Techno

Tes économies ramassées lors de l’été dernier ont fondu à vue d’œil, tes études coûtent cher et l’achat des cadeaux de Noël a donné des cauchemars à ton portefeuille ? Bref, tu as clairement besoin d’un peu d’argent de poche, mais trouver un emploi n’est pas si simple… Première étape : Ferme ton livre de bricolage en bâtons de popsicle (de toute façon, tes proches n’apprécieront pas autant qu’ils te le diront, politesse oblige tsé). Deuxième étape : Lis cet article pour te renseigner davantage sur un site qui pourrait régler tes problèmes financiers : EZJobSolution.

Ce site vient surtout en aide aux jeunes à la recherche d’emploi, mais aussi aux PME (petites et moyennes entreprises) qui se cherchent des travailleurs. En quelques clics, tu peux te créer un compte sur le site et dès la confirmation de ton inscription, tu as accès à tous les emplois qui sont offerts par les employeurs membres d’EZJob dans ta région. Tu peux ajouter une photo professionnelle de toi à ton profil, ton CV et même une vidéo promotionnelle où tu peux te filmer pour démontrer tes nommmmmbreuses compétences. Ensuite, tu peux postuler aux emplois auxquels tu t’intéresses et qui sont disponibles dans ta région. L’employeur pourra te contacter s’il est intéressé par ton profil. Ceux-ci peuvent aussi fouiller dans la base de données complète des chercheurs d’emplois et entrer en contact avec certains d’entre eux, sans qu’ils aient pour autant postulé pour leur offre d’emploi. Tu pourrais donc avoir une belle surprise sans l’avoir demandée ! C’est simple et facile comme tout !

 

Petits hics : Il faut préciser que ce ne sont pas tous les commerces du Québec qui seront sur le site, puisque l’employeur doit s’inscrire lui-même sur EZJob pour afficher son nom aux employeurs. Aussi, les fondateurs étant originaires des Laurentides, la majorité des emplois offerts sont concentrés dans cette région du Québec pour l’instant. Mais c’est en lui donnant une chance qu’on peut l’aider à progresser. De toute façon, ça ne coûte rien d’essayer !

 

Rien ne garantit qu’avec cette solution, tu te trouveras un emploi après Noël, mais une chose est sûre, aller jeter un coup d’œil ne peut pas te nuire dans ta recherche. Et pourquoi pas t’inscrire, un coup parti ? Si ça t’intéresse :

http://www.ezjobsolution.com/

Sortir avec un gamer… Ce n’est pas mieux ou pire que de sortir avec un sportif, un geek ou un collectionneur de timbres! C’est juste qu’il y a certaines choses à savoir, question d’éviter quelques petits problèmes. Voici donc une courte liste de connaissances pour les nouvelles dans la ligue!

  1. Dictionnaire Français – Gamer

C’est inévitable, tu vas développer un tout nouveau langage! Par exemple, LOL et WOW n’auront plus du tout la même signification. À ton vocabulaire s’ajoutera aussi une liste d’acronymes qui semble ne rien vouloir dire : AFK (away from keyboard) et GG (good game)… La première fois que tu vas l’entendre, tu risques de ne pas comprendre, mais je te promets que ça s’arrange avec le temps.

  1. Oublie le rangement

Si tu es une maniaque du rangement, de la propreté et de l’organisation, tu risques d’avoir un autre problème. Les gamers ont des ordis de fou! Ils sont énormes et il y a des tonnes de fils qui viennent avec. Un fil pour la caméra, une extension pour la prise, un câble internet, les gros écouteurs, la souris, le clavier, etc.! Ça traîne et c’est surtout laid, mais il faut vivre avec… et essayer de les organiser le mieux possible.

  1. Des tutoriels de gamers, vraiment?

Certains gamers aiment beaucoup regarder des gameplays (d’anciennes parties terminées), du stream (d’autres personnes qui jouent en direct) et certaines vidéos de promotion. Au début, je ne comprenais pas trop. Sérieusement, c’est quoi le but de regarder d’autre joueurs jouer à un jeu à la place d’y jouer? J’ai réfléchi à ça et je me suis dit que ce n’était pas vraiment mieux que de regarder des tutoriels de coiffure, de maquillage et des vidéos de petites filles de 4 ans qui chantent vraiment trop bien.

