Mode Panache

BY 25 septembre 2017 Non classé

Événement mode Panache : couverture d’événement avec LaCerise.Ca

 

En quelques lignes : Qu’est-ce que l’événement mode Panache?

 

-Un défilé créé par Marilyn Bédard et Robert Hakim, un projet qui trottait dans leur tête depuis 2012 et mis sur pied en 2014. Le but est de miser sur les talents d’ici, autant chez les mannequins que chez les créateurs et designers.

 

-Il s’agit d’une équipe de 18 mannequins bénévoles hommes et femmes passionnés par la mode, qui défilent sur la scène du Hangar de la zone portuaire de Chicoutimi.

 

-Une équipe de stylistes et coiffeurs reconnus du milieu qui viennent tout droit de Montréal.

 

L’équipe de LaCerise.Ca assistait au second défilé qui avait lieu ce samedi et a rencontré toute l’équipe qui se trouve derrière celui-ci.

Nos journalistes Éliane Pilote et Ann-Sophie Gagné ont pu rencontrer et s’entretenir avec les mannequins dans les loges à différents moments de l’événement. Ils ont d’ailleurs été très généreux dans leurs réponses et c’est ce que nous allons dévoiler très bientôt dans une capsule sur l’événement !

 

Étant le premier évènement de ce genre et le seul dans la région, Panache offre une visibilité aux créateurs d’ici en plus de contribuer au commerce du vêtement régional. L’évènement mode Panache est maintenant reconnu au Saguenay-Lac-Saint-Jean, c’est une fierté! Les billets étaient d’ailleurs déjà tous envolés dès mardi dernier, nous a confié l’organisatrice.

 

La beauté du défilé se retrouve à travers les gens passionnés qui s’impliquent dans le projet et qui laissent paraitre leur amour pour la mode avec l’énergie qu’ils y mettent. La directrice artistique, Marilyn Bédard, regardait d’ailleurs ses mannequins avec fierté tout en dansant au rythme de leurs pas pendant le défilé.
« C’est une fierté de défiler pour notre région, ce que j’aime c’est l’opportunité que l’on a de porter des vêtements vraiment ‘’High Fashion’’», nous lance une des mannequins de l’évènement Marie-Sophie Pagé, qui en est à sa troisième expérience.

 

Encore cette année, l’événement qui débutait vendredi soir a frappé fort! Le défilé débutait avec Cokluch mini avec des enfants qui défilaient suivi de RW&CO, Coquette en soie, JAX N JOE / ANNLO et La Fabrik / Humanity. Ce samedi c’était les collections Homies, Marc Aurel Fashion / Marie Saint Pierre / Michael Kors / BOUTIQUE MICHEL SIGNATURE, Nadya TOTO, Ève Gravel ainsi que MARKANTOINE qui défilaient.

 

L’équipe de LaCerise.Ca peut vous confirmer qu’elle a été charmée par l’évènement et par toutes les personnes impliquées.

BY 13 septembre 2017 Non classé

13sept

Le temps est enfin venu de dévoiler nos nouveaux journalistes, collaborateurs et nos nouveaux projets pour la saison 2017-2018!

Tout d’abord l’équipe de LaCerise.ca tient à remercier tout le monde qui ont posé leur candidature et qui nous ont envoyés un article.

Voilà une semaine qui s’est écoulée depuis les entrevues et l’équipe à délibérée. Nous vous annonçons donc sans plus tarder la liste de nos nouveaux membres:

Nos nouveaux journalistes:

Ann-Sophie Gagné:

Une fille authentique qui n’a pas peur de foncer! Articles et vidéos, c’est ce qui vous attend avec Ann-Sophie!

Claudia Fortin:

Passionnée de sport, vous découvrirez sa belle personnalité à travers ses textes!

Jessica Lepage :

Relever de nouveaux défis ne fait pas peur à Jessica!

Véronique Rompré :

Pour une première en écriture, Véronique saura vous charmer!

Émilie Véronneau :

Une jeune fille ambitieuse, déjà expérimenté en écriture!

Edward Sanger:

Un garçon bien original aux multiples talents!

Nos nouveaux collaborateurs:

JM côté et Carolanne Plouffe:

Un duo formidable à la fois drôle et attachant!

