À vous, les amies les plus merveilleuses de la terre,

Vous ne vous rendez sûrement pas compte, mais vous faites une différence dans ma vie. Une méchante grande différence. Vous m’accueillez le matin parce que vous êtes contentes de me voir, pis vous me dites « salut » comme si on ne s’était pas vu la veille. Vous m’aimez comme je suis et vous ne me reprochez jamais d’être ce que j’ai envie d’être. Vous likez mes photos, parce que c’est ce que les amies font, et vous riez de mes blagues même quand elles laissent à désirer (toujours).

Vous en valez la peine. N’en doutez jamais. Si quelqu’un, un garçon ou un adulte, vient vous dire le contraire, montrez-lui votre finger. Vous méritez tout l’or du monde. Vous méritez de gagner, d’apprendre, de savoir. Vous méritez d’être choisies, et même si la vie vous donne parfois du fil à retordre, vous méritez d’avoir le mérite.

Vous êtes belles. Vous êtes magnifiques. N’en doutez jamais. Vous êtes belles même sans maquillage et sans les cheveux coiffés. Vous êtes belles lorsque vous riez, mais encore plus lorsque vous pleurez. Vous êtes belles lorsque vous vous plantez et que vous vous relevez (et que moi je ris de vous).  Vous êtes belles même lorsque vous ne vous trouvez pas belles (Jejo, c’est toi que je vise ici.).

Vous avez votre place dans le monde. N’en doutez jamais. Vous êtes ici, et ce n’est pas pour rien. Si un jour vous vous demandez si quelqu’un dans ce bas monde se soucie de vous, rappelez vous de moi. Je me soucie de vous. Et ma porte sera toujours ouverte pour écouter vos peines et vos exploits. Vous êtes ma plus grande réussite. Vous avez une place dans ma vie.

Ne doutez jamais de vous. Et si ça vous arrive, eh bien moi, je n’en doute pas.

Je vous aime.

Source : www.flickr.com

Étant la grande liseuse que je suis, j’ai déjà lu tous les livres populaires qui font les têtes d’affiches et les tops 100.  Mon petit plaisir dans la vie, c’est de trouver des petites merveilles cachées qui méritent autant le détour que les autres. Voici mes découvertes !

    f883ed3d847843281d24fee3e0e7eff9

1. Ketchup clouds, Annabel  Pitcher

Ce livre raconte l’histoire de Zoe, qui cache un secret. Racontant son histoire par l’entremise de lettres livrées à Stuart Harris, un prisonnier des États-Unis incarcéré pour meurtre, Zoe essaye de mettre ses sentiments du mieux qu’elle le mieux sur papier, cachée dans une maison dans les arbres dans sa cour. C’est un livre extrêmement touchant, qui montre que tomber sous le charme de deux garçons en même tant, ça arrive parfois. Si tu n’as rien à te mettre sous les yeux cet hiver, prend le temps de lire ce roman. Il te fera verser des larmes et te poser des questions.

25255576

2. Asking for it, Louise O’neill

Asking for it, c’est l’histoire d’Emma O’Donovan. Elle a 18 ans, elle est belle et elle le sait, elle a tout pour elle. Jusqu’au jour où, à un party, elle boit trop et prend de la drogue.  Le lendemain matin, une page Facebook a été créée à son intention et des photos d’elle toute nue, en train de se faire abuser, ont été diffusées. C’est la catastrophe. Cette histoire m’a brisé le cœur. Elle montre à quel point l’amour, non seulement celle des autres, mais également de soi-même est importante.  On a envie de détester Emma. Mais elle adorable. Lisez le.

11861815

3. Winger, Andrew Smith

Si vous n’avez pas lu Winger, vous manquez sérieusement quelque chose. C’est Ryan Dean West, qui a une vie compliquée. C’est un adolescent de quatorze ans, qui est pensionnaire dans une école de gosses de riches et qui est chambré avec le plus gros des idiots de l’équipe de rugby, dont il fait parti. En plus de tout ça, il est complètement en amour avec sa meilleure amie, Annie. La plus belle qualité que je pourrais donner à ce roman, c’est d’être honnête. On peut vraiment s’identifier à Ryan Dean, qui est drôle et terriblement attachant.

are-u-4-real

4. Are u 4 real ? Sara Kadefors

Ca fait un petit bout que j’ai lu ce livre-là, mais il en vaut quand même la peine. Il raconte l’histoire de Kalya, une adolescente magnifique qui fait la fête pour oublier son père absent et sa mère dépressive, mais aussi d’Alex, un danseur de ballet super timide, qui n’a jamais embrassé de filles dans sa vie. Ils se rencontrent sur Internet et tombent amoureux. Mais, une fois en réalité, est-ce que ce sera la même chose ? J’ai tellement espéré que ces deux personnages-là sortent ensemble à la fin livre ! Je ne vous dis pas quel est finalement le résultat, il va falloir le lire pour ça !