  1. Intéresse-toi à sa vie si tu veux qu’il s’intéresse à la tienne

Dernière chose : les anecdotes de game…Peut-être que ça ne va pas t’intéresser. Moi, ça  ne m’intéresse pas, mais je fais quand même un petit effort d’attention. Ça leur fait tellement plaisir de nous raconter leurs games et de nous décrire leurs statistiques (même si on ne comprend absolument rien)! En même temps, je me dis que, nos anecdotes de soirée de filles, nos résumés de conversations et toutes nos petites réflexions étranges ne doivent pas toujours les intéresser. S’ils font l’effort, on le peut bien nous aussi, non?

Nos gamers, on les aiment comme ils sont et on ne doit pas essayer de les changer. Ils sont parfaits comme ils sont, il faut simplement savoir à quoi s’attendre avant de se lancer pour éviter les mauvaises suprises…

Bonne chance!

Photo : Silvert Feather Studios sur Pinterest http://www.silverfeatherstudios.com/blog/gamer-engagement-session-in-durham-kenari-brian and http://topcanadacasinos.net/casino-reviews/gaming-club

J’ai une histoire d’amour pas comme les autres. Je ne dis pas que ma relation est plus merveilleuse, plus belle, plus parfaite que toutes les autres relations. Je dirais plutôt qu’elle est particulière.

Ma relation a débuté lorsque j’avais 9 ans. À l’époque, j’étais une jeune fille plutôt calme qui passait ses journées à faire de la bicyclette et à lire de livres. Puis, l’amour est rentré dans ma vie comme si un gros autobus jaune m’était passé sur le corps. Jamais je n’avais ressenti quelque chose d’aussi fort. Mes temps libres étaient consacrés à cette personne et lorsque nous étions séparés, il occupait toutes mes pensées. J’étais jeune oui, mais je feelais le parfait bonheur et je me sentais invincible lorsqu’il était à mes côtés.

Puis, les jours, les mois, les années ont passé. Plus je vieillissais, plus ma relation amoureuse prenait de l’ampleur tant dans ma vie personnelle que professionnelle. Au début, je me suis dit que ce n’était qu’une mauvaise phase et que tout allait rentrer dans l’ordre. Or, ça allait de mal en pire. Je n’allais plus aux fêtes organisées par mes amis, car je ne voulais pas laisser mon amour seul. Je refusais les invitations au cinéma et mes notes scolaires chutaient comme des montagnes russes.

Un jour alors que je faisais de l’ordre dans ma chambre, je suis tombée sur un vieux bouquin que j’avais mainte et mainte fois lu quand j’étais plus jeune. Il y avait maintenant plusieurs années que je n’avais pas ouvert un livre. C’est à ce moment que je me suis réveillée. Cette relation m’étouffait. J’avais laissé de côté mes livres, ma bicyclette et petit à petit je mettais de côté mon réseau social. Il fallait que cette relation cesse. Elle m’intoxiquait.

Petit à petit, j’ai commencé à être plus distante. J’ai commencé à sortir un peu plus, j’acceptais volontiers les sorties au cinéma et mes notes scolaires ont repris le dessus. Pendant un moment, j’ai cru que j’avais pris le dessus sur cette relation qui me gâchait l’existence. Mais, j’ai bien vite vu que ce n’était qu’éphémère.

Bientôt, je passais mes jours, mes nuits et mes matins avec lui. Il était toujours avec moi. Partout où j’allais, il n’était jamais bien loin. Autour de moi, mes amis, mes camarades de classe et mes collègues de travail vivaient la même chose que moi. Eux aussi étaient pris au piège dans une relation dangereuse et ils n’y voyaient que du feu.