Marianne Guay:

Une mordue de sport, elle vous tiendra au courant des nouveautés du monde sportif

Nicholas Lamothe :

Une dose de masculinité, amoureux de sports et d’information on vous garantit des articles intéressants!

Gabrielle Morissette:

Curieuse et interessée vous aimerez lire ce qu’elle écrit!

Éliane Pilote :

Écriture et vidéos, ne manquez pas les conseils de notre charmante Éliane!

Élodie Leblanc: 

Rafraichissante dans son authenticité!

Des nouvelles cette année:

‘’Netflix and Chin’’

Le temps d’une capsule devenez les complices de Carolanne Plouffe et JM Côté. Sachez quoi regarder sur Netflix grâce à leurs vidéos « Netflix and Chin ! « . Ils vous donnent leurs suggestions, commentaires, appréciations et surtout, de bons fous rires ! Sortez vos bulles, ouvrez votre télé et trinquez avec eux ! Chin chin !

Les capsules mode et beauté

Nouveau concept cette année, Ann-Sophie Gagné et Éliane Pillote nous entretiennent tous les mois avec leurs capsules mode et beauté. Venez découvrir les nouvelles tendances avec nos deux collaboratrices! Attention, vous risquez d’un peu trop les aimer!

Nous tenons également à souligner l’implication de nos journalistes et collaborateurs qui poursuivent l’aventure avec nous!

Gabrielle Bartkowiak (collaboratrice)

Molly Béland (collaboratrice)

Monica Desbiens (collaboratrice)

Marc-William Gagné (collaborateur)

Alison Giguère (Coordinatrice au contenu)

Roxanne Jérome (Collaboratrice et membre du CA)

Valérie Lavoie (Directrice des médias)

Marie-Pier Lebrun (Directrice)

Juliette Lefebvre (collaboratrice et membre du CA)

Ugo Niquet-Girard (collaborateur)

Vanessa Primeau (Directrice de l’équipe rédactionnelle)

Chloe Poulin (collaboratrice)

Audrey Painchaud (Coordinatrice au contenu)

Ariane Tremblay (collaboratrice)

Anabelle St-Pierre (collaboratrice)

 

Je suis allée voir le one women show de Mariana Mazza «Femme ta gueule» vendredi au théâtre Banque Nationale à Chicoutimi. Un spectacle que j’étais impatiente de voir depuis plus d’un an.

Je suis une fan depuis un moment déjà. Après son sketch de «sable dans le vagin», (moment où sa carrière a explosé) j’ai commencé à la suivre. C’était la 3e fois que j’allais voir une de ses représentations et je dois t’avouer que j’en ai eu pour mon argent.

Mariana est vraie et honnête et c’est un des aspects du spectacle que j’ai préféré. Elle passe par plusieurs sujets «tabous», dont la masturbation, ponctuant ses blagues au passage avec des anecdotes. Elle est proche de son public, notamment en interpellant des gens assis dans l’assistance ou en faisant des blagues sur l’environnement ou même la salle dans laquelle elle joue.

Elle sacre, ne se censure pas et est capable de rire d’elle-même. Un spectacle de 2 heures que je te conseille d’aller voir !

Le spectacle est par contre coté 16 ans et plus à cause du langage utilisé. C’est un peu comme la Mariana de Code F., mais en plus intense. (Tu ne pourras pas dire que je ne t’ai pas averti !)

Malheureusement elle a terminé sa tournée au Saguenay–Lac-Saint-Jean, elle a fait 2 spectacles à Chicoutimi et un a Dolbeau-Mistassini, mais tu peux toujours aller la voir dans ta région d’origine si tu viens de l’extérieur s’il reste des billets.

Je te conseille fortement de la suivre sur son compte Instagram  ou Facebook pour ne rien manquer et avoir des anecdotes et des tranches de vie croustillantes.

Source : Page Facebook de Mariana Mazza

Jeudi soir dernier comme la plupart d’entre vous je me suis rendue à la salle François-Brassard avec des amis pour assister à la 38e édition de Cégep en Spectacle. Au cours de la journée il m’a été donné de rencontrer quelques-uns des participants. Tous étaient bien sur très fébriles à l’idée de monter sur scène.

En m’entretenant avec eux ça m’a fait réaliser à quel point ça prend du courage et de l’investissement.

