Applications et sites web

Baba Souk, vous connaissez? Une boutique en ligne colorée, ludique et franchement débordante de style. On craque littéralement pour l’univers babasouk.ca, qui rendra en plus le virtuel réel du 19 au 21 décembre prochain avec sa boutique POP-UP.

Basée à Montréal, BabaSouk.ca réunit tous les éléments pour nous rendre gaga. Des pulls et cardigans aux motifs colorés pour nous tenir bien au chaud. Des oreillers, coussins, tapis et autocollants muraux pour donner une touche de couleur à notre chambre. Des accessoires incomparables à ce qu’on peut retrouver dans les magasins, de quoi bien se parer pour le temps des fêtes!

*Note à moi-même : chérie, tu dois de sérieuses excuses à ta carte de crédit.

Mais vous ne savez toujours pas le meilleur : tout ce que vous retrouvez sur babasouk.ca est fabriqué à la main ou créé par des designers indépendants d’ici et d’ailleurs. On dit bye bye au fameux Made in China et on accueille le fabriqué au Canada, aux États-Unis, en Europe et au Maroc avec enthousiasme!

Vous ne savez pas le meilleur numéro deux? Okay, j’ai un peu vendu le punch au début… Vous pourrez physiquement entrer dans l’univers Baba Souk, qui tient du 19 au 21 décembre sa boutique POP-UP à Montréal, plus précisément à l’Espace Pop, au 5587 Avenue du Parc. Si vous manquez d’inspiration pour Noël et que vous voulez offrir des cadeaux qui feront l’envie de tous, c’est le moment où jamais!

*Note à moi-même #2 : chérie, tu dois finir tes cours de conduite au plus vite… tu aurais pu aller à la boutique POP-UP si tu l’avais eu. Maintenant, pleure et magasine en ligne!

Surveillez la page Facebook de LaCerise.ca, un concours en collaboration avec BabaSouk.ca prendra vie du 19 au 21 décembre… Vous ne voulez pas manquer ça!

baba soukPhotos: Facebook

Je suis quelqu’un d’hyper romantique et quétaine, c’est un fait. Je me suis toujours imaginé raconter une histoire pleine d’aventures lorsque mes enfants vont me demander: «Maman, comment t’as rencontré Papa?» L’option «J’ai appuyé sur un petit cœur après avoir flushé Jeff le pompier et Zack le menuisier» n’a jamais vraiment été envisageable.

C’est pourquoi, à chaque fois que mes amies parlent de leur «match Tinder», je divague complètement. Après plusieurs conversations sur le sujet, j’ai tout de même décidé de me laisser tenter au jeu pour une semaine.

Après un jour, j’avais potentiellement sept nouveaux partenaires amoureux… enfin j’allais pouvoir présenter quelqu’un à toute ma famille pour Noël! (Bonjour le sarcasme!)

Quoi qu’il en soit, après une semaine, le verdict final est plutôt triste à propos de Tinder, ou encore le paradis de l’insuffisance personnelle. Après plusieurs discussions avec certains utilisateurs, ainsi qu’avec ma propre expérience, je constate que la fameuse application est plus une source de garantie qu’autre chose.

Valorisation virtuelle

Une garantie contre la baisse d’estime: se rappeler qu’on est beaux, qu’on pogne toujours, qu’il y a toujours une option à la solitude. Et ça, ça m’attriste. On ne devrait pas apprendre à se trouver désirable à travers une application remplie d’inconnus qui ne nous ont jamais aperçus en vrai. En chair et en os, avec nos manies, nos expressions, nos histoires ainsi que nos craintes. Parce qu’en réalité, c’est ça, la vraie beauté. Ce n’est certainement pas une photo figée dans le temps sans aucune émotion. Les gens devraient apprendre à s’aimer à travers un regard désireux d’une personne amoureuse, dans les yeux remplis de fierté d’une mère lors d’une graduation, ou encore mieux, à travers leurs propres yeux.

Finalement, je ne me sentais vraiment pas à l’aise d’utiliser l’application et d’être embarquée dans ce monde de valorisation superficielle. Je ne me sentais pas à l’aise de juger si je parlais à quelqu’un en me basant simplement sur une photo vide de tout charisme. Et bien évidemment, je ne me sentais pas à l’aise d’être jugée «parlable» simplement à cause de ma grosse face qui sourit (sourire qui pourrait tellement se révéler être faux) sur un cliché.