Cette année, j’ai décidé que j’en avais assez et, qu’il le veuille ou non, il allait sortir de ma vie… Du moins, il va prendre beaucoup moins de place qu’auparavant. Je vais me déconnecter. Mon cellulaire, mon portable et toute autre distraction technologique n’auront plus jamais d’emprise aussi grande dans ma vie. Sur ce, je vais éteindre mon ordinateur et je vais ressortir ce vieux bouquin que j’aimais tant lire lorsque j’étais plus jeune.

Photo : WeHeartIt

Il y a quelques semaines, ma cousine m’a fait part d’une découverte qui venait de révolutionner sa vie : l’application pour iPhone et site web Good Guide. Sans perdre une minute, j’ai, moi aussi, introduit cette ressource dans mon quotidien.

20150414_SarahLarouche_GoodGuide2-2

Good Guide attribue à plus de 250 000 produits de tous genres une note de un à dix, selon des critères sociaux, de santé et d’environnement. Plus le produit à l’étude est nocif pour la santé et a un impact négatif pour l’environnement ou que l’entreprise n’offre pas de bonnes conditions à ses employés, plus la note qui lui sera attribuée est faible. En cliquant sur un produit, il est possible de voir dans quelle catégorie il perd des points ou, au contraire, en gagne. Nous avons également accès aux certifications et à la liste d’ingrédients. Si un ingrédient est nocif, une annotation le précisera.

En utilisant Good Guide, j’ai pris conscience de l’impact, positif ou négatif, qu’ont les produits dont je me sers au quotidien. J’ai souvent l’impression de recevoir un coup de poing en plein visage. Par exemple, j’ai découvert que mon shampooing à l’huile de morocco (ça sent TELLEMENT bon!) n’a que 3,9 points sur 10 (!!!!), ce qui est très, très peu! En lisant davantage, j’ai appris que les droits des travailleurs de cette compagnie sont quasi bafoués, puisque la note est de 4/10. Croyez-moi, c’est fini entre mon shampooing et moi! La prochaine fois, j’opterai pour un shampooing biologique fabriqué par une entreprise qui respecte un certain code d’éthique.

Depuis que j’emploie Good Guide, j’ai carrément changé ma trousse de produits de beauté et mon garde-manger. J’ai d’ailleurs beaucoup réfléchi sur la question de consommation globale. Effectivement, notre relation avec la consommation est très étroite : on achète sans cesse. Utiles ou pas, sans trop se poser de questions, on achète des tas de produits qui nous passent sous la main. C’est très déplorable, d’autant plus que de nombreux de ces produits ne sont pas correct sur le plan moral. Je suis désormais beaucoup plus tentée par les produits biologiques et équitables. C’est meilleur pour moi, mais aussi pour la planète. Je serais folle de m’en passer! Allez, faites-comme moi et aidons la planète en consommant moins et mieux!

Photo : CFSI

La Apple Watch fait son entrée sous les feux de la rampe avec son dévoilement par Apple aujourd’hui. C’est dès le 24 avril prochain que l’on pourra se procurer la toute nouvelle invention de la compagnie, soit le premier produit sans la présence de Steve Jobs à la présidence.

Tim Cook n’a pas laissé partir l’innovation avec son ancien PDG alors qu’il nous présente la première œuvre d’Apple à pouvoir être portée et personnalisée. Conçu pour tous les goûts, Apple n’échappe pas au style avec trois collections de bracelets, en passant par le look sport à celui plus classy et avec le pouvoir de personnaliser le cadran à notre style de vie.

Outre le look, la montre, synchronisée avec le iPhone, se montre plus technologique que jamais avec son accès au calendrier, à l’horaire et aux contacts, tout en permettant la réception de textos, d’appels et de courriels, puis en y répondant de façon amusante par des pictogrammes, des tactogrammes et des cardiogrammes. D’ailleurs, pour les sportifs, la Apple Watch suit votre performance de près… C’est l’outil à reconsidérer pour la mise en forme, parce qu’Apple Watch enregistre pour vous l’ensemble de vos mouvements et dresse un portrait de votre activité physique en vous invitant à progresser pour vous assurer un mode de vie équilibré.

Apple Watch, est-ce le produit de l’heure?