Jeudi soir dernier il y avait 3 gagnants officiels, mais ils sont honnêtement, à mon avis tous gagnants.

Pour souligner la participation de chacun des participants, j’ai décidé de résumer chacun d’eux en quelques mots.

Ève-Marie Tremblay : Authenticité

Un talent de composition, des paroles très bien choisies.

Célia Lucas : Courage

Une scène, un micro, une voix, et un numéro sensationnel.

Gabrielle Savard-Dion : Intense

Par les paroles de sa composition et ses mouvements.

Thamara Chiasson et Marianne Pilote : Complicité

Autant entre elles qu’avec un violon!

Rosalie Dumais-Beaulieu : Touchant

Elle nous a fait passer par une gamme d’émotions en quelques minutes.

Érika Yergeau : Impressionnante  

Une si grande voix provenant d’un si petit corps.

Danick Martineau : Prometteur

Un nom à retenir.

Jean-Xavier Bois : Génie

Un mystère qui nous sort de notre zone de confort.

Will Verreault : Rassembleur

Toute en légèreté, il nous a tous fait chanter avec lui.  

Lydia Lévesque : Attachante

Tellement d’aisance sur scène, un vent de fraîcheur !  

Tous à la leur manière ils sont montés sur scène pour démontrer un numéro qu’ils avaient préparé depuis quelques mois. N’oublions pas qu’ils ont également dû passer par un processus d’audition et de pratiques. Ils se disent cependant tous contents d’avoir embarqué dans le projet et ne regrette rien. C’est effectivement un très bel accomplissement.

On ne peut passer sous silence l’excellente équipe d’animation qui nous ont fait beaucoup rire ! Il y a derrière ces blagues et mimiques assurément beaucoup de travail ! L’animation de la 38e édition a certainement été réussie ce défi de nous faire passer une belle soirée avec brio !

Je lève mon choipeau à ceux qui nous ont fait entrer dans l’univers d’Harry Potter et de Code F le temps d’une soirée !

Bref, félicitations à tous les candidats, l’équipe d’animation, le comité organisateur et l’artiste invité Jay Du Temple qui ont contribué au succès de cette soirée !  

Félicitations également aux gagnants :

1ère position : Gabrielle Savard-Dion

2ème position : Rosalie Dumais-Beaulieu

3ème position : Danick Martineau 

La bouteille se repose doucement sur le bureau. J’ai de la misère à décrocher ma main de sur l’étiquette de vin bon marché. Un goût un peu trop acide, un genre de vinaigre qui tord juste assez les tripes. Ça doit faire au moins trois jours que j’ai pas souri.
J’ai vu des gens, je suis sorti de chez moi, ma bouche a fait des grimaces vers le haut, mais j’ai pas vraiment souri à personne. Fallait sortir, fallait lâcher ma bouteille de vin dégueulasse et aller boire de la bière dégueulasse dans un bar, entouré de gens, grimacer. Aujourd’hui je suis pas sorti de ma chambre, sauf pour aller pisser quelques fois.
Je regarde ma bouteille, assise à côté de mon ordi. J’ai perdu une petite poignée de change pour l’acheter à l’épicerie hier matin. Je lui souris pas à elle non plus. Le soleil commence à se coucher dehors, y’a des belles teintes orangées sur les feuilles, je vois tout ça au travers des portes vitrées. Je me demande ça goûte quoi dehors. Je veux dire, l’air. Il goûte comment l’air dehors, aujourd’hui? J’essaie d’imaginer, mais je réussis pas vraiment. C’est normal.
La bouteille remonte vers ma bouche, je suce quelques gorgées. Il est vraiment dégueulasse, ce vin… C’est parfait. Être seul à rien faire durant des heures. Ça fait du bien. Je suis un petit souffle inoffensif, peut-être inexistant… QUI SAIT? J’aime bien prendre la chance de pas exister. Après, quand on me dit que oui, je suis un peu soulagé.

