L’hiver est à nos portes. Pour certains, c’est la plus belle période de l’année, ils attendent la neige depuis le début de l’été. Pour d’autres, comme moi, on arrive au temps de l’année le plus difficile à vivre. Le temps où on voit les journées devenir de plus en plus courtes sans pouvoir y changer quelque chose. Jusqu’à cette journée où on change l’heure (juste comme ça, c’était hier).  Je ne sais pas si c’est ton cas, mais moi je perds tous mes moyens LA journée où l’on change l’heure.

 

Est-ce que tu remarques chez toi un manque d’énergie ou d’entrain? Un changement d’humeur ou bien une variation de ton appétit? Si c’est le cas, je t’invite à lire ce qui suit, car tu n’es pas la seule personne à vivre ce phénomène et je te propose quelques méthodes pour survivre à cette période de l’année.

 

La première chose à savoir: durant cette période, on souffre d’un manque de lumière. Plusieurs recommandent la luminothérapie. Cela consiste à utiliser une lampe qui projette une lumière similaire à celle du soleil. Honnêtement, je ne l’ai jamais testé, mais j’y songe sérieusement. Il parait que ça fonctionne vraiment! C’est seulement que, ces lampes-là ne sont pas « donnés » et il faut savoir les magasiner. Elles se retrouvent dans plusieurs pharmacies et dans plusieurs grands magasins comme Costco, Walmart et Canadian Tire.

 

Ne t’en fais pas, si tu n’es pas prêt à t’acheter une lampe pour contrer ta carence en lumière, il existe des remèdes plus « naturels ». On recommande (évidemment) de bien manger et de bien s’hydrater. En effet, notre corps a besoin de toutes les sources d’énergie possibles durant cette période. Faire de l’activité physique aussi, c’est toujours gagnant. Si pour toi l’entrainement est quelque chose de terrible et inimaginable, trouve-toi un partenaire, tu seras moins tenté de passer des séances. Prends une marche pour aller à l’école ou au centre commercial, ouvre tes fenêtres dans la maison, profite du peu de soleil qu’on nous offre.

 

Si vraiment tu ressens que rien ne va, ton médecin peut t’aider à traverser la déprime saisonnière.

 

Alors, sortons et bougeons. On passera au travers de l’hiver comme chaque année!

 

Crédit photo : Pixabay

C’est tellement difficile de lâcher-prise face à certaines situations de la vie qu’on en perd notre réelle identité. Je me suis rendu compte récemment que j’avais un besoin alarmant d’avoir le contrôle sur tout et que cela me nuisait terriblement. La semaine de relâche débutant dès ce soir, je te montre comment j’essaie de lâcher-prise dans ma vie!

Tout d’abord, il faut que tu saches que j’aime que tout soit bien fait et malheureusement, je suis rarement fière de moi, même si j’ai donné tout ce que je pouvais. De là apparait le premier problème : comme plusieurs le savent, je pratique un sport, mais le fait est que je n’ai jamais réellement été fière de l’une de mes performances.

Le sport, un exemple évident

Je prend le sport comme exemple, mais il y a tellement de raison d’être déçue de nous-même. Tu dois superposer ton histoire dans la mienne pour pouvoir détecter d’où vient le problème. En fait, je me demande d’abord

Quand devons-nous avoir le sentiment du devoir accompli ?

Lorsque tu as tout donné ou lorsque tes efforts sont récompensés par une médaille? Le premier choix est logique, mais tellement difficile à accepter. Regarder seulement les athlètes aux Jeux olympiques. Tout le monde est tellement déçu quand ils ne gagnent pas de médailles. Imaginez toute la déception ressentie par l’athlète lui-même. Il n’a pas le choix de réussir à lâcher-prise pour continuer d’avancer.

Pour revenir à ma situation, je me suis toujours mis trop de pression, mais je comprends seulement maintenant qu’il m’est impossible de contrôler totalement les résultats de mes courses. Il m’est impossible de prédire une chute, une blessure et même une simple mauvaise journée! Le même phénomène se produit à l’école, je ne me permets pas d’erreurs et je suis souvent déçue du résultat.

Le seul truc

Un jour, et je parle à toi, mais à moi en même temps, il faut prendre une grande respiration et se dire que peu importe le dénouement, on a fait de notre mieux. Le lâcher-prise, c’est accepter ses limites, peu importe dans quel domaine!

 

 

Source image : We Heart It

La journée internationale du sport féminin, tu connais ? Je dois t’avouer qu’avant de faire des recherches je n’avais aucune idée que cela existait. Cette journée spéciale est célébrée le 24 janvier de chaque année depuis 2014 et elle a été instaurée en raison de la sous-médiatisation du sport féminin. Le sujet est assez intéressant actuellement surtout vu les jeux Olympiques qui approchent (j’ai trop hâte) ! Pour l’occasion, j’ai décidé de te rappeler quelques noms de femmes exceptionnelles qui ont marqué l’histoire du sport.

