L’été approche et tu rêves de parader dans ton nouveau bikini? Tu voudrais pouvoir montrer ton corps sans gêne sur la plage cet été, mais ton petit bedon d’hiver est toujours là? Pour t’aider à atteindre ce but qui peut paraître inaccessible, je te présente quelques trucs et astuces.

Bien manger sans se priver 

La première solution à laquelle on pense et qui est sans aucun doute la plus facile, c’est le régime. Pourtant, c’est la pire idée que vous pourriez avoir! Un régime non-prescrit par un professionnel de la santé peut faire beaucoup plus de torts que de bien. En effet, au bout d’une semaine, vous aurez peut-être perdu 3 à 5 livres, mais votre gras sera toujours là. Ce sont en fait 3 à 5 livres d’eau que vous aurez perdues. En plus, si vous vous privez d’éléments essentiels pour votre corps, il y a de fortes chances que votre régime vous fasse engraisser plutôt que maigrir. Votre corps n’aime pas être privé et c’est pour cela qu’il tentera de faire des réserves dès que vous succomberez à un petit cupcake ou à une crème glacée.

Bien sur, une saine alimentation est très importante pour garder la ligne, mais il faut savoir trouver la limite entre un régime drastique et quelques gâteries pendant la semaine. Vous avez le DROIT de manger! Il faut seulement couper graduellement les éléments nuisibles de votre alimentation comme le fast-food ou les boissons gazeuses.

À bas la perte de poids

Selon moi, le pire objectif que vous pourriez vous fixer est la perte de poids. Qu’est-ce que ça change de peser 120 livres ou d’en peser 150? La seule personne qui connaît ce chiffre est vous-même et il n’est pas nécessairement représentatif de votre pourcentage de gras. Peut-être que vous avez «de gros os», comme on dit, et qu’il est impossible pour vous de l’atteindre, le 130 livres que vous visez. L’objectif est de faire fondre votre petit bourrelet et la solution pour y arriver n’est pas dans les chiffres, mais dans votre corps.

Défi : 5 minutes productives

LA solution : l’activité physique. Je sais, on se trouve toujours des excuses pour ne pas le faire : «Je n’ai pas le temps», «Je n’aime pas courir», «Je n’ai pas d’argent», « Je suis trop lâche»… On les a toutes et tous déjà dites ou entendues, mais qui a dit qu’il fallait beaucoup de temps ou d’argent pour arriver à perdre toutes nos calories en trop? Vous pourriez courir 30 minutes et ne pas dépenser autant de calories qu’un simple exercice de 5 minutes. C’est pour cela que je vous propose un petit défi qui ne vous prendra pas plus de 5 minutes par jour.

Tout d’abord, il faut identifier votre besoin. Qu’est-ce qui vous dérange le plus dans votre corps? Est-ce que vous voulez des fesses ou des cuisses d’enfer, un ventre plat ou des bras tonifiés? Quand vous aurez choisi, trouvez un exercice qui vous permettra de travailler cette partie du corps en particulier. Vous pourriez faire des squats, des walking lunges, des burpees, des push-ups, des redressements assis, la planche, peu importe! Prenez l’exercice que vous voulez et, dans les 30 prochains jours, faites 30 répétitions de celui-ci chaque jour. Vous n’avez pas le droit de passer une journée, car sinon vous devrez le faire en double le lendemain!

Je dois dire que cette technique n’est pas miraculeuse, mais elle permet tout de même une belle amélioration. Par contre, il FAUT prendre 5 minutes pour faire le ou les exercices! Ils ne vous feront pas nécessairement perdre du poids, mais vous serez beaucoup mieux dans votre corps et dans votre bikini, car dites-vous qu’au bout d’un mois, 900 squats feront une différence pour vos fesses! Même si vous n’êtes pas élues «Miss América», vous pourrez vous sentir bien dans votre peau. L’important, c’est d’être fière de soi!

Photo : WeHeartIt

Texte écrit par notre collaboratrice Mathilde Lafortune.