Mais hier je suis allé au bar. Une place qui s’appelle Frog & Bull, sur Cours d’Alsace-et-Lorraine. Beaucoup de gens, mais j’étais toujours pas certain d’être un petit souffle. Je pouvais pas être certain de toujours souffler contre le vent. Je pouvais même plus le sentir. Le vent. Il est passé où??? TABARNAK SORTEZ-MOI D’ICITTE!!!
Moi et des gens, on est sortis du Frog & Bull et on est allés s’asseoir dehors sur des marches de pierres. J’ai demandé une cigarette à Emma, elle me l’a roulée, j’ai dit merci. Je me suis mis à la fumer, j’ai senti l’effet dans tout mon corps. Je suis pas un fumeur. Je regardais presque tout le temps en l’air, pour voir la fumée qui sortait de ma bouche. C’est bon, y’avait un petit souffle.
Et là mon téléphone s’est mis à vibrer sur ma cuisse. J’ai répondu, toujours assis sur la pierre froide. «Allo…
– Salut mon poussin!
– Ah, salut maman. Tu vas bien?
– Je viens de sortir de l’avion, moi et Claude on s’est loué un petit hôtel à Montréal.»
J’étais heureux d’entendre sa voix. Elle avait l’air bien, alors ça m’a presque fait sourire pour vrai. «D’accord. Content que tu sois bien arrivée.
– J’entends des gens rire derrière toi, t’es où?
– Je suis à une fête. Hey, je fume une cigarette. C’est bizarre, depuis que je suis ici je fume quand je bois avec des gens. Mais t’en fais pas pour moi…
– … ok, il faut que je te laisse, au revoir mon beau garçon!..»
Je me suis mis à chercher mes mots. Mes yeux faisaient les fous autour de moi. Des tremblements de ma bouche, et les dents comme des porcelaines échappées par terre. «Bye maman, je t’aime…»
Elle avait déjà raccroché. Je me suis levé avec mon petit reste de cigarette, j’ai marché vers le tram B avec les autres. Je me suis rendu compte que j’avais laissé mon manteau au bar, mais j’avais pas vraiment froid. J’irai le récupérer un jour où je me sentirai courageux. Pas aujourd’hui.
Les autres sont partis de leur bord, moi je me suis assis dans le tram. Ma tête s’est collée sur la vitre et j’ai senti une goutte qui coulait sur ma joue. Maman, dis-moi que je suis pas juste une autre merde dans ce monde merdique. Maman dis-moi que je vaux quelque chose. Maman dis-moi que tu me vois quand j’appelle à l’aide. Maman! MAMAN DIS-MOI QUE TU M’AIMES AU MOINS UN PEU!.. MAMAN! MAMAN SOUFFLE SUR MES PETITES LARMES DE RIEN DU TOUT!.. LAISSE TOUT TOMBER VIENS ME VOIR PREND MOI DANS TES GRANDS BRAS D’INFINI PREND MA TÊTE DANS TES MAINS FAIS-MOI TOURNER JUSQU’À ENTRER EN PLEIN DANS TON CŒUR DANS LA PREUVE DE TOI ET MOI!!! Une autre goutte a glissé sur mon visage. Puis une autre. Je sentais mon visage qui voulait imploser au centre de mon crâne.

La bouteille remonte vers ma bouche, je prends quelques gorgées. Mes mains tremblent, j’ai du mal à écrire sur mon petit clavier. Maintenant il fait presque tout à fait noir dehors. J’ai pas le moral. Je souris toujours pas. Je suis un peu fatigué d’avoir les joues mouillées et de boire du vin dégueulasse.

Réunir passion, talent et soif de connaissances, cest la mission que sest donnée l’équipe de la 13e édition du festival intercollégial De l’âme à l’écran (DAE), la version collégiale et indépendante de Regard sur le court métrage. Que lon ait tourné ses premiers films de science-fiction à l’âge de six ans ou que lon nait toujours pas encore vu le classique Pulp Fiction (pas de jugement), tout ce quil faut pour participer à limmersion DAE, cest lamour du cinéma!

Projections de courts métrages amateurs et professionnels, ateliers et conférences diverses, la fin de semaine fût bien remplie. Si bien qu’en revenant du Cabaret de Regard ce samedi, j’ai ressenti une immense satisfaction en voyant mon lit.

Mais comme Édith Piaf, «je ne regrette rien», loin de là.

12874230_1145530845487402_1552341218_o

La belle relève

Un cocktail d’accueil, une salle Polyvalente comble et une vingtaine de courts métrages écrits et réalisés par les jeunes cinéphiles les plus talentueux de la province? Ça met la barre haute pour le reste de la fin de semaine!