Un nouveau courant technologique peut-être… Mais aussi bien de critiques! Sur twitter, le hashtag #AppleWatch n’a pas manqué de rapidement faire son apparition! À l’heure actuelle, l’autonomie a fait son entrée de jeu. On se rappelle qu’Apple en déçoit plusieurs avec sa batterie très vite déchargée… Tim Cook annonce que la montre pourrait avoir une autonomie de 18 heures et moins selon l’utilisation. La réponse du public s’en tient à ne pas vouloir recharger sa montre tous les jours. Acheter une montre pour ne pas manquer son rendez-vous au risque de le manquer pendant le rechargement ce serait bien décevant, mentionne un membre du réseau Twitter à la blague… La critique ne s’arrête pas là. Est-ce que ce ne sont pas tous des applications qu’on a déjà vues sur cette montre? Est-elle vraiment utile?

«Si on résume, la #AppleWatch ne fonctionne qu’à proximité de notre iPhone et fait la même chose que notre iPhone à proximité » Oups… Croyez-moi, la twittosphère se permet la moquerie suite à ce lancement.

Bien entendu, ce serait un apport positif pour le marché de la montre si le mouvement pouvait lever dès la mise en vente du produit, mais, pour sa part, on dit que le marché de la mode est bien sceptique, tout comme la clientèle d’Apple qui ne se gêne pas de douter et de faire part de son opinion sur les réseaux sociaux.

Du moins, si la Apple Watch attise les remarques désobligeantes dans le moment, le nouveau Macbook a fait son entrée sur le marché avec un fini encore plus perfectionné, mince et léger que les derniers et j’espère que tu tomberas toi aussi en amour avec ce modèle!

Photo : www.apple.com

2h27 AM. Les cernes sous mes yeux me hurlent de mettre fin aux activités de mon cerveau et de dormir. Pourtant, je réfléchis à cette question depuis un bon moment et je suis simplement incapable d’arrêter la pente fatale qui s’en suit dans mon esprit : Quand est-ce qu’on a arrêté de faire développer nos photos?

Dans chaque maison, il y a nécessairement une étagère dans le salon ou une boîte de carton dans le garde-robe qui renferme de nombreux moments capturés en images et rassemblés dans différents albums. Un peu comme un réfrigérateur, ça vient avec une mince couche de poussière sur le top. Pourtant, lorsque ce sera à nous, Génération Y et plus, d’acheter notre maison, il n’y aura aucune boîte de carton marquée «Albums photos» au Sharpie à déménager. Pourquoi? Parce que la technologie a fini par robotiser un beau partage familial.

Souvenez-vous ce moment où votre mère a ressorti les vieux albums un mardi soir et que toi, ton petit frère et ton père vous êtes rassemblés autour d’elle à la table de la cuisine. Tout d’un coup, vous revoilà au Camping de la Grande Chute avec «mononcle Serge» en 2002. Juste avant, tu venais de remarquer à quel point tes parents avaient l’air heureux dans leur début de relation et de réaliser qu’eux aussi, ils ont déjà été jeunes et rêveurs. Trois ou quatre albums plus tard accompagnés d’une bonne dose de nostalgie, c’est la réalité qui reprend le dessus : messages textes, Facebook #pistoute.

Comment ça se fait qu’on ait laissé la technologie remplacer les bonnes vieilles pages de plastique? En inventant le numérique, on a certainement créé une façon simple et rapide de conserver nos photos-souvenirs. Seulement, c’est bien plus que des cahiers formés de pochettes transparentes qui ont été remplacés : c’est le parfait symbole du partage qui se meurt à petit feu. On va se le dire, il n’y a rien de plus froid et d’impersonnel que de se remémorer il y a dix ans autour du iPad de «matante Sylvie». Ah et, ça ne sert à rien de se le cacher, les photos sur Facebook sont, quant à elles, rapidement oubliées et perdues dans les abimes d’Internet. Quoi dire de celles partagées sur Instagram… Soyons humbles pour un moment : y’a-t-il une forme d’égocentrisme plus poussée que cette application? Et où est-elle, cette clé USB du voyage à Paris de tes parents, déjà? Probablement seule et abandonnée dans une craque de divan mêlée aux vieux sous noirs.

