Ça y est, c’est la panique à bord! Ton party d’Halloween est dans quelques jours, si ce n’est pas quelques heures, et tu n’as toujours pas choisi ton costume. En plus d’avoir un budget serré et aucune envie de débourser 75$ sur un costume déjà tout fait, le temps commence à manquer. Et pas question de porter un costume d’infirmière sexy ou de catwoman moulant. Ok, inspire, expire. Voici cinq suggestions de costumes rapides, facilement réalisables et originaux qui pourraient te sauver la peau.

1. Trouver Charlie

Définitivement le plus simple d’entre tous et le plus facilement adaptable. Il suffit de combiner un haut rayé rouge et blanc, une jupe ou un jean bleu, une tuque rouge, blanche ou rayée, des lunettes, des souliers au choix, et voilà!

charlie2. La fraise

Pourquoi pas être un fruit pour l’Halloween? Exit la traditionnelle citrouille (oui, c’est un fruit!), le costume de fraise est tellement plus alléchant et cute! Pour ce faire, il suffit d’avoir sous la main une robe (ou un t-shirt) rouge, de la peinture à tissu blanche, un serre-tête et du carton. Un peu de peinture et du bricolage peut faire une merveille de costume en plus d’être beau, bon et pas cher!

fraise

3. La touriste

C’est le temps de sortir les bas dans les sandales, les vieilles chemises hawaïennes et les sacs bananes! Le costume de touriste est plutôt facile à réaliser. Si ce n’est pas en fouillant dans les vieux vêtements de papa/maman que vous trouverez vos items, ce sera à la friperie la plus proche. Laissez aller votre imagination!

touriste

4. La folle aux chats

De loin le plus hilarant à mon humble avis, le costume de folle aux chats est complètement déjanté et tout à fait accessible. Quelques peluches de chat accrochées à une une robe de chambre, un t-shirt quétaine, des lunettes et des bigoudis dans les cheveux sont des éléments importants pour créer ce super costume. En plus d’être originale, vous en ferez certainement rire plus d’un!

folle

5. La fleur de douche

Aussi appelé la «loofah» par nos cousins états-uniens, la fleur de douche peut être un costume très amusant à fabriquer et à porter. J’ai personnellement opté pour ce choix cette année et j’ai conçu mon costume en me basant sur cette vidéo de LaurDIY qui explique très bien comment faire. Accessoirisé avec un chapeau de douche ou un canard en plastique sur un serre-tête, c’est parfait!

loofahhhh

Joyeuse Halloween et passez une excellente, sécuritaire et amusante soirée!

Photos: We Heart It

Des dizaines de personnes se sont présentées à la salle Polyvalente du Cégep de Jonquière dans le cadre de la deuxième édition de l’évènement Mon premier appart’ les 22 et 23 octobre derniers.

Lancé l’an passé par l’enseignante Roxanne Potvin, l’évènement Mon premier appart’ est une foire d’information sur tout ce qu’il faut savoir lorsqu’on est/part en appartement. L’évènement était divisé en huit kiosques avec huit sujets différents animés, conçus et réalisés par des étudiants en Technique de communication dans les médias de deuxième et troisième années. En plus des kiosques, un espace détente y était aménagé et un concours d’anecdotes avait lieu sur place.

De précieux conseils

​Pour avoir moi-même participé à l’animation d’un kiosque, j’ai pu constater que bon nombre de gens étaient dans le néant quant à la vie en appartement. C’est pourquoi un survol de la majorité des sujets préoccupants de la vie en appartement a été fait.

Pendant l’évènement, on pouvait retrouver de l’information sur :
– La budgétisation et tout ce qui a trait aux finances en appartement (Un kiosque Desjardins et des représentants étaient d’ailleurs sur place);
– La location (comment louer un appartement, quoi prévoir, etc.);
– L’alimentation, la conservation des aliments et le garde-manger de base (Fun fact : en plus de rehausser les sauces, l’origan apaise les crampes menstruelles, qui l’eut cru!);
– La décoration à faible coût et l’organisation de l’espace;
– La vie en colocation;
– Quoi faire au Saguenay;
– Prendre soin de soi et se maintenir en bonne santé;
– Des trucs et astuces pour la vie de tous les jours (comme l’entretien ménager).

