Réseaux sociaux

Hair Love par l’ancien joueur de la NFL, Matthew A. Cherry est un court métrage animé de cinq minutes mettant en lumière les relations père-fille, la diversité capillaire et l’estime de soi.

 

L’action prend part à travers un père américano-africain (Stephen), sa fille (Zuri) et ses cheveux. Alors que sa femme n’est pas disponible à la veille d’un événement, Stephen doit coiffer la chevelure de la petite Zuri (ou plutôt la dompter) puisque la tignasse ne se laissera pas faire facilement.

 

L’idée est venue au réalisateur après avoir visionné plusieurs vidéos mettant en lumière des pères en interaction avec leur fille. Celui-ci avait remarqué par le passé une sous-représentation des gens de couleur dans l’industrie du dessin animé. Ses objectifs étaient de remédier à la situation en promouvant la diversité culturelle, les cheveux au naturel et la confiance en soi. Pour s’y faire, M. Cherry a lancé une campagne sur Internet afin d’amasser des fonds. Ses intentions ont été applaudies par le public, puisque près de 5000 personnes y ont contribué pour une somme totale de 284 058 $.

 

Aujourd’hui, plusieurs personnes de renom dans l’industrie se sont jointes à la production du court-métrage. Le film sera aussi adapté en livre pour l’année 2019.

 

Sur une note plus éditoriale…

Bien que je n’aie pas la peau noire, j’ai ce que j’appelle affectueusement « ma touffe » et celle-ci fait jaser depuis mon plus jeune âge. Ayant les cheveux épais et frisés, j’ai longtemps eu du mal à me reconnaitre dans les tendances et à les accepter. Je me rappelle avoir dû me faire coiffer par mon père, à notre grand désespoir, mais j’en garde aujourd’hui des souvenirs cocasses.

Maintenant, je reconnais que ma touffe fait partie de moi et me démarque des autres. J’aurais moi-même aimé avoir été en contact avec de telles images pour en venir à cette conclusion plus tôt. Je trouve formidable que des jeunes filles puissent se voir dans un tel personnage et ainsi s’accepter comme elles sont.

 

 Je lève mon chapeau à ce projet. 

 

Le congé de Noël a été pour moi l’occasion parfaite de rattraper le temps perdu avec mon cher ami Netflix. J’ai été comblée, car plusieurs films venaient tout juste d’être ajoutés sur la plateforme. Un parmi eux m’a particulièrement intrigué et j’ai nommé Bird Box. Production originale de Netflix et réalisé par Susanne Bier, le film met en vedette Sandra Bullock dans un monde post-apocalyptique. En fait, une créature non-identifiée s’éprend de ceux qui la regardent. Cette « chose » possède le pouvoir d’illustrer la peur à quiconque ayant la malchance de la voir. Cette vision devient tellement effrayante que la seule option possible est le suicide.

 

Pour la suite, attention, « SPOILER ALERT ».

 

Ce qui devient intéressant avec l’histoire, c’est que l’humanité se voit dépourvu d’un sens, la vision. Les personnages doivent donc s’adapter à ce nouveau fléau qui touche la planète. Ils s’équipent de bandeaux couvrant les yeux pour se protéger contre cette menace destructrice. Cela me fait penser à la sélection naturelle. Ceux qui ne peuvent s’adapter ne survivent pas. Cette histoire apocalyptique m’a rappelé le film A Quiet Place dans lequel des créatures attaquent les humains quand ils détectent du bruit. Dans ce scénario, c’est le silence qui doit régner pour s’en sortir vivant.

 

D’un côté un peu plus critique, je trouve l’idée de base du film excellente. Par contre, plusieurs aspects font que l’histoire devient plus ou moins réaliste. La péripétie principale met en vedette Malorie (Sandra Bullock) qui doit traverser une rivière pendant quelques jours avec ses deux jeunes enfants pour se rendre à un refuge. Tout cela, les yeux bandés. Personnellement, je pense que 48 heures dans une rivière et des rapides, les yeux complètements couverts, c’est assez surhumain. Surtout accompagné de deux jeunes enfants qui ne voient rien eux non plus.