Un album photo, ça a un cœur. C’est né des propres mains de son propriétaire. C’est confectionné avec soin et critique. Un album photo, c’est vivant lorsqu’on le partage en famille assis à la table de la cuisine. Ce qui est le plus dommage, c’est que notre époque est entrain de nous enlever le peu d’humanité qui nous reste en robotisant tout ce qu’il y a de plus humain. C’est notre réalité, notre génération et celles futures. Je suis peut-être un peu idéaliste, j’en conviens. Mais je vous avais prévenu… Il est dépassé 2h27 AM et il y a une pente fatale dans mon esprit.

Photo: We Heart It

Je sais, je sais. Vous avez lu le titre et vous vous êtes dit «Ayoye, mais pourquoi elle se plaint, elle?» Mais je m’explique. Chaque bon côté a son petit mauvais côté. Et là, je l’avoue, c’est mauvais juste à cause de moi et mon addiction pour les réseaux sociaux. Et du fait qu’en une semaine, il s’en passe des choses.

Je m’en fous au fond, parce que ça va me faire du bien une semaine sans les yeux baissés sur mon écran lumineux à chercher mes réponses sur Google sans prendre l’effort d’y penser deux secondes ou à stalker beaucoup trop de gens sur leur profil Facebook. Ça va me faire du bien comme ça vous ferait tous du bien. Avouez-le, au moins.

Mais en une semaine, il s’en passe des choses, quand on est habitué à avoir toute l’information qui nous concerne de près ou de loin dans la paume de notre main. C’est ça, le problème, personne n’aime vraiment ça manquer une annonce importante. C’est pour ça que live là, j’invente des règlements qu’il faut que vous suiviez à partir du samedi 13 décembre au dimanche 21, okay? Okay.

First: Pas de break up durant ce temps. Je ne veux pas arriver, être en retard dans les nouvelles et vous posez des questions sur votre ex-relation. Les questions délicates, c’est non. Juste non. Et au contraire, pas d’annonce de mariage/fiançailles/bébé-en-cours. Les bonnes nouvelles aussi, tu les gardes pour toi. Je veux être heureuse pour vous en même temps que tout le monde.

Deux: Si t’es un vloggueur/vloggueuses/bloggueur/bloggueuse/whateversurleweb, tu n’annonces rien d’important. Continue de parler de tes DIY du temps des fêtes et de ce que tu fais depuis que t’as fini ta session/est back chez tes parents. Pas d’annonce d’une nouvelle collabo, pas de textes/vidéos viraux, er-djien. Tu feras ça le lundi 22. Y’a pas encore de party de Noël cette date-là, tout le monde va être sur son téléphone/ordi, prêt à te lire/t’écouter.

Trois: Pas d’annonce de nouvel album pour tout artiste que j’aime (a.k.a. beaucoup d’artistes). Il n’y a rien ni personne qui va m’enlever le plaisir d’écouter une nouvelle chanson la journée de sa sortie.

Finalement: Pas de décès. Aucun. Tout le monde survit cette semaine-là. Autant mes proches que j’aime et à qui je vais penser pendant que je me prélasse sur la plage avec un drink, autant les célébrités. Janine Suto et ma grand-mère, même combat t’sais.

Fait que c’est ça. Si jamais vous pensez enfreindre un de ces règlements, je vous donne le numéro de téléphone de mon hôtel, appelez-moi. (Not.)

Comme qu’y disent: bonne semaine!

Photo: We Heart It

Désormais, vous ne pourrez plus mentir sur votre destination. Vos amis pourront vous suivre en temps réel et sauront très vite que vous êtes arrêtées au magasin de bonbons du coin de la rue (un plaisir coupable!) Avec l’application Localiser mes amis, vous pouvez suivre tous vos copains dans leurs déplacements, en direct! C’est cool, non?