On ne peut commencer un tel palmarès sans la présence de Nadia Comaneci, qui a 14 ans, devint la première gymnaste à obtenir une note parfaite de 10. C’est en 1976, aux Jeux olympiques de Montréal, que la Roumaine a écrit l’histoire. Elle aura gagné au total cinq médailles d’or olympiques, devenant également l’une des plus jeunes médaillées olympiques, toutes disciplines confondues. Toute une athlète !

Ça fait peut-être longtemps que Charlotte Cooper et Margaret Abott ont gagné leur titre, mais il est sûrement l’un des plus importants de tous les temps. L’année 1900 marqua la première participation des femmes aux prestigieux Jeux olympiques, mais seuls le tennis et le golf étaient les disciplines acceptées. Ces deux femmes deviendront donc les premières championnes olympiques après des prestations incroyables dans leur sport respectif.

« La reine de la piste » ou de son vrai nom Merlene Ottey est l’une des coureuses les plus importantes de son temps. À 40 ans, lors des Jeux olympiques de Sydney, elle devint la médaillée la plus âgée de l’histoire. Son passage dans le monde du sport a aussi marqué la piste intérieure où elle détient le record du 200 m le plus rapide. Une récolte de 14 médailles aux championnats du monde constitue un autre record pour la Jamaïcaine, maintenant aussi Slovène.

Jeannie Longo est une légende du cyclisme. Ses exploits s’appuient sur un total de 38 records du monde et 10 participations au tour de France, ou elle le remportera à 3 reprises. 30 médailles aux Olympiques et aux championnats du monde font de cette femme la cycliste la plus titrée de l’histoire.

La dernière athlète et non la moindre, Laure Manaudou peut se vanter d’avoir écrit l’histoire du sport français, elle qui a accumulé 3 médailles aux Jeux olympiques d’Athène en 2004 durant sa carrière. Figure importante pour le sport féminin, elle sera incluse au panthéon de la natation auprès de grands noms comme Michael Phelps.

Ces femmes ne sont-elles pas de véritables sources d’inspirations ? J’ai soudainement envie de regarder plus souvent le sport féminin pour encourager ce genre d’athlète, pas toi ?

junior majeur

Enfin la suite de Les Pee-wee 3d est sortie. Ça faisait au moins 3 ans que j’attendais ce
moment, j’avais tellement aimé le premier film! Comme je suis un peu folle, une semaine
avant la sorti de Junior Majeur, j’ai écouté Les Pee-Wee 3D deux fois pour être certaine d’être
prête à voir le second. Après l’avoir écouté deux fois plutôt qu’une, le film est-il à la hauteur?

Je ne sais pas si c’est moi qui avais trop d’attentes envers le film ou bien si l’histoire est
simplement moins réussie, mais j’ai moins accroché qu’avec les pee-wee. Pourtant, le jeu des
acteurs est impeccable et Julie Morneau (Alice Morel-Michaud), Janeau Tudel (Antoine-Olivier
Pilon) et Joey Boulet (Rémi Goulet) sont toujours aussi attachants. C’est comme si l’étincelle et
le vent de renouveau qu’avaient amené les jeunes joueurs il y a 5 ans ne s’étaient pas reflétés
dans ce long-métrage. L’élément déclencheur est bon, mais il manque quelque chose. La fin est
ce qui m’a le plus déçue, je suis certaine qu’ils auraient pu faire quelque chose de mieux (j’essaie
de ne pas dévoiler de punch, mais c’est assez difficile). Tout ce que je pense ci-haut est le
résultat d’une journée de réflexion à la suite de la première fois que j’ai vu le film au cinéma.

Deuxième chance

J’ai donc décidé de donner une deuxième chance au film. Eh oui, je suis retournée voir un film
que je n’avais pas vraiment aimé. Force est de constater que je l’ai apprécié davantage la
seconde fois. Je me suis rendu compte qu’ils avaient beaucoup misé sur l’élément déclencheur
pour donner une leçon aux personnages, mais aussi pour les jeunes à la maison qui pourraient
tout perdre pour la même raison. Plusieurs éléments intéressants qui ont fait du premier film
un succès ont été gardés. Il y a peut-être moins de scènes de hockey, mais il y a toujours de
bonnes rivalités et des amitiés. Les parents des pee-wee n’ont pas changé non plus. Je laisse
également une chance à la fin qui est peut-être étrange, car elle annonce un dernier chapitre?

Bref, il faut regarder Junior Majeur sans trop se poser de questions. Gardez l’esprit ouvert et
peut-être serez-vous surpris? Sinon, faites comme moi et écoutez-le une seconde fois!