7961827-_uy200_

5. The Spectacular Now, Tim Tharp

Même si la quatrième de couverture n’est pas ce qui a de plus attirant, c’est un livre qui mérite le détour. Un peu plus connu que les autres puisqu’il a été interprété au grand écran, The Spectacular Now raconte l’histoire de Sutter, un accro à l’alcool. Plus de petite amie, un boulot merdique… Sa vie est ordinaire, jusqu’à ce qu’il rencontre Aimee, une jeune fille super timide. Elle changera sa vie. C’est un énorme coup de cœur, ce roman-là. Prenez le temps de l’acheter et de le savourer.

Source : goodread.com

Vendredi dernier, Anabelle et moi (une autre cerisette), sommes allées à l’évènement mode Panache de Saguenay. Outre le fait que nous avons capoté comme des enfants qui découvre Noël pour la première fois, l’événement nous a fait découvrir les nouvelles tendances automne/hiver pour la prochaine année. Voici ce que j’ai retenu du défilé de vendredi et ce qui pourrait vous servir pour fignoler votre garde-robe d’automne.

 14455777_1251759548221016_1080588226_o

1. Le tricot de laine – C’est TOTALEMENT in. Le premier défilé, composé essentiellement de lainages, nous a montré plusieurs alternatives pour bien le porter. En haut, comme nous avons la coutume de le voir, mais aussi en manche, en gros foulard, en poncho et en robe. La robe était définitivement ma façon préférée, beaucoup plus féminin et tout-aller. Les manches sont aussi un bon choix pour les journées d’hiver plus chaudes, laissant les mains à l’air libre et en toute motricité.

14467082_1251759598221011_322467726_o

2. Le carreau – Si vous en avez assez de lui voir la face à celui-là, vous n’avez pas fini puisque le carreau est encore de retour cette année. Il se porte avec tout et mérite d’être osé, c’est un motif passe-partout qui n’est pas difficile à agencer. Peut-être que la fameuse chemise de flanelle est dépassée un petit peu, mais un poncho ou une robe, ça fait l’affaire. Le carreau vous donne l’air chic, habillé et décontracté sans avoir mis trop d’effort côté tenue. On dit oui !

14489781_1251759638221007_1769203039_o

3. Le bomber Jacket – Celui-ci, c’est la petite nouveauté de l’année. Il me fait personnellement penser aux années 90 et je le trouve écœurant. Le bumper Jacket, il se porte de milles et une façons et en plusieurs couleurs. De style asiatique ou complètement basique, un modèle est assurément fait pour vous. Avec des jeans, une jupe ou une robe, il donne autant l’effet décontracté qu’habillé et c’est ce qui m’a fait craquer. J’ai moi-même opté pour ce petit manteau comme veste d’automne. C’est un essentiel que je vous conseille.

Voici mes 3 TOPS coups de cœur de la soirée de vendredi à laquelle j’ai assisté. J’en aurais probablement plus à vous dire, mais je vous invite aussi à aller faire un tour sur le site Web de Panache ou sur leur page Facebook !

Photos : Jean-Michel Decoste

Au début, c’était un mot incompréhensible. Après, c’est devenu un semblant de mot étrange. Puis maman. Et au fil des années, c’est passé de «m’man», «mom’s», «mommy», «moman» jusqu’à «memine». Et maintenant, c’est le mot qui prend le plus de sens dans ma vie.

Ca fait que parce que je t’aime pis que je te le dis pas assez souvent, je t’écris un texte pour te dire que t’es la meilleure amie que la vie m’a donné. Des fois, tu m’énerves. Tu m’agresses, tu me poses trop de questions, tu veux trop en savoir. Mais, malgré tout ça, à chaque fois que quelque chose arrive, aussi banal que ca peut être, j’ai juste envie de te le dire. Parce que je sais que peu importe à quel point tu t’en fous, tu vas faire semblant que c’est la chose la plus importante au monde pour me faire plaisir.

Maman, peut-être que tu penses que t’en es pas une bonne, une mère. Mais t’es la meilleure du monde entier. Parce que tu restes de mon bord même quand c’est moi qui à pas fait la bonne affaire. Parce que tu m’aides dans mes devoirs, même si t’as aucune idée de quoi ca parle. Parce que tu m’écoutes chialer, parler, pleurer. Parce que tu me prêtes ton linge même si je veux pas te prêter le mien. Parce que t’agis comme ma number one fan. Parce que tu m’aimes, peu importe ce qui arrive.