 

Après ce long périple, Malorie et ses deux enfants arrivent avec quelques (voire peu) d’accrocs au refuge. Bien franchement, comment est-ce possible que, dans une vaste forêt, ils arrivent pile devant la porte du repaire sans regarder? Pour moi, cela ne semble pas vraisemblable.

 

Outre ces petites critiques pointilleuses, j’ai particulièrement apprécié la fin. Une fois au refuge, on réalise que ce dernier est dirigé par des aveugles. Ce que j’ai trouvé intéressant : les personnes aveugles sont souvent jugés comme étant munis d’un handicap, or dans le contexte du film, ils ont l’avantage sur tout le monde.

 

Un challenge assez déstabilisant

Ce que j’ai trouvé dommage à la suite de la sortie de Bird Box : le fameux « Bird Box Challenge ». Le but consiste à reprendre le concept de film. Les personnes se bandent les yeux et essayent de se promener et de s’adapter. À ne pas reproduire à la maison!

 

Netflix a d’ailleurs adressé la situation sur Twitter au début du mois de janvier.

 

Donc, je vous recommande grandement le film Bird Box (mais s’il vous plaît, n’utilisez pas ce concept pour vous blesser) !

 

Un sujet alarmant sur Instagram

Tout comme moi, vous avez probablement vu passer une vidéo percutante présentant des rhinocéros sur Instagram. Pratiquement tout le monde partageait la vidéo dans leur story, tous semblaient bien préoccupés par la situation de ces animaux. Cependant, maintenant que le buzz est passé, les rhinocéros abattus pour leurs cornes souffrent toujours.

 

En Afrique, les braconniers ont tué plus d’un millier de rhinocéros pour leurs cornes en six ans. Leurs cornes sont utilisées dans la médecine asiatique et valent plus cher que l’or. C’est dans cette mesure que la contrebande des cornes de rhinocéros a fait sont apparition il y a de cela quelques années. Les braconniers vendent ces cornes, souvent arrachées de leur corps à l’aide de tronçonneuses, aux Asiatiques. Ces derniers croient que le mélange d’eau et de cornes de rhinocéros forme une mixture qui s’agirait d’un remède à plusieurs maladies. Malgré l’absence de recherches scientifiques montrant des résultats concluants d’un tel effet, une corne d’environ 3,5 kilogramme se vend jusqu’à 360 000 $ au marché noir. Voilà pour les braconniers une « bonne raison » de faire souffrir les rhinocéros d’Afrique.

 

 

Les seuls moyens trouvés pour protéger ces animaux des braconniers sont efficaces, mais aussi perturbateurs pour les rhinocéros. Les bêtes seront tranquillisées et évacuées de leur habitat vers un endroit plus sûr. Que ce soit dans une zone protégée ou encore dans un zoo, l’animal sera extrait de tout ce qu’il connait vers un endroit « sans danger » pour le protéger. Entre autres, des vétérinaires vont aussi intentionnellement enlever les cornes des rhinocéros toujours en vie afin d’éloigner les braconniers. Pourquoi faire exactement la même chose que ce que nous déplorons? 

 

En faisant l’intervention chirurgicale dans de bonnes conditions, les vétérinaires permettent aux rhinocéros de vivre plus longtemps. Leurs cornes repousseront dans les deux années qui suivent et les braconniers ne verront aucun avantage à blesser l’animal.

 

Après toutes ces informations, j’ai, comme à mon habitude, un message à passer. Continuez de partager ce genre de vidéos. Continuez, mais informez-vous. Éduquez votre entourage par rapport à toutes ces atrocités. C’est en se mobilisant que nous feront un changement, mais surtout, en étant totalement en connaissance de cause.

 

Ne faites pas que partager pour avoir bonne conscience. Tentez d’informer. Tentez le changement.

 

Crédit photo: Jason Florio, Smithsonian Magazine 2018 (1). National Geographic (2).

Des troubles du sommeil, une détérioration de l’estime de soi, la création d’une dépendance : ces effets liés à une trop grande utilisation des réseaux sociaux, nous les entendons régulièrement. À la suite de la contemplation des comptes Instagram, Facebook ou Twitter de personnalités parfaites et de leurs corps qui le sont tout autant, plusieurs ressentent de la pression quant à leur propre vie suite au temps passé sur les réseaux sociaux. Devant les nombreux impacts négatifs de ces plateformes web, nous pouvons nous questionner concernant leur raison d’être. Mais, une récente découverte m’a redonné espoir en le bien-fondé des celles-ci.

