et son papa. C’est maintenant au tour de Doris d’être portée disparue. Nemo et son papa Marvin partiront à sa recherche à travers l’océan. Un film qui plaira autant aux petits qu’aux grands.

Doctor Strange (Date de sortie : 4 novembre 2016)

Le tout nouveau Marvel nous présente le neurochirurgien Dr.Stephen Strange qui découvre l’univers des dimensions parallèles et de la magie suite à un terrible accident. Bien que le résumé ressemble étrangement à Spider-Man, il en est tout autrement pour le reste de l’histoire. Un film qui promet.

Avec cette petite liste, votre agenda sera chargé de sorties cinéma pour les mois à venir. Il ne me reste qu’à vous souhaiter un bon cinéma!

Ce n’est pas parce qu’il fait trop froid dehors que tu dois rester à l’intérieur et écouter des séries. Le temps des fêtes est trop beau pour ne pas en profiter pleinement! En tant qu’étudiante, l’argent manque parfois… surtout à ce moment-ci de l’année. J’ai donc pensé à toi en te proposant 8 activités à réaliser à un prix très bas! Mais surtout, je te propose des activités amusantes te permettant de vivre de beaux moments avec les tiens.

Aller au cinéma

Profites-en pour aller voir les films que tu n’as pas eu le temps de voir durant ta session surchargée : Hunger Games, James Bond, ou La guerre de tuques 3D. En plus, prends le temps d’y aller un mardi et de profiter d’un prix d’entrée considérablement diminué.

Aller jouer aux quilles

Une activité plutôt inusitée, mais ce n’est pas cher et c’est ben l’fun! Pourquoi pas? Organise un tournoi avec tes amis ou ta famille et vois qui est le plus fort.

Prendre un café avec des amis

Prendre le temps de discuter, c’est toujours apprécié. Reprendre contact avec les amis que tu n’as pas vus depuis le début de la session pour mettre vos histoires à jour, tout ça autour d’un bon café, c’est ti pas ça aussi, le temps des fêtes? Voici quelques adresses au Saguenay où les sorties café sont de mises :

  • Café Cambio, Ic!
  • Café Klimt
  • Passion café
  • L’Érudit Café

Si vous êtes ailleurs au Québec, n’hésitez pas à fouiller les petites rues de votre ville : il y a souvent des merveilles caféïnées qui s’y cachent autre que les classiques Tim Horton et Starbucks (on a rien contre, mais c’est plaisant de faire changement!).

Faire une soirée jeux de société

À mon souvenir, la dernière fois que j’ai joué à un jeu de société remonte à très longtemps. Le temps des fêtes est l’occasion idéale d’organiser une soirée de jeux et de vivre un bon moment. Voici quelques suggestions :

  • Les jeux d’ambiance comme Loup-garou ou Trivial Poursuit
  • Les jeux de stratégie comme Risk ou Clue
  • Les jeux de cartes comme le 31 ou Jungle Speed (je le conseille fortement)
  • Les jeux de mots comme le Scrabble

Expédition dans les bois

Après les nombreuses heures à regarder des films de Noël sur ton divan, il est grand temps de sortir dehors et de profiter de l’hiver. Le Saguenay nous offre des paysages d’hiver à couper le souffle. En voici quelques suggestions :

  • Le sentier du Manoir au Saguenay
  • Les Monts-Valin
  • Le sentier du Mont-Jacob

Encore une fois, n’hésitez pas à vous renseignez sur les endroits les plus fantaisistes près de chez vous! Le Québec regorge de paysages à couper le souffle sous estimés.

Aller au musée

Meilleur moyen pour gagner en connaissance générale au niveau de l’art, de l’histoire, de la photographie, de la science et bien plus! Plusieurs musées offrent de nombreuses expositions originales pour tous dont La Pulperie à Chicoutimi, le Centre culturel du Mont-Jacob ou bien le musée du Fjord.