Pis même si parfois on se fâche ensemble, je ne serais jamais capable d’aller dormir sans m’excuser.

Pis même si parfois on ne se voit pas de la journée, je ne serais pas capable de ne pas t’appeler ou de t’envoyer un message, même si c’est pour rien dire.

Pis même si parfois j’agis comme la pire des enfants du monde, tu restes là. Jamais je ne pourrais assez te remercier pour tout ce que tu m’as donné, ce que tu me donnes et ce que tu me donneras. Je suis contente qu’encore aujourd’hui tu sois l’une des plus grandes sphères de ma vie. Que ce soient les valeurs que tu m’as apprise qui font ce que je suis aujourd’hui.

Maman, je te le dis: si un jour tu doutes de toi, dis-toi que moi aussi je suis ta fan numéro un. Je t’admire. Et je t’aime.

 

Photo: Flickr

Je le sais qu’on avait rien. Ou du moins, pas grand chose de beau. Pas quelque chose de grand. Mais même si on n’avait pas de belles choses, j’ai de la misère à t’enlever de ma tête. Je te trouve plus intéressant que les autres. Toi, t’avais de quoi à dire. T’avais de quoi d’intéressant à faire savoir au monde. Pis j’pense que c’est ça que j’ai trouvé beau chez toi.

Je trouve beau que tu ne saches même pas à quel point t’es quelqu’un qui mérite d’être aimé de toutes les bonnes façons possibles. Je le vois dans tes yeux que tu ne t’aimes pas tant que ça. Pis c’est correct. Quelqu’un, un jour, va t’aimer à ta place. Je pense que ça aurait pu être moi. Mais l’amour, ça ne marche pas vraiment quand c’est juste dans un sens, non?

Je le sais que je ne t’aimais pas au point de tomber en amour avec toi, mais ça aurait pu. De toute façon, même quand je n’aime pas au complet, je n’aime pas juste à moitié. Donc même si je ne t’aimais pas au complet, j’aurais été capable de mettre ma vie de côté pour t’aider à t’aimer comme tu mérites d’être aimer : au complet, justement.

J’ai de la misère à comprendre ce que c’est l’amour, le vrai. Peut-être qu’on se passe à côté, pis qu’on passe à côté de tellement de «peut-être».  On ne le saura jamais si toi et moi on était des «peut-être» ou des «c’est sûr».

Ca m’énerve parce que quand je ferme les yeux, c’est toi que j’imagine. Quand je fais semblant de chercher quelqu’un, c’est ton visage que j’essaie de trouver. C’est con, parce que ca me fait même pas de peine, c’est juste une habitude. Tu m’as marqué. Plus que je ne le pensais.

Je veux que tu te rappelles de moi quand tu vas avoir besoin de quelqu’un. Tu as encore mon numéro. Je vais venir. Je vais te donner un bec sur le front et je vais te promettre que ça va passer, même si je ne suis pas certaine.

Je veux juste que tu te rappelles de moi dans ta chambre qui lâche un «wow, elle est vraiment belle la vue d’ici». Dans le milieu d’un silence confortable. Dans le milieu d’un amour incomplet.

Photo : Flickr.com

J’ai décidé de m’aimer comme j’aime les autres. Sans anicroche et sans jugement. Sans me poser de questions, sans me demander si je suis correcte. J’ai décidé de m’aimer à ce point-là.

J’ai décidé que mon corps, je le trouvais beau comme je trouve beau celui des autres. J’ai décidé d’arrêter de me comparer de façon négative aux autres. J’ai décidé que, moi aussi, j’étais belle. Et que si quelqu’un n’était pas d’accord avec ça, je lui ferais un beau finger assumé. 

Est-ce qu’on est obligé d’être parfait? Pas pantoute. Mais on est obligé de s’aimer. D’aimer nos orteils et le bout de notre nez.

On est obligé de s’accepter. D’accepter que notre sein droit soit plus gros que le gauche. Qu’on soit minces, grandes, enrobées, petites… On est faites de même pis qu’es-ce que tu veux qu’on fasse de plus?

J’ai décidé d’embrasser le fait que je suis comme je suis. J’ai décidé de tomber en amour avec moi-même à chaque matin, avant de tomber en amour avec quelqu’un d’autre.

J’ai décidé d’entrer dans la bande de celles qui se regardent dans le miroir le matin et qui se disent «wow, maudit que t’es belle à matin!» sans même avoir l’air à se prendre pour une autre. Sans même paraître trop arrogante.