De nos jours, nombreux sont ceux qui travaillent dans le domaine du service à la clientèle. Que ce soit au sein de la fonction publique ou dans une entreprise privée, beaucoup doivent donner un service à un certain client pour accomplir leur tâche. Aujourd’hui, suite à une journée plus ou moins facile au travail, j’avais envie de démystifier l’expression «Le client est roi» Bullshit.

Y’en a vraiment marre du client qui traite les employés comme des serviteurs de sa majesté. La majorité des clients sont courtois, polis et gentils tout comme la majorité des employés… mais vous savez comme moi qu’il y a CE client. CE client qui se dit : «Regarde moi ben appliquer l’expression jusqu’au bout».

Alors à toi, cher client, je crois parler au nom de tous ceux qui travaillent dans le service à la clientèle quand je te demande de te mettre dans nos souliers de temps en temps (pour ne pas dire qu’en fait, fermer ta gueule ton clapet, ce ne serait vraiment pas un luxe.) En général, c’est souvent le petit étudiant en train de faire son Cégep ou son Bac qui est le caissier chez Tim, le serveur dans un resto, la conseillère dans une boutique ou la caissière chez Métro. Donc, si on résume, cette personne a probablement le même horaire que toi avec des heures de travail en plus. Mais ça, tu le sais certainement, puisque toi aussi, t’as été étudiant. Et là, je me dis que puisque dans ton temps on gagnait 4$ de l’heure, tu dois comprendre, mais vraiment bien comprendre à quel point c’est pas toujours évident de sourire à un client qui mériterait un finger.

En revenant à la maison ce soir, pour la première fois, j’ai douté. Dans un moment d’inconscience, je me suis dit que finalement, je n’étais absolument pas faite pour travailler dans ce milieu, que je serais certainement mieux enfermée dans un bureau. Le problème, (ou heureusement en fait) c’est que j’adore mon travail. Même si je suis une petite étudiante payée, au salaire minimum, je considère la tâche que je fais comme étant utile et agréable. C’est là que j’ai compris que, de nos jours, le problème vient fréquemment du client. Le client qui laisse 4$ de pourboire sur une facture de 60$. Le client qui te fait sortir 42 morceaux de linge et les laisses dans la cabine. Le client en colère qui «garoche» littéralement son verre rempli par terre. Le client qui pense que le fait de se tromper de plat ou que celui-ci soit trop salé, sucré, poivré (bref, pas à son goût) fait automatiquement du serveur un incompétent. Le client qui t’accuse TOI d’avoir donné sa table quand il est en retard de 45 minutes.

En gros, vous l’aurez deviné, je travaille dans le milieu de la restauration. Un milieu dans lequel tu passes de héros à zéro dans l’espace d’environ 30 secondes. Ma cerise sur le sundae : le client qui est convaincu qu’il ferait mieux que toi. Le client qui te dit : Eille, fais ta job pis apporte moi mon verre!

L’envie de répondre : «L’abonné que vous tentez de joindre est présentement en esti, veuillez changer de section, merci.» est assez forte. Malheureusement, dans notre système, le client est roi. Pas Louis 14 le Roi Soleil. Oh non! On parle ici d’Yvan Le Terrible. Je dois admettre que la majorité d’entre eux, au final, en valent la peine. Pour le plaisir de rendre heureux, de rendre service. C’est toutefois dommage que ces clients royaux éclipsent trop souvent les clients «joyaux».

Bref, si ce petit texte te met vachement en colère, c’est qu’il est probablement temps que tu changes ton attitude envers ceux qui te prodiguent un bon service à la sueur de leur front. Sinon, merci à toi cher client «joyau» d’être courtois, merci de nous encourager, de nous mentionner poliment nos mauvais et nos bons coups. Si ce n’était que de moi, je crois qu’il serait temps de changer «Le client est roi» pour «Le client est roi, mais uniquement dans son royaume».

Photo : Pixabay.com