 

Lors d’une récente navigation sur Instagram, j’ai pris connaissance du compte Les Folies passagères, qui se décline d’ailleurs également sur Facebook. Cette page présente l’œuvre de Maude Bergeron, artiste et militante féministe. Elle publie ainsi sur cette plateforme, depuis 2016, ses œuvres abordant de nombreux enjeux de société, tels que la diversité corporelle, le féminisme et la santé mentale. Ses publications sont accompagnées de textes magnifiquement écrits. Ils traitent avec exactitude et éloquence de ces sujets controversés, parfois trop absents des réseaux sociaux.

 

Effectivement, sachant qu’une personne sur cinq souffrira d’une maladie mentale au cours de sa vie, je crois des plus pertinents que Maude Bergeron brise les tabous entourant ce sujet. Elle énonce l’importance de soutenir toutes personnes souffrant d’un trouble de santé mentale et s’adresse à ceux en souffrant eux-mêmes, leur disant qu’il est normal de prendre du temps pour guérir.

 

De plus, selon l’Institut de la statistique du Québec, un adolescent sur deux n’aime pas son corps. Le bombardement de corps retouchés sur les différents médias ne favorise généralement pas l’acceptation de soi… Toutefois, j’ai été des plus touchée de constater la diversité de corps qui est illustrée sur le compte de Les folies passagères, me faisant croire à un changement des mentalités qui s’opèrent actuellement dans notre société.

 

Mais l’artiste ne s’arrête pas là : elle n’hésite pas à aborder les thèmes des relations toxiques,  de la politique ou de la culture du viol, le tout avec aplomb et sensibilité. Je vous invite également à découvrir sa boutique en ligne où elle commercialise de nombreux objets illustrant ses magnifiques œuvres. Vous pouvez également vous y procurer son roman graphique Pamplemousse.

 

Enfin, les réseaux sociaux devraient de contenir plus de comptes comme celui de Maude Bergeron. Parce qu’en effet, avec l’énorme auditoire que ces plateformes rejoignent, si le nombre de contenu tel que celui présenté par Les folies passagères augmente, nous pouvons croire en un apport bénéfique des réseaux sociaux. Par la diffusion d’idées égalitaires, positives et inclusives sur ces plateformes, il est clair que les mentalités peuvent évoluer, une personne à la fois. Dans notre société au quotidien effréné, il est parfois difficile de faire la part des choses concernant les idées qui nous sont véhiculées. Je vous incite donc à faire un tour sur le compte de Maude Bergeron, qui je l’espère, saura mettre un baume sur votre quotidien comme il l’a fait pour moi.

 

Lien vers le compte Instagram @lesfoliespassageres : https://www.instagram.com/lesfoliespassageres/

Lien vers le compte Facebook Les folies passagères : https://www.facebook.com/lesfoliespassageres/

Lien vers la boutique en ligne : https://lesfoliespassageres.com/

 

crédit photo: @lesfoliespassageres

La cause des femmes gagne en importance depuis les dernières années grâce aux nombreux témoignages d’hommes et de femmes qui osent prendre la parole. Que ce soit à la télévision, dans les magazines ou sur les réseaux sociaux, plusieurs voix s’élèvent pour soutenir la cause.  

 

C’est au festival Buffer de Toronto, qui se tenait du 27 au 30 septembre 2018, que Lysandre Nadeau a présenté sa vidéo «Dérangeante» au grand public. Si elle a toujours su promouvoir le féminisme, elle frappe fort avec cette nouvelle publication. Un court-métrage percutant, des extraits colorés et rythmés, des séquences vidéo sur le féminisme, entrecoupé de courts témoignages de personnalités féminines. On parle de Rosalie Lessard, Emma Verde, India Desjardins, Alice Morel Michaud, Jessie Nadeau, Khate Lessard et plusieurs autres.

