On ne le répétera jamais assez, il faut avoir une bonne posture afin d’éviter les problèmes de dos. Il faut se tenir droite. Après tout, il faut démontrer qu’on est fière d’être ce qu’on est ! Une bonne posture, ça commence par les épaules. Je vous présente quatre exercices bien simples pour améliorer la vôtre ;

1- Tirer les épaules vers l’arrière

Il faut que vous tentiez de coller vos omoplates et reculer vos épaules.

2-  Faites ressortir votre poitrine

Bombez votre torse, c’est même parfait pour les filles qui seraient complexées par une plus petite poitrine. Pour un total d’un dos droit et d’une poitrine plus apparente !

3-  Rentrez votre ventre

Ce mouvement fera en sorte de bien équilibrer le reste de votre corps et vous procurera un peu plus de confort.

4- Ne pas contracter vos trapèzes

Relâchez-les! En contractant vos trapèzes, vous accentuez l’effet bosse de votre dos.

Source Photo: Wikimedia

Si je vous disais que cet été, on grimpe sur une structure sans l’aide de matériel, ça vous tente? Ouf, je sens la peur qui vous prend jusqu’ici! Ne vous inquiétez pas, je n’ai pas perdu la tête, je vous propose seulement d’essayer l’un des sports les plus pratiqués au monde : l’escalade!

Si vous avez envie d’essayer l’escalade cet été, hé bien vous risquez de croiser quelques autres amateurs sur les parois. En effet, il y a plus de 15 millions d’alpinistes qui ont été répertoriés dans le monde en 2012, et ce nombre ne cesse d’augmenter.

Il y a deux types d’escalade : l’escalade libre, qui se pratique sans matériel – sauf celui qui sert à assurer la sécurité du grimpeur. Ce type d’ascension dépend de la capacité de l’alpiniste et les prises offertes par le rocher. Il y a aussi l’escalade artificielle, qui se pratique avec des cordes, des crochets, etc. Ce sport peut être pratiqué pour le plaisir ou comme discipline sportive. Diverses compétitions sont d’ailleurs organisées un peu partout dans le monde.

Deux fédérations internationales existent : l’UIAA (Union internationale des associations d’alpinisme) et l’IFSC (Fédération internationale d’escalade). Si vous désirez pratiquer l’escalade au Québec, je vous conseille de visiter le site d’Escalade Québec, qui répertorie les meilleurs endroits pour pratiquer ce sport, des rencontres entre alpinistes débutants ou expérimentés, etc.

Bonne ascension!

Photo: Alan Wong via Flickr

En juillet dernier, je pesais 185 livres. J’ai déménagé à Jonquière en août. Mon appartement est situé à environ huit minutes de marche du cégep que je fréquente. Chaque matin, je marche pour me rendre à l’école. Chaque jour, je marche 30 minutes, si on compte les aller-retours que je fais lorsque je n’ai pas de cours, entre ma maison et l’école.

Je me suis pesée la semaine dernière, 140 livres. J’ai perdu un peu plus de 45 livres seulement en marchant tous les jours 30 minutes. Ça, c’était mon histoire, histoire qui peut rapidement devenir la tienne.

On sous-estime trop la marche comme exercice, elle comporte des dizaines et des dizaines de bien-faits inconnus de la population. En voici quelques-uns ; premier avantage à marcher, c’est un exercice qui ne coûte absolument rien ! Tu viens de sauver des centaines de dollars que tu aurais investi dans un gym pour obtenir les mêmes résultats. Deuxième avantage, tu prends l’air. Aller dehors et bouger avant de faire des devoirs, des travaux ou une tâche qui demande de la concentration, ça permet d’augmenter ton efficacité. Troisième avantage, tous tes membres sont sollicités. Tu travailles tes jambes bien sûr, mais aussi ton ventre, ton dos, tes fesses, si tu as une bonne posture. Bref, marche au lieu d’utiliser la voiture, c’est bon pour l’environnement et pour ton corps. C’est un genre de deux pour un !

Si tu veux plus d’informations sur la marche, il y a des dizaines de sites Internet qui en parlent, et il y a même une fédération québécoise de marche !