De toute façon, la fille quétaine en moi est loin d’apprécier l’idée de «choisir» un partenaire amoureux. La raison choisi un amant… Le cœur, pour sa part, prend plaisir à fraterniser avec les tisons qui s’échappent du feu brûlant de l’amour. Et même si certaines personnes s’amusent à se faire croire que l’amour (le vrai!) n’existe plus et s’abandonnent aux techniques virtuelles, eh bien moi, je me la joue vieux jeu, et je m’abandonne à l’attente d’un premier regard et tous les effets secondaires qu’il occasionne.

Photo: Facebook

Déjà entendu parler de Humans of New York ? Oui, alors vous serez aussi choyé que moi. Non? Bien désolée de vous annoncer que votre vie est incomplète. Je vais de ce pas vous initier à l’un des mouvements les plus inspirants du web afin de combler votre lacune.

Humans of New York, c’est un blogue, un livre et BEAUCOUP d’adeptes médiatiques.

C’est aussi l’œuvre du dévoué Brandon Stanton. À son arrivée dans «la grosse pomme» en 2010, Brandon décide d’utiliser les habitants pour réaliser un projet hors du commun. Il se donne pour but de photographier 10 000 New-Yorkais en l’espace d’un an. Avec un revenu ne lui offrant que le strict minimum, il se concentre sur ce que la diversité de New York a à lui offrir. Il publie les portraits ici.

tumblr_n35rnslYLd1qggwnvo1_1280

Son projet prend une tournure démesurée lorsqu’il crée la page Facebook Humans of New York. Le photographe publie ses photos accompagnées de petits témoignages. Souvent quelques mots ou petites phrases, parfois quelques-unes des histoires les plus formidables concernant les personnes qu’il capture sur pellicule. Je vous le jure, c’est parfois digne d’un film ou d’un prix Nobel de «l’histoire-qui-matche-pas-avec-l’apparence-de la-personne-photographiée».»

Ce qui fait la beauté de la page, c’est qu’elle nous offre ce que chacun de nous avons un jour essayé de deviner. COMBIEN, Ô COMBIEN de fois me suis-je demandé ce que la dame qui a la cuisse collée sur la mienne dans l’autobus s’en allait faire? Où comment les tourtereaux, qui s’apprécient (un peu trop) devant moi, se sont-ils rencontrés? On le fait tous, tout le temps. C’est dans notre nature de chercher du support et des ressemblances avec les gens qui croisent notre chemin. Ça nous rend plus souriants, positifs. C’est ce qui, selon moi, est à la base des relations humaines.

C’est donc maintenant plus de dix millions d’individus qui lisent et partagent des histoires vécues par les humains de New York (haha traduction).

tumblr_n6jw72YkQi1qggwnvo1_1280

Étant un phénomène mondial, les meilleurs portraits ont déjà été réunis dans un recueil du même nom en 2013. Un an plus tard, c’est la sortie du deuxième livre qui attire mon attention: Little Humans of New York est en vente sur les étagères américaine depuis le 7 octobre. Comme l’évoque si bien son titre, le second ouvrage sera un ensemble des plus belles binettes d’enfants new-yorkais.

Dans le cadre d’une entrevue pour Entertainment Weekly, Brandon Stanton explique qu’une des super choses avec les enfants, c’est qu’ils ne prétendent pas du tout être quelqu’un qu’ils ne sont pas. Leurs aveux sont donc totalement honnêtes et font parfois (souvent) fondre nos cœurs. Les enfants nous offrent en effet un regard différent sur le monde qui nous entoure.

Si votre motivation a besoin d’un coup de pied au derrière, ces temps-ci, je vous conseille fortement la lecture du blogue. La sortie du livre est, de loin, la meilleure excuse pour devenir une accro tout comme je le suis!

Photos: Humans of New York

Facebook, Pinterest, Instagram, 9gag, Facebook, Pinterest… et on recommence. Toujours les mêmes images. On se tanne, mais on continue à regarder nos applications préférées pour passer le temps. Tant qu’à perdre du temps sur nos petites bebelles électroniques, perdons donc notre temps intelligemment en allant faire un tour sur quelques applications d’actualités. Voici quelques applications que nous devons ajouter à notre routine sur nos cellulaires.

1. La Presse +

Même le nom le mentionne, une presse PLUS. Facile d’utilisation, couverture sur des sujets d’ici et d’ailleurs. Autant de l’actualité que des articles de sujets divers. L’application est faite pour les appareils mobiles, elle est donc facile et rapide à utiliser.

2. Radio-Canada

Pourquoi changer les classiques? Radio-Canada est encore l’un des diffuseurs les plus efficaces en ce qui concerne les nouvelles: il livre l’actualité internationale, canadienne et québécoise. Par contre, comme j’ai déjà dit, il livre l’information donc il est peut-être complexe de comprendre quand on en connait peu sur le sujet.