 

 

La vidéo prône ce qui est « dérangeant » chez la femme. Une fille qui rote, qui sacre ou qui boit, c’est loin des clichés conventionnels. On traite également de l’utilisation péjorative de l’expression « GirlBoss » car comme le cite Gabrielle Madé : « On ne dira jamais BoyBoss ».  Il est également question de la réussite des filles dans les secteurs majoritairement masculins, la volonté de faire taire les femmes sur certains sujets, bref sur ce qui dérange.

 

Les sujets abordés sont, certes, traités en long et en large dans les médias, mais les segments choisis sont courts et directs. On ne se perd pas dans de longs discours agrémentés de belles paroles. Comme quoi, il n’est pas nécessaire de montrer ses fesses ou d’élaborer des beaux discours pour faire passer un message.

 

Lien pour visionner la vidéo: https://www.youtube.com/watch?v=gibwrQ_8BiE

Il est clair que certaines personnes d’entre vous ont déjà été sur un site de rencontre que ce soit pour niaiser ou pour toutes autres raisons qui ne sont pas de mes affaires. Vous connaissez probablement Tinder, Hot or Not ou, pour les plus âgés, Badoo? Et Miss Travel, ça vous dit quelque chose?

Ce site est probablement le pire que l’humain ait créé, à mon avis bien sûr. En fait, il est né pour aider les voyageurs à ne pas parcourir le monde seul. Lorsqu’on s’inscrit, on a la possibilité de créer notre voyage de rêve sur notre profil et attendre que quelqu’un nous répondre. Jusque-là, je ne suis pas contre. Ensuite, on peut choisir si l’on paye la totalité du voyage, la moitié ou rien du tout. Là est le problème.

Certaines jeunes femmes en profitent pour se faire payer la lune par des inconnus qui font habituellement le triple de leur âge. Le site est réputé pour contenir plusieurs suggar daddy à la recherche d’une jeunesse avec qui partager leur lit durant un certain temps à l’étranger, ce avec quoi je suis en total désaccord.

Les gens ne voient donc pas le danger là-dedans? Voyons donc! Les chances de tomber sur des personnes du même âge que nous, ayant de vraies bonnes intentions de voyager agréablement et d’être sérieux dans leur démarche sont assez minime merci, on va se le dire. Ce site de rencontre est la meilleure opportunité pour les pédophiles ou d’autres types de gens malsains de trouver preneur.

Un exemple? Vous savez les deux Québécoises qui se sont fait arrêter récemment en Australie pour trafic de drogue… Elles auraient très bien pu se faire payer le voyage par l’homme plus âgé qui était avec elles et se faire avoir rendu là-bas en transportant de la drogue. C’est mon hypothèse personnelle pour m’encourager à détester la page web, mais avouez qu’elle ne reste pas impossible?

Bref, méfiez-vous des voyages gratuits. Oui, c’est plaisant, mais à quel prix? 

 

 

Source de l’image : Miss Travel

Comme je n’avais pas assez de 10 points pour mettre en lumière les futilités qu’on retrouve parfois sur les blogues, voici la deuxième et dernière partie du Top 10 des pires tops 10. Clique ici pour la partie 1! http://lacerise.ca/allumee/top-10-des-pires-top-10-partie-1/

10 – Top 10 des meilleures photos de Nickelback (Nickelback? Pour vrai là?)

9 — Top 10 des hommes ronds du Québec (pourquoi ne feraient-ils pas partie du top 10 des hommes tout court?)

8 — Top 10 des meilleurs desserts au weed (sur un blogue de mode… come on)

7 — Top 10 des pires recettes de toast (quand le pain rencontre les céréales et les Doritos)

6 — Les 10 raisons pour lesquelles tu devrais sortir avec une Slovaque (eh ben…)

5 — Les 10 qualités que possède une blonde jalouse (peut transformer tout geste innocent en paranoïa?)

4 — Les 10 prénoms des filles les plus infidèles (OMG, si mon nom est là est-ce qu’il faut que je trompe mon chum?)