Somme toute, l’évènement a réellement permis de mettre sur le droit chemin plusieurs étudiants désorientés qui désiraient en apprendre d’avantage sur leur vie éventuelle en appartement, et d’autres qui désiraient simplement modifier leur mode de vie.

Un avenir prometteur

Le projet Mon premier appart’ a fait échos et s’est rendu jusqu’aux oreilles du RIASQ (Réseau intercollégial des activités socioculturelles du Québec) qui s’est montré très intéressé par la formule. L’idée pourrait en fait être reproduite dans plusieurs autres collèges du Québec dans un futur rapproché. En attendant, on espère une troisième édition l’an prochain au Cégep de Jonquière!

Photo: Facebook

Cet été, j’ai décidé d’essayer quelque chose de nouveau. Après avoir fait le tour des services d’abonnements mensuels en ligne, mon choix s’est arrêté sur la NatureBox. Il s’agit d’un programme d’abonnement mensuel avec lequel on reçoit une boite contenant cinq sacs de collations par mois.

Un mode de vie sain passe par l’alimentation, mais il n’est pas toujours facile de bien manger. Bon au goût et bon pour nous : c’est la philosophie que s’efforce de suivre l’entreprise californienne NatureBox. Approuvées par des nutritionnistes, les quelques 100 collations offertes par la compagnie présentent de nombreux éléments bons pour la santé comme une faible teneur en fructose, aucun colorant, saveur ou agent sucrant artificiel et aucun gras trans ni huiles partiellement hydrogénées. Une multitude de produits sont aussi offerts avec des options s’adaptant à nos goûts et nos besoins : végétarien, sans soya, sans produits laitiers, sans gluten, sans OGM et sans noix. On nous assure que toutes les collations de la NatureBox sont faites avec des ingrédients 100% naturels, sans prétention. De quoi convenir à tout le monde!

L’entreprise permet à ses clients de choisir les collations qui se retrouveront dans leur boite mois après mois ou encore d’y aller de façon aléatoire. Le prix d’une boite est fixé à 19,99 $ US par mois, plus des frais de livraison et manutention de 4,95 $ US. Bon, ça peut paraitre un peu dispendieux, mais le grand format des sacs fournis et l’excitation que crée le fait d’attendre notre boite à chaque mois sont, selon moi, amplement satisfaisants. L’abonnement se renouvelle automatiquement et on peut l’arrêter lorsqu’on le désire.

Malheureusement, la formule qui permet de choisir le contenu de sa NatureBox sur mesure n’est pas encore disponible au Canada, mais on nous promet qu’elle le sera d’ici la fin de l’année. En attendant, on peut se faire surprendre avec cinq collations différentes à chaque mois, ce qui est encore mieux à mon humble avis.

Plus d’informations ici.

Photo: Page Facebook de NatureBox

Gourous beauté, vlogueurs quotidiens, cuisiniers, réalisateurs/metteurs en scène en herbe et une multitude d’inclassables se font de plus en plus nombreux sur YouTube. Avec le temps, quelques personnes parmi ceux-ci se sont démarquées, des fans sont apparus et une certaine culture s’est formée autour d’eux. Certains peuvent même se consacrer à YouTube en tant qu’emploi à temps plein… 

Comment peut-on gagner de l’argent sur YouTube, un site complètement gratuit pour ses utilisateurs? C’est bien simple : grâce à la publicité. Vous savez, ces publicités qui précèdent bien souvent les vidéos. C’est ce qui permet aux YouTubers de gagner leur vie à partir de leurs vidéos. Plus il y a de vues sur la vidéo et la publicité, plus l’argent s’accumule — et le montant est encore plus grand lorsque le spectateur clique sur la publicité.