J’ai décidé que, même sans maquillage, j’étais belle. Non, pas juste belle, magnifique! J’ai décidé de m’habiller avec le linge que je trouve beau. J’ai décidé d’assumer d’être moi et que si ça déplait aux gens, ben de m’aimer quand même. J’ai décidé de m’aimer comme j’aime la vie : ouvertement, sans en être gênée. 

J’ai décidé de crier au monde entier que j’en avais rien à faire de mes courbes sur les côtés. Que peu importe ce qu’ils disent, elles sont belles, mes petites vergetures sur les fesses. Qu’elles sont belles mes cicatrices de boutons dans le visage. Qu’elles sont belles mes cuisses, même si elles ne sont pas proportionnées au reste de mon corps.

J’ai décidé d’être moi pis c’est tout.  

Photo : Flickr

On associe souvent le changement à quelque chose de pas correct. À quelque chose de mauvais ou d’incompris. On croit que ceux qui changent, changent pour une raison en particulier. Que ceux qui changent deviennent quelqu’un d’autre. Mais le changement n’est pas toujours mal. J’en sais un rayon sur ce sujet puisque je fais partie de ceux qui, je ne saurais dire heureusement ou malheureusement, ont changés. 

L’arrivée dans une nouvelle école, dans un nouvel univers, avec tout plein de gens différents. Le nouveau travail, les nouvelles responsabilités, le temps. Les nouveaux amis, les fêtes, les travaux d’équipes, la famille, les nouveaux décors, les nouvelles valeurs. Ce sont tous des facteurs qui ont contribués au changement de ma personne. J’ai appris beaucoup de choses. 

J’ai appris sur le passé de mes nouveaux amis. Sur leur futur, mais surtout sur leur présent. J’ai appris à remettre des travaux à temps et à me forcer pour les faire. J’ai appris la valeur de l’argent. J’ai compris que ce n’est pas tout le monde qui a obligatoirement besoin de quelqu’un pour avancer. J’ai appris à reconnaître les vrais amis. J’ai appris que des chemins qui se croisent et se décroisent, il y en des tonnes. J’ai appris que quelqu’un qui ne m’accepte pas comme j’étais, je suis et serais-je, ne m’acceptera jamais vraiment. 

Quand j’étais petite, je détestais me faire dire que tout le monde changeait. Mais maintenant que je suis à l’aube de mes dix-huit ans, je ne pourrais jamais dire aussi vrai. Tout le monde change. Et tout le monde ne devient pas mauvais parce qu’ils changent. Si tu crois être comme tu étais, alors tu as probablement changé. Les nouvelles choses changent tout le monde. Et tout le monde change les choses. 

 Oui, je sais. J’ai changée. Ca ne fait pas de moi une mauvaise personne. Ca ne fait pas de toi une mauvaise personne non plus. Ce n’est pas parce que nous ne sommes plus sur la même longueur d’ondes que je suis devenue quelqu’un d’hypocrite et de malsaine. C’est seulement parce que nos chemins ne se dirigent plus vers le même endroit. 

 Je ne suis pas une mauvaise personne. Même que je suis devenue quelqu’un de meilleur.

Ma participation à Lacerise.ca me fait écrire et parler de choses que j’aime et qui me tiennent à cœur. Tout le monde qui me connaît assez bien (même ceux qui ne me connaissent pas) sait que j’ai un énorme crush sur Dylan O’brien. C’est LE mec à suivre cette année (et toutes les autres années aussi). Je t’ai fait mon extrême top 10 des raisons de tripper dessus (pas trop quand même).

10. Il joue du piano et est le batteur d’un groupe de rock nommé Slow Kids at Play dans ses temps libres. Pouvez-vous bien me dire qui ne trouve pas les joueurs de piano cutes?

9. Il avait un compte youtube, qui n’est malheureusement plus actif aujourd’hui, mais qui contient encore toutes ses anciennes vidéos. Je te met le lienet ça me fait plaisir!!

8. Dylan est en couple avec Britt Robertson depuis 2011. Ils sont troooooop mignons!

7. Son rôle de Thomas dans The Maze Runner, une trilogie de livres écrit par James Dashner. Je te le jure, O’brien avec plein de poussière dans face, c’est parfait. Ce film a rapporté plus de 32,5 millions de dollars.

6. Il a gagné le trophée de la révélation de l’année en 2014 au Young Hollywood Awards et le même en 2015 au MTV Movie Awards.