3. Le Huffington Post

Un mélange entre les actualités sérieuses et les articles simples, le Huffington Post sert autant à informer qu’à divertir. Des contenus vidéos pris sur le web, des chroniques d’opinion: c’est une plateforme polyvalente.

4. TVA nouvelles

Pour les habitués du poste d’information de TVA, il existe aussi l’application pour les téléphones intelligents qui rapporte les nouvelles du jour. Elle est semblable à celle de Radio-Canada, mais les articles sont peut-être plus faciles à comprendre.

Peu importe l’application que vous utilisez, il est important de rester informé. Faire changement et ajouter un peu d’information n’a que des bénéfices. Il n’est pas obligatoire de devenir les experts des enjeux planétaires, mais de rester connectés avec ce qui nous entoure pour mieux comprendre ce qui risque d’arriver. (phrase de conclusion universelle)

Puis mon conseil : Quand tu restes informé, il est plus facile de surprendre les gens lors des débats qui se déroulent dans les soupers de famille avec cet oncle qui connait tout sur tout les sujets. Surprenez-le!

Photo: We Heart It

Nous avons tous déjà vécu le moment où nous avions envie d’écouter de la musique, mais sans vouloir toujours chercher dans notre bibliothèque musicale, ou encore faire le tour de nos listes de lecture cinq fois sans ne rien écouter car rien ne nous tente. Eh bien, avec Spotify, fraîchement arrivé au Canada, le problème est réglé! 

Qu’est-ce que Spotify? C’est une application qui te donne accès à une multitude de listes de lecture sur vraiment (j’insiste sur le «vraiment»!) n’importe quoi. Tu peux également créer toi-même ta propre liste personnalisée avec les artistes et les genres musicaux qui te plaisent. Tu as aussi la possibilité de suivre tes amis et tes artistes préférés et ainsi avoir accès à leurs musiques favorites.

Ce qui fait, selon moi, toute la beauté de Spotify, c’est que tu peux explorer des listes de lecture selon ce que tu fais, comment tu te sens ou le moment dans ta journée. Par exemple, tu peux trouver des listes avec de la musique qui favorise la concentration pendant que tu étudies, tu peux rechercher les meilleures chansons pour tes inoubliables roadtrips ou pour concocter la party du siècle! Tu auras donc de la musique en continu pendant plusieurs heures sans te soucier de devoir trouver tes chansons toi-même.

De plus, en explorant Spotify, tu peux retrouver des chansons et des albums de tes chanteurs préférés, ainsi que découvrir une foule de nouveaux artistes. Le répertoire de musique est extrêmement varié et, à mon grand enchantement, il y a une bonne variété de musique francophone. Bref, il y en a vraiment pour tous les goûts.

Alors, qu’est-ce que tu attends? Saute sur ton téléphone intelligent, télécharge gratuitement Spotify et je peux t’assurer que tu ne le regretteras pas!

Photo: We Heart It

Ton cellulaire te suit partout l’été? Tu l’as définitivement classé comme un outil nécessaire à ton quotidien? Pourquoi donc ne pas joindre l’utile à l’agréable? Voici un top 10 des applications de l’été! Des applis chéries qui facilitent la – dure – vie d’étudiants en vacances.

1. Coupe du monde FIFA : une application produite par Radio-Canada qui offre une vue d’ensemble sur le plus gros événement soccer au monde. À l’image de l’application Sotchi 2014, on a accès aux horaires, aux équipes, aux nouvelles fraîches et aux résultats en direct en un doigté! De quoi rendre la vie moins stressante quand tu ne peux pas regarder ton équipe jouer la finale (les étudiants, ça travaille l’été, dah!).

2. Gas Buddy : Tu n’as pas l’argent pour investir dans une jolie voiture électrique et tu te retrouves à faire le taxi bénévolement tout l’été? Gas Buddy deviendra un ami inévitable cet été (le nom l’indique). L’appli permet de trouver la station-service la plus près qui offre le prix le plus bas sur l’essence. Et les prix sont mis à jour régulièrement durant la journée! Qui sait, l’argent que tu sauveras te permettra peut-être de rêver à l’électricité.

3. IMDB : Évidemment, un incontournable quatre saisons. C’est l’appli dont tu as besoin quand tu valses entre les rangées de ton disquaire préféré ou du magasin qui loue des films (pour ne pas le nommer). IMDB offre détails et critiques sur tous les films produits depuis que le monde est monde. À avoir à la main avant l’achat ou la location d’un produit cinéma. Ou quand tu essaies de te rappeler du nom de l’actrice sur la pochette.