Qu’est-ce que ça prend pour être YouTuber? En fait, ça ne prend rien de plus que quelque chose à dire, une caméra, un peu d’originalité et l’accès à un réseau Wi-Fi. N’importe qui peut faire une vidéo et la mettre en ligne sur le site : ce sont en fait des gens comme vous et moi qui se sont fait un nom dans le milieu. À Los Angeles, en Californie, le mouvement fait rage et on peut dire qu’une réelle communauté de YouTubers s’est formée. Parmi ceux qui se démarquent particulièrement, on compte entre autre Bethany Mota, qui possède sa propre ligne de vêtements chez Aéropostale et Tyler Oakley, qui a interviewé plusieurs personnalités connues dont Michelle Obama. Plus près de chez nous, il y a Alexandra Larouche, originaire du Lac-Saint-Jean, qui a dernièrement lancé sa collection de maquillage chez Lise Watier! C’est en mettant en valeur leur originalité et en accumulant les abonnés (jusqu’à des millions pour certains!) qu’ils ont pu se démarquer en dehors du vaste monde «des Internets».

Alors, allier passion et rémunération, ça vous dit?

Photo: WeHeartIt

Petit fruit rouge savoureux et homonyme de votre webmagazine préféré, la cerise est un aliment qui a plus d’un tour dans son sac. En plus d’être délicieuse, elle présente une multitude de bénéfices pour la santé et la beauté. Aujourd’hui, pleins feux sur la cerise!

Prévient le cancer et d’autres maladies
Les cerises contiennent un taux élevé d’antioxydants, un élément clé dans la prévention de certains cancers et d’autres maladies. De plus, elles ont une haute teneur en fibres, en vitamine C et en caroténoïdes. Le tout combiné nous offre un excellent mélange naturel de nutriments anti-cancer.

Anti-inflammatoire
Les cerises sont une bonne source de phytochimiques, qui ont pour capacité de neutraliser les enzymes causant de l’inflammation. Elles peuvent entre autres réduire la douleur causée par l’arthrite, les blessures et tout autres maux.

Améliore la mémoire
Les flavonoïdes et la procyanidine (hola les termes scientifiques!) retrouvés dans les cerises aident à préserver nos neurones en bonne santé, ce qui réduit le stress oxydant et prévient des maladies mentales comme l’Alzheimer.

Améliore le sommeil
Les cerises sont une source naturelle de mélatonine, une «hormone du sommeil» qui régularise le rythme cardiaque et aide à avoir un sommeil reposant. Bien que le corps humain en produise naturellement, un supplément peut être ingéré afin de régulariser et améliorer le sommeil. C’est aussi un excellent moyen de contrer la fatigue due au décalage horaire.

Prévient les maladies cardiovasculaires et le diabète
Les anthocyanines dans les cerises régularisent le rythme cardiaque, permettant au cœur de rester fort et en santé. Elles pourraient aussi réduire la résistance du corps à l’insuline et augmenter celle au glucose, une excellente prévention au diabète. Les cerises ont également un indice glycémique assez faible.

En smoothie, en tarte, entière ou en webmagazine, la cerise est une excellente source de bonheur à savourer sans retenue!

Photo: WeHeartIt

On ne peut le nier, la période estivale est marquée d’une série de partys, la plupart du temps accompagnés d’alcool… (parfois un peu trop!) Bien que le but ici n’est pas de promouvoir la consommation excessive, voici quelques petits conseils pour contrer la fameuse «gueule de bois».

Avant la tempête

Il faut s’assurer de manger un bon repas équilibré et complet. Avoir l’estomac vide ne fera qu’augmenter les effets nocifs de l’alcool et les risques d’avoir la nausée et des vomissements. Manger un aliment contenant une certaine quantité de gras comme un morceau de pain, du fromage ou même une cuillère à thé d’huile végétale juste avant de commencer à boire est aussi efficace : le gras tapisse les parois de l’estomac et limite l’absorption d’alcool et les inconvénients qui l’accompagnent.

Pendant la fiesta

C’est bien connu, l’alcool déshydrate. Plus on boit, plus on a soif. Boire un verre d’eau entre chaque verre d’alcool permet de le diluer et de rester hydraté en même temps. Essayez aussi d’éviter les mélanges d’alcool : on boit le fort avec le fort, la bière avec la bière, etc. Votre estomac sera donc moins agressé par plusieurs types d’alcool à la fois. Et lorsque la tête vous tourne, tournez vous vers l’eau pour le reste de la soirée.