Aller glisser

Durant mon enfance, l’activité traditionnelle du temps des fêtes était la glissade! Pourquoi pas encore aujourd’hui ? Matériel requis : un traineau et des amis. En plus, il y a probablement très près de chez vous une pente pour glisser qui pourrait te faire vivre des sensations fortes (bon okay, ce n’est pas La Ronde, mais tout de même!) et te rappeler de bons moments de ton enfance. Fous rires garantis! 

Lire un livre

Rien de mieux que de se plonger la tête dans un bon roman pour s’évader de notre stress quotidien. En plus, on a bel article juste ici et un autre ici qui te conseil sur les meilleurs livres à lire. Tu n’as plus d’excuses!

Aller voir ses grands-parents

À quand remonte la dernière fois que tu es allé(e) voir tes grands-parents? Ils sont des coffres au trésor! Questionne-les sur leur passé et tu pourrais découvrir bien des choses intéressantes, parfois inusitées… Parler avec sa famille, ça fait du bien et ça apporte un grand réconfort qu’on néglige trop souvent.

Photo : WeHeartIt

11 novembre. Anniversaire de l’Armistice. Jour du Souvenir. Au Canada, comme dans certains autres pays, c’est jour de commémoration depuis près d’un siècle. On se souvient des vétérans qui ont servi pour le Canada lors de la Grande Guerre, on leur rend hommage.

Si ma mémoire est bonne, dès le primaire, on nous enseigne les événements historiques liés à cette journée, on invite des vétérans pour témoigner, bien qu’ils se font de plus en plus rare. On nous explique aussi l’histoire derrière le port du coquelicot. C’est une journée importante dans l’esprit d’une grande partie des Canadiens.

Cette journée symbolique est l’occasion de visionner des longs-métrages, récents ou non, basés sur les événements marquants des années 1914 à 1918.

Évidemment, je n’ai pas vu tout ce qui a été fait, mais j’ai tout de même réussi à dresser un Top 3, parmi ceux que j’ai visionnés dans les dernières années. Bon visionnage!

  1. Joyeux Noël, réalisé par Christian Carion. (2005)

18450187

 

Photo: allocine.com

https://www.youtube.com/watch?v=TfahreJd1fs

Passer Noël au front, loin de ses proches, loin de chez soi s’avère très difficile. Mais le 24 décembre, Allemands, Écossais et Français fraternisent et font une trêve, le temps d’oublier moindrement les horreurs de la guerre. Le genre de film qui redonne foi en l’humanité.

  1. Charlot Soldat, une réalisation de Charlie Chaplin. (1918)

charlot-soldat1

Photo: moncine.fr

https://www.youtube.com/watch?v=ggAS2Dyfjwg

Les films de Chaplin sont des classiques cinématographiques, il est donc évident que celui-là figure sur la liste. Charlot Soldat, lui, est divisé en deux parties : l’une porte sur la vie des soldats dans les tranchées; l’autre, sur Charlot qui capture le Kaiser et qui trouve l’amour dans les décombres.

Plutôt comique, il ne dure qu’une quarantaine de minutes : on lui taille facilement une place dans notre horaire!

  1. Cheval de Guerre, un film de Steven Speilberg. (2011)

19825088

Photo : allocine.com

https://www.youtube.com/watch?v=d6Ru9Y9Xwjg

Ce long-métrage est une adaptation du roman War Horses, écrit par Micheal Morpurgo. C’est une sorte d’hommage aux quelque huit millions de chevaux sacrifiés pendant la guerre. Une histoire touchante qui vaut le visionnement!

Photo : We Heart it

«L’amorce d’une discussion, une ouverture au débat et un appel à la réflexion sur les conséquences des agressions à caractère sexuel», telle est la prémisse du film Antoine et Marie, deuxième long métrage du cinéaste Jimmy Larouche. Mettant en vedette Sébastien Ricard et Martine Francke dans les rôles-titres, le film qui sortira en salle le 19 juin aborde le lourd sujet de la drogue du viol.