4. Aldiko : À la façon d’un e-reader, Aldiko permet de feuilleter romans, essais, BD ou magazines numériquement. Très facile à utiliser, l’appli a une grande banque d’oeuvres du domaine public (gratuit). L’application est gratuite et permet de lire plusieurs formats de documents souvent illisibles via les applis de base d’un téléphone. Et surtout, il va sans dire que lire Hugo en voiture la nuit sans Aldiko ne serait pas possible. Alors, hein!

5. Sky Map : Développée par Google, l’appli recrée une carte des étoiles parfaite. À tous ceux qui n’ont jamais su repérer les Grande et Petite ourses, voici enfin le moment attendu… Il n’y qu’à pointer son téléphone dans la direction désirée, et l’appli montre précisément les constellations, planètes et étoiles qui s’y trouvent. À couper le souffle.

6. Atelier cocktail : Une application qui permet de trouver des recettes de cocktail rapidement et simplement! Contrairement aux autres applications du même genre, Atelier cocktail offre la section «Dans mon frigo», qui permet de sélectionner le type d’alcool qu’on possède et d’en tirer le meilleur cocktail. Indispensable pour se la jouer cool.

7. Apprendre l’espagnol : Très chouette pour ceux qui rêvent de partir en Amérique latine. L’appli est drôle, simple à utiliser et parfaite pour se remémorer les bases apprises à l’école.

8. L’Explorateur Parc Parcours : La SEPAQ propose des cartes détaillées des parcours et des sentiers offerts dans ses parcs. À utiliser quand l’envie vous prend de partir en randonnées ou en camping dans nos parcs nationaux!

9. Sudoku : Pas de présentation nécessaire. Une application qui sert à passer le temps en voiture ou en salle d’attente… sans avoir de remords. (C’est comme faire des maths, non?)

10. Mes parcours : Encore une appli Google. Celle-là permet aux amateurs/trices de course ou de vélo d’enregistrer la vitesse, la distance et le parcours emprunté grâce à la géolocalisation de votre cellulaire. C’est trippant… à moins que la NSA ne vous intercepte avant la fin de votre entraînement.

* Ces applications n’ont pas été testées avec un téléphone tatoué d’une pomme.

Photo : Johan Larson (Flickr)

Comme chacune de vous, j’ai aussi mon groupe de musique préféré. Par contre, j’aime beaucoup écouter et découvrir de nouvelles formations. Que ce soit de l’alternatif, du rock ou bien du pop, iTunes permet de découvrir des artistes d’ici et d’ailleurs.

Musique de la semaine

Lorde, Alexandre Désilets, Foxes, Haim et bien d’autres sont passés par ce chemin. Chaque semaine, iTunes offre à ses utilisateurs des chansons gratuites ; une du côté anglophone et l’autre du côté francophone. C’est un moyen simple qu’iTunes a entrepris pour faire connaître les nouveaux artistes et les sorties musicales sur le réseau d’achat de musique opéré par Apple. Il est donc facile pour ces artistes d’obtenir une belle visibilité et de se faire connaître en partageant gratuitement une de leur chanson. Pour trouver cette offre, vous n’avez qu’à cliquer sur l’onglet Musique dans votre iTunes Store. Ensuite, dans le côté droit, recherchez l’onglet Musique de la Semaine et vous trouverez de petites merveilles.

Et plus

Pour ceux et celle qui sont peut-être moins fans de musique émergentes, iTunes propose aussi une autre alternative. Chaque semaine, il y a l’aspect gratuit, mais du côté des applications. Autant les jeux que les applications plus pratiques passent chaque semaine dans l’offre d’iTunes. Avec le même principe que du côté de la musique, iTunes propose ceci pour promouvoir les talents informatiques qui ne pourraient peut-être pas avoir de visibilité sans un tel appui.

Depuis plus de trois ans, j’ouvre mes horizons en profitant de cette offre qui me surprend chaque fois. Ce n’est pas parce que les groupes de musique ne passent pas sur les plus grandes stations qu’ils n’ont pas de talent. C’est ce que me prouve souvent iTunes! Je vous conseille d’aller vérifier chaque semaine les chansons gratuites, car il est surprenant de voir le talent des groupes émergents.

Photo : Page Facebook iTunes

La plateforme chouchou de l’heure a changé de look il y a quelques semaines. Et c’est pour le mieux! Le nouveau Tou.tv (oups, ICI Tou.tv) est d’ailleurs beaucoup plus accessible à tous les groupes d’âge.

