Allumée glisse-en-ville-lacerise

Hier, des centaines de personnes, moi y compris, sont retombées en enfance le temps d’une journée. Nous avons goûté au plaisir de se laisser guider par la frénésie qui occupait la rue Racine de Chicoutimi, là où était installée une glissade de 305 mètres.

«Slide the City», un projet d’origine américaine, a traversé les frontières québécoises pour prendre le nom de «Glisse en ville». Après Montréal, c’est au Saguenay que l’évènement s’est arrêté, et on peut dire que ça a été un énorme succès. Même un ÉN-OR-ME succès.

Les participants étaient nombreux à dévaler la pente de la rue Racine sur des chambres à air, des matelas de piscine, des poissons gonflables… et certains ont même poussé l’audace jusqu’à se déguiser. Plutôt inhabituel en plein centre-ville! Pourtant,  il n’a fallu que le soleil flamboyant de cette belle journée du mois d’août, une musique entraînante et une surdose de bonne humeur pour que tout le monde se prête au jeu.

Si vous n’avez pas eu la chance de vivre cette expérience urbaine particulière, mais surtout ô combien amusante DÉBILE, c’est toujours le temps de venir faire travailler votre adrénaline puisque l’évènement se poursuit demain.

Dès 11 h le matin, vous aurez la chance de vous rafraîchir de la manière la plus intense et originale qui soit, et ce, jusqu’à 18 h.

Parfois, ça vaut la peine d’échapper à son quotidien pour vivre le moment présent, lâcher notre fou et ainsi retrouver l’enfant qui sommeil dans notre petit corps.

On se croise dans la glissade!

Photo: FV Design Multimédia

Psssst! Pour voir chaque cliché de plaisir capturé, visitez sa page Facebook ou utilisez le #‎glisseenville!


À PROPOS DE L'AUTEUR

Ève-Marie Fournier

Jeune rêveuse en apprentissage, j'essaie un peu plus fort chaque jour de trouver la place qui m'appartient. Enfant, j'imitais les bruits d'une sirène de pompier en m'imaginant éteindre les flammes d'une maison prise au piège. Plus tard, je me voyais avec un stéthoscope au cou, marchant dans les corridors d'un hôpital pédiatrique. Aujourd'hui, c'est le milieu des communications qui a su m'offrir le siège le plus confortable. J'affronte chaque journée le plus intensément possible afin de me découvrir de fond en comble. J'embarque dans tous les défis auxquels j'adhère avec le sourire aux lèvres. Car au final, ce qui compte, c'est d'être heureux!

Commentaires