5. Pour toutes les fans de New Girl, Dylan a fait son apparition dans quelques épisodes de la saison 2. (Les seuls épisodes que je n’ai jamais écoutés de cette série. Chut.)

4. Il trippe vraiment sur les Mets, une équipe de baseball américaine. Son twitter (@dylanobrien) est rempli de tweets sur les Mets et de promotion pour ses films… mais surtout des Mets.

3. À ce qui paraît son snapchat serait «obdylan», mais personne n’est vraiment certain parce qu’il ne poste jamais rien et qu’il n’a rien confirmé… Ajoute-le, on verra bien!

2. Il a joué dans le film Les stagiaires en 2013 pis… Je ne suis PAS capable de résister à ses petites lunettes de nerds. C’est selon moi un de ses meilleurs rôles au cinéma.

1. Au commencement, Dylan O’brien avait auditionné pour le rôle de Scott McAll, dans la série télé populaire Teen Wolf. Finalement, les producteurs l’ont trouvé beaucoup trop drôle et lui ont proposé le rôle de Stiles Stinlinski. Il a accepté et personne n’est déçu puisqu’il tient ce rôle depuis 2011 et que les chiffres d’écoute ont augmenté grâce à lui.

Voici mon top dix des raisons d’aimer Dylan O’brien (même s’il y en a évidemment plus que dix.) Quelles sont vos raisons à vous ?

On connait tous le fameux hétérosexuel. Il forme la majeure partie de la population. Il y a aussi l’homosexuel, qui se montre de plus en plus. Le bisexuel, qu’on voit un peu moins souvent, mais qui est bien là.

Puis il y a le pansexuel.

Ou le tout-sexuel ou le rien-sexuel, prenez le terme qui vous convienne le mieux. Celui qui n’aime pas pour le sexe, l’anatomie, mais bien pour l’âme. Celui qui ne veut pas se laisser décrire par un mot. Celui que j’admire beaucoup.

Beaucoup de gens ont de la difficulté à comprendre ce genre d’état d’esprit. Je dois avouer que j’en avais aussi, avant qu’une personne merveilleuse personne entre dans ma vie et me fasse comprendre que rien n’est définit.

Cette personne m’a dit et je cite :

«Je ne suis pas aux hommes, ni aux femmes. Je suis à la personne. Je suis à l’amour.»

Ce que je trouve magnifique dans ces paroles, c’est qu’aucune limite n’est mise. Aucun critère n’est demandé. Cette personne tombe en amour avec ce qui se passe à l’intérieur et non pas avec ce qui se passe entre les deux jambes.

Pis je trouve que tout le monde devrait voir l’amour de cette facon-là.

L’amour, c’est un sentiment supposé être sans limite. L’amour, c’est un sentiment d’ouverture, d’acceptation. La personne qui a dicté la règle qu’il fallait absolument savoir le mot qui nous définisse, j’lui lève mon finger.

On a tellement le droit de tomber en amour avec n’importe qui pour n’importe quelle raison. On a tellement le droit d’avoir une relation avec qui on a envie, sans que personne se dise : «oh, mais j’pensais qu’il était hétéro». Parce que, justement, c’est ça qui est beau. C’est beau de pouvoir tomber en amour avec tout le monde. Faut juste laisser le cœur prendre le volant : il le sait très bien, où est-ce qu’il s’en va.

Pourquoi, toi, tu ne pourrais pas tomber en amour avec une personne du même sexe que toi? Pourquoi tu ne pourrais pas tomber en amour avec une personne d’un sexe différent? Parce que t’es étiqueté hétéro, homo ou bi? Parce que tu suis la tendance de la société?

J’en est plein le derrière de voir des gens s’empêcher d’aimer, s’empêcher de SE faire aimer, juste parce qu’ils ont peur de ce qu’ils sont. Si toutes les personnes autour de toi t’aiment vraiment comme ils le disent, alors ils accepteront. Parce que le fait que ton orientation ne soit pas la même que la leur ne change pas la personne extraordinaire que tu étais avant qu’ils soient au courant.

On ne tombe pas en amour avec un sexe. On tombe en amour avec une personne. On ne tombe pas en amour pour les autres. On tombe en amour pour soi.

À toi, personne qui se retrouve dans ce texte : t’es hot. T’es hot en maudit même. Pis même si je suis pas comme toi, t’es un exemple que tout le monde devrait suivre. Tout le monde devrait voir au dessus des limites de ce que l’amour peut apporter. Voir au dessus des stéréotypes que la société a créés. Voir au dessus d’un mot qui ne définit rien ni personne.

Je t’admire. Pis tu devrais t’admirer aussi.

Photo : Flickr.com