Allumée 17005949_1758527330864223_1864468024_n

Presque 28 jours plus tard, les journalistes de LaCerise.ca se confient à propos de leur expérience du défi 28 jours sans alcool.

Marie-Pier

Maintenant que le défi 28 jours sans alcool est presque terminé, mes amis se sont habitués, on ne me passe plus de commentaires ou on ne me dit plus : personne ne va le savoir si tu prends un p’tit verre ! Parce que, oui, on m’a souvent tentée avec cette phrase et, effectivement, personne ne le saurait si je prenais un verre. Mais, au fait, de qui est-ce que je me cache dans ce défi ? Pour qui ai-je décidé de faire le défi 28 jours sans alcool ?

D’abord, c’est surtout sur un coup de tête, en voulant accompagner l’équipe de LaCerise, mais je me suis aussi lancée dans le projet pour moi-même. J’avais envie de relever le défi, de voir ce que c’est d’avoir une restriction qui à prime abord semble anodine, mais qui se révèle un défi de taille. Je voulais savoir ce que ça fait de ne pas boire du tout dans une soirée, est-ce que c’est vrai qu’on a plus de « fun » après quelques shooters ? Est-ce que c’est vrai que la poutine de fin de soirée est meilleure quand on a bu ?

C’est donc pour toutes ces questions (existentielles ou non) que j’ai décidé de faire le défi, mais surtout pour moi-même. Je suis d’ailleurs très fière de pouvoir dire que j’ai réussi malgré les tentations. Je suis fière de pouvoir dire que ce n’est pas vrai qu’on a moins de plaisir quand on ne boit pas. Pour ma part, j’étais la même (tout aussi plate!) J .

Blague à part, je crois que de savoir lâcher son fou sans avoir à compter sur une bouteille d’alcool est une bonne chose, tout autant que de prendre quelques verres entre amis en faisant preuve de modération. Rappelons que la modération ne doit pas être synonyme de privation, mais seulement de tempérance et, qu’en fin de soirée, vous serez content de rentrer chez vous sans égratignures tout en ayant profité d’une belle soirée.

Sur ce, je vous conseille fortement de relever le défi l’an prochain !

Je félicite ceux et celles qui l’ont relevé, vous pouvez être fiers de vous!

Monica

J’ai trouvé mon expérience utile, parce que j’ai réalisé à quel point l’alcool était présent partout dans ma vie ! Que ce soit un petit verre de vin chez mes beaux-parents, une sortie au resto en gang, ou encore la St-Valentin, toutes les occasions sont bonnes pour prendre un petit verre. Je n’avais jamais porté autant d’attention à toutes ces petites occasions là ! Je réalise qu’il est plus difficile de s’empêcher de prendre juste un petit verre. Se saouler, tu le justifies facilement parce que tu te lèves tôt le lendemain, t’as pas d’argent, etc. Donc c’est plus facile de dire non à une seule consommation ! Mais les petites tentations sont toujours là. C’est ce que je retiens de mon défi.

Maude

Initialement, j’ai décidé de participer au défi 28 jours sans alcool puisque mon dernier party m’avait excessivement amochée. Je me disais qu’un mois de répit me ferait un grand bien. Une fois le mois entamé, j’ai réellement apprécié l’expérience, même si c’était parfois difficile de dire non. Cela m’a fait réfléchir à l’importance que l’alcool a dans ma vie.

Avant le défi, j’avais l’impression que toutes les occasions étaient excellentes pour boire et qu’une vrai célébration, peu importe les circonstances, nécessitait une grande quantité d’alcool. J’avais tort, puisqu’il y a mille et une façons d’avoir du plaisir et les jeunes ne devraient pas croire que l’alcool est la meilleure. Je suis très fière d’avoir relevé le défi et il y a de forte chance que je recommence l’an prochain.

Reste à l’affut pour plus de confidences de la part des journalistes de LaCerise.ca sur le défi 28 jours sans alcool.


À PROPOS DE L'AUTEUR

LaCerise.ca

Commentaires