Au réveil

Si, malgré toutes les précautions prises, vous avez toujours la gueule de bois, deux comprimés d’ibuprofène vous feront le plus grand bien. Ensuite, il vous faudra manger. Un petit déjeuner protéiné (œuf, jambon, rôties, fruits) est tout indiqué pour les lendemains de fête car il contient tous les nutriments nécessaires au bon fonctionnement du corps. Si vous avez l’estomac tout à l’envers, un smoothie sera peut-être plus facile à avaler : beurre d’amande, jus de grenade, gingembre râpé, banane, et voilà! Cette recette gagnante donne de l’énergie, réhydrate et apaise l’estomac – que demander de mieux? Finissez le repas avec un bon thé vert ou une tasse d’eau chaude avec du citron. Il est également recommandé d’éviter toute caféine et de s’abstenir de fumer lorsqu’on «guérit» sa gueule de bois.

Buvez de façon responsable, et bon party!

Photo: WeHeartIt

Depuis déjà près de deux ans, Valérie Fraser administre assidument sa page Facebook Le jour où j’ai arrêté d’être grosse sur laquelle elle documente son dur combat contre l’obésité. Aujourd’hui, ce sont plus de 26 000 personnes qui la suivent dans sa bataille quotidienne pour recouvrer la santé. Depuis la création de la page en 2012, tout est allé très vite pour la jeune femme qui n’avait que 24 ans à l’époque : virage santé à 360°, perte de plus de 130 livres, acquisition d’une certaine notoriété sur le Web, publication d’un livre…

Le 18 février dernier, Valérie Fraser et son amie Marianne Prairie publiaient fièrement leur tout premier livre Le jour où j’ai arrêté d’être grosse chez l’éditeur Parfum d’encre. Marianne et elle ont travaillé de concert afin d’écrire cette biographie à la fois touchante, inspirante et captivante nous livrant leur vision personnelle de l’obésité et des tabous qui l’entourent. L’ouvrage est divisé en huit sections dans lesquelles les deux auteures prennent la parole à tour de rôle.

Valérie Fraser, de nature humoristique et dynamique, a toujours «camouflé» son obésité morbide derrière sa personnalité flamboyante ; jusqu’au jour où elle a dit «stop».

Du jour au lendemain, elle a complètement changé de mode de vie afin de retrouver la santé. Elle raconte son histoire dans les moindres détails en passant par ses relations avec la nourriture et ses relations interpersonnelles, jusqu’au fond de sa pensée pendant son combat. Les bras grands ouverts, Valérie nous laisse nous immiscer dans son intimité et son quotidien afin de bien comprendre l’ampleur de la bataille qu’elle mène.

Marianne Prairie est une journaliste, rédactrice et chroniqueuse et œuvre depuis longtemps dans le monde de la femme. Elle apporte son point de vue de fille «normale» qui n’a jamais vraiment eu de personnes obèses dans son entourage. À travers les pages du livre, on voit qu’elle se rend compte assez rapidement qu’elle a des idées préconçues envers ces personnes et leur façon de vivre.

Le jour où j’ai arrêté d’être grosse, c’est une excellente biographie qui nous fait vivre le phénomène de l’obésité de l’intérieur et qui inspire des milliers de personnes à travers le Québec.

Photo : Page Facebook Le jour où j’ai arrêté d’être grosse

Les élections provinciales du 7 avril prochain arrivent à grands pas et ceux qui sont en âge de voter auront un choix important à faire. Afin d’éclairer la population québécoise dans leur décision, Radio-Canada a mis en ligne une boussole électorale.

Chaque parti politique a sa propre mentalité et ses propres enjeux. Et soyons honnête, à moins d’être un assoiffé de politique ou d’avoir un parti pris indiscutable, il est souvent plutôt complexe de s’y retrouver. Créée par des universitaires en politique, la Boussole électorale est un outil indispensable pour s’orienter dans le monde politique du Québec en période d’élections. Elle permet de laisser tomber les 1001 promesses et discours plus ou moins flous pour se concentrer sur les réelles orientations des partis.