Antoine et Marie raconte l’histoire de deux personnages radicalement opposés : lui est un homme introverti, frustré et accro à la pornographie ; elle est une femme désirable, sensuelle et épanouie. Si Marie file le parfait amour avec son conjoint (Guy Jodoin), Antoine n’a aucun contact physique avec sa femme (Isabelle Blais) et beaucoup de difficulté à accepter que sa fille adolescente (Véronique Perron) devienne une femme.

Leurs chemins se croisent pourtant lors d’un 5 à 7 dans une brasserie… et Marie se réveille le lendemain matin seule dans un taxi, sans aucun souvenir de la veille. S’ensuit un sentiment de confusion et de mal-être qui perdure tout au long du film, autant chez le personnage principal que chez le spectateur.

Dans la peau de la victime

Il n’y a pas de scène de viol dans Antoine et Marie. Tout comme une victime droguée au GHB ne se souvient pas de son agression, le spectateur ne peut que supposer ce qui s’est passé. «La victime sait qu’elle ne va pas bien, mais ne sait pas pourquoi exactement. C’est au fil du temps qu’elle reconstruit sa soirée et réalise ce qu’il lui est arrivé. C’est ce que je voulais faire vivre au spectateur», explique Jimmy Larouche.

«C’est comme si je mettais du GHB dans les liqueurs des gens dans la salle à la 15e minute du film, puis 1h15 plus tard ils reprennent conscience et tentent de recoller les morceaux dans leurs souvenir», illustre l’Almatois, qui a assumé les rôles de scénariste, réalisateur, producteur et distributeur à la fois.

En finir avec le victim-blaming

Jimmy Larouche espère que son long métrage permettra de briser les préjugés envers les victimes d’agressions à caractère sexuel. «Je me dis que si les gens réalisent à quel point c’est dur pour la victime, peut-être qu’ils vont être moins rapides à dire que « c’était un peu de sa faute » parce qu’elle portait un décolleté ou parce qu’elle est toujours en train de cruiser. Ça n’a aucun rapport! Est-ce que ça donne le droit à quelqu’un de l’agresser? Je veux que les gens comprennent que l’attitude de la victime n’a aucune importance et que ça ne fait pas partie de l’équation», s’emporte-t-il.

Le cinéaste cite ensuite des statistiques : les agressions à caractère sexuel touchent 50 % des femmes, et 90 % d’entre elles ne les dénonceront jamais. «Il faut que notre société soit malade si elle ne favorise pas plus que ça les gens à dénoncer un pareil acte. Si tu te fais voler ton portefeuille, tu vas voir la police. Si tu te fais défoncer ta voiture, tu vas voir la police. Si tu te fais voler ton cœur et ton âme, tu n’y vas pas. Ça ne marche pas», déplore-t-il.

De l’aide sur le terrain

Afin de soutenir davantage la cause, les producteurs d’Antoine et Marie se sont associés aux Centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (CALACS), principalement la Maison Isa, au Saguenay, et le CALACS Entre Elles, au Lac-Saint-Jean. «Ce sont eux les vrais guerriers sur le terrain», souligne Jimmy Larouche. En plus d’offrir une importante visibilité à ces organismes, le partenariat prévoit des projections spéciales du film au profit des CALACS à travers la province. «J’ai reçu beaucoup d’aide pour ce projet et c’est important pour moi de redonner à mon tour», conclut le réalisateur.

Pour en savoir plus sur Antoine et Marie, rendez-vous sur le site officiel du film.

CONCOURS : LaCerise.ca t’offre la chance de gagner tes billets pour Antoine et Marie au cinéma. Tous les détails ici!

Première Antoine et Marie

Le réalisateur Jimmy Larouche (centre) était accompagné des comédiens Véronique Perron, Dino Tavarone, Martine Francke et Sébastien Ricard à la grande première du film Antoine et Marie, le 15 juin à Alma. (Crédit photo: Steeven Gagnon)

Photo:  Antoine et Marie sur Facebook