Sans titre2

Photos : loop_oh Flickr / Fédération québécoise de la marche

Plusieurs d’entre vous se demandent sûrement ce qu’est ce mouvement dont on entend parler dans les médias depuis un certain temps, pourquoi tant d’Autochtones se rassemblent et pourquoi manifestent-ils? Quelle est la cause de leur revendication?

Le mouvement «Idle No More» a pris racine en Saskatchewan. Quatre juristes Autochtones ont étudié le projet de loi omnibus du gouvernement Harper, la loi C-45. Ce projet de loi affecte, entre autres, l’environnement et vient contrer les traités ancestraux signés par les Premières Nations et le gouvernement. Les Autochtones plaident le fait qu’ils n’ont pas été consultés avant l’adoption de ce projet de loi, la loi C-45, alors que le projet affectait directement le contrôle de leurs terres. Le projet de loi affecte la protection des cours d’eau, donc ce projet de loi concerne tous les citoyens Canadiens, car il concerne la protection de l’environnement au Canada. Ce sont quelques milliers de cours d’eau qui ne seront plus protégés par la Loi sur la protection des cours d’eau navigables.

Plusieurs moyens de pression contre le gouvernement ont été mis en place depuis quelques mois, dont plusieurs manifestations, des grèves de la faim et des sensibilisations à l’aide des réseaux sociaux. Plusieurs confondent la cause de la chef de la réserve d’Attawapiskat, Theresa Spence, et celle du mouvement de protestation «Idle No More» alors que les deux causes n’ont presque aucun lien entre elles sauf le fait qu’elles se supportent l’une et l’autre. Il est important de faire la différence entre ces deux sujets d’actualité.

Il ne faut pas oublier, aussi, qu’ «Idle No More» est un mouvement de protestation pacifique qui a pour but de faire respecter les traités ancestraux des Premières Nations, mais également de faire en sorte que l’environnement soit protégé au Canada. Une belle cause qu’on devrait tous défendre.

Manifestation à Québec le 11 janvier 2013. Crédit : CTV News

Qui a déjà dit que de regarder la télévision ne pouvait pas contribuer à remettre en forme une personne ? On perçoit souvent cet outil comme un ennemi à notre santé, alors qu’il est tout un allié !

Toutes celles qui consomment moindrement un peu de télé chaque semaine auront remarqué qu’il y a de plus en plus d’émissions consacrées à la perte de poids et à la remise en forme.  Les Américains sont les champions en liste avec leurs dizaines de séries de perte de poids extrême où le ou la candidat (e) a un an pour retrouver un poids santé ou que les candidats doivent tout donner afin de perdre le plus de poids possible et ainsi éviter de faire perdre leur équipe. Il est impossible, maintenant, de ne pas tomber sur une série de la sorte, on zappe et au moins une émission sur deux concerne le sujet de la santé.

Il y a du bon et du mauvais dans ces émissions. Tu peux décider de suivre les conseils offerts par un entraîneur et cela peut très bien fonctionner, mais il ne faut pas oublier que ce sont des entraînements adaptés pour les candidats de la série et non pas pour le grand public. Le plus grand avantage avec ces séries télé est la motivation qu’elles apportent aux auditeurs. Souvent, voir des gens avec un grand surplus de poids peut nous motiver à nous sortir du canapé et aller bouger un peu pour éviter de se retrouver dans la même situation qu’eux !

Voici mon « Top 3 des meilleurs émissions de perte de poids et de mise en forme » :

  1. S.O.S Beauté (diffusée à Canal Vie) ;
  2. Mlle Court (diffusée sur les ondes de la chaîne spécialisée Moi & Cie) ;
  3. Maigrir ou mourir (diffusée, également, sur Canal Vie).

Les séries d’entraînement et de mise en forme constituent de très bons outils qui en plus de te divertir, te motivent à essayer ce qu’il démontre dans l’émission. Après tout, tu ne perds rien à essayer !

Source Photo: Mileyeditionss.deviantart.com

Si je vous dis Zumba, vous pensez à quoi? Si on se fie au nom, on pourrait croire qu’il s’agit d’un plat exotique typique des pays du Sud… mais c’est tout autre chose!