La projection des projets présentés dans le cadre de l’immersion DAE a séduit les jurys Chloé Robichaud, Patrice Laliberté et Philippe-David Gagné qui ont trouvé difficile de trancher. Le réalisateur Philippe-David Gagné est même allé jusqu’à dire en blaguant qu’il s’était senti menacé par certains réalisateurs amateurs. En hommage à ce choix déchirant, j’ai donc décidé de me soumettre moi aussi à l’exercice en vous offrant un top cinq de mes courts métrages coup-de-cœur.

12874128_1145530818820738_121456834_o

TOP 5 COUP DE COEUR

5.Pat la menace – Raphael Bouchard (mention meilleur jeu d’acteur)

4.Bâtard – Jonathan Roy (mention réalisation et direction photo)

3.Poules urbaines – Samuel Chenier

2.Tempus – Icare Girard (mention montage)

1.Jonny cest un cave – Samuel Boisvert et Alex Savard (mention scénario, prix Coup de cœur du jury et prix Coup de cœur du public, ouf!)

12528640_1145530822154071_90875004_o

Pour les absents (encore là, je ne juge pas, mais…) vous pourrez vous rincer l’œil dans un ou deux mois sur le compte Vimeo de DAE.

Les sages paroles

Le lendemain matin, après une soirée bien arrosée à la Salle Polyvalente du Cégep de Jonquière, les festivaliers ont dû se lever au chant du coq (8h00) pour assister à des ateliers au choix. Jean-Philippe Sirois nous a fait voir les dessous de la direction photo, Jean-Nicolas Orhon nous a fait voyager dans l’univers du documentaire, Simon Garant a abordé les défis du multimédia et le duo de Juliette Gosselin et de Sophia Belahmer nous a fait adorer le monde des webséries.

À peine remise de mes émotions (je fangirl un peu sur les filles de Switch & Bitch, dites leur pas), on nous a redirigés vers un gros bus jaune, direction REGARD (ici, soulignons le travail exceptionnel d’animatrice de foule de la présidente de l’évènement DAE, Ariane Chaput). Au menu : des courts métrages indiens, une leçon de cinéma avec Chloé Robichaud (Réalisatrice de Sarah préfère la course), des courts métrages professionnels et des conférences.

Mon coup de cœur : la conférence des réalisateurs et scénaristes du délicieux court métrage Toutes des connes (disponible sur Tou.tv pour les curieux) François Jaros et Guillaume Lambert (comédien dans Like-moi! Pssst : tous les détails de cette série juste ici).

Le retour au calme

 En retrouvant mon lit samedi soir, j’avais la tête complètement pleine. Pleine de conseils, pleine d’idées et surtout pleine de souvenirs et de belles rencontres (c’est même pas quétaine).

Pour ceux qui n’ont pas pu être des nôtres cette année, ce sera un plaisir de vous y voir pour la 14e édition. De l’âme à l’écran, on se dit à l’année prochaine!

12873665_1145530862154067_2126509086_o

Photo couverture : De l’âme à l’écran

Photos dans texte : Camille Potvin

Nous ne sommes jamais prêts à l’entendre, on ne veut surtout jamais le comprendre et on croise toujours les doigts pour que jamais ça ne se produise. Pourtant, garder sa tête dans le sable en écoutant «comme avant» de Marie-Mai ne s’avère pas la solution à tout… Parfois, vaut mieux affronter la vérité.

Peut-être qu’il nous aimait plus. oh oui, c’est dur.

On refuse d’abord d’y penser et on se lance dans des hypothèses loufoques comme quoi il nous aimait si fort et que du jour au lendemain il a décidé de nous quitter. Évidemment. On se réconforte en disant à quel point il a mal agi et à quel point c’est nous qui souffrons, à quel point notre vie ne sera plus jamais la même. On le hait, mais on ne lui avouera jamais qu’on pleure chaque soir parce que sa présence nous manque.

C’était le bon pourtant. De cela nous sommes certaines. Celui qui prend la décision soudaine de nous laisser un bon matin était destiné à être le père de nos enfants. C’est logique pourtant! Mais, nos amies ne le comprennent pas. Et après elles se tannent, pas vrai? Elles en ont marre de nos chansons tristes et de nos yeux qui coulent. Elles ne savent plus quoi nous dire. En fait, ce qu’elles veulent nous dire, on ne veut pas l’entendre, on ne veut pas savoir.