L’utilisation est très facile. D’abord, vous devez télécharger l’application via le «App Store». Ensuite, vous activez la localisation de votre téléphone cellulaire, et rapidement, elle retrouvera où vous êtes. (À noter que vous devez toujours être connectée à Internet, par le Wi-Fi ou le 3G).

Par la suite, vous devrez choisir parmi quelques configurations simples.

Photo 1-article véro mes amis

  1. Voulez-vous masquer votre position, ou vous êtes à l’aise à ce que tous vos amis le sachent?
  2. Autorisez-vous les demandes d’amitié?
  3. Voulez-vous recevoir des notifications lorsque vos amis arrivent à un endroit défini? (À l’aéroport, par exemple, ou un garçon qui vient te rendre visite à la maison!!!!)

De là, vous serez en mesure de commencer à utiliser l’application. Certains amis vous ajouteront, et vous en ajouterez à votre tour. Ainsi, s’ils ont accepté que vous voyiez leur position, leurs petites photos s’afficheront sur une carte, et en appuyant dessus, vous pourrez voir leurs positions EXACTES!

Photo 2-article véro mes amis

Par exemple, sur la photo, mon amie Camille Petit se trouvait à sa résidence. Il m’était spécifié qu’elle se trouvait à un ou deux kilomètres de l’endroit où j’étais.

Aussi, vous pourrez choisir de partager votre position pour une durée limitée seulement. Le temps d’un week-end par exemple. Cela peut être très pratique!

photo 3 -article véro mes amisCertains diront que c’est du «voyeurisme». Oui, en quelque sorte. Mais vous êtes totalement libres de télécharger l’application, ou de simplement laisser tomber son chargement (mais pas la lecture de mon article quand même!) Et ce qui est bien, c’est que vous avez le choix de masquer votre position. Alors soyez sans crainte, vous ne vous ferez pas suivre dans la rue par un inconnu… À la limite, ce sera votre ami(e) qui vous jouera un tour (de mauvais goût).

Enfin, en résumé, voici une mini-critique personnelle :

++ : Gratuite et facile à utiliser

+ : Divertissante, (bonjour la curiosité !)

– : Le graphisme est très simpliste

— : Seulement offerte pour iPhone, iPad et iPod

«N’est-ce pas le curiosité qui nous retient à la vie ?»  -Marie-Claire Blais

Photo: WeHeartIt

Aller à l’école demande beaucoup de planification, ce qui n’est pas toujours facile. Pas de panique! L’application iStudiez Pro vient en aide aux étudiants désorganisés (ou non) de ce monde en permettant de gérer horaire, devoirs et résultats scolaires de façon simple et efficace.

iStudiez Pro met de l’ordre dans le chaos organisationnel entourant la vie étudiante et te permet de te concentrer sur ce qu’il y a à faire. L’application affiche dès le premier coup d’oeil tes cours de la journée ainsi que les tâches à accomplir. Tu y retrouves également tous les évènements inscrits dans l’application Calendrier présente sur ton téléphone afin de ne rien oublier.

Le plus beau, c’est que l’application iStudiez Pro prend en charge les notifications «Push». Tu peux donc régler automatiquement une alarme sur ton téléphone quand vient le temps d’aller à tes cours ou lorsque la date de remise d’une travail approche. Plus d’excuses pour les retards ou les oublis!

screen568x568 screen568x568-2screen568x568-3

iStudiez Pro te permet également de faire le suivi de tes résultats scolaires. L’application calcule la moyenne obtenue pour chaque cours et semestre (session) à partir des notes accumulées au fil des semaines. Tu peux ainsi garder un œil sur ton cheminement et t’assurer de toujours rester au niveau!

L’application iStudiez Pro pour iPhone et iPad est disponible en français sur le App Store au coût de 2,99$. Une version pour Mac est également offerte, celle-ci pour 9,99$. iStudiez Pro synchronise automatiquement les données sur les différents appareils via iCloud afin que celles-ci soient accessibles en tout temps.

À noter : la version d’essai iStudiez Lite (en anglais seulement) peut être téléchargée gratuitement, bien que ses fonctions soient plus limitées.

Sur ce, bonne planification!

Photos: Facebook