Le Zumba est LA nouvelle façon de se mettre en forme. Cette activité combine le fitness,  la danse latine, le plaisir et la perte de poids. Oui oui, on peut maintenant s’entraîner en ayant du plaisir, et du vrai plaisir! Imaginez un groupe de filles dans une salle qui tentent d’imiter les mouvements exécutés par l’entraîneur sur une musique internationale à tendance latine… Comment ne pas apprécier ce moment?

Ce sport pratique la coordination et le cardiovasculaire. Le Zumba est aussi populaire parce que les résultats sont rapides : on brûle des calories et on se remet en santé. On n’a pas besoin d’être un danseur professionnel, tout le monde peut en faire. Il suffit d’avoir des vêtements de sport et le goût d’avoir du plaisir. Il y a même des cours de Zumba qui se donnent dans l’eau et du Zumba beaucoup plus intense pour celles qui veulent se surpasser.

Pour participer à un «fitness-party», vous n’avez qu’à vous rendre dans le centre communautaire ou centre de conditionnement physique le plus près de chez vous et vous y inscrire. Essayez pour voir!

Photo: We Heart It

Certaines personnes préfèrent la lecture ou le cinéma. Pour Andréanne Gendron, son passe-temps, c’est l’entrainement  mais pas n’importe lequel. Ses efforts ont un but précis : participer aux courses Spartan Race. L’étudiante de 19 ans s’entraîne depuis des années pour prendre part à ces compétitions. J’ai eu la chance de m’entretenir avec Andréanne peu de temps après sa dernière Spartan Race à Boston, au Fenway Park…

Q : En quoi consiste une Spartan Race ?

R: Il y a trois distances possibles à accomplir. Les organisateurs du parcours se permettent d’ajouter des kilomètres à leur guise, sans vous en avertir. Il y a le 5 km et plus, le 12 km et plus et le 20 km et plus; tu choisis la distance que tu veux faire. Il y a en moyenne 20 obstacles par catégorie. Ça peut être sauter par-dessus du feu, grimper dans des cordes, traîner de lourdes charges, etc. La dernière épreuve est toujours avec des Spartiates, c’est pourquoi on appelle cette course la «Spartan Race». Ils sont là pour te bloquer la route avec de gros coussins : ils doivent t’empêcher de passer. Ils sont situés près de la ligne d’arrivée, donc tu fais tout pour pouvoir passer et arriver dans un bon temps.

Q: Cette course était-elle la première à laquelle tu participais ?

R: Non! J’ai commencé en mai dernier et depuis ce temps, j’ai participé à quatre autres Spartan Race. Avant, je me concentrais plus sur des sports comme le karaté, le flag-football et le basket-ball. Pour moi, c’était une nouvelle expérience : juste courir avec des obstacles plus fous les uns que les autres.

Q: Où et quand les Spartan Race se déroulent-elles?

R: Il y en a partout, tout au long de l’année. C’est sûr qu’au Québec, pendant l’hiver, il n’y en a pas à cause du froid et de la neige. En novembre, je suis allée à Boston en faire une. Il y en a aussi au Mont-Tremblant, à Québec, à Ottawa, ou dans d’autres pays comme aux États-Unis ou en Australie… Peu importe, il y en a partout, tout le temps!

Q: Quel genre d’entraînement fais-tu pour te préparer à ce genre de compétition?

R: C’est surtout du cardio et de la musculation. Tu ne peux négliger ni l’un ni l’autre, car tu as besoin des deux pour réussir ta course. Le cardio est très important. J’alterne entre les deux pour éviter les blessures. Je m’entraîne minimum six fois par semaine.

Q: Qu’est-ce que ça t’apporte de faire ce genre de compétition?

R : Beaucoup de persévérance mentale. Cette course-là, c’est plus qu’une épreuve physique, c’est une course mentale : le premier qui lâche a perdu. L’entraînement et les courses que je fais me permettent de me relâcher et de me détendre. Je suis tellement fière après un entraînement!

Pour plus d’informations sur les courses Spartan Race : http://www.spartanrace.com/

Photo: Courtoisie