3 – Les 10 signes tragiques que tu es une fuck girl ou que tu en date une (1 : ayoye la syntaxe, 2 : les mots « tragiques » et « fuck girl » dans la même phrase)

2 — Top 10 des princesses de Disney ultra sexy façon clip de rap gangsta et biatch (ouais c’est un site français)

1 — Top 10 des trucs que vous ignorez sûrement sur le caca et on ne peut pas vous en vouloir (merci de votre compréhension)

Les tops 10 sont accessibles et rapides à lire. C’est un bon moyen de partager de l’information efficacement. Mais je vous en supplie, faites que popularité devienne signe de qualité et privilégiez la pertinence aux clics…

Photo : Léa Breton

J’adore les magazines féminins et les blogues. Les tops 5-10-15 -2089 aussi. Mais franchement des fois, ça fait dur. J’ai donc rapatrié pour vous les 10 pires tops 10 qui malheureusement font mauvaise presse aux articles de qualité (souvent écrit par les mêmes personnes) qu’on peut trouver sur ce genre de sites internet.

10 — Les 10 raisons pour lesquelles tu devrais fréquenter un bélier (pas l’animal là, le signe astrologique)

9 – Les 10 avantages d’être en couple en automne (que j’aurais plutôt intitulé 10 façons de traiter ton chum comme un esclave juste parce que les feuilles tombent des arbres)

8 – Les 10 avantages d’être célibataire à l’automne (vraiment les blogueurs ont une obsession pour cette saison)

7 — Les 10 types d’ex que tu risques d’avoir dans ta vie (ma grande, si tu as 10 ex c’est peut être toi le problème)

6 — Top 10 des aliments qui ressemblent le plus à des parties du corps (merci, je suis une nouvelle personne désormais)

5 — Les 10 pires endroits où faire l’amour à Montréal (avec le sous-titre « pas game de les essayer »… euh non)

4 — Les 10 raisons pour lesquelles avoir un chat est mieux qu’avoir un bébé (j’espère que c’est de l’humour)

3 — Les 10 raisons pour lesquelles te faire tromper est une bonne chose (quoi???)

2 — Les 10 textos que ton fœtus aurait pu t’envoyer (merci, Buzzfeed)

1 — 10 noms de filles qui ont la chatte qui pue (tu ne me crois pas? BOOM : https://www.buzty.fr/top-10-des-prenoms-de-filles-avec-une-chatte-qui-pue.html)

Mention spéciale à cette merveilleuse parodie : 5 mannequins québécois à suivre sur instagram

http://www.unbloguedetrop.ca/blog/2016/1/24/5-mannequins-qubcois-suivre-sur-instagram

Photo : Léa Breton

Tu dois avoir ça toi aussi… un compte Facebook, Instagram, Pinterest, Twitter? Tu vis surement toi aussi le même phénomène: la maladie de la photographie.

Tu ne comprends pas ? Je vais t’expliquer. Ce n’est pas être photographe.

N’as-tu pas remarqué à quel point l’on est superficiel parfois? Non? Voici la définition: «Qui intéresse que la superficie, qui est uniquement en surface; ce qui s’arrête à l’extérieur, ce qui effleure et n’approfondit pas.» Ne trouves-tu pas maintenant que l’on est superficiels? On s’arrête seulement à l’image.

On publie une nouvelle photo sur Facebook, Instagram ou tous les autres. On est toujours à regarder qui a liké et combien il y a de gens qui nous apprécient….. Pour ce qu’on démontre. Ne me fait pas ce visage de fille qui ne comprend pas! Tu le sais que j’ai raison.

Les réseaux sociaux ne sont pas la vraie vie. Pourquoi on ne se prend pas en photo lorsque l’on pleure ou quand l’on est cernée jusqu’aux genoux parce que l’on n’a pas dormi?

Bien sûr que non qu’on ne le fera pas! On ne veut montrer que du beau, que ce qui est parfait en prenant des centaines de photos de nous ou en montrant l’événement auquel on participe.

Trop occupé à prendre de belles photos pour montrer aux gens comment l’on est chanceux d’avoir pu assister à ce beau coucher de soleil là, à Cuba, que l’on a vu seulement derrière l’écran de notre cellulaire.

On n’est pas toujours beau ni parfait, et parfois on a des crises de larmes, des crises de nerfs, des émotions. Ça, c’est la vraie vie.

Je sais, je critique les gens qui font ça, mais je suis aussi concernée. Je réalise que, finalement, moi aussi, je suis superficielle.

Photo: Weheartit