Avec son contenu enrichi, son interface hyper attirante (très turquoise) et le profil EXTRA, ICI Tou.tv peut maintenant faire baver les Netflix de ce monde.

« Euh. Profil EXTRA? » La nouveauté EXTRA est un service auquel on peut s’abonner. Il coute 6,99$ par mois. OK, c’est cher si on considère qu’on peut se prémunir du joli Netflix, qui diffuse d’excellentes séries et beaucoup de longs-métrages, pour trois dollars de plus.

Bon. Il y a énormément de contenus ajoutés réservés aux abonnés. Il faut retenir ses larmes quand on voit défiler la petite clé sur les excellents « Le Tunnel », « La Galère » ou « 8 femmes ».

Mais on peut très bien se passer du service EXTRA et passer de belles heures sur ICI Tou.tv.

Je vous présente donc mes quatre coups de cœur Tou.tv qui grugeront assurément vos heures d’étude de fin de session. Servez-vous.

1. Le court-métrage Quelqu’un d’extraordinaire de Monia Chokri

Gagnant du Jutra du Meilleur court et du Grand prix national à Regard sur le court-métrage de Saguenay, le premier film de Monia Chokri (on l’a vue dans les œuvres de Dolan) est un incontournable. Une histoire (presque) charmante, très féminine. À voir absolument.

2. Burquette

Vous savez peut-être qui est Burquette? Alberte, le personnage principal de la bande dessinée du même nom, s’est fait imposer la burqa par son père et essaie tant bien que mal de s’habituer à ce « fardeau ». Une leçon sur la superficialité et le culte de l’apparence en plusieurs épisodes de moins de deux minutes.

3. Kaamelot

Six saisons de Kaamelot. C’est pas mal. Pour celles qui ne connaissent pas, il s’agit d’une excellente série humoristique française. Les auteurs de la série se sont inspirés des célèbres légendes du Roi Arthur pour monter des sketchs renversants. Une écriture intelligente qui fait rire à tous coups.

4. Série noire

Série absolument démentielle, intelligente, originale. Ce dont on avait enfin besoin au Québec. En espérant qu’elle guide l’avenir télévisuel de notre province, je vous invite à aller visionner les premiers épisodes au moins. De toute façon, vous ne pourrez plus vous arrêter. Je n’en dis pas plus.

Photo : Page Facebook Ici Tou.tv

Les élections provinciales du 7 avril prochain arrivent à grands pas et ceux qui sont en âge de voter auront un choix important à faire. Afin d’éclairer la population québécoise dans leur décision, Radio-Canada a mis en ligne une boussole électorale.

Chaque parti politique a sa propre mentalité et ses propres enjeux. Et soyons honnête, à moins d’être un assoiffé de politique ou d’avoir un parti pris indiscutable, il est souvent plutôt complexe de s’y retrouver. Créée par des universitaires en politique, la Boussole électorale est un outil indispensable pour s’orienter dans le monde politique du Québec en période d’élections. Elle permet de laisser tomber les 1001 promesses et discours plus ou moins flous pour se concentrer sur les réelles orientations des partis.

Plus de 380 000 personnes se sont déjà prêtées au jeu. En fait, cinq petites minutes suffisent pour obtenir un résultat précis et détaillé concernant notre position dans le paysage politique québécois. Le principe est plutôt simple : il suffit de répondre à un questionnaire d’une trentaine de questions divisées en dix enjeux politiques importants dont l’économie, la santé, l’immigration, les relations Québec-Canada, etc. Il faut ensuite classer les enjeux qui nous tiennent le plus à cœur et des éléments concernant les partis politiques sur des échelles de 1 à 10. Finalement, on doit encore répondre à quelques questions concernant notre profil personnel.

La boussole analyse nos réponses et génère un résultat qui compare la position des partis à la nôtre. À l’aide de graphiques, de statistiques et d’affirmations, on peut facilement comprendre quelles sont nos affinités avec certains partis. Bien sur, elle ne sert pas à dicter aux électeurs pour quel parti voter, mais elle les guide et les aide à faire un choix éclairé. Voici d’ailleurs un exemple de résultats que l’on peut obtenir avec la boussole électorale.

Boussole3_annerosaliebrassard_avril2014Boussole2_annerosaliebrassard_avril2014

Vous pouvez vous aussi faire le test de la Boussole électorale ici.

Photos: Page Facebook du Directeur Général des Élections du Québec (DGEQ) et site Web de la boussole électorale.