Allumée 10443505_568187773279584_462330238920116155_n

Il est dur de trouver le temps pour écouter toute une série télé, mais il est facile de trouver le temps pour une websérie. Douze minutes par épisode et seulement huit épisodes, c’est ce que propose Féminin/Féminin, une websérie de Chloé Robichaud. Vous attendez quoi?

Probablement que cette websérie de huit épisodes est apparue en début d’été dans votre fil d’actualité Facebook. Surement qu’une de vos amies lesbiennes l’a partagée parce qu’elle se disait que toutes ses connaissances devraient s’y mettre; elle avait raison. Par contre, je suis convaincue que la majorité d’entre vous n’ont pas osé. Pourquoi? Probablement parce que vous vous êtes dit: «Je suis trop hétéro pour cette série.» Voilà votre erreur.

Féminin/Féminin est une websérie québécoise sur le quotidien des lesbiennes et leurs péripéties amoureuses. Tous les classiques des histoires d’amour y passent : infidélité, peur de l’engagement, désir d’avoir des bébés. On s’y reconnait, hétéro ou pas.

Chloé Robichaud, qui a aussi réalisé Sarah préfère la course, et Florence Gagnon se sont donné la mission de dresser un portrait le plus réaliste possible de la communauté lesbienne, sans préjugés et sans stéréotypes. Vous vous sentirez interpellées par la maladresse de Noémie, les questionnements d’Alex ou la fougue de Julie. Ces filles sont attachantes et deviennent nos amies à la fin de cette première saison, qui passe beaucoup trop vite.

Les sketchs sont drôles, bien réalisés et magnifiques au niveau cinématographique. Il est impossible de ne pas sourire en écoutant cette websérie. Le scénario est éblouissant aussi, des répliques assassines comme des hésitations réalistes de filles un peu perdues.

Pour arriver à bien rendre ce texte, il était impératif d’aller chercher le meilleur des castings, des actrices de la relève qui n’ont pas fini de nous épater. Entre autres, Sarah-Jeanne Labrosse, qu’on a vu dans Unité 9 (Laurence Belleau, la détenue enceinte) et Noémie Yelle (Ramdam), interprètent avec brio leurs personnages de jeunes lesbiennes.

Seulement trois semaines après la sortie de la première saison, Féminin/Féminin avait déjà dépassé le cap des 300 000 visionnements. D’ailleurs, comme la série est sous-titrée en anglais, elle a été visionnée un peu partout dans le monde, des États-Unis à l’Angleterre, en passant par l’Amérique du Sud. Aujourd’hui, c’est plus de 500 000 clics pour la websérie québécoise.

Féminin/Féminin est une websérie lesbienne, oui. Mais c’est tellement plus que ça! Au final, les couples de lesbiennes sont comme les couples hétéros, seulement plus féminins. Allez donc vous laisser attendrir par ces filles modernes, vous risquez seulement de mieux les comprendre.

Photo: Facebook


À PROPOS DE L'AUTEUR

Frédérique Carrier

Commentaires