OK, je suis une fille accro aux lunettes. N’importe lesquelles: lunettes de vues, lunettes de soleil, lunette de sport, j’aime les lunettes. Malheureusement, magasiner ce bout de plastique ou de métal, ce n’est pas comme magasiner du linge, ça coûte un petit bras de plus. J’ai découvert récemment un site de lunettes de vues où j’ai payé quatre fois moins cher que chez l’optométriste et cela m’a donné le goût de vous donner des pistes de sites fiables où vous lâcher lousse dans l’achat.

Zenni optical

Zenni optical est l’un des premiers sites internet destinés à la vente de lunettes en ligne. N’ayez aucune crainte à commander sur ce site que votre lentille soit faible ou prononcée. En fait, les commentaires sont unanimes, le verre est parfaitement ajusté. Le seul bémol de ce site est vraisemblablement la représentation virtuelle de la lunette sur le visage. Il est très difficile d’avoir un bon aperçu du style et de la .grandeur exacte de la lunette.

Firmoo

J’adore ce site. Les montures sont à la mode et conviennent à tous les goûts. Dernièrement, j’ai fait affaire avec ce site et je n’ai rien à rapprocher. La livraison fut très rapide, j’ai reçu deux paires de lunettes une semaine après l’achat. Mes lentilles me conviennent parfaitement et je suis toujours en amour avec l’effet transparent de la lunette. De plus, le site offre des rabais de tout genre sur les montures qui sont déjà entre 19 $ et 40 $ américains. Bref, c’est un site qui gagne à être connu.

Eye buy direct

Ce site est plutôt connu des jeunes Québécois. Le coût de la lunette est légèrement plus élevé que les deux autres sites, mais la lunette est réellement de bonne qualité. On ne voit vraiment pas la différence avec une lunette d’optométriste. En effet, plusieurs de mes amis m’ont surpris avec des montures provenant de ce site. Elles sont belles, elles sont actuelles. Le plus agréable avec « eyebuydirect », c’est qu’on peut voir une image très précise de l’effet de la lunette sur le visage de chaque personne. Le logiciel de photo est précis et efficace. Un autre site que je recommande sans gêne!

 

Source de l’image : Pixabay

Oui, je suis une personne extrêmement stressée à l’approche de toutes les situations particulières que la vie m’amène. Depuis plus de 12 ans maintenant que je pratique le patinage de vitesse et des courses, j’en ai faites. Pourtant, à chaque nouvelle compétition, une tension et une anxiété sans précédent s’installent la journée avant l’événement. Comment réagir face à ce stress intense ? Y a-t-il des façons de contrer ou de passer par-dessus celui-ci ? Ou même, ce stress est-il nuisible ou utile ? Voici ce que j’en pense.

Comment réagir ?

Il n’y a pas de solutions miracles lorsque nous sommes confrontés à une situation stressante et personne ne réagit de la même façon. Je suis plutôt désagréable à l’approche d’une compétition (parlez-en à mes parents), je ne tiens plus en place et me coller un sourire dans le visage est toute une étape. Le but est de garder son calme et de ne pas trop anticiper ce qui pourrait arriver. Selon mon expérience, mes meilleures courses ont été lorsque je n’avais aucune attente, lorsque je croyais impossible de surpasser la qualité des autres patineuses ou que je doutais de ma condition physique. Le plus difficile dans une compétition ou un tournoi est d’avoir le temps de penser aux autres concurrents. Ils nous semblent toujours meilleurs que nous et un manque de confiance en soi nuisible s’installe de ce fait. Il faut donc garder l’accent sur ce que NOUS sommes en mesure d’accomplir et non sur les autres.

Des trucs ?

On m’a souvent conseillé la visualisation avant d’entrer sur la glace. Cela n’a jamais vraiment fonctionné pour moi, car il est impossible de prévoir ce qui peut arriver pendant la course. Si j’ai un plan déjà déterminé et que quelqu’un détruit le plan, je me retrouve sans ressource et le temps de réfléchir à une solution, il est déjà trop tard. Personnellement, je dois avoir la tête vide et patiner selon le moment présent. Pour ce faire, avant chaque course, je jase et ris avec les autres et, souvent, j’écoute de la musique entrainante. De grandes respirations peuvent également aider les athlètes à vaincre un stress trop intense.

Bon ou mauvais, le stress ?

Il faut savoir qu’il existe deux types de stress, soit le stress positif et le stress négatif. Le sportif peut voir le stress lui procurer de l’énergie comme un moteur ou au contraire, celui-ci peut lui nuire complètement. Cela dépend de la gestion que la personne fait du stress. Il est important de comprendre et de voir ce mauvais stress arriver. Le rythme cardiaque qui s’accélère, le manque de confiance, l’arrivée de pensées négatives ou les jambes molles sont des exemples de manifestations de stress nuisible pour la plupart. Lorsque l’on sent ces « symptômes », il vaut mieux s’arrêter et respirer pour retrouver nos esprits. Bref, foncez et tentez de rester calme, ce n’est qu’une compétition après tout, votre vie n’est pas en jeu !