Parce qu’il ne t’aime probablement juste plus.

Parce qu’on change d’avis, parfois. Parce qu’il a peut-être rencontré quelqu’un d’autre. Parce qu’il n’avait plus les mêmes sentiments quand vos lèvres s’effleuraient et qu’il n’était peut-être plus autant enthousiaste à l’idée de passer la soirée avec toi. Parce qu’on évolue, parce qu’on développe de nouvelles passions, amitiés et ambitions. Parce que finalement, il était peut-être mieux sans toi.

L’orgueil, pas vrai? C’est si dur à entendre.

Je te garantis que tu n’as pas fini de pleurer. Tu vas probablement te demander encore longtemps pourquoi tu n’étais pas assez, pourquoi tu n’étais pas celle qu’il cherchait. Mais dis-toi que, parfois, il n’y a juste pas de réponse. Alors hais-le encore un peu, mais après fais la paix. Accepte que votre amour ait pris fin et que tu en auras d’autres dans le futur.

Et je t’en prie, ne t’en prends pas à l’amour avec un grand A, puisque tu ne l’as pas encore rencontré, j’en suis certaine. Ne crache pas sur tous les hommes de ce monde et ne te fermes pas aux nouvelles rencontres. Prends donc ton temps.

Parce qu’il n’y a rien de plus beau que de tomber en amour. J’en suis persuadée.

Et un jour ce sera nous, à nouveau, qui aurons des papillons en parlant de «lui». Et ce sera si beau, je te le promets.

 

Photo: flickr

Je pense qu’aujourd’hui, j’ai changé le monde. Ou en tout cas, une petite partie du monde. Je l’ai fait avancer, évoluer. Aujourd’hui, je te le jure, la société n’a pas stagné. Elle n’a pas fait de surplace. Pourtant, j’ai juste pris un crayon dans mes mains et j’ai barbouillé un petit carré qui m’avait l’air inoffensif.

 Aujourd’hui, j’ai voté. J’ai exprimé mon opinion à toute la société. Et j’avais un peu les mains moites quand je l’ai fait, parce que c’était ma première fois. C’est toujours stressant la première fois. On est maladroit, on ne sait pas comment ça fonctionne. On se questionne, on se demande à qui on pourrait bien faire confiance. La première fois, c’est épeurant. C’est impressionnant d’avoir les deux pieds dans le monde adulte.

D’habitude, on ne m’accorde pas autant de responsabilités. Je dois déjà me faire à manger, faire mon lavage, gérer mes finances et tenter de manger 5 fruits et légumes par jour. Pis là, on me demande de choisir l’avenir de mon pays? Wôôô…

Il ne faut pas prendre ça à la légère. On peut bien se dire que tout le monde le fait alors ce n’est pas grave si on n’y va pas. On peut bien se dire qu’on ne vote pas parce que tous les crottés en avant ne nous intéressent pas. Mais je pense que c’est un peu lâche de penser comme ça. Ton vote compte et il peut faire changer les choses. Ton vote, il te représente. Voter pour la première fois, c’est comme se lever et crier « Hey! J’ai quelque chose à dire pis je PEUX le dire! » . Alors si tu ne les aimes pas, les crottés en avant, exprime-toi. Dis-le. Coche la case qui t’accroche le plus.

Prends la peine de t’informer, de connaitre ceux qui vont te représenter. Lis l’actualité. Essaie de comprendre. Pose des questions. C’est quand même le fun de se dire qu’on a le pouvoir de décider qui va être à la tête du Canada, non?

J’ai envie qu’on arrête de vivre dans le noir. J’ai espoir qu’on soit un beau grand pays modèle pour les autres. J’ai plein de rêves un peu fous pour ma société. Et j’ai le droit d’exprimer tout ça! Et si tous les jeunes le faisaient, imagines-tu à quel point on serait awesome comme peuple? Que tu sois riche, pauvre, jeune ou vieux, barbouille-le ton petit carré.

Il est beaucoup moins inoffensif que tu le crois.

Bonnes élections!

Photo : pixabay