Plus de 380 000 personnes se sont déjà prêtées au jeu. En fait, cinq petites minutes suffisent pour obtenir un résultat précis et détaillé concernant notre position dans le paysage politique québécois. Le principe est plutôt simple : il suffit de répondre à un questionnaire d’une trentaine de questions divisées en dix enjeux politiques importants dont l’économie, la santé, l’immigration, les relations Québec-Canada, etc. Il faut ensuite classer les enjeux qui nous tiennent le plus à cœur et des éléments concernant les partis politiques sur des échelles de 1 à 10. Finalement, on doit encore répondre à quelques questions concernant notre profil personnel.

La boussole analyse nos réponses et génère un résultat qui compare la position des partis à la nôtre. À l’aide de graphiques, de statistiques et d’affirmations, on peut facilement comprendre quelles sont nos affinités avec certains partis. Bien sur, elle ne sert pas à dicter aux électeurs pour quel parti voter, mais elle les guide et les aide à faire un choix éclairé. Voici d’ailleurs un exemple de résultats que l’on peut obtenir avec la boussole électorale.

Boussole3_annerosaliebrassard_avril2014Boussole2_annerosaliebrassard_avril2014

Vous pouvez vous aussi faire le test de la Boussole électorale ici.

Photos: Page Facebook du Directeur Général des Élections du Québec (DGEQ) et site Web de la boussole électorale.

Composer avec une monture qui occupe le tiers de son visage et des produits de maquillage qui ne font qu’attirer encore plus l’attention peut parfois être dépassant. Porter des lunettes fait partie de ma vie depuis une quinzaine d’années et trop souvent j’ai sauté l’étape du maquillage le matin pour cause de découragement cosmétique. Si, comme moi, vous êtes victime de votre mauvaise vision et que les verres de contact ne sont pas une option, alors vous trouverez votre compte avec les trucs maquillage qui suivent.

– On passe au neutre

Exit le bleu électrique, le vert néon et le rose vibrant! Vos lunettes attirent déjà toute l’attention sur vos yeux ; inutile d’en rajouter davantage avec des couleurs vives qui masqueraient encore plus votre beauté naturelle. Des ombres à paupières aux couleurs plus neutres sont tout indiquées pour compléter un look sans le surcharger. Cependant, n’hésitez pas à oser la couleur sur vos lèvres !

– Recourbe-cils, un must

Je le concède, mascara + lunettes ne font pas toujours un bon ménage avec les cils allongés qui frottent et collent sur les verres. Investir dans un bon recourbe-cils est un excellent moyen pour ouvrir votre regard tout en gardant vos cils loin des vitres de vos lunettes. Plus de raisons de sauter cette étape!

– Bien choisir son cache-cerne

Les lunettes peuvent parfois former des ombrages sous les yeux dépendamment de la lumière environnante, donnant l’illusion qu’on a de gros cernes disgracieux. Opter pour un cache-cerne un petit peu plus jaune et plus pâle que votre teint permet d’atténuer cet effet et d’illuminer le regard. Un peu de brillant ou d’ombre à paupière blanche dans le coin interne de l’œil aidera aussi à avoir un regard éveillé.

– Ajuster son eye-liner à sa monture

C’est bien simple, si le bord de votre monture est assez épais, le trait d’eye-liner devrait être plus épais. N’ayez pas peur du cat-eye et des looks plus dramatiques. Dans le cas contraire, si la monture est plus fine, il faudra doser et opter pour un trait plus subtil. Tout est question d’harmonie.

– Des sourcils bien définis

Porter des lunettes n’est pas une raison valable pour négliger ses sourcils, bien au contraire! On ne le répètera jamais assez : les sourcils sont le cadre du visage, et il serait faux de penser que les lunettes leur volent ce rôle. Entretenez-les et tracez-les à l’aide d’un crayon ou de poudre à sourcils, vous verrez une différence, garanti!

Photo : We Heart It